Saint-Germanois, qui êtes-vous ? (1) : la démographie

Nous sommes heureux de mettre en ligne cet été une série d’articles sur le thème « Saint-Germanois qui êtes-vous ? »

Ce portrait collectif résulte de l’étude des chiffres publiés par l’INSEE début juillet 2009, à travers les recensements effectués dans la ville. Les chiffres officiels 2006 remplacent désormais les données du dernier recensement de 1999. Nous avons repris les chiffres les plus significatifs accompagnés de nos commentaires.

Remerciements à Pascal LEVÊQUE, Conseiller Municipal P.S. et Président du groupe Saint-Germain Solidaire pour le travail d’analyse effectué.

Une population en croissance significative : + 3.188 habitants depuis le dernier recensement (+ 8%)

Les chiffres clés

ANNEE 1982 1990 1999 2006
Population de Saint-Germain 38 449 39 926 38 124 41 312

St-Germain par âge 1999 Poids 2006 2006
De 0 à 19 ans 9 429 25% 10 964 27%
De 20 à 64 ans 22 885 60% 24 148 58%
65 ans et + 5 810 15% 6 200 15%
  TOTAL 38 124 100% 41 312 100%

 

 


Mobilité 2006 %
Personnes de 5 ans ou +habitant 5 ans auparavant … 38 665 100%
Le même logement ou un autre logement à St-Germain 25 870 67%
Un autre logement hors de St-Germain 12 795 33%

 

 


Nationalité 1999 % 2006 %
Française 34 986 92% 37 768 91%
Etrangère 3 138 8% 3 544 9%





Rupture depuis les années 2000, Saint-Germain a retrouvé une croissance de sa population, inconnue depuis près de 30 ans.

La croissance de la population avec 41.312 habitants en 2006 s’explique par un double phénomène. La période 1999 à 2006 a vu à Saint-Germain une variation annuelle moyenne de la population de + 1,2%. Pour 60 % cette croissance est due au solde naturel positif entre les naissances et les décès. Sur les 5 dernières années, Saint-Germain a bénéficié en moyenne de 540 naissances par an, et enregistré 280 décès par an, créant ainsi un solde naturel.

Pour 40%, la croissance est due à un solde apparent des entrées et sorties de la population positive sur cette période. Il y a plus de nouveaux « Saint-Germanois » arrivant dans la ville que de « Saint-Germanois » quittant la ville. Ceci est une vraie rupture avec le passé, le solde apparent de ces 30 dernières années ayant toujours été en moyenne négatif, c’est-à-dire plus de sorties que d’entrées.
Une population totale de Saint-Germain qui a légèrement rajeunie

La population totale de nos aînées (+ de 65 ans) est stable à 15% de la population de la ville avec toutefois une croissance significative des grands ainés (les plus de 75 ans représentent 56 % de cette catégorie, contre 48 % en 99).

Les moins de 20 ans représentent désormais 27% de la population contre 25% au recensement de 1999.

Une population qui se « renouvelle » d’année en année

Il est frappant de constater qu’un tiers des Saint-Germanois actuels n’habitaient pas notre ville il y a 5 ans.

Une ville qui confirme son caractère « international »

9% de la population totale de notre ville est de nationalité non française, confirmant que la ville est un carrefour de nombreuses nationalités étrangères.

Prochain article : Les Saint-Germanois et la famille

 

A lire également sur notre blog :

Saint-Germain a gagné 2853 habitants en 10 ans

Les conséquences du redécoupage électoral dans les Yvelines

Le vaste chantier du redécoupage électoral va sans doute profondément faire évoluer la carte électorale en France.
En ce qui concerne les Yvelines, cinq circonscriptions sur douze ne sont pas modifiées. Il s’agit de la 4e (Chatou-Houilles-Marly), la 5e (Maisons-Laffite – Le Vésinet – Sartrouville), la 7e (Conflans – Triel – Meulan), la 8e (le Mantois), la 9e (la grande circonscription rurale de l’ouest yvelinois mais où figure également Les Mureaux).
Les sept autres circonscriptions sont modifiées.
Nous avons déjà évoqué dans un récent article le sort de la 6e circonscription (Saint-Germain – Achères)  à laquelle le gouvernement a décidé d’ajouter trois communes (Carrières-sous-Poissy, Médan et Villennes sur Seine). La circonscription sera désormais à cheval sur la Seine, sans moyen de communication directe entre les deux rives puisqu’il n’y a pas de pont à cet endroit…

