Interview d’Emmanuel Fruchard, candidat PS sur le canton de Saint-Germain nord

En quelques mots, qui êtes-vous Emmanuel Fruchard

J’ai 44 ans et j’habite à Saint-Germain depuis 1999, avec ma femme et nos 2 enfants. Avant cette date, nous avons vécu en banlieue parisienne puis à New York. Professionnellement, je travaille depuis 20 ans sur les marchés financiers, en particulier sur les modèles d’évaluation de produits dérivés et leur implémentation informatique. Je me suis toujours senti le coeur à gauche, avec une préoccupation particulière pour l’environnement. En découvrant Saint-Germain, j’ai été frappé du contraste entre une qualité de vie incontestable et des retards considérables dans certains équipements collectifs, comme par exemple la bibliothèque municipale. D’une manière générale la culture est très conventionnelle à Saint-Germain. Heureusement qu’il y a Pandora à Achères pour voir des films vraiment variés !
J’ai rejoint le PS en 2000, avec une préférence pour les actions locales et en particulier le rôle d’opposition constructive qui me paraît primordial.

Quels sont vos principaux reproches sur la gestion actuelle du département par la Droite? 

Notre département a adopté depuis la présidence de M. Borotra une politique qui consiste à en faire le moins possible. Certes, cela permet de maintenir des taux d’impôts très bas, mais d’un autre côté le département n’est pas dynamique, est peu solidaire et est mal préparé pour l’avenir. C’est un département dirigé par des gens aisés qui cherchent avant tout à maintenir leur qualité de vie, alors même que la vie devient chaque année plus dure pour de nombreux Yvelinois, pour trouver un travail, un logement, se déplacer, etc.
  

Quels sont vos principaux thèmes de campagne et vos propositions pour le département et le canton?

Dans le domaine du logement, la majorité UMP a amorcé, avec les encouragements des élus de gauche, une série d’initiatives qui vont dans le bon sens (les CDOR), mais je souhaite que ces aides privilégient les logements sociaux et à basse énergie.
Ma priorité ira au thème des transports, car c’est le dossier sur lequel je suis le plus en désaccord avec la politique menée par le département depuis 6 ans. La majorité UMP donne la priorité au transport routier, et en particulier à des projets destinés à augmenter le débit de voitures individuelles. Je pense au contraire que la partie Nord-Est du département est maintenant suffisament densément peuplée pour que les habitants aient un vrai choix entre les moyens de transport pour se rendre à leur travail. Or aujourd´hui, ce choix n’existe que pour se rendre à Paris ou à La Défense. Pour ces destinations, 90 % des habitants prennent les transports en commun. Par contre, ceux qui habitent notre canton et travaillent à Cergy, à Versailles ou à Saint-Quentin me disent qu’ils « n’ont pas vraiment le choix ». Tous ceux qui le peuvent (70%) utilisent leur voiture et supportent mal les embouteillages de la N184, la N186 et l’A12. Actuellement, le département se défausse sur la région pour expliquer le manque d’alternative, et un seul projet ferré est en cours (tramway Viroflay – Chatillon Montrouge). Ce projet est organisé et co-financé avec les Hauts-de-Seine. Justement, les Hauts-de-Seine, un département pas vraiment à Gauche, a 5 projets ferrés en cours, financés seulement à hauteur de 20% par le département. Pourquoi les élus des Hauts-de-Seine réussissent-ils à travailler avec la région et pas ceux des Yvelines ?

Votre première mesure si vous êtes élu? 

Dans le canton, ma première mesure sera d’organiser une permanence par semaine, en alternant Achères et Saint-Germain.
Au niveau départemental, je prendrai contact avec mes nouveaux collègues, de Droite comme de Gauche, et leur proposerai de rouvrir le dossier de la ligne Grande Ceinture avec un co-financement des Yvelines et de la région.  

