Odeurs pestilentielles aux abords de la blanchisserie interhospitalière (2e partie)

Dans un premier article (à lire ici), nous avons présenté la blanchisserie interhospitalière (BIH) de Saint-Germain, située dans le quartier du Bel-Air.
Cet important établissement, qui gère le linge sale d’une quinzaine d’établissements de santé, occasionne depuis plusieurs mois des nuisances olfactives extrêmement désagréables aux riverains.

Fin 2004, une inspection de la DRIRE (direction régionale de l’industrie, de la la recherche et de l’environnement) a mis en évidence l’élévation anormale de la température des effluents au-delà de la limite imposée par l’arrêté préfectoral, c’est à dire 30°C.
Le Préfet, autorité de tutelle, avait exigé en 2005 un investissement de 66.000 Euros pour la mise en place d’un échangeur de chaleur afin d’abaisser la température des effluents en deçà de la valeur limite imposée soit 30° ; les relevés effectués ont montré des températures moyennes de rejet de 37°. 

Fin 2007 et début 2008, de nombreux riverains, notamment des co-propriétaires de résidences ainsi qu’une pétition de 90 personnes signalent « les odeurs nauséabondes émanant des bouches d’égouts » et demandent au maire de Saint-Germain de « réaliser les travaux d’assainissement des rues Vivaldi, Rameau et Rossini » afin de « mettre un terme à l’émanation de ces odeurs insoutenables« .

La mairie reconnait que « ce problème ne [leur] est pas inconnu » et qu’une visite sur place de la DRIRE et de techniciens de la mairie  le 19 février « a mis en évidence certains dysfonctionnements« .

Suite à l’inspection de la DRIRE le 19 février, le Préfet des Yvelines, par courrier en date du 7 avril dernier, a confirmé :
– que « de fortes odeurs nauséabondes étaient perceptibles au niveau de certains avaloirs d’eaux pluviales situés sur la chaussée du Boulevard Franz Liszt immédiatement en aval de la blanchisserie, ceci jusqu’à environ 200 m du point de rejet« 
– que l’exploitant a indiqué que ces odeurs provenaient d’une fosse de 200m3 de mélange des eaux de lavage de la blanchisserie, fosse créée en 2007
– qu’un dispositif de ventilation de la fosse a été installé et une vidange réalisée le 28 février par l’exploitant
– que l’Inspecteur a proposé de rehausser les pompes de relevage des effluents afin de limiter le rejet des boues fermentées accumulées en fond de fosse.

Le préfet conclut que selon lui, « il semblerait que les travaux effectués ne soient pas suffisants et un nouveau contrôle est demandé à l’Inspection des installations classées« .

L’affaire à ce jour est loin d’être close et les nuisances sont toujours là. Au vu de cette situation, nous demandons dans un premier temps au maire de Saint-Germain (la question sera posée ce soir en conseil municipal) :

– Quelle est son analyse, ses mesures prises concernant notamment la surveillance du réseau d’assainissement de la ville en aval de la blanchisserie ?
– Quelles mesures d’information et de communication, qui ont été à ce jour totalement absentes, compte-t-il mettre en place à destination des riverains et des habitants du quartier du Bel Air qui depuis des mois vivent ces désagréments?
En 2007, la Blanchisserie envisageait une extension de son activité avec la construction de deux bâtiments de 1.000 mètres carrés chacun en vue d’un projet d’agrandissement de la Blanchisserie, projet à ce jour non concrétisé. Quelle serait sa position sur une telle éventualité ?

