Saint-Germanois, qui êtes-vous ? (7) : les emplois (suite)

Nous poursuivons notre série d’articles sur le thème « Saint-Germanois qui êtes-vous ? » aujourd’hui : les Saint-Germanois et leur emploi (suite).

Ce portrait collectif résulte de l’étude des chiffres publiés par l’INSEE début juillet 2009, à travers les recensements effectués dans la ville. Les chiffres officiels 2006 remplacent désormais les données du dernier recensement de 1999.

 

Les chiffres clés

Statut professionnel des emplois des Saint-Germanois de 15 ans ou + ayant un emploi

Statut

Nombre

%

Dont % temps partiel

Dont % femmes

Ensemble

18.762

100 %

13,4 %

47,6 %

Salariés

16.999

90,6 %

13,1 %

48,8 %

Non salariés

1.763

9,4 %

16,4 %

36,6

Lieu de travail des actifs Saint-Germanois

Population active

2006

%

1999

%

Ensemble

18.762

100 %

16.774

100 %

Travaillent à St-Germain

 

5.535

29,5 %

5.085

 

30,3 %

Dans les Yvelines

 

4.117

21,9 %

3.392

20,8 %

En Ile-de-France hors Yvelines

 

8.863

47,2 %

7.920

47,2 %

Dans une autre région

 

198

1,1 %

211

1,3 %

Hors de France

 

48

0,3 %

66

0,4 %

Secteurs d’activités économiques des Saint-Germanois de + de 15 ans ayant un emploi

Emploi/secteur

Salariés

Non salariés

Ensemble

Services aux entreprises

 

3.581

516

4.097

Education, santé, action sociale

 

3.348

284

3.632

Administration

2.728

15

2.744

Commerce

1.824

286

2.110

Activité financière

1.405

64

1.469

Services aux particuliers

1.179

146

1.325

Transport

528

38

566

Construction

454

77

531

Industrie des biens de consommation

411

74

485

Activités immobilières

388

42

429

Industrie des biens d’équipement

293

26

319

Energie

277

5

282

Industrie automobile

265

2

267

Industries des biens intermédiaires

239

25

263

Industries agricoles et alimentaires

111

37

148

Agriculture, sylviculture, pêche

 

74

19

 

Moyens de transport principal pour se rendre au travail

Comment se rend-on à son travail

Travaille à Saint-Germain et se rend à son travail avec

Travaille dans la région IDF hors Saint-Germain et se rend à son travail avec

Travaille hors de l’IDF et se rend à son travail avec

ensemble

Transports en commun

752 (13 %)

6.632 (53 %)

94 (18 %)

7.478 (40 %)

En voiture

1.819 (31 %)

5.334 (43 %)

386 (76 %)

7.539 (40 %)

2 roues

242 (4 %)

339 (3 %)

2 (0 %)

583 (3 %)

Marche à pied

2.115 (36 %)

130 (1 %)

13 (3 %)

2.258 (12 %)

Pas de transport

867 (15 %)

21 (0 %)

14 (3 %)

902 (5 %)

TOTAL

5.795 (100 %)

12.456 (100 %)

509 (100 %)

18.760 (100 %)

Les emplois des Saint-Germanois à Saint-Germain par secteur d’activité

5.795 Saint-Germanois ont un emploi dans la ville même

ecteur / emploi

Population active

Agriculture

24

Industrie

223

Construction

149

Commerce

651

Services

4.747

Ensemble

5.795

Catégorie socioprofessionnelle/emploi

Population active

Agriculteurs exploitant

5

Artisans commerçants/chefs d’entreprise

364

Cadres, professions intellectuelles Sup.

1.248

Professions intermédiaires

1.515

Employés

2.215

Ouvriers

447

Ensemble

5.795

A une écrasante majorité les emplois exercés sont sous statut salariés (90.6 %). En moyenne 13,1% de ces emplois salariés sont à temps partiel. Il est intéressant toutefois de remarquer que ce temps partiel ne concerne que 5,4 % des salariés hommes contre 20,9 % des salariées femmes. S’agit-il alors d’un temps partiel choisi ou imposé ?
Où géographiquement travaillent les Saint-Germanois ? En Ile-de-France
, hors Yvelines, pour près de 50 % ; Paris et La Défense expliquent ce premier rang. Près de 30 %, soit 5535 Saint-Germanois ont la chance de travailler…dans leur ville de résidence ! Même si ce taux est en légère baisse par rapport à 1999 (30,3 %), la ville n’est absolument pas négligeable comme bassin d’emplois. Dans les Yvelines et nos communes, plus ou moins limitrophes pour 21,9 %, soit 4117. Le lieu de travail va impacter aussi le transport de chaque acteur de la famille.