Le Courrier des Yvelines : Les socialistes attaquent le maire sur la gestion de l’usine Azalys

Nous avons déjà évoqué à plusieurs reprises le dossier de la gestion de la dette du Sidru. Vous pouvez retrouver nos articles précédents dans notre dossier Sidru.
Le Courrier des Yvelines se saisit de l’affaire et consacre un long article dans son édition du 21 novembre, que nous reproduisons ci-dessous. Nous aurons très prochainement l’occasion de revenir sur ce dossier important.


Les socialistes attaquent le maire sur la gestion de l’usine Azalys Emmanuel Lamy  est actuellement président du Sidru, le syndicat intercommunal pour la destruction des résidus urbains. Sa gestion serait « hasardeuse« , selon les socialistes.

Est-ce l’approche des élections municipales? Les socialistes se veulent en tout cas plus incisifs à l’approche du rendez-vous de mars 2008. Preuve en est l’actuelle polémique sur l’usine Azalys et sa gestion. Rappel des faits et explications.
La destruction des ordures ménagères de quinze communes du secteur (dont Saint-Germain, Poissy, Conflans, Fourqueux, Orgeval…) est confiée au Sidru, un syndicat intercommunal qui gère l’usine d’incinération Azalys, située à Carrières-sur-Seine.
Une usine surdimensionnée, très sophistiquée, et qui a connu par le passé des avaries techniques importantes. Au total, son coût de traitement à la tonne est supérieur à ceux des syndicats intercommunaux voisins et Azalys a généré une dette élevée : envion 228 euros par habitant.
« Fiasco«  Et c’est là que les socialistes de Saint-Germain pointent le doigt qui fait mal. Ils dénoncent « une gestion hasardeuse de cette dette » qui équivaut pour eux à « un fiasco« .
En fait, en 2005 et 2007, le Sidru a opté pour le basculement de certains emprunts à taux fixe (5%) vers des emprunts à taux variables, des contrats de type Swap, spéculatifs puisqu’ils tablent sur une baisse, ou au moins un maintien bas des taux d’intérêts. Une formule risquée, qui permet  d’économiser de l’argent si c’est le cas, mais peut se révéler  désastreuse si ces taux se mettent à monter.
Des pertes importantes « Ce n’est pas le rôle d’un syndicat intercommunal de spéculer. C’est une erreur !« , tonne le socialiste Emmanuel Fruchard, qui estime les pertes actuelles comprises entre 6 et 12 millions d’euros. « Et ce n’est peut-être pas fini ! » prévient-il. Les socialistes ont donc demandé aux maires du syndicat de retirer leurs délégations de marchés au maire de Saint-Germain, qui a été cependant conforté récemment par ses collègues. Emmanuel Lamy contre-attaque : « Tout ceci n’est que pure manoeuvre politicienne de la part des socialistes. Ces swaps sont tout à fait légales. C’est en accord avec le délégué du Sidru de la ville de Conflans que nous avons mis en place ces opérations. C’est une utilisation très fréquente. La Ville de Conflans y a souvent recours. Les socialistes n’en font pas là toute une histoire, mais peut-être parce qu’il s’agit d’une ville de gauche« . Et de poursuivre : « Il ne s’agit pas de toute façon de spéculation mais de gestion dynamique de la dette. Et au contraire, ne rien faire aurait creusé le déficit », tente de convaincre le maire, qui nie les pertes qu’on lui incombe : « Il ne s’agit que de pertes théoriques. Et je peux vous dire jusqu’à aujourd’hui, on a plutôt gagné de l’argent« . […]
Bref, un  dossier chaud sur lequel les adversaires se renvoient dos à dos.
Stéphane Bessac (Le Courrier des Yvelines du 21 novembre 2007).

