Compte-rendu du conseil municipal de Saint-Germain du 29 avril 2008

Outre le sujet des nuisances de la blanchisserie interhospitalière que nous avons mis à l’ordre du jour en posant une question orale au maire, plusieurs dossiers intéressants étaient examinés lors du conseil municipal du 29 avril dernier. Rappelons que le conseil municipal avait été, dans l’urgence, avancé d’une journée, faute d’une participation suffisante des élus de droite à la veille du 1er mai…

Parmi les dossiers examinés, nous en retenons quelques-uns :

Le nouveau code de l’urbanisme permet désormais de ne plus avoir à déposer en mairie une déclaration préalable pour faire édifier ou modifier une cloture sur son habitation, sauf dans quelques situations bien particulières. La municipalité a présenté une délibération pour au contraire maintenir une déclaration préalable sur l’ensemble du territoire communal. Les 4 élus de gauche ont voté contre, Emmanuel Fruchard estimant que la mairie était là « plus royaliste que le Roi » et que le code de l’urbanisme, tout en simplifiant la vie des administrés, avait prévu des restrictions suffisantes.

Le nouveau code de l’urbanisme prévoit également « l’absence d’autorisation préalable à la démolition des constructions« , c’est à dire la suppression du permis de démolir, sauf pour de nombreuses exceptions (périmètre de monuments historiques, secteur sauvegardé, etc..). Ces exceptions couvrant la quasi totalité du territoire, la délibération proposait « d’instaurer la procédure de permis de démolir sur l’ensemble du territoire » communal.
A la différence du dossier précédent, nous avons jugé qu’il était nécessaire de maintenir le permis de démolir pour garantir la conservation du patrimoine bâti de la ville, et avons donc voté pour cette délibération.

Une délibération présentait « le programme triennal de logements locatifs sociaux« . Afin de se conformer avec la loi S.R.U. qui oblige chaque commune de notre région à avoir un minimum de 20% de logements sociaux (la nôtre n’en a que 17%), « la ville s’engage sur la création de 69 logements au titre du contrat avec l’Etat« . A noter en particulier la construction de 46 logements sociaux au Grand Cormier (en forêt de Saint-Germain, à proximité de la gare Achères Grand Cormier) dont une partie sera réservée aux demandeurs d’asile.
Pascal Lévêque est intervenu pour souligner « l’enjeu majeur » que représente le logement social dans notre ville. Tout en notant que ce programme est assez « modeste« , les élus de gauche ont souhaité l’encourager et ont voté pour. Les élus de la liste Péricard se sont abstenus.

Plusieurs dossiers liés au recrutement de personnel municipal étaient proposés. La gauche a voté contre à chaque fois que le recrutement se faisait en contrat précaire plutôt que sous statut.

Le dossier pour la réfection de la chaussée des rues Mermoz et Péreire a été retiré de l’ordre du jour sans explication. Ces travaux sont liés à la future mise en double sens de la rue Péreire suite à la création d’un échangeur avec l’A14 à Chambourcy et à la création du rond-point de l’ex-Irsid (plus de détails dans cet article).

Enfin, nous avons voté pour la convention d’objectifs avec la Clef, en saluant la qualité du projet.

Lire aussi :
Notre dossier « Conseil municipal »

Assemblée générale houleuse à la Soucoupe et élection douteuse

Nous avons consacré il  a un mois et demi un article sur la situation difficile de la Soucoupe, le centre socio-culturel du Bel-Air, jadis très actif. Nous alertions alors sur sa désaffection croissante.
Après plusieurs articles des journaux locaux sur les dysfonctionnements de la Soucoupe, l’assemblée générale du jeudi 15 mai 2008 était très attendue par les habitants du quartier et par les adhérents. Beaucoup de monde était venu pour entendre le Président élu l’an dernier donner le programme des activités de 2008. La plupart des présents et surtout les jeunes furent déçus d’apprendre que les mauvais résultats de l’an dernier ne permettent pas d’envisager des activités nouvelles en dehors de celles qui existent encore. Mais ce fût surtout la nouvelle directrice qui fit l’unanimité des mécontentements, les intervenants lui reprochant son manque de charisme, d’amabilité, de convivialité, de sociabilité, ce qui est un comble pour une directrice de centre socio-culturel.