Nous poursuivons notre travail sur ce dossier et vous tiendrons très régulièrement informé. N’hésitez pas à nous apporter vos témoignages, soit en ajoutant un commentaire ci-dessous, soit en nous contactant par mel à cette adresse ps.saintgermain@gmail.com

Photo de l’auteur
A lire aussi :
La première partie de l’article : la présentation de la BIH

Odeurs pestilentielles aux abords de la blanchisserie interhospitalière à Saint-Germain (1ere partie)

Depuis plusieurs mois, des odeurs pestilentielles incommodent les habitants du Bel-Air aux alentours de la blanchisserie interhospitalière, située juste à côté de la caserne des pompiers. Des dysfonctionnements sont apparus dans l’exploitation de cette blanchisserie.
Nous consacrerons plusieurs articles à ce problème important qui, à ce jour, n’est pas du tout résolu.
Le premier article est consacré à la présentation de la blanchisserie interhospitalière (BIH), établissement méconnu des Saint-Germanois.

La blanchisserie inter-hospitalière de Saint-Germain-en-Laye est située au 15 Boulevard Franz Liszt dans le quartier du Bel Air. C’est un établissement public sous forme de syndicat inter-hospitalier. Ce syndicat regroupe une quinzaine d’établissements publics des Yvelines et du Val d’Oise, centres hospitaliers, hôpitaux locaux, maisons de retraite, qui transfèrent leur linge sale à cette blanchisserie industrielle (on peut citer notamment le CHU Poissy / Saint-Germain, le CH du Vexin, le CH de Mantes ou encore l’hôpital Armand Trousseau de la Roche Guyon, etc…).

D’après les statistiques de l’Union des responsables de blanchisserie hospitalière, la blanchisserie de Saint-Germain est classée dans la catégorie la plus importante en traitement avec plus de 10 tonnes de linge par jour, et figure ainsi parmi les 10 premières de France dans leur livre.
Le marché de la blanchisserie industrielle pèse en France 2 milliards d’euros et emploie plus de 50.000 personnes dans plus de 2.000 organisations.
Ce secteur est éclaté en trois secteurs d’activité :
– les loueurs de linge (43%) des entreprises privées dont l’activité principale est de fournir le linge en location et d’en assurer l’entretien
– les blanchisseries hospitalières  (37 %) traitent majoritairement le linge des unités de soins publics.
– les blanchisseries de gros (19 %) entreprises privées qui traitent pour l’essentiel du linge dont le client est prioritaire.
– CAT 1%

La blanchisserie inter-hospitalière de Saint-Germain est une installation classée pour la protection de l’environnement (ICPE). Il s’agit d’un établissement industriel présentant des risques environnementaux ou de santé publique. Parmi les paramètres définis par la réglementation préfectorale figurent le respect d’une température de rejet des eaux usées inférieures à 30°, l’obligation de neutraliser les rejets (pH compris entre 5.5 et 8.5), le stockage des produits chimiques en cuves de détention, l’obligation de n’évacuer les eaux usées qu’après traitement préalable sur site en cuves de détention.

Des dysfonctionnements ont été relevés dès 2004 et de nouveau depuis la fin 2007, occasionnant des odeurs extrêmement désagréables pour les riverains, que nous avons pu constater le 25 avril. L’avaloir situé juste en face de la BIH (photo ci-contre) fumait en plein soleil, prouvant que la température de l’eau devait être bien supérieure au 30°C maximum admis ; l’odeur à proximité est effectivement très désagréable, un mélange d’égout et de détergent chaud. On ne connait pas par ailleurs l’éventuelle nocivité de ces fumées.

Une question écrite sur ces nuisances olfactives sera posée par les conseillers municipaux de gauche lors du Conseil Municipal du 29 avril prochain. Le règlement du conseil ne nous permet pas d’entamer un débat sur ce problème mais nous vous informerons de la réponse du maire.

Dans un second article, nous relaterons les différentes démarches engagées par les riverains et la réponse des autorités (préfet, ville, etc…) qui confirment les nuisances olfactives.