Pour lire l’article en entier, cliquer sur ce lien (format PDF, 7,3 Mo) ou sur l’image

Plus de détails
:
Traitement des ordures ménagères dans notre région : fiasco en série (1ere partie)
Traitement des ordures ménagères dans notre région : fiasco en série (2e partie)
Sidru (3) : déclaration contestable du président du Sidru
Sidru (4) : le président du Sidru sur la défensive en conseil municipal

L’ancien professeur de sport de Saint-Erembert condamné à 8 ans de prison pour viol

L’affaire avait profondément choqué et divisé les parents et enseignants du collège privé catholique de Saint-Erembert, très réputé à Saint-Germain. Un professeur de sport, très respecté et aimé des élèves et parents d’élèves, était accusé de « viols, tentative de viols,  agressions sexuelles et corruption de mineurs » sur quatre jeunes garçons âgés à l’époque de 11 à 17 ans qui ont porté plainte. Les faits reprochés s’étalaient entre 1993 et 2001.
Une certaine forme d’omerta a prévalu pendant de nombreuses années dans l’établissement alors que des rumeurs voyaient le jour. Les victimes avaient eu beaucoup de mal à témoigner (elles ne l’ont pas toutes fait d’ailleurs), persuadées qu’elles ne seraient pas cru par la direction de l’Ecole (la congrégation de l’Oratoire) ou les parents d’élèves. Une des victimes a ainsi témoigné lors du procès : « Je connaissais Saint-Erembert.  Je savais que ma parole allait être mise en doute et que ça allait être enterré ». (Libération du 24 novembre). Il n’a pas porté plainte. Des parents d’élèves et des enseignants ont longtemps défendu le professeur de sport, faisant pression sur les parents ayant des doutes pour qu’ils ne s’expriment pas.
Cette semaine a eu lieu le procès à la cour d’assises de Versailles et il a été accablant pour l’enseignant. La presse nationale (Le Monde, Libération, etc…) s’en est longuement fait l’écho, révélant le double visage du professeur, réputé pour son charisme.
La justice a rendu son verdict vendredi soir et a condamné cet ancien professeur à 8 ans de prison ferme. L’avocate générale avait réclamé une peine comprise entre 13 et 15 ans de réclusion criminelle.

Sources
: Libération, Le Monde
Photo : site de la ville de Saint-Germain-en-Laye

Elections municipales : les ressortissants des Etats membres de l’Union européenne peuvent voter

Les citoyens de l’Union européenne résidant en France peuvent exercer leur droit de vote et d’éligibilité aux élections municipales et aux élections au Parlement européen. Attention, l’inscription n’est pas automatique, il faut s’inscrire en mairie avant le 31 décembre 2007.

Pour voter, les ressortissants de l’Union européenne doivent s’inscrire sur les listes complémentaires. Il faut distinguer la liste complémentaire pour les élections des représentants Français au Parlement européen et la liste complémentaire pour les élections municipales. L’inscription sur l’une n’entraîne pas l’inscription sur l’autre.

Conditions à remplir pour être électeur :
1 – Avoir la nationalité d’un des 26 Etats de l’Union européenne :
La preuve de l’identité, ainsi que celle de la nationalité, est apportée par la production d’un document d’identité en cours de validité. A ce titre, la carte de séjour peut être produite. 

2 – Avoir 18 ans :
Cette condition s’apprécie à la date de clôture de révision des listes électorales complémentaires, c’est à dire au dernier jour de février. Si la demande d’inscription n’est prise en compte à la mairie que jusqu’au dernier jour ouvrable de décembre, une personne qui aura 18 ans entre le 1er janvier et le dernier jour de février de l’année suivante, et qui remplit les autres conditions, peut également aller s’inscrire auprès de sa mairie pendant la période de révision des listes.
Toutefois, dans ce cas, elle sera inscrite par le juge d’instance.

3 – Jouir de ses droits civiques tant en France que dans son Etat d’origine :
Le demandeur doit attester jouir de ses droits civiques au moment où il dépose sa demande d’inscription. 