Voici la nouvelle composition et les modifications (en gras) pour les 6 autres circonscriptions (pour voir la carte en grand, cliquez dessus puis zoomer ; les communes qui changent de circonscription sont hachurées) :
- 1ere circonscription : cantons de Montigny le Bretonneux, Versailles nord et Versailles Nord Ouest. Départ de Viroflay.
- 2e circonscription : Cantons de Chevreuse, Vélizy, Versailles-sud. Départ du Mesnil Saint-Denis, ajout de Viroflay.
- 3e circonscription : Cantons de La Celle-Saint-Cloud, Le Chesnay, Saint-Nom-la-Bretèche. Ajout de Les Clayes-sous Bois.
- 6e circonscription : lire notre article du 13 juillet
- 10e circonscription : Cantons de Rambouillet et Saint-Arnoult-en-Yvelines, parties des cantons de Maurepas et Montfort-l’Amaury. Départ d’une quinzaine de villages autour de Beynes appartenant au canton de Montfort-l’Amaury.
- 11e circonscription : Cantons de Saint-Cyr l’Ecole, Trappes + Elancourt et La Verrière. Ajout du Mesnil-Saint-Denis.
- 12e circonscription :  Poissy, canton de Plaisir (sauf Les Clayes) Ajout d »une quinzaine de villages autour de Beynes. Départ de Médan, Villennes/Seine, Carrières-sous-Poissy, et Les Clayes sous Bois.

Les principales conséquences politiques de ce redécoupage concernent les 11e et 12e circonscriptions.
– La 11e circonscription est, avec la 8e, la seule circonscription des Yvelines qui a voté majoritairement pour Ségolène Royal au second tour des présidentielles de 2007, précisément à hauteur de 53,32%. En ajoutant la commune du Mesnil-Saint-Denis, la gauche n’obtient plus que 51,95%. Ce n’est évidemment pas pour rien que la Droite n’ajoute pas une commune qui figure dans la communauté d’agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines, dans la continuité du reste de la circonscription, mais va au contraire chercher une commune membre du Parc Naturel Régional de Chevreuse qui a le grand mérite à ses yeux d’avoir voté à 63% pour Sarkozy en 2007 !

 - Sur la 12e circonscription, il s’agit d’un vaste charcutage dont l’objectif est à l’évidence de contrecarrer une poussée de la gauche notable depuis les municipales de 2008 où le PS a pris Poissy et le PRG Carrières-sous-Poissy. Quatre communes quittent la 12e, dont deux plutôt de gauche (Les Clayes sous Bois et Carrières-sous-Poissy) et quinze villages ancrés à droite les remplacent… Dans la configuration actuelle, la gauche a obtenu 45,25% au second tour de la présidentielle. Avec le redécoupage, elle n’obtiendrait plus que 43,78%.

Notons également que plusieurs cantons se retrouveront à cheval sur plusieurs circonscriptions, ce que la loi souhaite éviter normalement.
Par ailleurs, les « anomalies » du redécoupage de Charles Pasqua en 1986 ne sont pas corrigées. Le Vésinet et Sartrouville sont toujours dans la 5e circonscription, Les Mureaux appartient toujours à la très rurale 9e circonscription, la 11e est toujours coupée en deux par une route nationale etc…
Bref, force est de constater que la Droite cherche à l’évidence à s’assurer un nombre maximum de fiefs électoraux et veut rendre extrêmement difficile le gain de circonscriptions pour la gauche. Rappelons que les 12 circonscriptions des Yvelines sont actuellement toutes détenues par la Droite…
A l’évidence, d’autres choix sont possibles pour rendre la situation beaucoup plus juste politiquement, ce qui est normalement l’objectif d’un redécoupage électoral républicain.