Photos de l’auteur

Emmanuel Lamy battu à la présidence du SIDECOM

Le SIDECOM (Syndicat intercommunal pour le développement de la communication) est un syndicat intercommunal, créé en 1984, pour étudier et réaliser le réseau cablé de notre région. Il comporte 33 communes et participe principalement à la gestion de la chaine de télévision locale Yvelines Première. Nous en avions parlé dans un précédent article.
Jusqu’à ces derniers jours, le SIDECOM était présidé par Jacques Masdeu-Arus, député et ancien maire de Poissy, battu en mars 2008.
Une élection avait lieu le 16 avril pour désigner le nouveau président, sans d’ailleurs que les conseillers municipaux saint-germanois de l’opposition en soit informé.
Le maire de Saint-Germain Emmanuel Lamy était candidat à la présidence. A la surprise générale, il a été battu par un candidat surprise,  Jean-Noël Amadéi, maire-adjoint du Pecq (photo ci-contre). Emmanuel Lamy a toutefois été réélu vice-président mais a reconnu avoir « été surpris de cette candidature« , selon le Courrier des Yvelines du 23 avril.
Les raisons de cette défaite sont sans nul doute à aller chercher du côté du Pecq. Le sénateur et maire UMP du Pecq Alain Gournac s’est ainsi fait élire secrétaire du SIDECOM et a rappelé que Michel Péricard était à l’origine de la chaine locale. Petite revanche post-municipale d’un proche de la famille Péricard contre Emmanuel Lamy, vainqueur d’Arnaud Péricard aux municipales ? Ou grogne des élus des petites communes dont certaines ne sont pas encore cablées et qui sont trop souvent oubliées d’Yvelines Première dont le siège est à Saint-Germain…?
En tout cas, le nouveau président du SIDECOM sera certainement surveillé de très près par le nouveau secrétaire du SIDECOM…
Rappelons aussi les propos du maire de Saint-Germain en conseil municipal le 4 octobre 2007 : le SIDECOM a désormais « des interrogations sur l’avenir d’Yvelines Première », « Toutes les hypothèses sont étudiées » dans un audit indépendant, « y compris l’arrêt à terme » de la chaine. Le territoire du SIDECOM n’a « aucune cohérence » et « les nouvelles de Chapet n’intéressent pas les Saint-Germanois… ».
Ces propos n’ont peut-être pas été très appréciés des autres communes…

A lire aussi :
Notre précédent article : Yvelines Première va-t-elle disparaître?

Prochain conseil municipal de Saint-Germain : cafouillage municipal dans les dates

Depuis début d’avril, les dates des conseil municipaux sont connus et fixées jusqu’aux vacances d’été. Le prochain conseil municipal était ainsi programmé le mercredi 30 avril à 21h. Pour préparer ce Conseil, les 4 commissions de travail se réunissaient le lundi 21 avril.

Bien sûr, nous avions remarqué que ces dates se placaient dans le calendrier de vacances scolaires de Printemps et il fallait prendre ses dispositions.
La soirée de travail des commissions a brillé par son absentéisme ; par exemple à la commission des affaires sociales, il y avait 4 présents sur les 9 membres invités !

Face à cette situation, et en dernière minute, le prochain conseil municipal a été avancé au mardi 29 avril à 21h pour éviter un absentéisme important à la veille du long week-end du 1er Mai !
Franchement, tout cela était prévisible et une meilleure coordination dans l’avenir s’impose !