 

Des emplois dans de nombreux secteurs économiques. Toutefois 3 secteurs parmi les 16 recensés par l’Insee totalisent à eux seuls près de 57 % des emplois. Il s’agit des services aux entreprises avec 23% – 4097 personnes (cadres, techniciens et employés des entreprises…) -, puis de l’éducation, santé et action sociale avec 19,3% -3632 personnes (professeurs, infirmières, médecins….)- et l’Administration avec 14,6%  soit 2.744 personnes (c’est-à-dire la fonction publique, quelle soit d’Etat ou territoriale). Un comportement différencié pour se rendre à son travail. Effectivement et naturellement, les comportements sont différenciés pour se rendre à son travail, suivant que celui-ci se trouve ou non à Saint-Germain. En effet, pour ceux qui ont leur emploi dans la ville, majoritairement (51 %), ils n’ont pas besoin de moyens de transport autre que la marche à pied ; 31 % utilisent toutefois quand même leur voiture pour se rendre au travail et enfin 13 % utilisent les transports en commun, certainement en majorité les bus. Le déplacement à deux roues restent marginal (4%). Ceux qui ont un emploi situé hors de Saint-Germain (rappelons-le 70%), utilisent en premier les transports en commun pour 53 % suivi par la voiture pour 43 %. Saint Germain une ville qui dispose d’emplois pour ses habitants. 5795 Saint-Germanois ont un emploi dans la ville, soit de l’ordre de 30 % des emplois exercés. C’est un bassin d’emplois appréciables. Par moitié, à peu près égal, à 47 % des emplois de cadres, professions intellectuelles, professions intermédiaires, et 46 % des emplois d’employés et d’ouvriers.

 

A lire également les 6 précédents articles de cette série :

Saint-Germain, qui êtes-vous ? (1) : la démographie
Saint-Germain, qui êtes-vous ? (2) : la famille
Saint-Germain, qui êtes-vous ? (3) : formation et diplômes
Saint-Germain, qui êtes-vous ? (4) : l’habitat

Saint-Germain, qui êtes-vous ? (5) : l’habitat et les transports

Saint-Germain, qui êtes-vous ? (6) : les emplois

Saint-Germanois, qui êtes-vous ? (6) : les emplois

Nous poursuivons notre série d’articles sur le thème « Saint-Germanois, qui êtes-vous ? » aujourd’hui : les Saint-Germanois et leur emploi

Ce portrait collectif résulte de l’étude des chiffres publiés par l’INSEE début juillet 2009, à travers les recensements effectués dans la ville. Les chiffres officiels 2006 remplacent désormais les données du dernier recensement de 1999.

 

Les chiffres clés

Population Saint-Germanoise de + de 15 ans par type d’activité

 

Activité

Actifs

Chômeurs

Retraités

Elèves, étudiants

 

Femmes ou hommes au foyer

Autres inactifs

ensemble

Total

18762

1670

6629

3556

1958

646

33221

%

56 %

5 %

20 %

10 %

6 %

2 %

100

 

Le nombre d’actifs Saint-Germanois ayant un emploi

18615 actifs de 15 à 64 ans ont un emploi soit un taux d’emploi de 68,9 %.

 

Population active Saint-Germanoise de 15 à 64 ans selon la catégorie professionnelle

 

Catégorie / nombre

Nombre en 2006

Poids en %

Nombre en 1999

Poids en %

Agriculteurs

17

0 %

0

0 %

Artisans, commerçants, chefs d’entreprise

767

4 %

832

5 %

Cadres et professions intellectuelles sup. (1)

7.194

39 %

5.936

36 %

Professions intermédiaires (2)

4.827

26 %

4.312

26 %

Employés (3)

4.470

24 %

4.276

26 %

Ouvriers

1.340

7 %

1.340

8 %

TOTAL

18.616

100 %

16.696

100

1- Professions libérales et assimilés, cadres de la fonction publique, professions intellectuelles et artistiques, et cadres d’entreprise

2- Professions intermédiaires de l’enseignement, de la santé, de la fonction publique et assimilé, professions intermédiaires administratives et commerciales des entreprises, techniciens, contremaîtres, et agents de maîtrise

3- Employés de la fonction publique, employés administratifs d’entreprise, employés de commerce, personnels des services directs aux particuliers.

Chômage à Saint-Germain (au sens du recensement) des 15 / 64 ans

Chômage

2006

1999

Nombre de chômeurs

 

1661

 

1345

Taux de chômage en %

 

8,2 %

 

7,4 %

 

 - 68.9 % de taux d’emploi de la population est un taux élevé, supérieur aux trois moyennes France (63,1 %), Ile de France (66,5 %) et Yvelines (67,9 %). La population active a progressé de 1923 personnes depuis 1999. Sur l’ensemble de la population saint-germanoise de plus 15 ans, les actifs représentent 56% ; les retraités 20%, les jeunes en étude 10%. A noter que les femmes ou hommes au foyer ne représentent que 6 % de la population. Le schéma maintenant le plus courant en présence de couples, les deux personnes travaillent.

- Les cadres privées ou de la fonction publique ainsi que les professions libérales constituent le groupe dominant dans les emplois sans toutefois dépasser les 40 %. Le poids de ce groupe progresse de 3 points par rapport à 1999. Toutefois le paysage des emplois occupés est plus varié et divers que l’image que l’on se fait parfois de Saint-Germain. Les professeurs, les personnels de santé, les techniciens, agents de maîtrise représentent 26% des emplois. Enfin les catégories Employés et ouvriers représentent 31 % des emplois, certes en baisse par rapport à 1999 avec 34 %, mais représentent quand même un petit tiers des emplois.

- Le nombre et le taux de chômage est en progression sur la période. Avec 1661 chômeurs et 8,2% de taux de chômage, certes Saint-Germain est en dessous de la moyenne France (11,6%), ou Ile-de-France (11%) ou encore celle des Yvelines (8,5 %), mais supérieur à Versailles (7,4%) A noter que ce taux de chômage n’est pas uniforme sur l’ensemble de la population saint-germanoise, il est de 14% sur les moins de 25 ans, contre seulement 7% sur les 25/54 ans et 8,5 % sur les 55/64 ans.