Au cours de cette assemblée générale, deux administrateurs devaient être élus pour remplacer les démissions de l’année. Quatre candidats se présentaient et étaient inscrits sur le bulletin de vote dans cet ordre :
– un jeune du Bel Air
– notre camarade Jean LAURENT, ancien conseiller municipal et bénévole le plus ancien de la Soucoupe depuis 1994
– une habitante du Bel Air
– une dame n’habitant pas le quartier, mais dont la fille avait participé à une activité à la Soucoupe.
Le vote fut réalisé sans contrôle des pouvoirs qui avaient été distribués à l’entrée de l’assemblée, sans contrôle de l’urne faite d’une boite en carton recouverte de papier. Il a eu lieu alors que beaucoup de monde était parti, vue l’heure tardive.

Contre toute attente, ce furent les deux femmes qui furent élues. Jean LAURENT a manqué l’élection d’une voix. Beaucoup d’adhérents ont été étonnés de constater que deux inconnues de la Soucoupe ont été préférées à un bénévole présent chaque jour depuis 15 ans au soutien scolaire des jeunes. L’explication est venue le lendemain, quand, arrivant à la Soucoupe pour ce soutien, Jean Laurent fut arrêté par des adhérents présents la veille qui lui expliquèrent avoir reçu comme consigne au moment du vote d’avoir « à barrer les deux premiers noms ». Cette consigne était donnée par Madame de Joybert, maire adjointe présente es qualité à l’assemblée générale.
Comment qualifier une telle intervention ? Est-elle vraiment digne d’une élue maire adjoint à Saint-Germain ? A l’évidence des consignes strictes étaient venues du maire de Saint-Germain.
Jean LAURENT a été pendant 19 ans élu socialiste au conseil municipal. Il ne l’est plus depuis mars 2008. Il s’implique quotidiennement à la Soucoupe depuis des années et dans le quartier du Bel-Air qu’il connait parfaitement. Il a l’estime et la confiance de nombreux jeunes et de leurs familles. Alors que la situation de la Soucoupe est difficile depuis des mois, ne fallait-il pas élire parmi les administrateurs un fin connaisseur de la situation, même de gauche…?

Nous regrettons ce manque de lucidité de la majorité municipale et du maire, et condamnons la manière plus que douteuse dont se sont déroulées ces élections.

A lire aussi :

La Soucoupe est-elle encore un centre social ?

Un nouveau logo pour les Yvelines

A l’occasion des 40 ans du département, le conseil général des Yvelines vient de révéler le nouveau logo des Yvelines.
Voici les explications données par le conseil général sur son site Internet sur la signification du logo :

Les caractéristiques du nouveau logo

Le rond est la forme de l’ensemble, symbole de l’union. Sa douceur toute féminine, symbolise une institution aux liens étroits avec ses administrés.
Le cercle est ouvert aux trois extrémités du « Y ».

Le « Y », lettre initiale de notre Département est « rare ».
Peu usité. Elle devient notre point de ralliement, tout en proposant une ouverture vers l’extérieur du disque qui l’enceint. La forme du « Y » exprime l’élan, le dynamisme tout en conférant à cette lettre classique un caractère innovant, voire haut de gamme.

Le « ‘ », la « prime », qualifie et distingue notre « Y ». Elle caractérise son dynamisme. Elle poursuit son évolution et équilibre le « Y » au sens propre dans le logo, tout comme au sens figuré.

Le fuchsia est une couleur chaude, dynamique et contemporaine. Inhabituelle dans l’univers graphique institutionnel. Elle distingue le Conseil général.

La typographie qui accompagne cet ensemble est avant tout lisible et valorise le mot « Yvelines ». Elle exprime, simplement une institution, accessible à tous les yvelinois. Pour des services performants.

