La fin des zones 7 et 8 de la carte orange

A partir du 1er juillet, la carte des transports en commun en Ile de France sera découpée en 6 zones au lieu de 8.
Le conseil d’administration du STIF (qui gère les transports en commun franciliens) a voté la suppression des zones tarifaires 7 et 8 et la mise en place d’une tarification unique des zones 6, 7 et 8 sur la base des tarifs de la zone 6 .
Concrètement, les zones à 129 euros ou 142 euros pour une Carte Orange mensuelle n’existeront plus, le maximum sera de 118,50 euros pour 6 zones. Soit une baisse de 18,5% pour ceux qui utilisaient une carte orange 8 zones et de 10% pour une carte 7 zones.
Cette mesure, dont le coût est estimé à 5 millions d’euros par an, est entièrement financée par un effort supplémentaire des collectivités locales membres du STIF, la Région Ile-de-France et les 8 départements.
Le Conseil du STIF marque ainsi sa volonté de rendre plus accessibles les transports en commun aux habitants de la Grande Couronne. Ce sont 386 000 franciliens habitant les zones 7 et 8 qui vont pouvoir bénéficier de cette baisse tarifaire.
Dans les Yvelines, les gares de Houdan, Bréval, Menerville, Rosny/Seine, Bonnières et Port Vilez sont concernées.

Cliquez sur ce lien pour voir la carte des nouvelles zones des transports franciliens.

Pierre Morange démet quatre de ses adjoints

Le 11 juin avait lieu le premier conseil municipal de Chambourcy après l’implosion de la majorité municipale du maire UMP Pierre Morange lors du conseil du 19 mars. C’était aussi le premier conseil après le sauvage assassinat du chef de la police municipale le 21 mars, toujours non élucidé.
Le moins que l’on puisse dire est que l’ambiance, telle que la décrit Le Courrier des Yvelines du 20 juin, fut tendue et étouffante et le conseil mouvementé. Les Camboriciens avaient appris quelques jours plus tôt que le premier adjoint Gérard Le Bec avait été mis en examen et écroué pour des faits supposés de blanchiment et d’escroquerie.
Au cours de ce conseil, les quatre adjoints (y compris Gérard Le Bec), jusque-là très proches du maire et qui s’étaient désolidarisés de lui en mars en l’accusant d’ "utiliser l’argent public à des fins privées" (en l’occurrence une voiture de fonction), ont été destitués de leur mandat d’adjoints lors d’un vote car leur action "s’est inscrite contre la logique de l’équipe du conseil municipal" a dit Pierre Morange. La majorité de Pierre Morange ne tient plus aujourd’hui qu’à quelques voix…
De vifs échanges ont émaillé le conseil, les désormais opposants dénonçant les "pressions et humiliations subies depuis août 2006" et les "purges" du maire, qualifié d’homme "manipulateur, ambitieux et sans morale"…
Le maire de Chambourcy a vivement répliqué : "Tous ces propos et accusations seront versés comme les précédents auprès du Procureur de la République. Tout ceci ne vise qu’à désinformer et à intoxiquer les débats. De toute façon, les électeurs de la sixième circonscription ont répondu très clairement, en m’élisant. C’est la meilleure des réponses".
Pas sûr que les électeurs de Pierre Morange le 10 juin aient été au courant de la situation locale mais si cela rassure M. Morange…

Ce n’est pas la première fois que le maire de Chambourcy se brouille avec ses adjoints. Durant ses deux précédents mandats, plusieurs démissions ont eu lieu.
En 2008, les ex-adjoints de Pierre Morange présenteront une liste contre lui. La gauche aussi vraisemblablement. Cela permettra-t-il à cette commune de retrouver une certaine sérénité? En attendant, les plaintes réciproques suivent leur cours. Affaire à suivre…

Nos précédents articles :
L’ex premier adjoint écroué
Ambiance délétère à Chambourcy
La majorité municipale de Chambourcy implose