 

A lire également les 5 précédents articles de cette série :

Saint-Germain, qui êtes-vous ? (1) : la démographie
Saint-Germain, qui êtes-vous ? (2) : la famille
Saint-Germain, qui êtes-vous ? (3) : la formation et les diplômes
Saint-Germain, qui êtes-vous ? (4) : l’habitat 

Saint-Germain, qui êtes-vous ? (5) : l’habitat et les transports

Saint-Germanois, qui êtes-vous ? (5) : l’habitat et les transports

Nous poursuivons notre série d’articles sur le thème « Saint-Germanois qui êtes-vous ? » aujourd’hui : l’habitat et les transports (suite et fin).

Ce portrait collectif résulte de l’étude des chiffres publiés par l’INSEE début juillet 2009, à travers les recensements effectués dans la ville. Les chiffres officiels 2006 remplacent désormais les données du dernier recensement de 1999.

 

Les chiffres clés : Résidences principales à Saint-Germain par mode de chauffage

 

Nombre de résidences principales

 

Chauffage urbain

 

Gaz de ville

 

Fioul

(mazout)

 

Electricité

Gaz en bouteille ou en citerne

 

Autre

Total

Total

1431

 

7797

2903

4911

56

157

17254

 

%

8 %

 

45 %

 

17 %

 

28,5 %

 

0,5 %

 

1 %

 

100 %

 

 

Nombre de voitures par résidences principales

Nombre de voitures

 

Aucune voiture

 

Une  voiture

 

2 voitures

 

3 voitures ou plus

 

Ensemble

Total par résidences principales

 

4019

9213

3569

451

17253

%

 

23,3 %

 

53,4 %

 

20,.5 %

 

2,8 %

 

100 %

 

 

Présence d’emplacement de stationnement par résidences principales

 

Nombre de résidences avec

 

Avec emplacement(s) de stationnement

 

Sans emplacement de stationnement

 

Total

Par résidences

 

10351

 

6723

 

17254

 

%

 

61 %

 

39 %

 

100 %

 

 

Moyen de transport principal du domicile de la résidence saint-germanoise à son lieu de travail pour la population active de plus de 15 ans

 

Moyen de transport pour se rendre à son travail

 

Nombre de personnes concernées

 

%

 

Par la voiture, fourgonnette, camion

 

7539

40 %

 

Par les transports en commun

 

7478

40 %

 

Par la marche à pied

 

2258

12 %

 

Accès direct, pas de transport

 

902

5 %

 

Par les deux roues

 

583

3 %

 

Ensemble des actifs

 

18760

100 %

 

 

Les Saint-Germanois et leur résidence : Des habitions chauffés pour beaucoup au gaz de ville, un parc automobile stable mais avec une amorce de comportement sans voiture pour certaines catégories de population, un déficit de parking par résidence et une augmentation de l’utilisation des transports en commun.

 

- Une forte proportion des résidences saint-germanoises sont chauffées au gaz. C’est en effet une précision du recensement actuel qui n’existait pas en 1999. 45 % des habitations sont donc chauffés au gaz de ville ou de réseau. A une époque où les économies d’énergie sont nécessaires, il est important de connaître les modes de chauffage dans la ville. On peut noter que le chauffage au fioul ne concerne que 17% des résidences, par contre le chauffage électrique est en progression sensible depuis 1999, sa part passe de 24,5 % à 28,5 % de l’ensemble des habitations saint-sermanoises.

 

 

- Le parc automobile des Saint-Germanois par résidence principale est stable

76,7 % des ménages possèdent au moins une voiture, contre 77,2 % en 1999. A remarquer toutefois que les 4019 ménages sans aucune voiture ne sont pas seulement des retraités ou sans activités professionnelles, car 55 % des ménages dans ce cas sont en activités professionnelles (1076 cadres, 785 employés par exemple). Au-delà des contraintes économiques, on peut estimer que cela correspond à un mode de vie choisi.

- Tous les possesseurs de voiture ne disposent pas d’emplacement de stationnement par résidence. Si 76,7 % des ménages possèdent au moins une voiture, ils ne sont que 61 % à disposer d’un emplacement de stationnement dans leur résidence. Si la situation s’améliore depuis 1999, les titulaires d’un emplacement de parking n’étaient que 57,4 %, il n’en reste pas moins un déficit réel entre la possession d’une voiture et son parking en résidence. Ce déficit explique les besoins dans la ville pour se garer. Bien évidemment, ce sont les petits appartements (anciens, centre ville) qui ont le taux le plus élevé sans place de stationnement. Pour les studios, 84 % sont sans emplacement de parking (soit 1546 studios). Pour les deux pièces, 57 % sont sans emplacement de stationnement (soit 1713 habitations).

 

- Les transports en commun en progression pour se rendre au travail de sa résidence principale pour la population active de Saint-Germain. Pour se rendre à son travail, trois grandes familles de transport se dessinent. A égalité avec 40 % de la population chacune (soit de l’ordre de 7000 Saint-Germanois chacune) l’automobile et les transports en commun. La troisième catégorie sans transport et la marche à pied représente 12% (soit de l’ordre de 2250). Les déplacements pour se rendre au travail en deux roues sont marginaux, de l’ordre de 3 %( soit 580).

Le recensement de 1999 faisait apparaître un graphique précisant que 41 % des actifs se déplaçaient en voiture pour se rendre à leur travail et 32 % en transports en commun. Il semble donc se dessiner une progression des transports en commun dans le mode principal de transport choisi pour se rendre à son travail.