Chacun appréciera ou pas ce nouveau logo et ces explications mais il ne nous semble pas que l’on identifie clairement les Yvelines au premier coup d’oeil. Ce logo pourrait tout aussi bien être celui du département de l’Yonne. Une référence à la Seine, qui parcourt une grande partie de notre département, aurait peut-être été pertinente.
Pour mieux juger, voici l’ancien logo du département des Yvelines.

Et vous, que pensez-vous de ce nouveau logo ?

Votons pour le droit de vote des étrangers en France

A l’initiative de la Ligue des Droits de l’Homme aura lieu dimanche 25 mai matin sur le marché central de Saint-Germain-en-Laye une « votation citoyenne ».
Toute personne de plus de 18 ans, quelle que soit sa nationalité, est invitée à participer à une consultation et à répondre à cette question : « Etes-vous pour la reconnaissance du droit de vote et d’éligibilité des résidents étrangers aux élections locales ?«  
Le traité de Maastricht a introduit une discrimination entre résidents étrangers en fonction de leur nationalité ; les ressortissants communautaires peuvent ainsi voter aux élections municipales. De ce fait, des hommes et des femmes vivant en France depuis de nombreuses années continuent de ne pas pouvoir donner leurs avis sur les affaires publiques qui concernent tous les citoyens de notre pays.

De nombreuses associations et mouvements politiques soutiennent cette campagne, dont le Parti socialiste et le Mouvement des Jeunes Socialistes. Nous vous invitons à participer nombreux à cette consultation.

Associations/Syndicats : AC !, ACER, ACORT, Accueil Goutte d’Or, AMICALE – Association pour une meilleure identification des citoyens à leurs élus, AMF – Association des Marocains en France, APCV – Agence de promotion des cultures et du voyage, APSR – Accueil des personnels de santé réfugiés en France, ASECA – Lettre de la citoyenneté, Association des amis de la Commune de Paris (1871), Association d’étudiants et créateurs colombiens en France (COLCREA), Association des Tunisiens en France (ATF), ASTI-Pessac, ATMF, ATTAC, Autremonde, CAC 93, CECEDEF (Collectif européen contre l’extrême droite et le fascisme), Cedetim, CGT, Centre d’information inter-peuples, Centre social « Les eaux claires », Cercle Gaston Crémieux, CFDT, Ch’faid, Collectif antiraciste de Corse « Avà Basta ! », Collectif pour l’Avenir des Foyers (COPAF), Collectif SDF Alsace, Communauté chrétienne de Base, Confédération paysanne, Conseil national des associations familiales laïques (CNAFAL), Conseil régional des clubs Unesco Paris-Ile de France, Coordination nationale des collectifs pour une alternative au libéralisme, Coviam, Croisée des chemins, Diolattica, Diversi-T 37, Espoir, Fédération AEFTI, Fédération des centres sociaux du Rhône, Fédération des étudiants maghrébins, Fédération Ifafe, Fédération Léo Lagrange, Fédération Nationale des Musulmans de France (FNMF), Fédération des Tunisien(ne)s pour une citoyenneté des deux rives (FTCR), France au coeur, FORIM, FSU, Gisti, IDD – Immigration Développement Démocratie, Initiatives et actions citoyennes pour la démocratie et le développement, Ipam, Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC), Les Oranges, Ligue des droits de l’Homme, Maison du Monde d’Evry, Marches européennes/Euromarches, MCA, MDNV/VIMA, Mouvement Altermondialiste Toulouse et Agglomération, Mouvement de la paix, MRAP, Naturo partage, Organisation alternative d’architectes, Peuple et Culture, RACORT, Refondations 71, Réseau euro-maghrébin citoyenneté et culture, Réseau féministe « Ruptures », Ritimo, Sajada, SGENCFDT, Solidarité-expulsions (SOLEX), Syndicat de la magistrature, SNPMPI – La pastorale des migrants, Solidarité Maroc 05, Trait d’union France-Maghreb, UNEF, Union d’associations latino-américaines en France (UNION), Union nationale lycéenne, Union syndicale solidaires, UNSA, UNSA Education
Partis politiques : Les Alternatifs, Alternative libertaire, JRG, La Voie démocratique, MJCF – Mouvement jeunes communistes de France, MJS, PC – Parti communiste, PS – Parti socialiste, LCR, Les Verts