Comment s’inscrire ? :  
Les inscriptions se font auprès de la mairie de sa commune jusqu’au dernier jour ouvrable de décembre, le samedi étant considéré comme ouvrable.
La mairie demandera systématiquement de produire un titre d’identité (carte d’identité, passeport ou carte de séjour) et un justificatif de domicile.
Les électeurs qui s’inscrivent au titre du domicile n’ont pas à justifier de six mois de résidence : ils peuvent donc s’inscrire à la mairie dès leur arrivée dans une commune.

A Saint-Germain, Fourqueux et Mareil-Marly résident de nombreux ressortissants de pays de l’Union européenne. Il est important qu’ils s’inscrivent avant le 31 décembre pour participer à l’élection du conseil municipal de leur commune.
Les ressortissants communautaires peuvent être élus conseillers municipaux mais ne peuvent être ni maire ni adjoints. Ils ne peuvent pas participer à l’élection des sénateurs.

Téléchargez le formulaire d’inscription sur les listes électorales pour les ressortissants de l’Union europénne (Elections municipales).
Sources : Ministère de l’Intérieur

Pourquoi nous approuvons le projet de révision du SDRIF

La révision du schéma directeur de la région Ile-de-France (SDRIF) est soumise à enquête d’utilité publique jusqu’au 8 décembre. Tous les habitants de la région peuvent s’exprimer lors de cette enquête (pour plus de détails sur les modalités, cliquez ici). 

Le SDRIF a été révisé à partir de 2004 pour définir les aménagements nécessaires à la région Ile-de-France pour les 25 ans à venir (2005- 2030), sur les plans du logement, du transport, de l’agriculture, de la recherche, de l’éducation et de la vie économique.
Il est bâti dans le cadre du respect de l’environnement et va dans le sens des conclusions du Grenelle de l’environnement et du discours de Nicolas Sarkozy prononcé le 25 octobre 2007, dont on peut extraire deux principes :
1er principe : « Tous les grands projets publics, toutes les décisions publiques seront désormais arbitrées en intégrant leur coût pour le climat, leur « coût en carbone »
2ème principe : « Les décisions non écologiques devront être motivées et justifiées comme ultime et dernier recours. […] Nous allons appliquer immédiatement ce principe à la politique des transports. […] La priorité ne sera plus au rattrapage routier mais au rattrapage des autres modes de transports. »

Les grandes orientations du SDRIF nous paraissent primordiales :

  • Promouvoir une nouvelle politique de transports au service du projet régional. Nous sommes très sensibles à la priorité aux transports en commun
  1.   Pour la liaison des pôles d’activités (St Denis, Roissy, La Défense…)
  1.  Pour le maillage des radiales (desserte de Cergy par les tangentielles nord et ouest)
  1.  Nous notons et approuvons en particulier que le projet de prolongement de l’autoroute A104 entre Cergy et Orgeval ne reçoit pas l’adhésion du SDRIF. Ce sont 2 milliards d’euros économisés pour réaliser une liaison ferroviaire de qualité entre Versailles et Cergy, entre autres. Il faut, en outre, sécuriser la Nationale 184 d’urgence.
  • Offrir un logement à tous les franciliens, viser un taux de 30% de logements sociaux, privilégier le cœur d’agglomération (50% des 60.000 logements/an). Concrètement il s’agit de construire 1,5 millions de logements d’ici 2030.
  • Doter la métropole d’équipements et de service de qualité (exemple l’aménagement du fleuve)
  • Préserver, restaurer, valoriser les ressources naturelles et permettre l’accès à un environnement de qualité
  • Accueillir l’emploi et stimuler l’activité économique, garantir le rayonnement international.

Nous souhaitons que tous les élus locaux (municipaux et départementaux) respectent scrupuleusement ces orientations. Pour le moment, la droite yvelinoise a décidé de s’opposer à ce projet de révision du SDRIF pour de simples raisons politiciennes (la Région est dirigée par la gauche). Vous avez jusqu’au 8 décembre inclus pour vous exprimer au centre administratif de Saint-Germain sur ce projet de révision du SDRIF.