A lire aussi :
Nos précédents articles sur le conseil municipal de Saint-Germain

Le maire de Saint-Germain refuse de discuter du SIDRU en conseil municipal

Lors du conseil municipal du 7 avril, les représentants du conseil dans les syndicats intercommunaux ont été désignés.
La gauche a présenté les candidatures de Nicole Frydman (Verts) au Syndicat Mixte d’Etudes pour la Réouverture de la Grande Ceinture (SMERGC), Pascal Lévêque (PS) au Syndicat intercommunal d’études et de programmation Seine et Forêts (SIEP) et Emmanuel Fruchard (PS) au Syndicat intercommunal pour la destruction des résidus urbains (SIDRU), en précisant que des villes de droite et de gauche comme Le Pecq ou Vernouillet avaient désigné un représentant de l’opposition dans ces syndicats.
Le maire de Saint-Germain a refusé de nommer des élus de l’opposition en expliquant : « Je pourrais vous citer à l’inverse des villes qui ont regretté d’avoir fait l’ouverture dans les syndicats intercommunaux. [lesquelles…?] Une commune se doit d’y parler d’une seule voix.« 
Lors de la désignation des représentants du Conseil au SIDRU, Emmanuel Fruchard est intervenu pour porter à la connaissance du conseil et du public nos inquiétudes sur la gestion de la dette du SIDRU que nous avons déjà exprimées à plusieurs reprises sur ce blog (pour en savoir plus, lire notre dossier SIDRU).
Cette intervention a été interrompue par le maire qui a refusé qu’Emmanuel Fruchard poursuive ses propos au motif que ce n’était ni le jour ni le moment d’aborder ce sujet. Ce n’est pourtant pas tous les jours que le SIDRU fait l’objet d’une délibération et visiblement le maire de Saint-Germain, également président de ce syndicat intercommunal, ne souhaite pas que la question du SIDRU soit abordée publiquement….

Voici le discours d’Emmanuel Fruchard que les conseillers municipaux et le public n’ont pas pu entendre jusqu’au bout.
« J’aimerais attirer votre attention, et particulièrement pour ceux d’entre vous qui ont rejoint cette assemblée récemment, sur le cas particulier que représente le Sidru parmi cette liste de syndicats.
Depuis que le rapport d’activité 2005 a été communiqué à l’opposition municipale de Gauche, c’est-à-dire en novembre 2006, nous avons mené un travail d’analyse de la gestion de dette de ce syndicat, qui a été présidé ces dernières années par le maire de Saint-Germain. Ce travail a été difficile car il nous a fallu faire des demandes répétées pendant plus de 6 mois pour obtenir les informations pertinentes sur les swaps traités par le syndicat. Du moins croyions-nous alors disposer de la description de toutes les opérations, jusqu’à décembre dernier où un swap supplémentaire a été révélé par le président du Sidru.
Au cours de cette analyse il est vite apparu que les opérations avaient été conclues pour générer des gains à cours terme, quitte à créer des risques importants à moyen terme. Le seul moyen d’évaluer la pertinence de ces opérations est de comparer les gains encaissés à leur coût d’annulation. Là encore le président du Sidru a refusé la transparence qui aurait été naturelle dans le cadre d’une bonne gestion, en refusant de rendre publique la valeur de marché des swaps, c’est-à-dire le coût que représenterait leur annulation.
Selon nos calculs les 5 millions d’euros de gains comptabilisés entre 2003 et 2007 ont été obtenus au prix d’environ 29 M € de pertes latentes, soit plus de 65% de la dette, ou encore 145 € par habitant des quinze communes. Je ne vais pas entrer ici sur le détail de ces opérations et notre groupe vous informera prochainement par un document détaillé distribué à tous.
M. le maire et président du Sidru, si vous contestez cette évaluation, c’est très simple, il vous suffit de communiquer la valeur de marché des swaps en vie, qui est calculée quotidiennement par les deux banques contreparties.
Dans ce contexte le refus de voir siéger au Sidru un membre de l’opposition prend un sens particulier. Il s’agit bien de continuer à cacher la réalité des risques pris dans le cadre de cette gestion de dette. Nous demandons que toute la lumière soit faite sur ces opérations. C’est pourquoi je suis candidat pour représenter notre ville à ce syndicat. M. le maire en a été informé avant la rédaction de cette délibération, et a refusé de donner suite à cette candidature. »

Le texte et les annexes techniques ont été remis aux conseillers municipaux par courrier cette semaine. Nous espérons que la situation de la dette du SIDRU va s’améliorer mais nul ne pourra dire qu’il n’a pas été informé en temps et en heure. Vous pouvez télécharger les annexes techniques en cliquant sur ce lien. (format pdf, 62 Ko)

Plus de détails :
2 vidéos pour comprendre le dossier du SIDRU
Tous nos articles sur le SIDRU

Pas d’ « ouverture » du maire de Saint-Germain lors du conseil municipal du 7 avril 2008

