Acharnement contre un père de famille yvelinois : 3 tentatives d’expulsion en 15 jours !

Communiqué du Réseau Education Sans Frontières

 

M. Diallo Sarra, d’origine malienne, vit depuis 18 ans en France.

Son épouse l’a rejoint en 2000, et quatre enfants sont nés ici. Les deux ainés, Diamana et Kinkinié sont scolarisés à la maternelle "Petit Gibus" de Guyancourt.

M. Diallo et les siens vivent un véritable cauchemar depuis le 30 janvier dernier, date de l’interpellation de M. Diallo sur son lieu de travail ( c’est la préfecture du Val d’Oise qui a pris l’arrêté de placement). Il est depuis le 31 janvier au centre de rétention du Mesnil-Amelot.

Comment accepter que M Diallo, entré régulièrement dans notre pays en 1988, qui a toujours souhaité s’y intégrer, comme en témoignent les nombreuses demandes qu’ il a engagées pour être régularisé, soit ainsi brutalement séparé des siens ?

Comment accepter que cette famille, qui n’aspire qu’à vivre en paix et qui, ayant cru, comme tant d’autres, aux annonces faites par Nicolas Sarkozy à l’occasion de la publication de la circulaire du 13 juin 2006, avait déposé une demande de régularisation à la préfecture des Yvelines, soit ainsi jetée dans la détresse ?

Comment accepter que, comme cela s’est passé il y a quelques jours au tribunal de Meaux, des gendarmes interviennent pour arracher un père à sa famille en larmes ?

Jusqu’où ira ce gouvernement dans l’obstination et l’inhumanité ?

Par deux fois déjà, le 14 et le 25 février, M. Diallo, emmené à l’aéroport, échappait à la dernière minute à l’expulsion (peut être en raison d’un problème de laissez-passer).

Le 26 février, c’est le pilote de l’avion qui, n’acceptant pas d’embarquer un père hissé de force dans l’avion, pieds et mains liés et qui refusait de quitter ce pays où sont les siens, a permis d’éviter l’expulsion.

Il faut que cesse l’acharnement pour embarquer M. Diallo à destination du Mali. Les autorités françaises doivent immédiatement renoncer à la recherche d’un pilote qui accepterait de l’emmener contre sa volonté clairement exprimée de ne pas être séparé des siens.

Les membres du Réseau Education sans frontières demandent une nouvelle fois que M. Diallo puisse très vite retrouver sa famille et qu’ils puissent vivre ensemble parmi nous.

Toute autre issue est impensable.

Contacts :

RESF 78 : Tel : 01 34 92 85 42

Site : www.resf78.ouvaton.org

e-mail : resf78@ouvaton.org

Site du Réseau Education sans frontières : www.educationsansfrontieres.org

Mise à jour 21h : Toutes les protestations et mobilisations n’auront pas suffi, M. Diallo a été expulsé en fin d’après-midi sur un avion d’Air France, malgré l’opposition d’une partie des passagers. Présent en France depuis 18 ans, il laisse ici son épouse et ses quatre jeunes enfants.

La plus jeune candidate de France est une Yvelinoise

Notre Parti a le privilège de présenter la plus jeune candidate de France aux élections législatives !
Elle s’appelle Juliette Quinten, elle a 23 ans, elle milite au Mouvement des Jeunes Socialistes et elle est candidate dans la 3e circonscription des Yvelines (Villepreux, La Celle St Cloud, Noisy le Roi, Bougival, etc…). Elle est aussi la présidente du comité de soutien à Ségolène Royal dans la 3e circonscription.
Juliette s’est exprimée lors du grand meeting de Villepinte devant plusieurs milliers de militants et sympathisants de gauche. Découvrez son intervention :
Juliette Quinten 11.02.2007
envoyé par copycop
Suivez sa campagne sur son blog http://www.juliettequinten.com/.
Les Socialistes de Saint-Germain, Fourqueux et Mareil-Marly lui souhaite bonne chance, ainsi qu’à son équipe, dans une circonscription difficile.

Ingrid Betancourt : 5 ans déjà !

Le 23 février 2002, Ingrid Betancourt, candidate des Verts à l’élection présidentielle en Colombie et sa directrice de campagne, Clara Rojas, ont été faites prisonnières par la guérilla des FARC. Depuis 5 ans, elles sont retenues en otages.

Lors de son enlèvement, nous étions également en pleine campagne présidentielle française. Mais les autorités françaises n’ont pas su depuis libérer la franco-colombienne. Il est urgent que les dirigeants français agissent pour favoriser la mise en place d’accords humanitaires en Colombie, seule issue envisageable pour la libération des otages. Les candidats à l’élection présidentielle et législative doivent s’engager en ce sens.

