Violences policières : un exemple récent à Saint-Germain

Il y a quelques jours à Saint-Germain une femme de 54 ans a déposé plainte pour violences policières à la suite d’un banal contrôle de papier qui s’est envenimé, place Royale.
Habitante du Pecq, cette dame monte en voiture avec sa fille au centre ville pour acheter le pain du dîner qu’elle n’a pas pris. Elle oublie son permis de conduire dans la précipitation. Arrivée Place Royale, elle se fait contrôler par deux policiers nationaux. Elle propose que sa fille aille chercher le permis de conduire à la maison. Sans succès.

Après 30 minutes d’attente pour vérification d’identité, elle se voit verbaliser de 2 contraventions : une pour n’avoir pas présenté ses papiers et l’autre pour avoir refusé la priorité à un piéton. Elle conteste ce dernier point et certifie qu’il n’y avait pas de piéton, ce que sa fille confirme. Elle sort de sa voiture et demande à parler au commissaire pour lui expliquer la situation.
Un policier la plaque alors violemment sur la voiture de police et lui fait une clé au bras en criant « Outrage ». Elle est emmenée au commissariat. Puis très rapidement à l’hôpital car elle s’est évanouie. On lui diagnostique une grosse entorse du coude.
De retour au commissariat, elle est mise en garde à vue pendant 30 heures et fouillée au corps.
Cette dame a dû être hospitalisée en état de choc et a eu une interruption totale de travail de 10 jours et un arrêt de travail d’un mois.
Elle a déposé plainte à l’inspection générale des services contre les policiers. La procédure est actuellement en cours.
A Saint-Germain comme ailleurs on procède ainsi à des « contrôles musclés », à des gardes à vue infondées, à des pratiques humiliantes. En France en 2008, presque 1% de la population a été mise en garde à vue. A l’échelle de Saint-Germain, cela correspondrait à 400 personnes !
La Commission Nationale de Déontologie de la Sécurité dans son dernier rapport déplore « qu’aucune réponse n’ait été apportée à sa demande de rappel solennel aux agents de la force publique de la prohibition absolue de tout traitement inhumain ou dégradant. »
Notre pays continue aussi sa chasse aux sans papiers avec une volonté de 30 000 étrangers expulsés. Cette stratégie les pousse ainsi à se réfugier dans une clandestinité toujours plus profonde. Dorénavant, quand la chasse aux étrangers fait un mort, on n’en parle même plus dans les médias. Est-ce devenu normal, ou les journalistes s’autocensurent-ils pour garder leur travail et donc ne pas déplaire à leur patron, ami du Président ? Par étapes, sous l’impulsion de Nicolas Sarkozy, l’UMP pousse la France vers un régime autoritaire : on traque, on emprisonne, on muselle les médias, on épie internet, on accapare tous les pouvoirs.

Nous, femmes et hommes de gauche nous voulons développer solidarité et fraternité et non la peur, l’individualisme et le repli sur soi. Nous voulons faire rimer égalité et liberté.
Réveillez-vous, résistez. Il est encore temps.

 

Le journal Libération a consacré un article à cette triste affaire il y a quelques jours (lire l’article).

Le 1er mai, je marche avec les Socialistes

Le 1er mai doit faire date. Le Parti socialiste doit répondre présent à ce rendez-vous qui s’est souvent confondu avec les plus grands progrès sociaux. Face au mutisme de Nicolas Sarkozy et de son gouvernement, les centrales syndicales ont appelé à faire front commun, une première depuis plusieurs décennies. Aux socialistes de faire de même en formant un grand cortège le 1er mai prochain.
À Paris, les socialistes vous donnent rendez-vous à 13h30 à l’angle du boulevard St-Michel et de la rue Soufflot (Ve arrondissement) – Métro : Luxembourg

Venez très nombreux ! Les socialistes saint-germanois seront naturellement présents dans le cortège.

3 actions pour que la mobilisation soit un succès :
Visualiser le lieu de rendez-vous sur une carte
– Transférer ce mail à votre famille, vos amis et collègues
Confirmer votre présence sur l’évènement Facebook

Télécharger le tract

Pierre Bédier, le député fantôme…

Pierre Bédier a cédé son siège de député il y a quelques jours, à l’issue d’une sombre manoeuvre que nous avons raconté dans cet article. Cette opération de passe-passe est cautionnée par l’UMP, qui veut ainsi échapper à une législative partielle difficile au cas où le pourvoi en Cassation de Pierre Bédier, condamné en appel pour corruption, serait rejeté dans les prochains jours. (Voir notre dossier Procès Bédier).