A lire également sur notre blog :
Redécoupage électoral : la 6e circonscription des Yvelines est concernée

Christine Boutin renonce à son siège de député des Yvelines, une élection législative partielle à l’automne

Christine Boutin a annoncé jeudi 23 avril qu’elle renonçait à son mandat de député de la 10e circonscription des Yvelines, mandat qu’elle détenait depuis 1986.
« J’ai décidé de prendre le chemin de la liberté absolue pour continuer mon action politique, en ne retournant pas à l’Assemblée Nationale», a-t-elle expliqué dans un communiqué.
Christine Boutin ne renonce pas pour autant à la politique. Elle reste conseillère générale des Yvelines dont elle a un temps voulu prendre la présidence, avant d’être sèchement recalée par la quasi totalité des conseillers généraux yvelinois de droite. Elle est par ailleurs présidente du Parti chrétien-démocrate, petit parti associé à l’UMP.
Christine Boutin avait qualifié il y a quelques semaines de « jetage » son départ du gouvernement, s’interrogeant publiquement sur un « délit de sale gueule » à son égard et critiquant le manque de « courage » du Premier Ministre qui ne l’a pas prévenu personnellement de son éviction. Des critiques très inhabituelles en public.
Ce renoncement va entraîner une élection législative partielle dans notre département.
Le « paquet électoral » adopté par le gouvernement en décembre permet désormais à un ministre, un mois après son départ du gouverment, de récupérer automatiquement son siège (entre temps occupé par son suppléant ou sa suppléante). En revanche, s’il ne souhaite pas réintégrer l’Assemblée nationale, une élection législative partielle a lieu.
Ce sera donc le cas, sans doute en septembre, dans la 10e circonscription des Yvelines, la grande circonscription du sud des Yvelines (cantons de Montfort-l’Amaury, de Rambouillet, de Saint-Arnoult-en-Yvelines plus les communes de Coignières et Maurepas).
Rappelons qu’une autre législative partielle aura lieu, sans doute en septembre ou octobre, dans la 12e circonscription des Yvelines pour remplacer le député UMP Jacques Masdeu-Arus, condamné en mai dernier à 10 ans d’inégibilité pour corruption. Deux mois après sa condamnation, celle-ci ne lui a toutefois toujours pas été notifiée.

A lire également sur notre blog :
Alain Schmitz, nouveau président des Yvelines, sur fond de guerre de succession à droite
Six semaines après sa condamnation, Jacques Masdeu-Arus est toujours député
La Cour de Cassation confirme la condamnation et l’inégibilité de Jacques Masdeu-Arus

Franciliens ultramarins : la Région Ile-de-France étudie une aide au transport

La Région Ile-de-France veut créer, dès le début 2010, une aide qui permettra à ses habitants issus de l’outre-mer de faire des voyages à prix réduit dans les Dom.

Les habitants d’Île-de-France originaires d’outre-mer sont confrontés à une lourde dépense quand ils doivent faire un séjour sur leurs terres d’origine : les billets d’avion sont en effet hors de prix (à titre d’exemple, un aller-retour Paris-Cayenne en classe économique coûte aujourd’hui plus de 1.000 euros). Une dépense si lourde que la Région la juge injuste et qu’elle souhaite l’alléger. Comment ? Par le biais de quel dispositif d’aide ? Et dans quels cas ? Une étude va être lancée cet été pour déterminer tous ces aspects.

La Région a décidé  le 20 mai dernier d’attribuer 25.000 euros au prestataire choisi pour l’étude préalable.

Destinée à voir le jour dès le début 2010, cette nouvelle aide pourrait bénéficier à près d’un million de personnes : les familles installées en Île-de-France seraient bien sûr prioritaires, mais pourraient s’y ajouter les étudiants et lycéens des départements d’outre-mer (Dom) scolarisés en Île-de-France, les salariés des Dom en formation sur le territoire francilien, ou encore les demandeurs d’emploi des Dom qui y viennent dans le cadre d’un stage ou d’une recherche d’emploi.