Il y a actuellement plus de 3000 otages en Colombie. Ne les oublions pas.

Signez la pétition en ligne pour la libération des otages colombiens (déjà 239.000 signatures).

Un rassemblement de soutien a lieu aujourd’hui sur la Place de la Fontaine Saint-Michel à Paris, de 11h à 18h.

Plus d’informations sur le site du comité de soutien à Ingrid Betancourt : http://www.ingridbetancourt-idf.com/

Discours de Villepinte : les 100 propositions de Ségolène Royal pour la France

Voici la vidéo intégrale du discours de Villepinte (environ 2 heures) où Ségolène Royal présente son pacte présidentiel pour la France.


Segolene – Discours de Villepinte
envoyé par da93

 




Téléchargez le pacte présidentiel de Ségolène Royal.

 

Téléchargez le tract ci contre

Téléchargez le discours de François Hollande.

Quelques dossiers importants du conseil municipal du 8 février

Enfin de nouveaux logements sociaux à Saint-Germain !
Nous nous battons depuis des années au conseil municipal de Saint-Germain pour que la municipalité contruise de nouveaux logements, dont la population a cruellement besoin. Après s’y être opposée pendant de nombreuses années, la municipalité vient de relancer la construction de logements sociaux.

Ainsi, lors du conseil municipal du 8 février 2007, les élus de la Gauche Plurielle ont approuvé deux programmes de logements sociaux .
Le premier au 5 Rue Jouy Moudonville, où la ville a exercé son droit de préemption et cédé cet immeuble au Foyer pour Tous, organisme qui a proposé la réalisation de 7 logements sociaux de type « P.L.U.S. ».
Le deuxième Rue Saint-Léger où la municipalité prévoit la réalisation de 60 logements, répartis en maisons de ville, avec 30 logements locatifs sociaux et 30 logements en accession à la propriété s’adressant aux primo accédants, dont 12 logements « de type Borloo ». Ce projet s’intègre bien dans l’urbanisme de quartier et répond aux critères de haute qualité environnementale, auxquels nous sommes particulièrement attachés.
Cela montre que l’on peut parfaitement avoir des partenaires pour ce type de constructions et qu’il reste des terrains disponibles sur Saint-Germain, pour peu que la volonté politique soit là.
Les élus de Gauche ont souligné que les logements sociaux proposés seront de type « P.L.U.S. », c’est-à-dire Programme Locatif à Usage Social. Ils ont exprimé le souhait que sur certains dossiers figurent également des logements sociaux de type « P.L.A.I. », c’est-à-dire Programme Locatif Aidé d’Intégration permettant ainsi un plafond de ressources plus bas pour faciliter l’intégration.


Service de soins infirmiers à domicile.

Il a été approuvé la proposition de recourir aux services d’un psychologue pour aider l’infirmière et les 6 aides-soignantes qui se rendent au domicile de 30 bénéficiaires de soins de vie sur Saint-Germain.

Au-delà de cet accord, Jean Laurent, conseiller municipal socialiste, a rappelé que la ville devrait appuyer de tout son poids pour examiner avec le Département l’élargissement de ces services. 30 bénéficiaires, pour une population de l’ordre de 7 500 personnes de plus de 60 ans à Saint-Germain, c’est trop peu.

Renforcement de la ligne de bus 27 entre Saint-Germain-en-Laye et Cergy-Pontoise

Les élus de la Gauche Plurielle ont approuvé le projet de renforcement de la ligne 27 financé par la Région Ile de France et le STIF. Cette ligne dessert Saint-Germain-en-Laye RER, la Caserne des Loges, Neuville-Université RER et Cergy-Préfecture. Elle permet notamment à des jeunes Saint-Germanois étudiants de rejoindre le pôle universitaire de Cergy et Neuville et pallie l’absence de la Tangentielle ferroviaire Ouest. Nous réclamions une desserte plus fréquente pour cette ligne de bus depuis des années.  Il y aura désormais, de 5h30 à 21h, un bus toutes les demies-heures aux heures de pointe et un bus par heure aux heures creuses. Les bus circuleront aussi le samedi.

Jean Laurent, conseiller municipal socialiste, a attiré l’attention du Maire sur trois points  :

- Cette ligne emprunte la N184 qui est en matière de sécurité routière un point noir dans la région Des aménagements de sécurité sur cette route sont indispensables.