 

A lire ou relire les 4 premiers articles de la série :
Saint-Germain, qui êtes-vous ? (1) : la démographie
Saint-Germain, qui êtes-vous ? (2) : la famille
Saint-Germain, qui êtes-vous ? (3) : formations et les diplômes
Saint-Germain, qui êtes-vous ? (4) : l’habitat

Saint-Germanois, qui êtes-vous ? (4) : l’habitat

Nous poursuivons notre série d’articles sur le thème « Saint-Germanois qui êtes-vous ? » aujourd’hui : les Saint-Germanois et l’habitat (1ere partie).

Ce portrait collectif résulte de l’étude des chiffres publiés par l’INSEE début juillet 2009, à travers les recensements effectués dans la ville. Les chiffres officiels 2006 remplacent désormais les données du dernier recensement de 1999.

 

- Les chiffres clés :

19.163 habitations réparties en :

– 90% en résidences principales (17.254)
7,7% en logements vacants (1.475)

– 2,3% en résidences secondaires et logements occasionnels (435)

 Types de logements à Saint-Germain

– Maisons 16,7%

– Appartements 83,3%

Nombre de pièces des résidences principales à Saint-Germain

 

Nombre de pièces/résultat

2006

Progression depuis 1999

Ensemble des résidences principales

 

17254

+ 1424

1 pièce

1848

+ 15

2 pièces

3001

+ 147

3 pièces

4440

+ 353

4 pièces

3663

+ 215

5 pièces ou +

4302

+ 694

 

Superficie

Moins de

25 m2

 

De 25 à

Moins de 40 m2

 

De 40 à

Moins de 70 m2

 

De 70 à moins de 100 m2

 

De 100 à

moins de 150 m2

 

150 m2

ou plus

Ensemble

Nombre d’habitations

 

847

2.056

 

5.327

 

4.939

2.807

1.279

 

17.254

 

%

5 %

12 %

31 %

29 %

16 %

7 %

100 %

 

  Ancienneté de la construction des résidences principales

– Moins de 16 ans : 8 %

– De 17 à 31 ans : 18%

– De 32 à 57 ans : 40%

+ de 58 ans : 34%

Statut d’occupation des résidences principales à Saint-Germain

17254 résidences principales dont :

– Locataire : 53,6 %

– Propriétaire : 40,8%

– Logé gratuitement : 5,6%

 

Les Saint-Germanois et l’habitat : majoritairement des locataires, une ville qui construit beaucoup de grands appartements, un parc de logements vacants importants et enfin un parc social présent.

- Le nombre de résidences principales à Saint-Germain a progressé de 9 % depuis le dernier recensement de 1999 (+ 1424 résidences en 7 ans, soit une moyenne de + 200 par an). Ce nombre est étroitement lié à la politique d’urbanisme développée dans la ville, et traduit aussi l’attractivité de notre ville. Compte tenu de la superficie de la commune et sa concentration sur un quart de son territoire « possible à construire », il est tout à fait logique de retrouver une dominante écrasante de l’habitat en appartement (83%).

- Le nombre de logements vacants, même s’il est en diminution par rapport à 1999, reste très élevé. (1475). Qu’est ce qu’un logement vacant aux yeux de l’Insee ? C’est un logement inoccupé se trouvant dans les cas suivants : en cours de vente ou de location, en attente de succession, gardé vacant par le propriétaire. Pourquoi peut-on dire que ce taux est élevé à Saint-Germain ? Examinons le taux de logements vacants dans des villes des Yvelines d’au moins 13000 résidences principales (pour pouvoir comparer avec Saint-Germain) : Conflans-Sainte-Honorine 3,43 %, Sartrouville 4,02 %, Poissy 4,30 %, Mantes La Jolie 6,65 %, Versailles 7,40 %, Saint-Germain 7,70 %. La norme des logements vacants se situe pour des villes comme Saint-Germain dans un flux normal de 5 à 5,50 % du parc. Avec 7,7 %, il y a vraisemblablement entre 400 et 450 logements au minimum qui sont comptabilisés dans la catégorie « gardé vacant par le propriétaire ».

- On a fortement construit récemment des grands logements. Sur l’ensemble de la ville, le nombre moyen de pièces des résidences principales est stable avec 3,6 pièces par habitation. Toutefois, sur les 7 dernières années, près de 50 % des nouvelles résidences principales concernaient des 5 pièces ou plus (+ 694 résidences de ce type).

