« Nicolas Sarkozy n’en a rien à cirer des séropositifs » (AIDES)

L’association AIDES a sollicité les candidats à la présidentielle pour connaître leurs propositions pour combattre le SIDA. Vous n’avez pu manquer les différentes affiches où les candidats demandaient "Voteriez-vous pour moi si j’étais séropositif?".
Tous les candidats sollicités ont répondu, sauf un… Nicolas Sarkozy…
AIDES a réagi dans un communiqué de presse et a modifié son affiche pour dénoncer ce silence.
Nul doute que les réponses du candidat Sarkozy devraient rapidement arriver…

Pour connaître les réponses de Ségolène Royal, cliquez sur ce lien : http://www.aides.org/presse/communiques/reponses-royal.php

Communiqué de presse de AIDES :

Nicolas Sarkozy est le seul des candidats sollicités par AIDES, principal acteur associatif de la lutte contre le sida, à n’avoir ni répondu à nos revendications ni accepté de nous rencontrer.
Dans cette lettre, Christian Saout sollicitait un rendez-vous avec Nicolas Sarkozy afin d’ « échanger sur l’épidémie de sida et les moyens à mettre en oeuvre pour la faire reculer ». Il lui proposait par ailleurs de se prononcer «le plus rapidement sur nos propositions ».
Depuis un mois, rien de nouveau, si ce n’est un mail laconique d’un membre de l’équipe de campagne de Nicolas Sarkozy, en date du 5 mars : « Nous avons bien reçu votre campagne et vous devez savoir tout l’intérêt que  nous portons à la lutte contre les discriminations. Bien cordialement. » Ce message était une réponse à celui que AIDES avait envoyé avec le visuel de Nicolas Sarkozy : « voteriez-vous pour moi si j’étais séropositif ? »
Deux semaines plus tard, Nicolas Sarkozy et son équipe n’ont toujours pas eu le temps de nous écrire. A ce stade, un simple message, du genre « Nicolas Sarkozy est très occupé. Nous vous contacterons prochainement » nous aurait presque suffit. Il faut donc bien se rendre à l’évidence, Nicolas Sarkozy n’en a rien à cirer des séropositives et des séropositifs.
Sources :
Le communiqué de presse
Le site d’AIDES
Les réponses de Ségolène Royal

Café-débat le 30 mars au Bel-Air à Saint-Germain

La section du Parti socialiste de Saint-Germain-en-Laye, Fourqueux et Mareil-Marly vous invite à un café-débat le 30 mars à 18h30 au café Le Clavecin dans le quartier du Bel-Air à Saint-Germain sur le thème "La vie chère".
A l’occasion de ce débat, venez rencontrer Patrick Abisseror, candidat du PS aux élections législatives des 10 et 17 juin, et Jean Laurent, conseiller municipal socialiste de Saint-Germain.

Le maire de Mareil-Marly a parrainé Jean-Marie Le Pen

Les habitants de Mareil-Marly ne le savent sans doute pas mais Philippe Sander, maire de Mareil-Marly, a choisi de parrainer Jean-Marie Le Pen pour l’élection présidentielle 2007.
Le Conseil constitutionnel vient de rendre public la liste des parrainages. Elle est consultable en cliquant sur ce lien : http://www.lefigaro.fr/medias/pdf/parrainagesjo.pdf
Chaque élu a bien sûr le droit de parrainer qui il veut mais nous serions curieux de savoir si les conseillers municipaux de Mareil-Marly ont eu leur mot à dire dans cette affaire…
Ce parrainage intervient après les propos douteux du maire de Mareil-Marly sur les homosexuels lors de ses voeux à la population en janvier 2007, que nous avions révélés sur ce blog dans cet article.
Il n’est pas sûr que les habitants de Mareil-Marly apprécient beaucoup ce parrainage, surtout d’un maire qui se veut apolitique…

En 2007, sors tes papiers !

À la veille des élections présidentielles et législatives 2007, le conseil régional des jeunes lance une campagne d’incitation au vote des jeunes Franciliens.