- La signalisation dynamique sur trois points d’arrêt de la ligne 27 (c’est-à-dire l’information pour l’usager de l’arrivée du bus et du temps d’attente) est une excellente idée qui devrait être aussi testée sur d’autres lignes.

      – Cette ligne s’insère dans le schéma global de plan de déplacement urbain (PDU). Or, ce plan n’a toujours pas été présenté à Saint-Germain.
Le Maire a répondu que sur ce dernier point et compte tenu des évolutions du STIF et de la Région, il était nécessaire de refaire une partie des études du PDU, ce qui explique le retard sur ce dossier.

Le prochain conseil municipal aura lieu le mardi 20 mars à 21 heures. Nous vous rappelons que toutes les séances du conseil municipal sont publiques.

Bel-Air : le questionnaire bidon du maire de Saint-Germain

Voici la tribune libre de l’opposition de gauche au conseil municipal dans le dernier Journal de Saint-Germain relatif à un questionnaire de la municipalité sur l’avenir de la dalle du Bel-Air.

Ce questionnaire sur le devenir de la dalle du Bel-Air est un attrape-nigauds qui fait semblant de demander l’avis des Saint-Germanois pour faire croire que la municipalité les écoute.

Peut-on en effet répondre autre chose que « oui » à des questions comme :

         Etes-vous favorable à la présence des services publics sur la dalle ?

      Etes- vous favorable à l’aménagement paysager de la dalle ?

C’est comme si l’on demandait : Préférez-vous être riche et bien portant ou pauvre et malade ?

Le Maire de Saint-Germain précise que l’installation d’un commerce ne dépend pas de la municipalité, ce qui est vrai, mais alors pourquoi poser des questions telles que :

-  Souhaitez-vous la présence d’un type de commerce spécifique ou particulier ?

-  Etes-vous favorable au maintien et au renforcement de l’activité commerciale sur la dalle ?

Les habitants réclament depuis des années le retour d’un marché sur la dalle et ils ne l’ont jamais obtenu ! Pas besoin d’un questionnaire pour savoir ce que veulent  les habitants du quartier.

Il eut été préférable de faire venir un Lidl à la place du Franprix, fermé depuis de longs mois, alors que le Lidl va s’installer à la place d’Intermarché, rue Stéphane Mony très loin du quartier du Bel-Air.

Et que vont devenir les petits commerces encore existants  sur la dalle ? Le questionnaire n’en parle pas.

D’ailleurs, quelle que soit la réponse des habitants, la décision du Maire est déjà prise : la couverture du boulevard Berlioz sera démolie et le projet est déjà prêt.

Quand le Maire demandait aux habitants du quartier Henri Dunant leur avis sur la démolition de l’école du même nom, ils ont eu beau ne pas être d’accord, l’école fut démolie. Mais pour pouvoir annoncer que 90% des réponses sont favorables à son projet, M. Lamy a largement distribué son questionnaire en dehors du Bel-Air. Pensez-vous réellement que les habitants du centre ville soient aussi bien placés que les habitants du Bel-Air pour donner des réponses à des questions aussi dirigées ? 

Jean LAURENT, conseiller municipal socialiste de Saint-Germain-en-Laye

Pour lire le questionnaire, cliquez sur l’image.

Nationale 184 : pourquoi tous ces drames ?

Chaque année apporte son lot de tués sur la N 184. Deux en octobre 2006 et encore un autre accident mortel en janvier 2007. En moyenne 3 personnes sont tuées chaque année entre Saint-Germain et Conflans, auxquelles il faut ajouter les autres victimes ; pour chaque tué on déplore en moyenne 20 blessés hospitalisés.

Pourquoi un tel bilan sur 11 km de route rectiligne ?   

Chaque accident est unique, mais un schéma domine : un accrochage sur un côté de la voie, notamment au niveau des rétrécissements de 2 à 1 voie, projette un véhicule sur la voie de gauche. C’est le choc frontal, terrible entre deux véhicules roulant à 90 km/h et souvent plus.

 Les principaux facteurs sont liés au comportement des conducteurs : excès de vitesse, dépassement dangereux et non-respect des feux de signalisation. Mais ces facteurs comportementaux sont aggravés par une voirie rectiligne, non éclairée, mal entretenue et dépourvue de séparation des deux sens de circulation malgré les changements successifs de nombre de voies.  

Ces accidents répétés année après année sont avant tout des drames humains. Chaque accident détruit plusieurs vies, celle des tués mais aussi celle de leur famille.