- Majoritairement des locataires à Saint-Germain. C’est une idée assez répandue qu’infirme le recensement, à savoir à Saint-Germain, il y aurait une majorité forte de propriétaires de leur résidence principale. De loin, les locataires avec 53,6% restent majoritaires à Saint Germain, contre 40,8% de propriétaires. C’est toute l’histoire du foncier saint-germanois qui explique cette situation. Le foncier a toujours été cher sur la commune. Ceci a amené de nombreux investisseurs institutionnels à investir dans des logements … pour les proposer à la location. Ce parc, hors HLM, a constitué le bataillon des logements des années 65/85. Même si des opérations de vente à la découpe proposées par des vendeurs institutionnels ont eu lieu sur la commune de manière massive dans les années 2002/2004 (au moins 600 logements), le mouvement vers la propriété est plus lent que le reste de la France. - Le parc social de type HLM commence à être significatif sur la commune. Avec 18,1% des résidences principales, soit 3129 logements, le parc social n’est pas encore au niveau de 20 % exigé par la loi SRU, mais à un niveau encourageant si l’on le compare à des villes comme Maisons-Laffitte 6,2% ou Le Vésinet 4,1 % ou Chatou 13,5 % ou encore Versailles 15 %.
- Une population qui se renouvelle. Au niveau des habitations, il important de rappeler que 32 % de la population saint-germanoise habitait un autre logement hors de Saint-germain il y a cinq ans auparavant. Ces 12385 habitants « nouveaux » dans les 5 dernières années à Saint-Germain provenaient  pour :
– 28.5 % des Yvelines
– 28.5 % de la région Ile de France, hors Yvelines
– 26.5 % d’une région française, hors Ile de France – 0.5 % des Dom
– 16 % hors de France
- Une ancienneté du parc immobilier liée à l’histoire de la ville. L’histoire de la ville explique la nature des constructions et l’âge du parc immobilier. Plus de 70 % des habitations ont plus de 30 ans d’âge et même 34 % des résidences principales ont plus de 60 ans d’âge. Saint-Germain s’est construit à partir d’abord d’un centre historique (c’est le plus ancien) puis par vagues successives à la circonférence. Le poids du centre pèse sur l’ancienneté du parc des habitations.

A lire nos précédents articles :

Saint-Germanois, qui êtes-vous ? (1) : la démographie

Saint-Germanois, qui êtes-vous ? (2) : la famille

Saint-Germanois, qui êtes-vous ? (3) : la formation et les diplômes

Saint-Germanois, qui êtes-vous ? (3) : formation et diplômes

Nous poursuivons notre série d’articles sur le thème « Saint-Germanois qui êtes-vous ? » aujourd’hui : les Saint-Germanois et leur formation et leurs diplômes.

Ce portrait collectif résulte de l’étude des chiffres publiés par l’INSEE début juillet 2009, à travers les recensements effectués dans la ville. Les chiffres officiels 2006 remplacent désormais les données du dernier recensement de 1999.

Les chiffres clés : Population de 2 ans ou plus scolarisée par âge et niveau

– De 2 à 5 ans (maternelle) : 1655

– De 6 à 10 ans (principalement primaire) 2579

– De 11 à 14 ans (principalement collège) 2301

– De 15 à 17 ans (principalement lycée) 1742

– 18 ans et plus (principalement supérieur) 3024

– Total « scolarisés » 11303

Lieu de scolarisation

Sur les 11303 Saint-Germanois scolarisés, 8396 le sont à Saint-Germain et 2910 hors de Saint-Germain. 

Les Saint-Germanois ayant terminé leur scolarité

Diplôme le plus élevé de la population non scolarisée de 15 ans ou plus en 2006 :

Population non scolarisée de 15 ans et plus : 28454 personnes

Part des titulaires en %

– D’aucun diplôme 10 %

– Du certificat d’études primaires 5,6 %

– Du BEPC, Brevet des collèges 5,1 %

– Du CAP ou BEP 13,0 %

– Du baccalauréat ou d’un bac prof . 16,1 %

– D’un diplôme Bac + 2 : 14,4 %

– D’un diplôme 2ème et 3ème cycle 35,8 %

Saint-Germain : une population particulièrement diplômée ! 

- Un Saint-Germanois sur deux ayant terminé sa scolarité est titulaire d’un diplôme de l’enseignement supérieur (4091 d’un diplôme universitaire de 1er cycle ; 10091 d’un diplôme de 2ème ou de 3ème cycle). C’est même dans cette dernière catégorie que la progression entre 1999 et 2006 est la plus forte : les diplômés de l’enseignement supérieur  (2ème et 3ème cycle) représentent 35,8 % de la population contre 30,3 % en 1999. Cela place Saint-Germain dans les villes ayant le plus de diplômés supérieurs dans sa population (Saint-Germain 50,2 % ; Versailles 51,7% ; Poissy 29,3% ; Conflans-Sainte-Honorine 26,4 %). 

- 11303 Saint-Germanois sont scolarisés et en formation, soit 27% de la population totale. 15 % sont en maternelle, 23 % en primaire, 20 % en collège, 15 % en lycée et 27% dans le supérieur. 

74% des Saint-Germanois scolarisés le sont dans un établissement de la commune (93% en maternelle dans la commune ; 91% en primaire dans la commune ; 93% en collège dans la commune et 82% en lycée dans la commune).

 

– La communauté « scolaire » à Saint-Germain, c’est-à-dire les personnes faisant leur scolarité dans la ville, est estimée à 20000 personnes (source site internet de la ville de Saint-Germain), Les Saint-Germanois, avec 8396 personnes, représentent seulement 42 % de la population scolarisée. Il y a ainsi une forte participation de scolarisés dans notre ville en provenance d’autres communes limitrophes à Saint-Germain.

 

A lire également les deux premiers articles de cette série :

Saint-Germanois, qui êtes-vous ? (2) : la famille

Saint-Germanois, qui êtes-vous? (1) : la démographie

Saint-Germain à vélo (4) : la desserte des collèges et des lycées

Voici la quatrième et dernière partie de notre enquête sur la place du vélo à Saint-Germain. Les trois premières parties ont été consacrées aux bandes cyclables dangereuses, au problème du stationnement  des deux-roues et aux liaisons intercommunales.