Plus de détails :
Le site du SDRIF
Nos précédents articles sur ce sujet :
Le conseil général des Yvelines vote contre le SDRIF
Enquête d’utilité publique sur la révision du SDRIF

L’Organisation Internationale du Travail signe l’arrêt de mort du CNE

Après la Cour d’Appel de Paris, qui avait jugé le 12 juillet le Contrat Nouvelle Embauche non conforme au droit international, c’est aujourd’hui l’Organisation Internationale du Travail qui signe définitivement l’arrêt de mort du CNE.
Le CNE est un contrat de travail à durée indéterminée (CDI) destiné aux entreprises de moins de 20 salariés, adopté par le gouvernement Villepin en 2005. Il débute par une période de deux ans, dite « période de consolidation » pendant laquelle l’employeur peut licencier son salarié sans avoir à fournir de justification. Il a été beaucoup utilisé par des employeurs du bâtiment.
Dans un rapport adopté par le Conseil d’administration de l’OIT, réuni à Genève jusqu’à vendredi, le Comité chargé d’examiner une réclamation présentée par le syndicat Force Ouvrière a déclaré être « dans l’incapacité de conclure (…) qu’une durée aussi longue que deux ans soit raisonnable« . L’OIT « note que la durée normalement considérée comme raisonnable de la période d’ancienneté requise n’excède pas six mois en France« . En outre, un contrat de travail ne peut être rompu « en l’absence d’un motif valable« , a tranché le Comité de l’OIT.
Le CNE avait été validé par le Conseil d’Etat, aujourd’hui désavoué par l’OIT. Plusieurs jugements aux prud’hommes ont estimé que ce dispositif était contraire à une convention (158) de l’Organisation internationale du travail (OIT) datant de 1982.
Cette Convention précise qu’il est permis de licencier sans justification durant une période d’essai, mais à condition que celle-ci soit d’une durée « raisonnable« .

Sources : AFP 

Municipales 2008 : les maires de Fourqueux et Mareil-Marly ne se représentent pas

La situation à Mareil-Marly 
Philippe Sander, actuel maire divers droite de Mareil-Marly, a décidé de ne pas se représenter à l’issue de son second mandat.
Nous avions révélé sur notre blog en mars 2007 que Philippe Sander avait parrainé Jean-Marie Le Pen pour l’élection présidentielle, suivant en cela la consigne du président de l’UMP d’alors, un certain Nicolas Sarkozy (« cette directive de l’UMP a été à l’origine de mon choix », avait déclaré Philippe Sander au Courrier des Yvelines). Ce parrainage inattendu avait suscité un réel émoi dans la commune. Il intervenait après des propos plus que douteux du maire lors de ces voeux à la population en janvier 2007 au sujet des homosexuels, propos que nous avions également révélés sur notre blog (« la famille [est une] source de vie et de bonheur au contraire de l’homosexualité qui s’appelle GAY pour ne pas afficher sa tristesse… »).
Les candidats à la succession de Philippe Sander ne sont pas encore connus officiellement. Contrairement à ce que l’on pouvait espérer, le mode de scrutin reste inchangé (commune de moins de 3500 habitants).

 

La situation à Fourqueux
A Fourqueux, le maire Jean-Paul Binard (divers droite), en poste depuis 1989 après avoir été adjoint entre 1977 et 1989, a lui aussi décidé, à 70 ans, de ne pas se représenter et de passer la main en mars 2008.
Il a intronisé comme dauphin Daniel Level, actuel conseiller général UMP et 2e adjoint de Fourqueux. L’ensemble des candidats n’est pas encore connu mais une seconde liste de droite est annoncée, menée par Jean-Paul Khann, ancien adjoint.
 

Nous aurons l’occasion de revenir sur la situation locale dans ces deux communes.