La publicité sexiste du conseil général des Yvelines

Le conseil général des Yvelines, dirigé par la droite, veut attirer dans les Yvelines les investisseurs britanniques du secteur tertiaire et de la haute technologie. Il a donc lancé une campagne de publicité intitulée "I love techno" mais n’a rien trouvé de mieux pour l’illustrer qu’une image bien sexiste avec une jolie jeune femme brune en T-shirt moulant. Bien entendu, pas besoin de montrer le visage de la jeune femme, seul le T-shirt et surtout les formes qu’il contient semblent intéressant… Cette photo sera publiée en juillet dans le Financial Times et Les Echos.
Pour le président du conseil général Pierre Bédier, "cette photo est destinée à attirer l’oeil"… Sans blague…
La conseillère générale socialiste Marie-Hélène Lopez-Jollivet s’est déclarée attérée par cette publicité et estime dans Le Parisien du 23 juin que "quand on veut valoriser l’intelligence et la technologie, on ne coupe pas la tête de la femme des Yvelines. Le message visuel est contradictoire."
Cette campagne de publicité coûte la bagatelle de 600.000 euros aux contribuables yvelinois, qui attendent de leurs élus une meilleure utilisation de leurs impôts…
Qu’en pensent les deux conseillers généraux UMP de Saint-Germain-en-Laye, Catherine Péricard et Maurice Solignac? Et vous?

Nouveau rebondissement à Chambourcy : l’ex 1er adjoint écroué !

La situation évolue de jour en jour à Chambourcy, qui fait tristement la Une des faits divers depuis des mois…
Rappelons que la majorité municipale de droite a totalement implosé en mars et que plusieurs adjoints au maire avaient alors publiquement accusé le maire Pierre Morange d’ "utiliser l’argent public à des fins privées" (en l’occurence une voiture de fonction). Une violente altercation verbale avait eu lieu entre le maire et son premier adjoint Gérard Le Bec, à la tête des frondeurs.
Des plaintes réciproques pour détournement de fond et faux en écriture avaient été déposées, le maire ayant découvert en juin 2006 "un faux en écriture imputé à Gérard Le Bec" (Le Courrier des Yvelines du 20 juin).
Ce conseil municipal particulièrement houleux du 19 mars avait précédé de deux jours l’assassinat du chef de la police municipale de Chambourcy, Christian Maréchal. Depuis, selon la presse, "la piste politique est privilégiée" dans cet assassinant mais un "volet financier" était aussi examiné.

Rebondissement important le 8 juin, l’ex premier adjoint Gérard Le Bec a été mis en examen et écroué à Nanterre car il "est soupçonné d’escroqueries et du blanchiment en bande organisée au préjudice d’une importante société de téléachat" (Le Figaro du 11 juin 2007). Pour Le Figaro, "Gérard Le Bec, qui clame son innocence, se serait livré à des jeux de fausses factures d’imprimerie et de serrurerie pour 92 000 euros par l’intermédiaire de ses sociétés" (il est le patron de plusieurs sociétés de surveillance et de sécurité, en liquidation judiciaire selon son avocat). Sept autres personnes ont été déférées devant la justice.
Selon  le procureur de la République, "cette affaire financière est distincte" de l’affaire de l’ "assassinat" de Christian Maréchal et "deux juges d’instruction travaillent sur les deux dossiers criminels et financiers" (Le Courrier des Yvelines du 13 juin).

Chambourcy n’a pas fini de faire parler d’elle, à son grand regret, et la ville bruisse de rumeurs de toute sorte depuis des mois… La situation politique locale n’a jamais été aussi tendue, malgré la réélection comme député de Pierre Morange.
Nous reparlerons de cette situation très prochainement sur ce blog.

Nos précédents articles :
Ambiance délétère à Chambourcy
La majorité municipale de Chambourcy implose

En 2009, une clinique privée dans l’hôpital de Saint-Germain

La nouvelle clinique privée, fruit de la fusion entre les cliniques Marie-Thérèse et Louis XIV, est en construction pour une durée de 18 mois sur le site de l’hôpital de Saint-Germain. Un projet dont nous avons souvent parlé sur ce blog et dont nous voulons soulever un certain nombre de points importants.