Desserte des lycées et collèges
Le nombre de collégiens et lycéens qui viennent en vélo est très variable selon les établissements. Nous avons posé les questions suivantes aux 6 lycées publics et privés les plus importants de Saint-Germain (en excluant le lycée agricole, dont les élèves ne rentrent pas dans leur famille quotidiennement) :
Combien de lycéens viennent en vélo en moyenne, sur un total de combien d’élèves qui habitent dans les communes proches ?
Stationnement :

  – Quelle est la capacité de stationnement des vélos au lycée ?
  – Le lieu est-il abrité ?
  – Le lieu est-il perçu comme exposé au vol et au vandalisme ?

Le lycée communique-t-il avec les parents sur le thème des déplacements domicile-lycée ?
  – Si oui, les modes de déplacements doux et/ou en commun sont-ils recommandés ?
  – Si oui, le vélo est-il recommandé ?
Des consignes de sécurité, sont-elles faites ? Notamment :
  – le port du casque
  – l’éclairage
Voirie :
  – L’accès du lycée est-il facile et sans risque particulier à vélo ?
  – Des aménagements de voirie sont-ils nécessaires, et des demandes dans ce sens ont-elles été faites ?
Voyez-vous d’autres aspects liés à l’usage de la bicyclette par les lycéens ?

Voici les effectifs de cyclistes reportés par les principaux établissements publics et privés de Saint-Germain :

Remarques :
– Aucun établissement n’a fait état de difficulté d’accès au lycée liée à la voirie
– Nous avons calculé la proportion de cyclistes en divisant leur nombre par l’effectif d’élèves dont le domicile est suffisamment proche du lycée. Les lycées connaissent, exactement ou approximativement, le nombre d’élèves par commune. Les communes dont le centre est à moins de 2 km ont été retenues.
– Un seul établissement dispose d’un emplacement qui suit les recommandations du Certu, le lycée Notre Dame. Il est cependant proche de la saturation.
Le lycée International se distingue par son taux de cyclistes de loin le plus élevé, malgré l’absence d’abri. Professeurs et élèves partagent, semble-t-il sans problème, les mêmes emplacements.
Le lycée Poquelin est le seul à ne disposer d’aucun emplacement, ni pour les professeurs ni pour les élèves. Il a également un taux de cyclistes quasi nul.
– A Léonard de Vinci, le parking à vélos et scooters est sous surveillance vidéo.
– A Saint-Érembert, les professeurs disposent d’un emplacement abrité mais sous dimensionné. Les élèves ont un emplacement non abrité (contrainte des monuments historiques).
Jeanne d’Albret est le seul lycée où un emplacement clos est accessible par carte (gratuite mais une caution de 7,60 € est demandée). Cela permet notamment de vérifier que les conducteurs de deux-roues motorisés sont assurés. Par contre cet emplacement ne dispose pas d’attache vélo et semble donc conçu pour les deux roues motorisés. Environ la moitié des élèves laissent leur cycle à l’extérieur de l’emplacement prévu.
– A l’exception de Saint-Erembert, l’encadrement des lycées ne valorise pas la bicyclette pour les trajets domicile – lycée. Certains perçoivent même ce moyen de déplacement comme dangereux, sans faire de différence nette avec les deux roues motorisés (alors que le risque est différent d’un facteur 10. « Seulement » 2 cyclistes de 15 à 17 ans ont été tués en milieu urbain en 2006, sur toute la France. Source : ONISR).
Auteurs

Ce document de synthèse a été rédigé par des élus de la liste Saint-Germain Solidaire, à partir d’informations collectées par des cyclistes saint-germanois. Une série d’articles sur ce thème peuvent être consultés sur notre blog.
Les suggestions et commentaires sont les bienvenus par mel : ps.saintgermain@gmail.com
Téléchargez la totalité de cette étude (pdf, 206Ko)

A lire ou relire sur notre blog :
Saint-Germain à vélo (1) : Attention bandes cyclables dangereuses !
Saint-Germain à vélo (2) : Stationnement : peut mieux faire, surtout au RER !
Saint-Germain à vélo (3) : les liaisons intercommunales

Décès de Patrick Malivet, 1er secrétaire du PS des Yvelines et ancien conseiller municipal de Saint-Germain

Nous avons appris avec beaucoup d’émotion le décès brutal de Patrick Malivet, premier secrétaire fédéral du PS yvelinois. Patrick est décédé d’un arrêt cardiaque le 7 août durant ses vacances en Turquie.
Il était premier secrétaire du PS des Yvelines depuis 2005 et n’était âgé que de 53 ans.
Patrick a longtemps milité dans la section de Saint-Germain-en-Laye. Il a été conseiller municipal PS de Saint-Germain de 1989 à 2001 avant de s’installer à Bois d’Arcy où il fut élu maire adjoint. Il était depuis mars 2008 conseiller municipal de Plaisir.
Toutes nos pensées vont vers son épouse Patricia et ses deux enfants.