Mais cette situation est aussi le reflet d’une profonde lacune dans la gestion des fonds publics. En effet, une analyse strictement économique montre que la sécurisation de cet axe est un investissement rentable à très court terme. Analysons ce problème sous cet angle économique. 

La solution pour réduire fortement le nombre de victimes consiste à séparer les sens de circulation par un muret de béton et remplacer les feux par des ronds-points. Le coût de ces aménagements de sécurité est de 10 millions d’euros environ. En effet, chacun des trois ronds-points coûte environ 2 millions €, et un kilomètre de séparation de voies revient à 330 000 €. Soit un total de 9,63 millions €. Pourtant un projet de 30 millions € a bien été planifié il y a quelques années. Il allait au-delà des aménagements précédents, et, peut être à cause de son ambition excessive, il n’est jamais sorti des cartons. 

Les budgets précédents peuvent être comparés à trois autres coûts : 

– 11 millions €, c’est le coût annuel pour la Société des victimes corporelles sur la N 184. En effet les analyses de sécurité routière évaluent un tué à 1 190 000 € et un blessé à 129 000 €. Le budget de 10 millions € est donc « rentabilisé » par la réduction du nombre de victimes en quelques années seulement. 

– 15 millions €, c’est le coût de l’échangeur A14 – N13 qui va être réalisé prochainement à Chambourcy.

– 15 millions €, c’est moins de 1% du coût du prolongement futur de l’A104 entre Cergy et Orgeval ! 

Ces dernières années, la priorité a été donnée par les décideurs politiques de Saint-Germain et des Yvelines aux projets d’augmentation de trafic plutôt qu’aux aménagements de sécurité. Certes, la responsabilité de ces décisions est diluée entre les diverses collectivités locales et l’Etat. Mais le résultat est là : réduire les bouchons sur la N 13 a eu priorité sur la sécurisation de la N 184. Nos élus de droite – maires, député, conseillers généraux – ont mis tout leur poids pour augmenter le trafic sur la N 13. Et ils n’ont rien fait pour la N 184. Cette stratégie est certainement rentable électoralement. Mais humainement ces choix sont cyniques. Economiquement ils sont le reflet d’une mauvaise gestion des investissements publics. 

Les paroles de compassion que nous avons entendu après le dernier accident sont choquantes : avoir soutenu l’ouverture de l’échangeur de l’A14 à Chambourcy avec autant d’énergie sans rien faire pour la N 184, c’était aussi accepter ces accidents mortels sur la N 184.  

Cette hécatombe doit cesser.

Soutenez Patrick Abisseror !

Vous voulez que la 6e circonscription élise enfin un député de gauche en juin 2007 ?

Vous en avez assez des querelles incessantes à droite dans notre circonscription, qui nuisent gravement aux dossiers locaux, l’hôpital en tête?

Vous souhaitez un député digne de votre confiance, intègre et expérimenté ?

Apportez votre soutien à la candidature de Patrick Abisseror, le candidat socialiste sur la 6e circonscription !

Cliquez sur l’animation ci-contre et remplissez le formulaire de soutien. D’avance merci!

Pour tout connaître de l’actualité et des propositions de Patrick Abisseror, visitez son blog http://abisseror2007.com/.

Décès de Jean Mignard

C’est avec une profonde tristesse que la Section de la Ligue des Droits de l’Homme de Saint-Germain-en-Laye/Le Pecq a appris le décès, dans sa 73ème année, à la suite d’une longue maladie, de son ancien Président le Docteur Jean Mignard.  

Docteur en médecine, pédopsychiatre, Jean Mignard a exercé de nombreuses années à Saint-Germain-en-Laye. Ces dix dernières années, Jean Mignard s’était engagé pour défendre les valeurs de la Ligue des Droits de l’Homme, notamment sur notre ville. Président de la Section locale de 2001 à 2004, il a impulsé dans les débats des thèmes qui lui étaient chers : les Droits de l’Enfant, le Droit d’Asile ou encore Droits de l’Homme et souffrances au travail.  

Jean Mignard était un ligueur inlassable, jamais au repos, jamais à cours d’idées pour améliorer les choses. Sa gentillesse, sa courtoisie dans les débats et son honnêteté intellectuelle, ont fait de Jean un compagnon de route apprécié des membres de la Ligue.  

Homme discret mais aussi homme de conviction, Jean Mignard était présent sur la liste de la Gauche Plurielle aux côtés de Jean Laurent et de Nicole Frydman lors des élections municipales de 2001. 

Le Parti Socialiste présente à Claude, son épouse, à ses enfants et à ses petits-enfants, ses plus sincères condoléances.