Les 576 autres députés remarqueront-ils son absence de l’Assemblée Nationale ?
Sans doute non tant le travail du député Bédier fut mince depuis 2007….
Le site lesinfos.com vient de publier une liste des députés classés selon leur activité (ou inactivité !) parlementaire. Et à qui est atttribué le bonnêt d’âne de l’Assemblée ? Au (toujours) président du conseil général et désormais ancien député de la 8e circonscription des Yvelines Pierre Bédier.
Champion toute catégorie de l’inactivité parlementaire, avec aucune activité (zéro question, intervention, rapport ou proposition de loi), l’ancien secrétaire d’Etat termine  premier de ce classement des députés fantômes.
Nul doute que sa suppléante n’aura aucun mal à faire mieux. Mais s’il fallait illustrer les méfaits du cumul des mandats, la preuve est faite… Décidément, notre département mérite mieux.

Le classement des députés selon le site lesinfos.com (pdf, 1 Mo)

A lire aussi sur notre blog :
Nouveau rebondissement dans l’affaire Bédier : Pierre Bédier démissionne de son mandat de député !
La Cour d’Appel confirme l’inégibilité de Pierre Bédier
Tous nos articles sur le procès Bédier
Photo : SIPA

L’opposition refuse de donner un chèque en blanc au maire UMP de Saint-Germain

Lors du conseil municipal du 26 mars 2009, le maire de Saint-Germain a fait voter une délibération pour étendre encore ses pouvoirs, dans les termes suivants : « le Conseil Municipal délègue au Maire pour toute la durée du mandat les missions suivantes :

1. prendre toute décision concernant la préparation, la passation, l’exécution et le règlement des marchés et accords-cadres ainsi que toute décision concernant leurs avenants, lorsque les crédits sont inscrits au budget […] »
Auparavant, cette délégation était limitée par deux contraintes : d’une part le montant des contrats était limité par un seuil et d’autre part les avenants ne pouvaient pas excéder 5% du montant initial, faute de quoi le maire devait faire approuver le marché ou l’accord-cadre par le conseil municipal.

Cette disposition nouvelle d’une loi récente ne nous convainc pas.
La nouvelle délégation étend le domaine des décisions prises en solitaire, sans transparence ni débat. Un acte administratif ne donne lieu qu’à une description de quelques lignes, il est annoncé après avoir été effectué et ne donne lieu à aucun débat et à aucun vote. Pour nous, la présentation d’un dossier, son débat contradictoire en réunion publique et le vote des conseillers municipaux sont des éléments essentiels pour garantir que les bonnes décisions sont prises. Par cette délibération, le maire de Saint-Germain vide encore un peu plus de sens les débats du conseil municipal, où certains  élus de sa liste n’ont jamais pris la parole spontanément. Le pluralisme et la transparence constituent visiblement pour lui un embarras.
Pour finir, mentionnons que le même article L2122-22 invoqué pour cette délégation est celui qui a permis à tant d’élus de conclure des produits maintenant appelés « toxiques » et autrefois qualifiés de « gestion active ». Toutes ces opérations ont été conclues après qu’une délégation trop large ait été donnée. Fort de cette délégation, des présidents de conseil généraux, des maires, des présidents de syndicats intercommunaux, mal conseillés ou foncièrement joueurs, ont signé des transactions qui laissent des pertes de plusieurs millions d’euros à leur contribuables. M. Lamy le sait bien puisqu’il a lui-même signé des swaps, qualifiés par la Cour des Comptes de « spéculatifs », en tant que président du SIDRU (voir nos articles sur ce dossier).

Pour toutes ces raisons, nous avons voté contre cette délibération, qui a été adoptée malgré 9 voix contre, tous les élus des deux oppositions (et c’est rare) ayant voté contre.

 

A lire également nos précédents articles sur le conseil municipal de mars :

Lettre ouverte au maire de Saint-Germain

Impôts à Saint-Germain : le vrai prix des impôts locaux réduits

Plan Local d’Urbanisme de Saint-Germain et les logements (1) : le constat

Plan Local d’Urbanisme de Saint-Germain et les logements (2) : nos propositions

Décès de Jean Giamello et Jules Ariche, deux anciens élus saint-germanois

Nous apprenons le décès très récent de deux anciens élus saint-germanois Jean Giamello et Jules Ariche.
Jean Giamello a été premier maire-adjoint de 1977 à 2001 sous les  différentes mandatures de Michel Péricard (puis d’Emmanuel Lamy de 1999 à 2001). Jean Giamello a également été conseiller général RPR du canton de Saint-Germain nord de 1988 à 2001.
Jules Ariche fut conseiller municipal (majorité municipale) de 1983 à 2001. Il est à l’origine de la création de la synagogue, située impasse Saint-Léger, en 1995.