Jacques Masdeu-Arus déchu de son mandat, une législative partielle dans les Yvelines à la rentrée

Le Conseil constitutionnel a prononcé jeudi 6 août la « déchéance de plein droit » du mandat de député de Jacques Masdeu-Arus. C’est seulement la vingtième fois sous la Ve République que le Conseil constitutionnel prononce la déchéance d’un député.
Jacques Masdeu-Arus était député RPR puis UMP des Yvelines depuis 1986. Il a été définitivement condamné par la Cour de Cassation le 20 mai dernier à deux ans de prison avec sursis et 10 ans d’inégibilité pour corruption passive et recel d’abus de biens sociaux dans le procès Bédier.
Bien que condamné depuis mai, Jacques Masdeu-Arus avait conservé son mandat, continuant à bénéficier de son indemnité de parlementaire. Il n’avait pas jugé nécessaire de démissionner malgré sa lourde condamnation… Condamné lui aussi dans la même affaire, le conseiller général UMP Gilles Forray avait démissionné de son mandat quelques jours avant le verdict de la Cour de Cassation, occasionnant une cantonale partielle dans le canton de Poissy sud, gagnée par l’UMP.
Une élection législative partielle dans la 12e circonscription des Yvelines aura donc lieu à la rentrée. Nous aurons l’occasion d’y revenir. Le candidat du PS sera Frédérik Bernard, maire de Poissy depuis mars 2008. A noter que l’élection aura lieu dans la composition actuelle de la circonscription (cantons de Poissy nord, Poissy sud et Plaisir) et non pas dans les nouveaux contours engendrés par le redécoupage électoral, qui font polémique dans notre département.
Pour rappel, une autre législative partielle aura lieu dans les Yvelines à la rentrée, plus précisément dans la 10e circonscription (sud Yvelines) pour remplacer Christine Boutin, qui a choisi de ne pas récupérer son siège de députée après son éviction du gouvernement.

A lire également sur notre blog :
La condamnation en 1ere instance
La condamnation en appel
La condamnation définitive par la Cour de Cassation
Tous nos articles sur le procès Bédier
Six semaines après sa condamnation, Jacques Masdeu-Arus est toujours député
Redécoupage électoral : les conséquences dans les Yvelines

Saint-Germanois qui êtes-vous ? (2) : la famille

Nous poursuivons notre série d’articles sur le thème « Saint-Germanois qui êtes-vous ? » aujourd’hui : les Saint-Germanois et la famille.

Ce portrait collectif résulte de l’étude des chiffres publiés par l’INSEE début juillet 2009, à travers les recensements effectués dans la ville. Les chiffres officiels 2006 remplacent désormais les données du dernier recensement de 1999.

- Les chiffres clés : Population des ménages Saint-Germanois

Nature/Année

1999

%

2006

%

Population des ménages d’une personne

5.308

 

14,3%

 

5.964

 

15%

 

 

Population des ménages de famille monoparentale

3.356

 

9%

 

4.042

 

10.1%

 

Population des ménages avec famille en couple sans enfant

8.008

 

21.6%

8.406

 

21%

 

Population des ménages avec famille avec enfants

19.736

 

53,3%

20.672

 

51,7%

 

Population des autres ménages sans famille

668

 

1,8%

 

892

 

2,2%

 

 

- Etat matrimonial légal des Saint-Germanois de 15 ans ou plus en 2006

Marié(e) : 49 % (50,4 % en 99) Veuf,veuve : 6,2 % ( 7,1 % en 99)

Célibataire : 37,2 % (35,9% en 99) Divorcé(e) :7,6 % (6,7 % en 99)

 

- La présence d’enfants de moins de 25 ans dans les familles Saint-Germanoises

 

Ensemble des familles

1999

%

2006

%

Total des familles

10.280

100%

 

10.962

100%

 

Sans enfant

4.540

 

44,2%

 

4.625

 

42,2%

 

1 enfant

2.360

 

23%

 

2.661

 

24,3%

 

2 enfants

2.304

 

22,4%

 

2.369

 

21,6%

 

3 enfants

780

 

7,6%

 

996

9,1%

 

4 enfants et plus

296

2,9%

 

311

2,8%

 

 

Les Saint-germanois et la famille : majoritairement des familles avec enfant, avec toutefois une progression des personnes vivant seules et des familles monoparentales.

- Les familles avec enfant restent nettement majoritaires dans la ville de Saint-Germain avec 51,7 % de la population totale des ménages de la ville. (20672 personnes), même si cette part à tendance à décroitre régulièrement.

- On note toutefois à l’image de la société française une augmentation des personnes vivant seules (près de 6000 à Saint-Germain ; 15% du total contre 14 % en 1999) et un accroissement des familles monoparentales (4042 personnes à Saint-Germain ; 10,1 % du total contre 9 % en 1999).

- Concernant l’état matrimonial des Saint-Germanois, pour la première fois dans un recensement, le statut de « Marié(e) » passe sous la barre des 50 %, avec 49 %. A contrario, le statut « célibataire » continue de croître régulièrement à 37,2 % ( 35,9 % en 1999).

- Le nombre moyen d’occupants de la famille par résidence principale reste stable à Saint-Germain à 2,3 personnes par foyer (identique à 99). Le poids des familles sans enfant (42,2 %) explique ce nombre moyen d’occupants par foyer. 57,8 % des familles ont des enfants, en majorité un ou deux enfants. Les familles nombreuses d’au moins trois enfants représentent 12 % des familles (1307 familles).

 

 

Prochain article : Diplômes et formation des Saint-Germanois

A lire également sur notre blog :

Saint-Germanois, qui êtes-vous ? (1) : la démographie

Saint-Germain à vélo (3) : les liaisons intercommunales

Après un premier article dédié aux pistes et bandes cyclables de notre ville en septembre 2008, suivi en novembre d’un article sur les aires de stationnement pour les deux roues, voici un troisième article sur la situation du vélo à Saint-Germain consacré aux autres points, en particulier la desserte avec les communes environnantes. Un quatrième article fera le point sur la desserte des collèges et des lycées dans notre ville.