Le conseil municipal de Saint-Germain du 7 avril 2008 était essentiellement consacré à la désignation des représentants du conseil municipal dans différents organismes (CCAS, commission d’appel d’offres, asssociations de jumelages, office de Tourisme, syndicats intercommunaux, etc…). En tout, 29 postes représentés par des élus de Saint-Germain.
En dehors de la commission d’appel d’offres, de la commission de délégation de services publics et du centre communal d’action sociale (CCAS), au sein desquels l’opposition de gauche siégeait déjà, le maire de Saint-Germain a systématiquement refusé d’accorder un poste à l’opposition.
Pascal Lévêque, tête de liste de l’opposition de gauche, avait pourtant demandé au maire, sur le modèle de certaines communes environnantes (le maire du Vésinet vient ainsi de nommer le socialiste André Michel comme représentant de la ville au sein de la communauté de communes), qu’un élu de son groupe puisse siéger au sein de la Clef ou de la Soucoupe par exemple, en rappelant que dans ces organismes, « les conseils d’administration sont indépendants » et ne dépendent pas de la ville. Idem pour les syndicats intercommunaux.
La réponse de M. Lamy fut sèche : « Concernant l’exécutif, il n’y aura pas de partage« . Dont acte. Mais lorsque M. Lamy se vante dans le Journal de Saint-Germain du 11 avril de pratiquer « l’ouverture vers les oppositions« , il y a là un petit mensonge…
Au cours de ce conseil, le maire de Saint-Germain s’en est pris sévèrement à Arnaud Péricard, leader de l’opposition de droite, qui réclamait un siège au conseil d’administration de l’hôpital (la gauche sera réprésentée par Nicole Frydman, comme lors de la dernière mandature) : « Vous avez pendant la campagne pris des positions à mon encontre sur ce dossier. Il me parait difficile que la ville parle de deux voix sur ce sujet… à moins que vous ne mangiez votre chapeau » ! Visiblement, la tension entre les deux listes de droite durant la campagne reste intacte… Dans le Courrier des Yvelines du 16 avril, lors d’une longue interview, Emmanuel Lamy a livré son sentiment sur la famille Péricard : « Je n’ai pas seulement Arnaud Péricard contre moi, j’ai aussi Catherine, sa mère (agacé). En fait, toute la famille Péricard. Je trouve cela lamentable. » Ambiance…

A lire aussi :
Tous nos articles sur le conseil municipal de Saint-Germain
Tous nos articles sur la campagne des municipales 2008

Aucune allusion à la banderole de la honte dans le dernier Journal de Saint-Germain !

Dans le Journal de Saint-Germain du 11 avril (téléchargeable au format pdf en cliquant ici) page 12, la victoire du Paris Saint-Germain en Coupe de la ligue contre Lens le 29 mars est saluée comme il se doit, sur une page entière. Bravo, donc, au PSG.
En revanche, pas un mot, pas une allusion même à la banderole de la honte déployée dans le Stade de France par certains supporters du PSG contre les Lensois, et qui a beaucoup choqué au point qu’un club de supporters du PSG vient d’être dissous par la Ministre de l’Intérieur.
M. Lamy affirmait pourtant le 31 mars sur son blog avoir condamné « très vigoureusement de tels comportements« . Le Journal de Saint-Germain, dont M. Lamy est le directeur de publication, ne méritait-il pas de condamner lui aussi cette banderole ? Ou alors ne faut-il vraiment parler dans ce journal que de ce qui se passe bien ?
Est-on vraiment si habitué aux injures dans les stades de football que cela ne fasse plus réagir ?

A lire aussi :
 Notre précédent article sur ce sujet : Coupe de la Ligue : les odieux du stade

La tribune des élus de gauche dans le dernier Journal de Saint-Germain

Retrouvez ci-dessous la tribune libre de la liste Saint-Germain Solidaire publié dans le Journal de Saint-Germain daté du 11 avril 2008.

ET LA SANTE ?