Le plan hôpital 2007 en France est un échec ; plus de la moitié des hôpitaux connaît le déficit. La chirurgie publique recule année après année et avec elle, le rôle d’excellence de l’hôpital public. L’inégalité d’accès aux soins s’accentue ; cette inégalité est à la fois sociale et territoriale. Enfin, les dépassements d’honoraires, voire les refus de soins, se multiplient.

Dans ce contexte, les socialistes de Saint-Germain désapprouvent l’installation des cliniques privées Louis XIV et Marie-Thérèse au sein de l’hôpital public de Saint-Germain-en-Laye. Nous estimons que l’avenir du service public hospitalier ne passe pas exclusivement par la mise en place de coopération Public/Privé. Il y a d’autres solutions pour maintenir un secteur public hospitalier fort.

Le principe de réalité étant ce qu’il est, à savoir que la construction a commencé, les socialistes de Saint-Germain appellent à la vigilance sur cinq points particuliers:

1) Les cliniques utiliseront-elles les plateaux techniques de l’hôpital public et sous quelles conditions ?

2) Les médecins du privé participeront-ils aux gardes du service public ?

3) Quels tarifs proposeront les cliniques privées, particulièrement la maternité ? Pour la maternité, le tarif sera-t-il identique au public ?

4) Quels seront les délais observables dans cet ensemble hôpital et cliniques ?  Autrement dit, ne va-t-on pas proposer des rendez-vous dans les deux mois à l’hôpital public de Saint-Germain et sous huitaine dans les cliniques ?

5) Enfin, quelle sera la politique menée en matière de dépassement d’honoraires ? Il ne s’agit pas de stigmatiser les praticiens à double statut (public/privé) mais en discutant avec la population, nous avons eu de nombreux témoignages de situations où des praticiens ont proposé des rendez-vous différents, évidemment plus rapides dans le privé et où la double casquette public/privé est mal identifiée par le patient.

En tant que socialistes, il est de notre responsabilité de nous interroger si ce type de coopération public/privé n’encourage pas un système de santé à plusieurs vitesses et donc, une véritable inégalité devant les soins. La carte bleue ne doit pas remplacer la carte vitale.

Nos précédents articles sur l’hôpital de Saint-Germain :
Clash à l’hôpital
Lettre ouverte au directeur de l’hôpital de Poissy/Saint-Germain
Hôpital de Saint-Germain : la cardiologie et la pédiatrie menacée
Hôpital de Saint-Germain : l’hémorragie continue
La vérité sur les cliniques à Saint-Germain

De plus en plus d’Yvelinois paient l’impôt sur la fortune

Article du Parisien du 20 juin 2007

LES YVELINES, terre de riches.

La campagne de déclaration de l’impôt de solidarité sur la fortune qui vient de se terminer devrait, une nouvelle fois, confirmer cette tendance : dans le département, l’ISF rapporte de plus en plus d’argent. Les chiffres révélés par la direction des services fiscaux des Yvelines montrent qu’en 2006 près de 25 000 Yvelinois ont payé cet impôt.

Ils étaient 20 000 en 2001… (sur quelque 700 000 foyers fiscaux). Résultat, la campagne locale 2006 a permis à l’Etat d’engranger 163 millions d’euros, soit près de 6 500 euros payés par contribuable. « Par rapport à 2005, les recettes ont augmenté d’environ 20 %, explique Pascal Anoulies, de la direction des services fiscaux des Yvelines. Le département se place ainsi au troisième rang francilien des sommes récupérées (NDLR : derrière Paris et les Hauts-de-Seine). » Mais très, très loin… devant la Seine-Saint-Denis, qui compte quelque 3 000 assujettis.
Selon les impôts, c’est l’augmentation des prix de l’immobilier qui explique cette tendance à la hausse : « D’abord, les gens sont plus riches car leur bien vaut plus cher. Mais l’augmentation des prix fait que les nouveaux Yvelinois qui viennent de s’installer dans le département ont logiquement plus de moyens. » Où trouver les foyers les plus aisés ? Sans grande surprise, il suffit de se promener près de Saint-Germain-en-Laye ou de Versailles : ces deux secteurs concentrent 75 % des contribuables les plus fortunés. Dans la cité des rois (86 000 habitants), 3 861 foyers sont assujettis à l’ISF. A Saint-Germain (42 000 habitants), on en dénombre 1 609. A Chambourcy, une petite commune voisine de Saint-Germain-en-Laye, ce sont par exemple quelques stars du PSG qui constituent les ménages les plus aisés. Pour Pierre Morange, le député-maire UMP de Chambourcy, cette situation n’est ni problématique ni avantageuse : « Un maire doit être celui de tous les citoyens. Il n’y a bien évidemment pas de traitement particulier entre tous mes habitants », explique l’édile. Situé à vingt minutes de La Défense par l’autoroute A 14, Orgeval attire également des cadres supérieurs qui émargent sans difficulté à 20 000 euros par mois. Quant aux riches un peu moins « occupés », ils se retrouvent dans les villages tranquilles de la vallée de Chevreuse où artistes et hommes d’affaires ont élu domicile, comme le milliardaire François Pinault à Grosrouvre.