Le Parisien confirme nos informations sur la suppression de la bande d’arrêt d’urgence sur l’A14

Dans un article daté du 11 mai, nous révélions sur notre blog la suppression définitive de la bande d’arrêt d’urgence sur l’A14, suite à la création en cours d’un échangeur au niveau de Chambourcy. Cette suppression sur plus de 2 kilomètres était jusqu’ici restée sous silence.
Le Parisien du 19 mai reprend et confirme cette information en nous citant.


Plus de 2 km sans bande d’arrêt d’urgence sur l’A14

Les associations de prévention et de sécurité routière des Yvelines sont stupéfaites. Leurs membres ne comprennent pas la décision de la Société des autoroutes Paris-Normandie (SAPN) de supprimer la bande d’arrêt d’urgence de l’A14 sur plus de 2 km dans le sens province-Paris au niveau de Poissy et de Saint-Germain-en-Laye. Ils évoquent les dangers de cette mesure et redoutent d’éventuels accidents.
« C’est une hérésie, s’emporte Michel Mallet, le président du Collectif pour la circulation dans le Vexin et la vallée de la Seine, en apprenant l’information, révélée sur le site Internet de la section locale de Saint-Germain-en-Laye du Parti socialiste. Si un automobiliste doit s’arrêter à cause d’une panne, son véhicule empiétera sur les voies. D’autres conducteurs risquent alors de le percuter. Et si par malheur, il doit rejoindre une borne pour demander l’intervention d’une dépanneuse, il risque d’être fauché. Même les patrouilleurs de la SAPN qui nettoient les abords de l’A14 seront en danger« , craint-il.
Même consternation du côté de l’Automobile Club de l’Ouest, qui milite pour une amélioration des aménagements de sécurité sur les routes. Alain Le Flem, du comité départemental, mentionne lui aussi le danger que constitue cette mesure. Pour écarter le risque d’accident, il propose la mise en place d’une vidéosurveillance sur la portion concernée. « En cas d’accident, le poste central de la SAPN pourrait alors prévenir immédiatement les automobilistes en amont par un message électronique sur les portiques« , suggère-t-il.
Contactée, la SAPN confirme la suppression définitive de la bande d’arrêt d’urgence sur l’A14 à la hauteur du nouvel échangeur de Chambourcy avec la N13, qui sera mis en service en décembre prochain. « L’endroit se situe dans une zone urbaine et il n’y a pas assez de place sur les emprises réservées pour l’autoroute. En remplacement, une bande dérasée de droite sera créée, affirme un ingénieur de la société. D’une largeur d’un peu moins de deux mètres, elle permettra aux automobilistes de s’arrêter. Les refuges seront maintenus. » En clair la SAPN manque de terrains pour aménager une voie supplémentaire.
Yves Fossey – Le Parisien du 19 mai


Rappelons qu’au sujet de cette « bande dérasée« , la SAPN nous avait répondu qu’elle serait « d’une largeur de 1 mètre« ...

A lire également :
Suppression définitive de la bande d’arrêt d’ugence sur l’A14

Arnaud Péricard est suspendu de l’UMP pour un an !

Dans un récent article, nous révélions qu’Arnaud Péricard avait retiré son recours contre les élections municipales à Saint-Germain et contre l’élection de 3 conseillers municipaux de la liste Lamy (pour connaitre les détails du recours, cliquez sur ce lien).