Le premier Conseil Municipal a procédé à l’élection des Adjoints au Maire sans précision sur la répartition de leurs missions. Il a fallu attendre la publication du journal de Saint-Germain pour connaître les responsabilités confiées à chacun. A la lecture attentive des fonctions, force est de constater que personne ne suit les problématiques de santé dans la ville.

Et pourtant, c’est un champ de compétences d’actualité, avec le suivi du dossier de l’hôpital Poissy/Saint-Germain, combiné aussi avec l’arrivée d’un nouveau maire à Poissy. Il y a en France une implication croissante des équipes municipales dans ce domaine pour être moteurs et facilitateurs des politiques territoriales de santé. La ville a vocation à intervenir de façon concrète sur notre réalité quotidienne : interventions sur les facteurs d’environnement qui influencent la santé (bruit, sécurité de la circulation, qualité de l’habitat), sur les problèmes de violence et de toxicomanie, sur la qualité de l’alimentation dans les restaurants scolaires.
Au-delà du suivi du chantier du futur Hôpital Public de Poissy/Saint-Germain, ainsi que de l’avenir du site même en centre ville de notre Pôle Santé, des pistes concrètes sont à étudier. Créer un atelier Santé/Ville pour identifier les besoins Santé des habitants. Imaginer la mission d’un Centre de Santé municipal pour participer à des actions publiques de prévention et d’éducation pour la santé. Définir la place du CCAS dans la politique Santé de la commune. Mettre en place un espace Santé Jeunes, dédié exclusivement à la santé et au bien-être des jeunes, conçu principalement pour eux, d’accès libre, gratuit et garantissant confidentialité et anonymat. De tels sujets mériteraient un adjoint à la santé.
Pascal Lévêque, conseiller municipal socialiste

A lire aussi :
Nos précédents article sur le conseil municipal de Saint-Germain

Très forte mobilisation des établissements yvelinois contre les suppressions de postes d’enseignants

La manifestation à Paris le 10 avril a été un grand succès avec plusieurs dizaines de milliers de manifestants (entre 20.000 et 40.000 selon les sources).
Depuis plusieurs semaines, de très nombreux établissements yvelinois sont mobilisés contre la suppression de postes d’enseignants ou la remise en cause du Bac Professionnel.
Nous avons déjà évoqué sur ce blog les conséquences du plan de rigueur pour le lycée Jeanne d’Albret, la mobilisation du Lycée Poquelin à Saint-Germain et le 5 avril la chaine humaine de 300 personnes dans le parc du château de Saint-Germain.
Jeudi 10 avril, environ 600 élèves des 3 lycées publics saint-germanois (Poquelin, Jeanne d’Albret, De Vinci) ont de nouveau manifesté dans les rues de Saint-Germain depuis le lycée Poquelin vers la Place Royale puis le château où de nombreux lycéens ont ensuite rejoint la manifestation parisienne.

La plupart des établissements yvelinois mobilisés ont un blog sur lequel on peut s’informer des actions entreprises et de la situation de chaque établissement.
Nous vous proposons un petit inventaire non exhaustif de ces blogs dans les Yvelines.

Achères : Lycée Louise Weiss
http://lyceeacheres.wordpress.com/
Achères : Lycée Louise Weiss
http://sauvonsleducation.skyrock.com/ ((élèves)
Achères : Collège Jean Lurçat
http://acherescontreladgh.skyrock.com/

Aubergenville : Lycée Van Gogh
http://vangogh.en.lutte.cowblog.fr/
Aubergenville : Collège Arthur Rimbaud
http://ambitionechec.centerblog.net/

Conflans Sainte Honorine : Lycée Jules Ferry
http://www.e-monsite.com/action-confluent/accueil.html

Elancourt : Lycée des 7 Mares
http://aveclelyceedes7mares.skyrock.com/

Houilles : Collège Lamartine
http://sauvonsnosdgh.blog.20minutes.fr/
(parents d’élèves)

Houilles : Collège Lamartine
http://soutiendeseleves.blogspot.com/ (élèves)