CRJ - Élections - En 2007 sors tes papiers Partant du constat d’un fort taux d’abstention des jeunes lors des différents rendez-vous électoraux, le CRJ a voté le principe d’une campagne d’information civique à l’attention des jeunes Franciliens.
L’objectif de la campagne : mobiliser les jeunes Franciliens, les inciter à voter lors des prochaines élections présidentielles et législatives. Au-delà d’une simple incitation, le CRJ a choisit d’interpeller et de surprendre.
La campagne a été élaborée en coopération entre le CRJ et la Région Ile-de-France :
- le CRJ en a décidé l’esprit, les orientations, le visuel et le slogan : En 2007, sors tes papiers. Il a souhaité s’adresser directement aux jeunes, en signant lui-même la campagne.
- la Région a apporté son soutien logistique, technique et financier.
Entre le 16 mars et le 1er avril 2007, des affiches interpelleront les jeunes dans les lieux publics (métros, gares, etc). Et des tracts seront distribués sur leurs lieux de vie (lycées, universités, CFA, Crous, CIDJ, Missions locales).
Le CRJ a élaboré un petit document pour répondre aux questions que les jeunes peuvent se poser sur le déroulement des élections et la marche à suivre pour voter (cliquez sur ce lien).
C’est au printemps 2005 que la Région Ile-de-France a mis en place un Conseil régional des Jeunes (CRJ) pour mieux connaître et mieux prendre en compte les besoins et les attentes des jeunes Franciliens. Ouvert aux jeunes de 15 à 21 ans domiciliés en le-de-France, le CRJ émet des avis, formule des propositions, porte des projets et questionne le Conseil régional. L’un de ses objectifs : contribuer à l’exercice de la responsabilité citoyenne.

Plus de détails sur le Conseil Régional des Jeunes :
Sa composition
Son règlement intérieur

Compte-rendu de la réunion publique à Saint-Germain le 13 mars

Article du Courrier des Yvelines du 21 mars 2007 relatant la réunion publique du 13 mars à la Salle des Arts à Saint-Germain où nous avions invité Alain Bergounioux, secrétaire national du PS aux Etudes.

Les socialistes saint-germanois à l’offensive
Ils ont organisé le mardi 13 mars une "réunion du changement" autour du Pacte présidentiel de Ségolène Royal

Les organisateurs pouvaient se réjouir. La salle des Arts de la Maison des Associations était largement occupée par les sympathisants socialistes et de simples curieux. Après les "réunions participatives", place donc aux "réunions du changement".
"L’idée de ces réunions est de présenter le pacte présidentiel de Ségolène Royal et de continuer à être dans une démarche participative, c’est-à-dire d’inviter le public à s’exprimer, à poser des questions…" confie Patrick Abisseror, candidat aux législatives sur la 6e circonscription, celle de Saint-Germain-en-Laye.
Au total, soixante-dix "réunions du changement" devraient se dérouler dans le département jusqu’aux élections présidentielles. Quatre d’entres elles concerneront la sixième circonscription.
"Il y a d’un côté la campagne nationale, avec ses grands rassemblements, et de l’autre ces réunions qui essayent d’aller au plus près des électeurs. Dans chaque circonscription, les candidats aux législatives sont les présidents des comités de soutien à Ségolène Royal", poursuit Patrick Abisseror.
Le socialiste indique que "chaque voix va compter" pour la présidentielle. Le militant songe également aux législatives qui suivront. "Nous n’avons actuellement aucun député socialiste sur les douze circonscriptions des Yvelines. Le but est de fédérer au maximum afin d’être présent au second tour", ajoute Patrick Abisseror.
Alain Bergounioux, invité de marque, a fait un long exposé avant que l’auditoire ne pose des questions. Membre de l’équipe de campagne de Ségolène Royal, il a développé des idées fortes de son "pacte présidentiel" s’en prenant également aux ténors de l’UMP ainsi qu’à François Bayrou qu’il a qualifié d’ "imposteur". "Notre objectif est de développer la croissance mais une croissance plus juste. Il faut produire des richesses pour mieux les répartir" a indiqué l’invité de Patrick Abisseror.
Alain Bergounioux a ensuite répondu au public qui l’a interpellé notamment sur les moyens de baisser la dette publique ou d’augmenter les bas salaires. On l’aura compris, la réunion avait une forte tendance participative. S.R.

Création de l’association La maison Passive

Une initiative novatrice pour l’environnement : Voici la "Maison Passive" !

Une maison qui produit autant d’énergie qu’elle en consomme, c’est la "Maison Passive" et ce n’est plus un rêve, semble-t-il : il en existe des milliers en Allemagne, et de plus en plus en Belgique, Suède et Pologne, entre autre.

Des solutions originales sont apparues ces dernières années et elles se sont adaptées à toutes les régions : isolation renforcée, chauffage solaire, panneaux photovoltaïques, géothermie, pompe à chaleur, gestion de l’air et de l’eau.

Au-delà de la motivation écologique, c’est aussi un choix économique rationnel pour un investissement de plusieurs dizaines d’années. Enfin c’est un cadre de vie agréable, où les économies de l’hiver s’accompagnent de l’agrément d’une fraîcheur estivale.

Pourquoi pas aussi en France ?