La nouvelle Assemblée nationale

Voici la composition de la nouvelle Assemblée nationale selon les résultats officiels du Ministère de l’Intérieur.
Dans l’Assemblée sortante, le groupe socialiste comptait 142 membres et 8 apparentés, soit 150 députés. Avec les apparentés, le groupe socialiste devrait désormais compter 202 membres soit une nette progression. Pour rappel, les projections à l’issue du 1er tour ne donnaient, au mieux, qu’une petite centaine de députés.
Le PC ne cède que quelques sièges et en conquiert même un en Seine-Maritime. Les Verts gardent leurs trois sortants et conquièrent un siège à Nantes.
Plusieurs circonscriptions réputées inprenables sont passées à gauche comme en Mayenne ou en Maine-et-Loire pour ne citer que quelques exemples.

Plus d’informations :
Tous les résultats par circonscription sur le site du Ministère de l’Intérieur.
Les résultats des législatives 2002
Les résultats dans les Yvelines
La campagne dans la 6e circonscription

Grand Chelem pour l’UMP dans les Yvelines

Malgré la poussée nationale de la gauche au second tour, qui contredit nettement la vague bleue annoncée (et qui a fait certains victimes de renom comme Alain Juppé), les Yvelines font exception et envoient 12 députés UMP à l’Assemblée nationale.
6 avaient déjà été élus au 1er tour le 10 juin, dont Pierre Morange dans la 6e circonscription.
Certains scores sont toutefois très encourageants pour la gauche dans la perspective des prochaines élections.

Voici les résultats par circonscription :

1ere circonscription (Versailles nord) :
Etienne Pinte (UMP) :                     57.70%  [63.96% en 2002]
Sylvie Faucheux (PS) :                    42.30%

7e circonscription  (Conflans) :
Pierre Cardo (UMP) :                     57.80% [58.08% en 2002]
Estelle Rodes (PS) :                        42.20%

8e circonscription (Mantois) :
Pierre Bédier (UMP) :                      50.67% [60.05% en 2002]
Françoise Descamps Crosnier (PS) : 49.33%

10e circonscription (Rambouillet) :
Christine Boutin (UMP) :                  58.32% [56.29% en 2002]
Didier Fischer (PS) :                         41.68%

11e circonscription (Trappes) :
Jean-Michel Fourgous (UMP) :         51.75% [51.66% en 2002]
Safia Otokoré (PS) :                         48.25%

12e circonscription (Poissy) :
Jacques Masdeu-Arus (UMP) :         52.32% [60.74% en 2002]
Eddit Aït (PRG) :                               47.68%

Les Yvelines seront donc représentées à l’Assemblée Nationale par deux députés condamnés en 1ere instance et normalement inéligibles (ils ont fait appel), Pierre Bédier et Jacques Masdeu-Arus… C’est précisément dans ces deux circonscriptions (la 8e et la 12e) que la gauche progresse le plus.

Le maire de Saint-Germain attaque le bilan de son prédécesseur

Etonnant éditorial du maire de Saint-Germain dans le dernier Journal de Saint-Germain !
Que dit M. le maire?