Nous révélons aujourd’hui qu’Arnaud Péricard, militant UMP de longue date, a été suspendu de ce parti pour une durée d’un an, ce qui n’a pas, sauf erreur de notre part, été annoncé dans la presse. Cette décision a été prise lors du bureau national de l’UMP du 9 avril.
Dans une lettre du 10 avril adressée aux membres du Bureau politique de l’UMP, le secrétaire général de l’UMP Patrick Devedjian recense les adhérents suspendus du parti en raison de leur candidature dissidente face à des candidats investis par l’UMP.
Rappelons qu’Arnaud Péricard s’était présenté à Saint-Germain contre le maire UMP sortant Emmanuel Lamy et avait même utilisé au début de la campagne le logo UMP pour ses affiches et ses tracts (voir les détails dans cet article et la photo ci-contre). Il avait dû le retirer n’ayant pas obtenu l’investiture UMP.
Dans cette lettre, Patrick Devedjian précise que « ces sanctions sont issues des demandes des fédérations qui, pour beaucoup d’entre elles, réclamaient des mesures allant jusqu’à l’exclusion. Le Bureau politique a décidé, dans un souci d’apaisement, de proportionner les sanctions au regard de la gravité des actes en ne prenant aucune mesure définitive. »
Cette supension « vaudra interdiction d’occuper des responsabilités dans les instances du mouvement.«  Elle semble ne concerner que les têtes de liste.

Cette lettre du secrétaire général de l’UMP aux membres est librement consultable sur Internet : il suffit de cliquer sur ce lien et de télécharger la lettre au format pdf.

A lire également :
Arnaud Péricard annule son recours
Des détails sur le recours d’Arnaud Péricard
Arnaud Péricard a déposé un recours contre le résultat des élections à Saint-Germain
Arnaud Péricard s’approprie le logo UMP sur ses affiches
Tous nos articles sur la campagne des municipales à Saint-Germain

Tribune libre du Journal de Saint-Germain du 9 mai : L’inquiétude justifiée des lycéens

Le mouvement dans l’éducation contre la réduction des postes d’enseignants se poursuit. Des lycéens saint-germanois ont de nouveau manifesté dans les rues de la ville jeudi 15 mai (photo ci-contre) et une très importante manifestation d’enseignants et de parents d’élèves a rassemblé plus de 30.000 personnes à Paris dimanche 18 mai.

Le projet gouvernemental de diminution drastique du nombre d’enseignants et ses conséquences pour Saint-Germain étaient l’objet de la tribune libre des élus de la liste Saint-Germain Solidaire dans le dernier Journal de Saint-Germain du 9 mai. Retrouvez-la ci-dessous.
Prochain Journal de Saint-Germain : le 23 mai



L’inquiétude justifiée des lycéens

Le mouvement des lycéens traduit une inquiétude de la jeunesse de notre pays, des parents et de l’ensemble de la communauté éducative. Les suppressions de postes (350 emplois dans les Yvelines) tout comme les projets de réforme initiés par le gouvernement contribuent à aggraver plus encore les conditions d’enseignement pour la rentrée prochaine.
Ces conséquences n’épargnent pas les établissements de Saint-Germain. Illustrons le cas du lycée Jeanne d’Albret. Celui-ci a reçu les dotations horaires pour l’année 2008 – 2009. Les budgets sont réduits alors que les effectifs sont stables (595 élèves prévus en seconde, identique à la rentrée 2007). Et pourtant, un mi-temps de SES est supprimé, 5 professeurs qui partent en retraite ne seront pas remplacés (4 plein temps), le nombre d’heures allouées est réduit de 108 heures/semaine. Cette diminution s’accompagne d’un accroissement de la part des heures supplémentaires, dont la proportion sera de 12% contre 10,7% cette année. Les conséquences pour les élèves sont : une classe de seconde et une classe de terminale ES supprimées, des options avec des effectifs inférieurs à 20 élèves supprimées. Les classes de première étant déjà à effectif maximal (35 élèves), il est probable que des élèves de terminale qui redoubleront cette année devront aller le faire ailleurs. Des cours de soutien seront supprimés, des projets pédagogiques seront aussi repoussés sine die.
Les élus de Saint-Germain Solidaire réaffirment le droit à la réussite des jeunes. Nous soutenons la journée d’action nationale du 15 mai prochain. La transformation de l’École implique une toute autre dynamique pour le système éducatif et pour les métiers de l’éducation.