Tous deux étaient très appréciés pour leur gentillesse et leur engagement au service de notre ville.
Nous adressons nos sincères condoléances aux familles et aux amis de Jean Giamello et Jules Ariche.

Impôts à Saint-Germain : le vrai prix des impôts locaux réduits

Au dernier conseil municipal le 26 mars 2009, le maire de Saint-Germain a exprimé toute sa satisfaction de maintenir inchangé les taux des taxes principales (taxe foncière, taxe d’habitation et taxe professionnelle) et d’augmenter légèrement la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM).

Certes les Saint-Germanois ne verront pas de hausse importante des taxes locales, à la différence des habitants de plusieurs communes alentour également dirigées par l’UMP, comme le Vésinet (+50%) ou Le Pecq (+24%) (voir notre article).

Cependant il faut tempérer cette auto-satisfaction pour plusieurs raisons :

- D’abord la base des taxes augmente et les Saint-Germanois verront donc de toute façon leurs impôts augmenter au rythme de l’inflation.
– Ensuite la ville de Saint-Germain maintient des taux bas principalement sur la taxe foncière, payée par les propriétaires. La taxe d’habitation est plus proche de la moyenne départementale. Une taxe foncière basse profite aux gros propriétaires et incite à laisser un logement vide plutôt que de le louer. Cela explique en partie le taux élevé de logements vides à Saint-Germain.
– Comment la ville joint-elle les deux bouts avec des revenus de taxe assez bas ? De plusieurs manières : => Les tarifs municipaux à Saint-Germain sont parmi les plus élevés des Yvelines. Voir sur ce sujet nos dossiers sur les prix de la piscine et de la bibliothèque, même si entre temps la bibliothèque est devenue gratuite pour les étudiants, mesure que nous demandions depuis des années…
=> Autre exemple de tarif élevé : la nouvelle taxe de séjour sur les nuitées d’hôtel, qui augmente de 2,7% le coût de la nuit pour les plus pauvres, et de 0,4% pour les plus riches.
=> Enfin, il y a au moins un domaine où la ville vit d’expédients, c’est la gestion des ordures ménagères. Car la hausse modeste de la TEOM cette année sera très insuffisante pour faire face aux engagements qui découlent des opérations financières spéculatives conclues par le président du Sidru, qui est également,… maire de saint-Germain. Le maire de Saint-Germain accuse sur ce dossier son prédécesseur et les mesures prises au Grenelle de l’environnement. Il oublie un peu vite que sa position spéculative à hausse du dollar s’est avérée – au moins pour l’instant – perdante (pour plus d’informations voir notre dossier).
Pour la grande majorité des Saint-Germanois, il n’y a pas lieu de se réjouir des taux bas d’impôts locaux, car l’argent qui n’est pas perçu par l’impôt l’est d’une autre manière, ou devra être payé plus tard pour rembourser la dette du SIDRU. Cette politique qui ne profite qu’aux plus aisés tend surtout à accroître les inégalités, à réduire l’offre locative et à pratiquer une solidarité a minima.

 

A lire aussi sur notre blog :

Notre dossier Sidru

Le Vésinet, Le Pecq et Montesson augmentent fortement leurs impôts locaux
La ville de Saint-Germain créé une taxe de séjour sur les nuits d’hôtels

Tarifs municipaux : Saint-Germain, une ville chère, l’exemple de la bibliothèque

Tarifs municipaux : Saint-Germain, une ville chère, l’exemple de la piscine

Nouveau rebondissement dans l’affaire Bédier : Pierre Bédier démissionne de son mandat de député !