Elle s’appliquerait pour les déplacements pour raisons familiales et professionnelles, mais aussi dans des circonstances comme les stages, les formations, les échanges sportifs ou universitaires, etc.
L’étude, qui sera menée jusqu’à la fin de cette année, doit entre autres : lister les dispositifs d’aide comparables qui existent déjà, en particulier dans les autres régions ; quantifier les populations potentiellement intéressées ; identifier les critères pouvant délimiter le public visé ; déterminer les territoires pouvant être concernés ; et même définir l’acteur ou l’institution qui serait le plus légitime dans l’attribution de l’aide
Au-delà des Franciliens originaires d’outre-mer, cette nouvelle aide régionale aura aussi pour bénéficiaires les territoires d’outre-mer eux-mêmes, en contribuant à dynamiser leur activité économique à un moment où ils en ont bien besoin : la crise les frappe en effet durement, accroissant les inégalités sociales et l’isolement de leurs populations.

 

A lire également :

Le dossier présenté en commission permanente (pdf, 227ko)

Le site du conseil régional d’Ile de France

Tous nos articles sur la Région Ile-de-France

Hadopi 2, au mépris du droit des citoyens

Nous avons consacré en mars dernier un article détaillé à la loi « Création et Internet », dite aussi loi HADOPI, du nom de l’autorité administrative qui serait chargée de surveiller et sanctionner les internautes qui téléchargeraient illégalement des fichiers audios ou vidéos.
Suite à la sanction de plusieurs articles de la première mouture de la loi par le Conseil constitutionnel,  la Droite a modifié son projet (Hadopi2) et il y aura un nouveau débat à l’Assemblée nationale du 21 au 24 juillet prochain.
Hélas, plutôt que de tenir compte de l’avis du Conseil constitutionnel, l’UMP en a profité pour renforcer le champ répressif. Jugez plutôt:

– instauration d’une peine d’amende supplémentaire
– introduction d’un recours en dommages et intérêts des ayants droits (ce qui constitue un risque de « triple peine », la loi prévoyant déjà de couper l’accès Internet aux contrevenants)
surveillance des emails (contrôle des pièces jointes) et de l’ordinateur du citoyen (obligation d’installer un logiciel de sécurité comportant un mouchard).
– pouvoirs d’investigation et de dénonciation, renforcés pour les « agents assermentés » (une sorte de milice privée à la solde des majors)
introduction d’une procédure de jugement rapide, présumant coupable le justiciable Hadopi (inversion de la charge de la preuve).

Tout cela pour réprimer des internautes, souvent très jeunes, au nom de conséquences en termes de manque à gagner pour les artistes dont la causalité est loin d’avoir convaincu une majorité de parlementaires (ainsi que des professionnels du monde informatique et artistique).

Alors qu’il pensait faire passer la loi Hadopi 2 comme une simple formalité, le gouvernement s’apprête à passer de mauvaises vacances. Les députés socialistes sont en effet déterminés à user de tout l’arsenal de procédures dont ils disposent, au Parlement comme au Conseil constitutionnel, pour continuer à s’opposer autant que possible à des articles à la fois inutiles, injustes et anticonstitutionnels au regard de

- la recherche de la vérité
– les droits de la défense
– l’égalité devant la loi
– la défense des libertés élémentaires (l’accès internet et les correspondances privées)

Dans le combat contre cette loi instaurant une répression disproportionnée (usant de moyens liberticides), il faut saluer les députés de gauche (PS, PCF, Verts, PG) qui font honneur à leur fonction de représentants du peuple car ils ont provoqué la première défaite idéologique de Nicolas Sarkozy.

En effet, il est désormais acquis que sur le thème des libertés sur Internet, ainsi que sur les problèmes de rémunérations des artistes, le Président de la République (qui conçoit aussi sa fonction en tant que chef de l’UMP), a perdu la bataille dans l’opinion. Même une partie de la Droite a désormais conscience que cette loi ne résoudra rien et le gouvernement semble reculer sur la surveillance des e-mails.