Pascal Lévêque, Nicole Frydman, Emmanuel Fruchard, Blandine Rhoné, conseillers municipaux de la liste Saint-Germain Solidaire.


A lire aussi nos précédents articles sur ce sujet :
La liste des blogs des établissements yvelinois mobilisés
Les conséquences sur le lycée Jeanne d’Albret
Manifestation dans le parc du Château le 5 avril
Manifestation de lycéens le 28 mars à Saint-Germain
Notre précédente tribune libre (sur la santé)

Le Parisien (9 mai) : la blanchisserie incommode les riverains

Après le Courrier des Yvelines du 7 mai (à lire ici), Le Parisien s’intéresse également aux nuisances de la blanchisserie interhospitalière que nous avons révélées d’abord sur ce blog puis au conseil municipal du 29 avril.


La blanchisserie incommode les riverains

Stop aux mauvaises odeurs. Les riverains de la blanchisserie interhospitalière de Saint-Germain-en-Laye n’en peuvent plus. Nombreux sont ceux qui sont régulièrement incommodés par des émanations provenant de cet établissement qui traite pas moins de dix tonnes de linge par jour. Une pétition a été expédiée à la mairie et lors du dernier conseil municipal, Pascal Lévêque, l’un des élus socialistes, a interrogé Emmanuel Lamy, le maire (UMP), à ce sujet.
Certains habitants de la cité du Bel-Air n’en peuvent plus. Domiciliés dans le secteur des rues Jean-Philippe Rameau, Antonio-Vivaldi, Rossini et Frantz-Schubert, ils sont gênés par l’atmosphère irrespirable des rejets de la blanchisserie interhospitalière implantée dans leur quartier, boulevard Listz. « Des odeurs nauséabondes se dégagent des bouches d’égout depuis plus d’un an, raconte un riverain. Elles sont parfois insoutenables et donnent envie de vomir.« 
Pour beaucoup, ces nuisances olfactives peuvent être dangereuses d’autant que l’établissement utilise des produits nocifs pour désinfecter le linge. « Cette pollution ne peut-elle pas porter atteinte à notre santé? » redoute un habitant de la rue Jean-Philippe-Rameau.
Récemment sollicité par les riverains inquiets, Pascal Lévêque (PS) a demandé des informations au maire. Ce dernier a retracé l’historique de ses démarches : « En décembre 2007, les services de la ville ont procédé au curage du réseau d’assainissement du Bel-Air, indique Emmanuel Lamy. Les autorités compétentes ont également été saisies pour qu’un contrôle approfondi soit effectué et j’ai informé l’ensemble des personnes concernées des démarches effectuées par la ville.« 
Lors d’une inspection menée en février dernier, les ingénieurs de la Direction régionale de l’Industrie, de la recherche et de l’environnement (Drire), l’organisme qui contrôle la blanchisserie, ont constaté « de fortes odeurs perceptibles au niveau de certains avaloirs d’eaux pluviales, ceci jusqu’à environ 200 m du point de rejet. » La blanchisserie a été invitée à entreprendre des travaux de mise en conformité.
Ainsi un pompage des fosses de décantation a été effectué et un nouveau produit de traitement des odeurs a été utilisé pour éviter la formation d’émanations gênantes. L’établissement a aussi décidé de recourir aux services d’une société spécialisée dans le traitement des effluents. « Le problème semble avoir été réglé« , précise Emmanuel Lamy. Contactée, la direction de l’établissement ne nous a pas répondu.
Le Parisien du 9 mai. Yves Fossey


Pour plus de détails, voir nos deux articles consacrées à cette affaire, avec en particulier le détail des normes techniques que la blanchisserie doit respecter.
Odeurs pestilentielles aux abords de la BIH (1ere partie) : la présentation de la BIH
Odeurs pestilentielles aux abords de la BIH (2e partie) : les nuisances et le non respect des normes
Le Courrier des Yvelines du 7 mai : « Les odeurs de la blanchisserie en question »

La Cour d’Appel confirme l’inégibilité de Pierre Bédier et Jacques Masdeu-Arus

La cour d’appel de Paris a confirmé aujourd’hui les peines de prison avec sursis et d’inégibilité prononcées en première instance à l’encontre des députés UMP des Yvelines Pierre Bédier et Jacques Masdeu-Arus et de Gilles Forray, ancien premier adjoint de Jacques Masdeu-Arus.