On s’en souvient, Pierre Bédier, député mais également président UMP du conseil général des Yvelines, a été condamné en appel en mai dernier pour « corruption passive » et « prise illégale d’intérêt«  à 18 mois de prison avec sursis et 3 années de privation des droits civiques et civils, soit 6 années d’inégilité. Deux autres élus yvelinois, le député UMP Jacques Masdeu-Arus et le conseiller général UMP Gilles Forray, avaient également été condamnés pour les mêmes motifs avec des attendus très sévères.
Par une manipulation dont il a le secret, Pierre Bédier a été nommé en octobre 2008 en « mission parlementaire«  pour 6 mois par le gouvernement. Si une mission parlementaire est prolongée, le député cède automatiquement sa place à son/sa suppléant(e), ce qui permet d’éviter une élection législative partielle.
Sans surprise hélas tant la ficelle est grosse, on apprend aujourd’hui que Pierre Bédier a demandé au Premier Ministre de prolonger cette mission et renonce donc de fait à son mandat de député.
Non content de ne pas avoir respecté la décision de la Cour d’Appel et de ne pas avoir démissionné de ses mandats, Pierre Bédier prive aujourd’hui les électeurs de la 8e circonscription des Yvelines d’une élection partielle très ouverte. Car sa suppléante devient députée jusqu’en 2012, et cela quel que soit le résultat du jugement de la Cour de Cassation, qui devrait intervenir dans les prochaines semaines.
Quant à la justification donnée par Pierre Bédier, chacun peut la lire sur son blog : « Dans la tourmente économique actuelle, il me faut être exclusivement Président du Conseil général des Yvelines pour consacrer mes forces à protéger notre Département« . Pas un mot bien sûr sur son procès. Pierre Bédier découvre tardivement mais fort opportunément les inconvénients du cumul des mandats…
Seule consolation, en cas de rejet du pourvoi, il devra démissionner de son mandat de conseiller général.

Ces petits arrangements de l’UMP pour « sauver le soldat Bédier » sont une grave manipulation que nous condamnons vivement.
Rappelons également qu’en février 2007, des documents relatifs à l’affaire Bédier avaient curieusement disparu du pôle financier du Tribunal de Paris…

Photo : SIPA
A lire également :
La réaction de la section PS de Mantes la Jolie
La lettre d’explication de Pierre Bédier
A lire sur notre blog :

Notre dossier Procès Bédier
Pierre Bédier nommé en mission parlementaire : petits arrangements entre amis de l’UMP ?
Affaire Bédier : des documents disparaissent…
La Cour d’Appel confirme l’inégibilité de Pierre Bédier et Jacques Masdeu-Arus
La condamnation en première instance

Plan Local d’Urbanisme de Saint-Germain et les logements (2) : nos propositions

Notre PLU doit traduire des réponses en matière de logements adaptées au constat. Voir la première partie de notre article.

Comment développer l’offre de logements dans une ville comme Saint-Germain, que les habitants ont choisi pour la qualité de son environnement ?

La politique logement dans notre ville doit, en dépit des contraintes financières et foncières, répondre à une demande particulièrement forte de nouveaux logements, en particulier de logements sociaux, et s’intégrer dans une vision durable du développement de notre espace. Les élus de gauche ont, au cours du débat du conseil municipal de mars 2009, rappelé les réponses qui devraient être prioritaires :

Construire encore à Saint-Germain car c’est une obligation pour répondre aux besoins des ménages qui ne cessent de croître et se diversifier. C’est un enjeu qui doit mobiliser les énergies, les volontés, les partenariats, l’innovation et l’excellence. – Réaffirmer une priorité au logement social et à la mixité sociale. Nous proposons que, dans les projets d’habitat, la diversité des programmes se traduise par une proportion plus importante de logements locatifs sociaux en PLUS et en PLAI qui pourrait être portée à 25 %, et par un équilibre pour les logements restant entre le logement accessible aux catégories intermédiaires (accession sociale à  la propriété, accession à prix maîtrisé, locatif intermédiaire comme le PLS), et le logement libre (accession et loyer libre).

– Restaurer la mobilité dans le parc de logements à Saint-Germain, et notamment social. Cela suppose de développer une offre accessible financièrement.

Aider au retour sur le marché de logements vacants, très nombreux dans notre ville.

– Contractualiser les conventions de partenariat avec nos interlocuteurs habituels du monde HLM pour atteindre des objectifs de production.

– Notre politique logement, et donc notre PLU, doit aussi mieux prendre en compte les besoins des ménages qui se situent aux deux extrémités de la chaîne logement, les jeunes et étudiants, et les personnes âgées. Dans le parcours vers le logement autonome, les jeunes, qu’ils soient étudiants, étudiants boursiers, jeunes travailleurs, constituent un public particulièrement exposé aux difficultés d’accès au logement. Une résidence universitaire nous semble indispensable à Saint-Germain.