Pour plus de précisions sur le rideau de fumée qu’est cette prétendue « défense de la création Française« , servant de prétexte au projet de surveillance d’Internet mis en œuvre par l’UMP, lire notre précédent article (Hadopi : la loi de l’ordre ancien).

 

A lire également :

L’argumentaire de la section PS de Saint-Germain (pdf, 233ko)

L’argumentaire des députés PS (Une droite pas Net)

Redécoupage électoral : la 6e circonscription des Yvelines est concernée

Le Journal officiel du 27 juin a rendu public le projet de redécoupage des circonscriptions en France concocté par la majorité UMP. C’est peu dire que ce projet fait polémique dans de nombreux départements…
Jusque-là, peu d’informations avaient filtré sur la situation des Yvelines si ce n’est que le nombre de circonscriptions dans notre département ne changera pas, mais plusieurs circonscriptions vont évoluer en raison d’un écart trop important de populations entre elles.
Il en est ainsi de la 6e circonscription (Saint-Germain-Le Pecq-Achères), la moins peuplée des Yvelines avec environ 91.000 habitants, contre 136.000 pour la 1ere par exemple.
Le projet du gouvernement prévoit pour la 6e circonscription l’ajout de trois nouvelles communes aux sept constituant actuellement notre circonscription (Achères, Aigremont, Chambourcy, Fourqueux, Le Pecq, Mareil-Marly, Saint-Germain-en-Laye). Ces trois nouvelles communes sont Carrières-sous-Poissy, Médan et Villennes-sur-Seine et constituent actuellement, avec la partie nord de Poissy, le canton de Poissy nord. Elles appartiennent aujourd’hui à la 12e circonscription, celle de Poissy-Plaisir.
Ces trois communes sont très différentes sociologiquement : une commune plutôt populaire, Carrières-sous-Poissy, conquise par la gauche en mars 2008, et deux communes très résidentielles, Médan et Villennes-sur-Seine,  détenues depuis toujours par la Droite.
Cette proposition d’ajouter ces 3 communes est assez étonnante car elles sont  assez éloignées géographiquement des autres communes de la 6e circonscription (il y a Poissy au milieu), et surtout elles n’ont aucun contact physique avec les autres communes puisqu’elles sont séparées d’Achères par la Seine (voir carte ci-contre). Il n’y a, de plus, pas de pont pour le moment à cet endroit.
Autre anomalie : les mouvements entre circonscriptions doivent éviter qu’un canton se retrouve à cheval sur deux circonscriptions. Or, dans le projet actuel, la partie nord de Poissy resterait dans la 12e circonscription alors que les 3 autres communes du canton de Poissy nord seraient rattachées à la 6e circonscription…
Charcutage avez-vous dit?
L’ajout de ces 3 communes fait toutefois peu varier le profil politique de la 6e circonscription. Celle-ci reste très à droite. Au second tour de la présidentielle 2007, Nicolas Sarkozy avait obtenu 63,11%  des voix dans la 6e circonscription. Avec la future configuration et l’ajout des 3 communes, il aurait obtenu 62,47%.
Mais l’intérêt pour la Droite n’est pas sur la 6e cironscription, réputée imperdable pour elle. Les changements sont beaucoup plus spectaculaires pour d’autres circonscriptions yvelinoises, en particulier la 12e (Poissy-Plaisir), et la 11e (Trappes-Elancourt), bien plus équilibrées à l’heure actuelle que notre circonscription…
Nous y consacrerons très prochainement un article détaillé.

Illustration du haut : les contours actuels des 12 circonscriptions (Source Wikipédia)
Illustration du bas : En bleu  le futur contour de la 6e circonscription

A lire également sur notre blog :
Les résultats des élections législatives de 2007 dans les Yvelines

Nouveau drame à la Fête des Loges : une jeune femme fait un malaise cardiaque sur un manège

La Fête des Loges, qui a ouvert il y a quelques jours, a été le théâtre jeudi soir d’un nouveau drame. Après le dramatique accident de manège de 2007 qui avait fait 2 morts et 2 blessés graves, et l’accident de circulation en août 2008 sur la N184 qui avait couté la vie à un piéton percuté par une voiture, une jeune femme de 23 ans a été victime d’un grave malaise cardiaque sur le manège Katapult. Son pronostic vital est hélas engagé.
Contrairement au dramatique accident de 2007, le manège ne semble pas en cause. Mais c’est un nouveau coup dur pour cette fête populaire et pour les forains.