A lire aussi :
Tous nos articles sur Fourqueux et Mareil-Marly

Pour une politique de santé ambitieuse à Saint-Germain

Depuis début septembre, l’opposition de gauche n’a plus le droit de s’exprimer dans le Journal de Saint-Germain jusqu’aux prochaines élections municipales de mars 2008 en raison de la campagne électorale.
Nous vous proposons désormais de découvrir tous les quinze jours sur notre blog la tribune libre que vous auriez dû lire dans le Journal de Saint-Germain. Aujourd’hui un article consacré à la politique de la santé.


Bien qu’elle n’ait pas de compétences réglementaires en santé, notre ville se doit d’engager des actions dans le domaine de la santé. Saint-Germain-en-Laye, comme la plupart des villes, est confrontée à trois phénomènes convergents :
- Le vieillissement de la population      
– La permanence des soins qui se heurte à la démographie médicale
– Des phénomènes d’exclusion et de précarisation en augmentation

Le rôle d’une municipalité est donc légitime compte tenu de sa connaissance du terrain, des difficultés des habitants, du tissu local associatif partenaire mais également par sa capacité à agir, par le biais de ses services ou en mobilisant les acteurs locaux. La ville a ainsi la possibilité de coordonner et mettre en synergie tous les acteurs, ce qui permet de mettre en oeuvre une politique qui soit porteuse de sens. 
La municipalité a une responsabilité particulière vis-à-vis des plus démunis, à travers le CCAS (Centre Communal d’actions sociales), autant de problématiques en interaction avec les questions de santé. 
De plus, il faut rappeler que le maire de Saint-Germain est aussi président du conseil d’administration de l’hôpital en alternance avec le maire de Poissy.  

Quelques propositions d’actions :

  • Etre exigeants et vigilants sur le maintien de l’hôpital public sur le territoire de notre commune

Nous n’acceptons pas le démantèlement programmé de l’hôpital public de Saint-Germain au bénéfice des cliniques privées. L’hôpital joue un rôle fondamental dans une politique de soin accessible à tous. 

  •  Mettre en place à Saint-Germain, des ateliers santé-ville

Ces ateliers santé-ville nous permettraient de rencontrer tous les acteurs qui s’occupent de la santé dans la ville de Saint-Germain-en-Laye. Il s’agit d’identifier les grandes problématiques de santé de la population. Ces rencontres doivent aussi associer les travailleurs sociaux de la ville et les comités d’usagers.
Ces ateliers santé-ville pourraient, dans un deuxième temps, être ouverts à la population pour déterminer des programmes d’actions concrètes qui visent à améliorer la santé des publics.
Les problématiques peuvent être aussi variées que le diabète, le sevrage tabagique, la prévention des maladies cardio-vasculaires, le dépistage du cancer du sein, la prévention du surpoids et de l’obésité, la souffrance psychique des adolescents etc.

  • Renforcer un pôle santé scolaire

Nous pourrions, dans le domaine de la santé scolaire, renforcer les moyens de la municipalité, dès la maternelle. Le dépistage doit débuter dès le plus jeune âge. Outre le dépistage, il faut également favoriser l’accès aux soins. Un travail particulier pourra être apporté sur les troubles de l’apprentissage. 

  • Mettre en valeur des actions en matière de santé / environnement dans la ville

Il s’agit de décliner en conséquences de santé la politique locale d’environnement à Saint-Germain-en-Laye. Aménager les équipements sportifs, développer des cheminements piétons dans la ville, faciliter la pratique du vélo, permettent par l’activité induite de ces équipements de participer à la lutte contre l’obésité par exemple. 

  • Faciliter l’implantation de maisons d’accueil spécialisées pour les personnes âgées dépendantes à tarifs modérés.

La grande vieillesse est trop souvent un fardeau financier pour les familles.


Par ce type d’actions, nous voyons bien qu’une municipalité peut et doit se trouver en première ligne pour défendre un des services publics auxquels nos concitoyens sont le plus attachés : la santé.