‘Axes partagés’ : Cette dénomination, utilisée dans notre ville, n’appartient pas au code de la route. D’autres communes ont créé le panneau « interdit de doubler un cycle », qui n’existe pas non plus dans le code de la route. Il s’agit à notre sens d’une campagne de sensibilisation des automobilistes pour qu’ils ne cherchent pas à dépasser des deux roues dans des voies trop étroites pour le faire dans le respect de la distance de sécurité (1 m en agglomération, 1,50 m en dehors). Les cyclistes ne sont qu’indirectement concernés.
Sur ce thème voir aussi les commentaires nº2 et 3 dans notre premier article.
Feux tricolores à détecteur électromagnétique : ces dispositifs permettent de laisser le feux vert dans le sens de circulation qui a le débit le plus important. Lorsqu’un véhicule arrive dans l’autre voie, le feu passe au vert automatiquement. Malheureusement ce dispositif n’est pas toujours sensible à la présence d’un cycliste. Le feu reste alors au rouge jusqu’à ce que le cycliste se décide à le « brûler ».
Liste non limitative des feux à détecteur insensibles aux cyclistes :
– Rue Ampère au croisement avec l’avenue Carnot
– Rue E. Flachat au croisement avec la rue Péreire
– Rues Raymond Gréban et Diderot au croisement avec la rue des Ursulines
– Rue d’Alger au croisement avec la rue Léon Désoyer
Un test de l’ensemble des feux à détecteur nous semble souhaitable.
Contresens cyclables de fait :
– Rue d’Hennemont (dans sa partie à sens unique). Il y a beaucoup plus de places de stationnement dans ce tronçon de rue que de besoin de la part des riverains, car certains riverains ont leur propre stationnement et une grande longueur est occupée par le lycée Poquelin et le bâtiment France Telecom, qui ne nécessitent pas de place de stationnement. Les autres places sont donc occupées par des visiteurs qui ne souhaitent pas aller dans le parking de la place du marché. Ces places pourraient être remplacées par une piste ou bande cyclable en sens inverse de la circulation automobile.
– Rue Gaucher, à cause du détour nécessaire pour aller des rues de Noailles et d’Alsace vers le centre ville et du désagrément qu’il y a pour les cyclistes à emprunter la rue de la République ou l’avenue du Maréchal Foch. La circulation rue Gaucher est faible.
– Rue de la Procession, à cause là encore du détour demandé pour aller vers la place du marché. Le débit y est également faible.
Trottoirs fréquemment employés par les cyclistes (de plus de 8 ans, donc en infraction) :
– Rue des Bûcherons, entre la rue de Lorraine et la rue de Pontoise
– Avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, surtout en montée. Idem pour les rues de Fourqueux, Maurice Denis et de Mareil
– Rue Jean Mermoz & rue Péreire (où une piste cyclable est prévue)
Liaisons actuellement difficiles
Certains trajets sont actuellement malaisés en vélos. Cette rubrique est par essence subjective, mais voici la liste des situations qui peuvent être améliorées :
– Trajet des quartiers Schnapper et Pontel vers le centre ville
– Trajet du Bel Air vers le centre ville avant 7 h 30 et après 20 h 30 (passerelle fermée)

Liaisons intercommunales 
Le passage entre Saint-Germain, Mareil-Marly et Fourqueux est aisé, les agglomérations de ces trois communes étant en contact.
La circulation entre Saint-Germain et Poissy est également facile et sans risque grâce à la piste cyclable, même si on peut regretter que celle-ci soit partiellement envahie de déchets végétaux du côté de Saint-Germain.
Par contre la circulation vers les autres communes limitrophes est plus difficile. En particulier chaque fois qu’une section limitée à 70 km/h ou 90 km/h n’est pas équipée de piste cyclable, le nombre de cyclistes est réduit, surtout à cause du non-respect de la distance de sécurité de 1,50 m par les automobilistes. C’est le cas des cheminements en forêt vers Achères et le Mesnil-le-Roi. Ce dernier cas est le plus regrettable car le quartier du château du Val s’en trouve isolé, alors que la distance du centre ville est compatible avec un déplacement en vélo (moins de 3 km).
Le cas du Pecq est particulier : aucun cheminement n’est prévu, l’avenue de Lattre de Tassigny est dangereuse (un tué 2 roues il y a quelques années), le carrefour de l’Ermitage est difficile à traverser, le pont du Pecq n’est pas équipé, les escaliers de la rampe des grottes n’ont pas de rigole pour vélo, etc.
L’accès à Chambourcy était possible avant le début des travaux, et devrait l’être après. Par contre la piste cyclable ne permettait pas d’accéder au centre commercial de Carrefour, ce qui serait utile en particulier pour venir acheter des accessoires de vélo à Décathlon. L’accès à Carrefour par le centre ville de Chambourcy est malaisé à cause du fort dénivelé.
La synthèse des liaisons intercommunales montre une situation actuelle médiocre :

Auteurs
Ce document de synthèse a été rédigé par des élus de la liste Saint-Germain Solidaire, à partir d’informations collectées par des cyclistes Saint-Germanois.
Une série d’articles sur ce thème peuvent être consultés à cette adresse.
Les suggestions et commentaires sont les bienvenus par mel à ps.saintgermain@gmail.com

 

A lire également sur notre blog :

Saint-Germain à vélo (1) : attention, bandes cyclables dangereuses !

Saint-Germain à vélo (2) : Stationnement : peut mieux faire, surtout au RER !

Stationnement anarchique des deux-roues aux abors du RER à Saint-Germain (vidéo)