La toute nouvelle association « La Maison Passive – France » fait la promotion de cette conception nouvelle de l’habitat. Pour en savoir plus : www.lamaisonpassive.fr

Enquête publique pour la création d’une liaison souterraine à très haute tension dans les Yvelines

Un projet de création d’une liaison électrique de 225.000 volts entre Nanterre et Triel est soumis à enquête d’utilité publique du 26 février au 31 mars 2007 inclus.
Celle nouvelle ligne électrique vise à renforcer et sécuriser le réseau dans cette partie de la région parisienne. Trois départements sont concernés, les Hauts-de-Seine, le Val d’Oise et les Yvelines. Dans les Yvelines, onze communes sont concernées : Carrières sur Seine, Houilles, Sartrouville, Montesson, Poissy, Le Mesnil-le-Roi, Achères, Saint-Germain-en-Laye, Carrières-sous-Poissy, Chanteloup et Triel.
Le projet consiste en la réalisation d’une ligne souterraine de 21 kms environ pour un coût estimé à 35 millions d’euros. D’importants travaux sont à prévoir. Le tracé va traverser de part en part la forêt de Saint-Germain en souterrain et il franchit à trois reprises les boucles de la seine par forage dirigé. Cette technique est également utilisée pour la traversée des grands axes routiers ou ferrés comme par exemple le carrefour de la Croix de Noailles, les voies ferrées dans la forêt de Saint-Germain et la traversée de la D30 à Achères. Aucun déboisement n’est toutefois prévu selon la mairie de Saint-Germain.
Cette enquête publique permet aux habitants de s’informer sur le projet et donner leur avis et remarques sur ce projet important. Le dossier est consultable dans chacune des mairies citées. A Saint-Germain-en-Laye, le commissaire enquêteur tiendra une permanence le samedi 31 mars de 9h à 12h au centre administratif.

Sources :
Le site de RTE
La présentation du projet
Le dossier technique

Meeting pour le Darfour mardi 20 mars à la Mutualité

Un  important meeting pour le Darfour a lieu mardi 20 mars à 20h à Paris à la Mutualité. Les principaux candidats à l’élection présidentielle, dont Ségolène Royal, y participeront, ainsi que de nombreuses personnalités.
L’occasion, enfin, de parler un peu des questions internationales dans cette élection et de l’avenir de cette région, aujourd’hui oubliée de nos dirigeants. Ce meeting est ouvert à tous.

Polémique sur les flashs-balls à Saint-Germain (suite)

Décidément, le prochain équipement de la brigade de nuit de la police municipale de Saint-Germain avec des flash-balls fait beaucoup réagir. Après l’article du Parisien fin février (à lire ici), Le Courrier des Yvelines du 8 mars consacre une demie-page à ce sujet et donne la parole à Jean Laurent, conseiller municipal PS de Saint-Germain.

Le Courrier des Yvelines du 8/03/2007

Flash-ball : la polémique rebondit !

La patrouille de nuit de la police municipale est équipéee de cette arme défensive un peu particulière. Le socialiste Jean Laurent, qui a appris la nouvelle au détour d’une réunion de quartier, estime que ce n’est pas nécessaire dans une ville comme Saint-Germain.

Créées il y a quelques semaines, les brigades de nuit créées par la Ville sont aujourd’hui sur le terrain. Mais leur équipement en flash-balls a conduit le socialiste Jean Laurent à s’interroger.
Le conseiller municipal d’opposition s’est en effet étonné d’apprendre, au détour d’une réunion de quartier, que les policiers de la brigade de nuit étaient munis de flash-ball.
Lors du vote en conseil municipal en octobre dernier, la question du flash-ball n’avait pas été du tout abordée. Le socialiste a souhaité alors mettre le sujet sur la table lors de la réunion suivante… ce qui lui a été refusé.
La raison, selon le maire, c’est que cette question écrite aurait été déposée en dehors des délais, plus précisément avec deux heures de retard ! Le motif a profondément indigné le socialiste. Jean Laurent a donc réitéré sa démarche lors de la dernière réunion du conseil municipal, cette fois en application stricte du règlement.
Sur le fond, Emmanuel Lamy lui a répondu qu’il avait fait équiper en flash-ball les patrouilles de nuit « suite à la demande de la direction départementale de la sécurité publique (DDSP) appuyée par les syndicats de police ». « J’ai demandé, en vertu de mes pouvoirs de police, de saisir le préfet, qui m’a répondu par l’affirmative le 9 octobre dernier », a poursuivi le maire, avant de conclure sur une note rassurante : « Le flash-ball est une arme défensive qui ne peut être utilisée qu’en cas de légitime défense ».
Les socialistes restent réticents. « Armer des policiers est sans doute nécessaire dans certaines villes, mais ne nous paraît pas ici utile, même s’ils ne sont que deux à assurer une mission de surveillance, d’intervention et de dissuasion à Saint-Germain-en-Laye. »

Stéphane Bessac