Pascal Lévêque
Nos précédentes tribunes libres :
La petite enfance à Saint-Germain
La politique éducative à Saint-Germain
La politique associative à Saint-Germain

Le musée national d’archéologie de Saint-Germain sera bien gratuit à partir du 1er janvier 2008

Nous l’avions annoncé sur notre blog dès le 13 septembre, le musée d’archéologie nationale de Saint-Germain-en-Laye fait bien partie de la liste des musées nationaux dont le gouvernement veut expérimenter la gratuité pour 6 mois en 2008.
La ministre de la Culture a retenu quatorze musées et monuments nationaux dans toute la France qui testeront du 1er janvier au 30 juin 2008 la gratuité totale pour les visiteurs.
Voici la liste complète : six musées à Paris ou en région parisienne (Guimet, Cluny, les Arts et Métiers, les Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye, le Musée de la Renaissance d’Ecouen et celui de l’air et de l’espace du Bourget) Et huit en province : la Marine de Toulon, Adrien-Dubouché de Limoges, Magnin à Dijon, le Palais du Tau à Reims, Jacques-Coeur à Bourges et les châteaux d’Oiron (Deux-Sèvres), de Pau et de Pierrefonds (Oise).
Parallèrement, quatre grands musées parisiens mettront en place un dispositif de gratuité ciblé sur le jeune public (Musée d’Orsay, Musée du Louvre, Musée du quai Branly, Centre Pompidou) : ils accueilleront gratuitement les visiteurs entre 18 et 25 ans un soir par semaine, de 18h à 21h.
De nombreux établissements reçoivent déjà gratuitement  une majorité de visiteurs. Ainsi, pour le musée national d’archéologie – chateau de Saint-Germain-en-Laye, la fréquentation gratuite est de 60.165 visiteurs sur une fréquentation totale de 78.250 visiteurs. La part des moins de 18 ans représente 62.20%. (Source : Ministère de la Culture)
Un prestataire extérieur fera le bilan de cette expérimentation, en particulier au niveau de la fréquentation.

Arnaud Péricard s’approprie le logo UMP sur ses affiches et son site

Décidément, la Droite saint-germanoise n’en finit pas de se déchirer. On sait qu’une second liste de droite, emmenée par Arnaud Péricard, se présente au suffrage des Saint-Germanois pour les élections municipales de mars 2008, face à la liste du maire sortant Emmanuel Lamy et celle de la gauche conduite par Pascal Lévêque.
Les deux hommes sont pourtant tous les deux membres de l’UMP mais n’ont pas réussi à s’entendre, sur fond de profonds contentieux personnels, déjà évoqués sur ce blog  ou dans la presse, à plusieurs reprises.
L’UMP a accordé son investiture au maire sortant le 11 octobre (cf le site de l’UMP 78) mais semble-t-il avec quelques réserves. Le président UMP du conseil général Pierre Bédier déclarait ainsi le 10 octobre dans le Courrier de Mantes qu’à Saint-Germain « l’EPY [la majorité départementale] soutiendra le maire sortant, même si un certain nombre d’entre nous connaît Arnaud Pericard et ses grandes qualités, mais la logique politique et le désir d’unité le veulent. » On a connu soutien plus chaleureux pour un maire sortant…
Arnaud Péricard, qui n’a donc pas reçu l’investiture UMP, fait pourtant figurer sur son site et ses affiches le logo UMP (cf ci-contre notre photo prise il y a quelques jours), logo qu’il n’a pas le droit d’utiliser pendant sa campagne. Une ambiguïté assumée par le candidat dissident, bien décidé visiblement à compliquer la campagne du maire sortant.
Selon nos informations, l’UMP a intenté un recours contre l’utilisation du logo UMP par Arnaud Péricard. 

Les électeurs de droite vont-ils s’y retrouver dans ces conflits d’égo ? Les électeurs saint-germanois peuvent en tout cas compter sur la liste de gauche emmenée par Pascal Lévêque pour leur faire des propositions concrètes et innovantes pour notre ville. Vous les retrouverez en détail fin novembre sur le blog de la liste de gauche, actuellement en construction.

Plus de détails :
Tous nos articles sur la campagne des municipales