Enfin, compte tenu du nombre de personnes qui vieillissent chez elles, il nous faudra adapter l’existant pour permettre le maintien à domicile. Pourquoi ne pas faciliter la création de petites unités de vie avec une typologie de logement variée ou encore encourager diverses formules d’habitat intergénérationnel en colocation…?

 

Pascal Lévêque, conseiller municipal PS de Saint-Germain

 

A lire aussi la première partie de cet article :

Plan Local d’Urbanisme de Saint-Germain et les logements (1) : le constat

Plan Local d’Urbanisme de Saint-Germain et les logements (1) : le constat

Lors du débat sur la politique logement de la ville du conseil municipal de mars 2009, les conseillers municipaux de gauche ont rappelé que le logement à Saint-Germain est un enjeu local de première importance. Accueil de nouveaux arrivants, logement social, mixité, renouvellement urbain, évolution de la ville, autant d’enjeux essentiels pour notre ville.

Le constat présent est assez simple sur Saint-Germain-en-Laye :

Une hausse continue des prix du logement et des loyers depuis le début des années 2000, même si le début 2009 voit apparaître un reflux. Le prix du logement a été multiplié par 3 depuis 1990 !

– Un décalage croissant entre l’offre disponible et la demande de plus en plus sociale. 810 demandes sont en liste d’attente pour un logement social à Saint-Germain, et nous avons un taux de rotation quasiment nul.

– Des difficultés accentuées pour toutes les catégories de population – notamment pour les jeunes ménages, mais aussi pour les plus fragiles – pour trouver à Saint-Germain un logement adapté à leurs besoins et à leurs moyens, en raison d’une augmentation du coût de l’accession et d’un endettement personnel de plus en plus à long terme.

 

En résumé, se loger à Saint-Germain devient de plus en plus cher pour les jeunes ménages. Et nous assistons à une forte demande de logements sociaux doublée d’une difficulté pour une famille de classe moyenne à trouver un logement sur le marché locatif ou accéder à la propriété.

A ce constat, il faut ajouter les tendances de fond pour les 20 ans à venir. Qui dit logement dit bien prévoir les évolutions sociologiques qui impactent notre demande de logement.

Deux facteurs-clé vont tirer la demande de logements :

 – L’évolution de la taille moyenne des ménages est en baisse à population globale constante avec une augmentation du nombre de ménages. En effet, la tendance est à l’augmentation du nombre de foyers ; à l’horizon 2030 le nombre de ménages devrait être supérieur d’un quart à sa valeur présente. Cela est dû à l’accroissement du nombre de personnes vivant seule (personnes âgées, célibataires) et la réduction du nombre de personnes par foyer (famille monoparentale, divorce).

- La deuxième raison est l’individualisation et le vieillissement de la population. Cette évolution alimente la demande de logement.

Pascal Lévêque, conseiller municipal PS de Saint-Germain

Nous consacrerons notre prochain article à nos propositions complémentaires pour Saint-Germain.

 

A lire également sur notre blog :

Lettre ouverte au maire de Saint-Germain

Jean-Louis Borloo enterre le projet de circuit de Formule 1 de Flins

Jean-Louis Borloo, Ministre de l’Ecologie et du Développement durable, était l’invité de Jean-Jacques Bourdin lundi 6 avril sur RMC.
A la fin de l’interview, interrogé sur le projet de circuit de Formule 1 à Flins porté par Pierre Bédier, président UMP du conseil général des Yvelines, le ministre de l’Ecologie a clairement indiqué que ce projet n’aurait pas lieu. Voir l’interview sur Dailymotion.
Jean-Louis Borloo, qui affirme s' »être bien sûr battu contre » mais semble avoir découvert le projet très récemment, a souligné que le projet de circuit se  trouve sur un champ de captage d’eau particulièrement important et des terrains réservés à l’agriculture biologique, comme les opposants ne cessent de le dire depuis des mois. Pour lui, ce projet ne fait plus partie du plan de relance et « le problème est réglé« .
Jean-Louis Borloo n’en étant pas à son premier revirement, nous restons vigilants mais si cela se confirme, c’est un gros coup dur pour Pierre Bédier avant son jugement en Cour de Cassation qui doit intervenir dans les prochaines semaines. Affaire à suivre…


A lire sur notre blog :

Filière automobile et circuit F1 : les propositions de la Fédération des Yvelines

Plus de détails sur ce projet :
Un site qui soutient le circuit à Flins
Un site qui s’oppose au circuit de Flins