Extrait du Parisien du 11 juillet 2009
[…] La fête des Loges de Saint-Germain-en-Laye est marquée par un drame peu après son ouverture. Une jeune femme de 23 ans a fait un malaise cardiaque durant la soirée de jeudi sur un manège. Hier, son pronostic vital était toujours engagé. L’attraction n’est pas en cause, cependant le monde forain est abattu.
Les faits se sont déroulés jeudi soir, peu après minuit.
La jeune femme et un de ses amis montent dans le Katapult, un manège qui éjecte jusqu’à 60 m de haut les occupants d’une boule reliée à deux mats par des câbles. Après avoir été propulsés à la verticale, les passagers montent et descendent comme un yo-yo, jusqu’à l’arrêt total.
« Nous nous sommes aperçus que la jeune femme avait perdu connaissance, raconte Stive Profit, l’exploitant de l’attraction. Ce genre d’accident est très rare. » Un pompier qui n’était pas en service passait au même moment. Il a aussitôt exécuté les gestes de premiers secours, notamment des massages cardiaques, pour tenter de ranimer la jeune femme. Celle-ci sera transportée au centre hospitalier de Poissy avant d’être transférée à l’hôpital Henri-Mondor de Créteil (Val-de-Marne).
Aucune anomalie n’a été décelée sur le manège

Le patron de l’attraction s’empresse d’affirmer que son manège n’est pas en cause. Par ailleurs, il respecte la réglementation. « Une affichette d’information est placardée à côté de la caisse, explique l’homme. Il nous arrive de refuser l’accès à certaines personnes. » L’engin a été inspecté hier et aucune anomalie n’a été décelée. De ce fait, son fonctionnement n’a pas été interrompu. Néanmoins, Stive Profit était sous le choc. […]


Il est à noter par ailleurs que la sécurité aux abords de la Fête des Loges a été considérablement renforcée cette année.
Nous dénoncions depuis des années l’insécurité routière aux abords de cette fête (nous y avions consacré un article détaillé en août 2007, avec des propositions concrètes) qui reçoit beaucoup de visiteurs  et des premiers progrès ont été notés en 2008, en particulier la gratuité du parking. Cette année, des plots en ciment ont (enfin) été installés de chaque chaque côté de la N184, ce qui rend le stationnement beaucoup plus difficile et dissuasif.

 

MISE A JOUR 16/07/2009
Selon le Courrier des Yvelines du 15 juillet, la jeune femme a été victime d’une ou plusieurs ruptures d’anévrisme  Elle est hélas restée dans le coma.

A lire également sur notre blog nos précédents articles sur ce sujet :

Fête des Loges : un piéton meurt percuté par une voiture (29/06/2008)

Dramatique accident de manège à la Fête des Loges : deux morts et deux blessés graves (5 août 2007)

Drame de la Fête des Loges : la sécurité des manèges en question (7/08/2007)

Les manèges Booster ont un défaut de conception (15/09/2007)

A Saint-Germain, l’école du Viaduc devient l’école Marie-Curie

A  la demande des enseignants et parents d’élèves de l’école du Viaduc qui en avaient émis le souhait dès l’année dernière, et après avis favorable du conseil de quartier de mars 2009, l’école va prochainement changer de nom.

Cette école
, située effectivement à proximité immédiate du viaduc de chemin de fer de la Grande ceinture, va désormais se dénommer « Ecole Marie Curie« , du nom de la célèbre physicienne polonaise naturalisée française qui obtint deux prix Nobel au début du XXe siècle pour ses travaux sur le Polonium et le Radium.