La Queue Lez Yvelines : Lycée Jean Monnet
http://jeanmonnet78.over-blog.com/

Les Mureaux : Lycée François Villon
http://nonaladghvillon.over-blog.com/

Limay : Collèges et lycées
http://actionlimay.blogspot.com/

Magnanville : Lycée Léopold Sédar Senghor
http://mag-2008.blogspot.com/

Magnanville : Lycée Léopold Sédar Senghor
http://blocus-magnanville.blogspot.com/ (élève)

Mantes la Jolie : Lycée Saint-Exupéry
http://yapasmoyen.hautetfort.com/

Mantes la Ville : Collège de la Vaucouleurs
http://collegeencolere.centerblog.net/

Mantes la Ville : Collège les Plaisances
http://plaisancesencolere.hautetfort.com/

Marly le Roy : Lycée de Broglie
http://mobilisation-a-marly.skyrock.com/

Maurepas : Lycée des 7 mares
http://aveclelyceedes7mares.skyrock.com/

Montigny le Bretonneux : Lycée Emilie de Breteuil
http://fcpe-montigny.over-blog.com/ 

Sartrouville : Collège Colette
http://sos-dhg.over-blog.com/

Villepreux : Lycée Sonia Delaunay
http://lycee.sonia.delaunay.over-blog.com/

Villepreux : Lycée Sonia Delaunay
http://soniaencolere.over-blog.org/ (élèves)

Beaucoup d’autres établissements sont mobilisés dans les Yvelines mais soit nous ne connaissons pas l’adresse de leur blog soit ils n’en ont pas. Si vous animez ou connaissez un blog d’établissement yvelinois en lutte, indiquez le dans les commentaires, nous le rajouterons dans la liste.
A lire aussi :
Plan de rigueur à l’Education nationale : les conséquences pour le lycée Jeanne d’Albret
300 personnes manifestent dans le parc du château de Saint-Germain
Manifestations de lycéens dans les rues de Saint-Germain

Plan de rigueur à l’Education Nationale : les conséquences au lycée Jeanne d’Albret

Le Lycée Jeanne d’Albret a reçu les dotations horaires pour l’année 2008 – 2009. Ici comme ailleurs les budgets sont réduits alors que les effectifs sont stables (595 élèves prévus en seconde, exactement comme à la rentrée 2007) :
– Un mi-temps de SES est supprimé.
5 professeurs qui partent en retraite ne seront pas remplacés, représentant 4 pleins temps.
Le nombre d’heures allouées est réduit de 108 heures/semaine, dont 72 accompagnées de la suppression de 2 classes, et 36 réparties sur d’autres postes (options, projets, soutien).
– De plus cette diminution s’accompagne d’un accroissement de la part des heures supplémentaires, dont la proportion sera de 12% contre 10,7% cette année et 10,5% l’année dernière. Les heures supplémentaires reviennent moins chers à l’Education Nationale car elles sont payées à un niveau fixe, inférieur aux heures normales pour beaucoup de professeurs, ou faites par des stagiaires ou des vacataires payés à peine au-dessus du SMIC.

Les conséquences pour les élèves seront les suivantes :
Une classe de seconde et une classe de terminale ES sont supprimées.
Les options avec des effectifs inférieurs à 20 élèves seront supprimées.
– Comme les classes de première sont déjà à effectif maximal (35 élèves), il est probable que des élèves de terminale qui redoubleront cette année devront aller le faire ailleurs, même s’ils habitent dans le secteur du lycée.
Les cours de soutien seront supprimés.
– Les projets pédagogiques, en lycée comme dans les prépas, sont repoussés sine die.

La section du Parti socialiste de Saint-Germain, Fourqueux et Mareil-Marly apporte son total soutien aux revendications de la communauté éducative.

A lire aussi :
La manifestation dans le parc du château de Saint-Germain le 5 avril
La manifestation des lycées dans les rues de Saint-Germain le 28 mars (avec photos)