"Il y a dix ans, à l’image de son château, Saint-Germain s’était assoupie. Notre ville connaissait alors un grave déclin démographique, elle avait perdu l’Insitut de recherche de la Sidérurgie (Irsid), sa principale entreprise, son hôpital s’engageait dans une fusion hasardeuse avec celui de Poissy pour tenter d’enrayer un déclin annoncé, l’endettement municipal s’était fortement alourdi.
Aujourd’hui, notre ville connait la plus forte croissance démographique des grandes villes des Yvelines, Ford a remplacé l’Irsid, un programme ambitieux de rénovation de l’hôpital est en cours et notre endettement est réduit d’un tiers. […]."
Si l’on décrypte un peu ces mots, le maire de Saint-Germain attaque sévèrement le bilan de son prédécesseur. Celui-ci était-il un adversaire politique? Un maire de gauche? Mais non, il s’agissait de Michel Péricard, député-maire RPR, décédé en 1999.
L’attaque est d’autant plus étonnante que M. Lamy semble oublier qu’il a siégé dans la majorité de Michel Péricard depuis 1983 et a été son 2e adjoint pendant les années 90 puis son dauphin désigné. Cette période "endormie", si elle a existé, est aussi la sienne. Et les Saint-Germanois n’ont pas entendu à cette époque de critiques de M. Lamy contre la gestion Péricard.
Mais bizarrement, quand la gauche disait à cette période que la ville n’investissait pas assez et ne préparait pas assez l’avenir, c’est souvent M. Lamy qui était le plus virulent pour défendre les actions de Michel Péricard…
Bizarrement, quand nous contestions cette fusion des deux hôpitaux que nous jugions dangereuse pour notre hôpital, on nous riait au nez. Aujourd’hui M. Lamy la trouve "hasardeuse"…

La famille de Michel Péricard et ses amis auront sans doute apprécié ces appréciations du maire… Rappelons que la veuve de Michel Péricard, Catherine Péricard, est l’actuelle conseillère générale UMP du canton de Saint-Germain sud et qu’on prête à Arnaud Péricard, son fils et co-président de l’association Couleur Saint-Germain, l’intention de monter une liste pour les prochaines élections municipales.
Les règlements de compte au sein de la droite saint-germanoise se poursuivent donc. Nous avions déjà donné quelques aperçus de ces querelles internes il y a quelques mois (à lire ici et ici). Assurément, celles-ci vont se poursuivre lors des élections municipales de mars 2008…


A lire :
La droite saint-germanoise se déchire
L’appréciation de M. Lamy sur la famille Péricard et réciproquement

Les résultats des candidats dans les 7 communes de la 6e circonscription

Pierre Morange a donc été réélu au 1er tour avec 54,03% des voix dans la 6e circonscription.

Voici le détail des résultats des candidats par commune (en %).
La répartition des votes par communes se lit de haut en bas, le score des candidats dans chaque commune de gauche à droite.
                       Ach.       Aigr.        Chamb.       Fourq.     Mareil-M.   Le Pecq        St-Ger.


Morange (UMP)            35.04        63.99        57.84         65.49         60.39            56.01           58.26
Gardenal (Div)                  0.67          0.62          1.11           0.72           1.58              1.07             0.96
Abisseror (PS)               15.61         8.85         11.76         11.58         12.29           14.76            13.40
Inglebert (FN)                  4.37           3.09          3.09           1.82           3.04             3.36              3.21 
Evrard (LO)                       1.15             0             0.28           0.24           0.23             0.86             0.77
Outreman (PC)                28.22          1.03           2.73          1.44            1.58             3.79             3.33
Saint Martin (MPF)          1.20          2.26           2.45          1.15            2.87             2.04             2.50
Larcher (Modem)              8.54        16.05         15.87         13.93         13.11           13.30           13.35
Groll (MRC)                       0.57          0.41           0.55           0.38           0.53             0.71             0.47
Knauss (Verts)                  3.56          2.47           3.13           2.30           3.34             3.32             2.71
Castric (GE)                        1.06          1.23           1.19           0.96           1.05             0.78             1.04

A lire : les résultats de la 6e circonscription