Il est reproché aux trois hommes d’avoir accepté des pots-de-vin de l’homme d’affaires Michel Delfau, décédé en 2005. En contrepartie, ce dernier aurait obtenu des marchés publics dans les villes de Poissy et de Mantes-la-Jolie. Ils étaient également poursuivis pour recel d’abus de biens sociaux.

Pierre Bédier, maire de Mantes-la-Jolie de 1995 à 2005 et actuel président du conseil général des Yvelines, a été condamné à 18 mois de prison avec sursis et trois années de privation des droits civiques et civils, soit six années d’inéligibilité. Son amende passe de 50.000 à 25.000 euros.

Jacques Masdeu-Arus, maire de Poissy de 1983 à 2008, a pour sa part écopé de deux ans de prison avec sursis et cinq ans de privation des droits civiques et civils, soit dix ans d’inégibilité. Son amende passe de 150.000 à 75.000 euros.

Les avocats des deux hommes ont annoncé leur intention de se pourvoir en cassation. Ils ont cinq jours pour le faire.

Quant à Gilles Forray, premier adjoint de M. Masdeu-Arus, maire de Poissy au moment des faits et actuel conseiller général UMP des Yvelines, il a été condamné à trois ans de prison avec sursis, 75.000 euros d’amende et cinq ans de privation des droits civiques et civils, soit dix ans d’inégibilité.

S’il y a effectivement pourvoi en cassation, la peine sera suspendue et les deux députés garderont leur mandat jusqu’à la décision de la Cour de Cassation.
Rappelons par ailleurs que des documents avaient curieusement disparu du pôle financier début 2007.

Plus de détails :
L’article « Affaire Bédier » sur wikipédia
Tous nos articles sur cette affaire dans notre dossier « Procès Bédier »

Arnaud Péricard annule son recours sur les municipales à Saint-Germain

Il y a deux mois Arnaud Péricard, qui menait la liste UMP dissidente à Saint-Germain lors des municipales de mars 2008, a intenté un recours contre l’ensemble des résultats électoraux à Saint-Germain et contre 3 colistiers du maire UMP Emmanuel Lamy dont Arnaud Péricard estimait qu’ils ne pouvaient siéger au conseil.
Pour plus de détails, voir notre article du 18 mars 2008.

Surprise, le 7 mai dernier, Arnaud Péricard se « désiste entièrement de [sa] protestation électorale » du 14 mars 2008. Sans explications publiques à ce jour. Le tribunal administratif de Versailles vient d’en informer les conseillers municipaux.

Que s’est-il passé entre temps ? L’UMP a-t-elle fait pression sur Arnaud Péricard, des accords ont-ils eu lieu ? L’avenir le dira peut-être mais rappelons par exemple que la conseillère générale UMP du canton de Saint-Germain sud n’est autre que Catherine Péricard, mère d’Arnaud Péricard, et que ce canton est renouvelable en 2010. L’investiture UMP y sera alors très recherchée.
Plus simplement, Arnaud Péricard a-t-il seulement voulu montrer sa capacité de nuisance pendant 6 ans au maire de Saint-Germain ? Mais pourquoi retirer son recours alors?

Les partisans de MM. Lamy et Péricard, qui lisent très régulièrement ce blog et parfois s’y expriment dans les commentaires, ont sans doute des informations que nous n’avons pas. Qu’ils n’hésitent pas à informer nos lecteurs en postant un commentaire.

A lire aussi :
Arnaud Péricard a déposé un recours pour faire annuler les élections municipales
Les résultats des municipales à Saint-Germain
Tous nos articles sur les municipales 2008