Le changement de nom de l’école du Viaduc sera officialisé par un vote lors du conseil municipal du 9 juillet.

A lire également :

La fiche wikipédia de Marie Curie

Six semaines après sa condamnation, Jacques Masdeu-Arus est toujours député !

Le 20 mai dernier, la Cour de Cassation a définitivement condamné Jacques Masdeu-Arus, député UMP de la 12e circonscription des Yvelines, à dix ans d’inéligibilité, deux ans d’emprisonnement avec sursis et 75 000 € d’amende pour « corruption passive » et « recel d’abus de biens sociaux« . Dans cette affaire, Pierre Bédier, à l’époque président UMP du conseil général des Yvelines, et Gilles Forray, conseiller général UMP des Yvelines (qui a démissionné quelques jours avant la condamnation) ont eux aussi été condamnés.
Alors que Pierre Bédier, également à l’époque député de la 8e circonscription des Yvelines avant de laisser la main à sa suppléante pour éviter une élection partielle risquée, a été démis extrêmement rapidement de son mandat par la Préfète des Yvelines, Jacques Masdeu-Arus ne s’est toujours pas vu, à notre connaissance, notifié sa condamnation. Il est donc toujours député de la République et perçoit son indemnité, soit 7000€ brut par mois. Il vient d’ailleurs de rejoindre la nouvelle commission des affaires culturelles et de l’éducation.
Comme il exerce un mandat national, c’est le Conseil constitutionnel qui doit prononcer la déchéance de son mandat. Après quoi, le Conseil des ministres fixera la date de l’élection partielle.
Cette législative partielle est normalement prévue en septembre ou octobre, et nous aurons bien sûr l’occasion d’y revenir. Le candidat du Parti socialiste sera Frédérik Bernard, maire de Poissy depuis mars 2008, où il avait battu Jacques Masdeu-Arus.

A lire également  :
Tous nos articles sur le procès de Pierre Bédier et Jacques Masdeu-Arus
La Cour de Cassation confirme la condamnation et l’inégibilité de Jacques Masdeu-Arus
Nouveau rebondissement dans l’affaire Bédier : Pierre Bédier démissionne de son mandat de député !
Le blog de Frédérik Bernard

Alain Schmitz, nouveau président des Yvelines, sur fond de guerre de succession à droite

Alain Schmitz a été élu aujourd’hui président du conseil général des Yvelines, en remplacement de Pierre Bédier, déchu de son mandat suite à sa condamnation à 6 ans d’inégibilité pour corruption passive. Il a obtenu 28 voix contre 11 voix  pour André Sylvestre, conseiller général PS de Magnanville.
Depuis la condamnation de Pierre Bédier et la notification expresse par la préfète de la perte de son mandat de conseiller général, c’était Christine Boutin qui assurait la présidence par intérim du département. Elle espérait depuis un mois avoir ce poste en échange de son départ du gouvernement. Mais Christine Boutin a perdu sur les deux plans. Elle a été sèchement battue dans la primaire interne des conseillers généraux UMP et a dû renoncer à se présenter à la présidence après s’être attirée l’hostilité de nombreux élus. Elle a par ailleurs été sèchement évincée du gouvernement (un « jetage » selon elle) et semble en avoir gardé beaucoup d’amertume.
Cette présidence par intérim a été assurée pendant plus d’un mois, le temps que le remplaçant de Pierre Bédier au conseil général soit élu le 28 juin dans le canton de Mantes la Jolie.
Alain Schmitz est un fidèle de Pierre Bédier. Il a d’ailleurs rendu un hommage appuyé à son prédecesseur qui se trouvait au premier rang du public.
Alain Schmitz est conseiller général UMP du canton de Versailles-nord depuis 1994, président du groupe UMP au conseil général, ancien adjoint au maire de Versailles et ancien sénateur.

A lire également sur notre blog :
Tous nos articles sur le procès Bédier
Le résultat de la cantonale partielle de Mantes la Jolie
Le résultat de la cantonale partielle de Guerville
Le résultat de la cantonale partielle de Poissy sud