La fronde contre le nouveau réseau de bus Résalys à Saint-Germain prend de l’ampleur

La ville de Saint-Germain-en-Laye a été rarement aussi secouée par un tel mécontement de ses d’habitants. C’est peu dire que les usagers du réseau de bus, désormais baptisé Résalys, sont en colère .

Des pétitions voient le jour un peu partout (dernièrement dans le quartier Péreire), de nombreuses courriers de protestation sont envoyés en mairie, et nous avons chaque jour des contacts avec des Saint-Germanois ulcérés par ces nouvelles lignes de bus.

BusCaraman.jpgDe nombreux retards de collégiens et lycéens sont signalés, les temps de parcours sont considérablement allongés, des bus bondés ne s’arrêtent pas aux arrêts (place Sainte Catherine par exemple), de nombreux arrêts ont été supprimés, les voyageurs – quand ils arrivent à monter – sont complètement agglutinés, etc… Bref, un formidable fiasco.

La majorité municipale ne peut plus ignorer la colère des usagers. Elle a organisé le 6 octobre en catimini à 18h une réunion publique dans le quartier Saint-Léger. Malgré le peu de publicité (seules quelques petites affiches avaient été collées sur les arrêts de bus du quartier) et l’horaire défavorable, plus de 120 personnes ont participé à cette réunion pour dénoncer les nouvelles conditions de transports (lire le compte-rendu très complet d’un saint-germanois qui a participé à la réunion). Le maire a osé dire que s’il n’y avait pas de réunion publique dans le quartier Bel-Air, c’était parce que les habitants du quartier étaient satisfaits !! Les habitants apprécieront…

La municipalité ne peut continuer à minimiser les faits et parler de simples « ajustements » à venir comme le fait encore le maire de Saint-Germain dans le Courrier des Yvelines du 20 octobre (téléchargez l’article, pdf 628ko ou cliquez sur l’image). Toute la copie est à revoir car tous les quartiers sont touchés. L’objectif final de ce nouveau réseau saute aux yeux : il s’agit simplement pour la majorité municipale de réduire le déficit d’exploitation à la charge de la ville.

Cela n’est pas acceptable pour nous. Pascal Lévêque, conseiller municipal PS de Saint-Germain, le soulignait dans le Courrier des Yvelines du 20 octobre :

« Alors que les 13.000 usagers quotidiens attendaient des avancées significatives en terme de qualité de service, c’est une détérioration globale de l’offre (en terme d’efficacité, de fréquence et de confort) qui est constatée. Nous avons eu énormément de remontées négatives. La ville a travaillé à l’envers. Elle est partie du constat du déficit à combler, sans prendre en compte les besoins des usagers. »

Les militants socialistes de Saint-Germain distribuent actuellement dans la ville un tract (téléchargez le tract, pdf732 ko) pour dénoncer ce nouveau réseau de bus, réalisé dans la plus grande précipitation pendant l’été et sans aucune concertation par la municipalité. Nous vous invitons à discuter avec eux et à apporter votre témoignage sur vos nouvelles conditions de transports dans les commentaires sous cet article.

 

Photo : l’arrêt de bus Caraman dans le quartier Saint-Léger à 8h30 le 22 octobre

 

A lire prédemment sur notre blog :

RESALYS, le nouveau réseau de bus de Saint-Germain mécontente tout le monde (10/2010)

 Réorganisation des lignes de bus à Saint-Germain-en-Laye : insuffisant et décevant (04/2010)

Près de 200 lycéens ont manifesté jeudi 21 octobre dans le centre ville de Saint-Germain-en-Laye

Pour protester contre la réforme des retraites, près de 200 lycéens ont manifesté jeudi 21 octobre en début de journée dans le centre ville de Saint-Germain-en-Laye entre la place du Marché neuf et le lycée Jean-Baptiste Poquelin.

A l’appel des syndicats UNEF, UNL et FIDL, les lycéens ont protesté contre le report de l’âge légal de la retraite de 60 à 62 ans, qui va restreindre l’accès à l’emploi pour les plus jeunes. Un lycéen a été interpellé.

La manifestation a été beaucoup calme qu’à Poissy où de violents incidents ont eu lieu aux abords du lycée Adrienne Bolland

Plus de détails dans le reportage d’Yvelines Première, la chaine d’informations locales.

La Région Ile-de-France assume ses responsabilités pour la réussite éducative des lycéens et des lycéennes

La séance au Conseil régional d’Ile-de-France des 30 septembre et 1 octobre illustre la priorité que représente l’éducation pour la majorité socialiste :

le Conseil régional d’Ile-de-France garantit la gratuité des manuels scolaires grâce à une aide exceptionnelle de 10 millions d’euros. En effet, malgré un contexte budgétaire difficile à cause de la réforme des collectivités territoriales, cet effort budgétaire important sera réparti entre les 469 lycées. Les dotations, équivalentes à 150 euros par élèves, seront immédiatement communiquées aux lycées afin qu’ils puissent commander les livres neufs en vue d’une distribution aux élèves à la rentrée de novembre. Financés par redéploiements, les crédits ainsi débloqués permettent de faire face au surcoût du renouvellement des manuels de seconde, estimé à 20,45 millions d’euros. Les 10,45 millions d’euros restant seront financés par la réaffectation des crédits au sein du budget régional des lycées et par la mobilisation des fonds de réserve des établissements. Le Conseil régional d’Ile-de-France a été contraint de voter cette aide exceptionnelle en raison de la décision unilatérale du gouvernement de mettre en œuvre dès cette année la réforme du lycée en classe de seconde. Cette décision a rendu impossible l’achat de livres neufs à la rentrée, ainsi que nous l’annoncions sur notre blog dès le 11 mai 2010. Le Conseil régional d’Ile-de-France finance depuis 2001 la gratuité des livres avant d’être mis devant le fait accompli, cette année. A cause d’une réforme des lycées imposée brutalement, il n’a été informé que le 31 mars 2010 du remplacement complet des manuels. Le budget 2010, adopté fin 2009, ne pouvait prévoir les conditions d’une telle dépense.

le Conseil régional d’Ile-de-France augmente la dotation globale de fonctionnement des établissements scolaires du second degré en 2011. Celle-ci est en augmentation de 1,6 % par rapport à l’année précédente alors qu’une augmentation de 5,8 % est prévue pour le chauffage. 

– le Conseil régional d’Ile-de-France veut agir pour la réussite et l’égalité des lycéens et des lycéennes. Un grand nombre d’actions concrètes est adopté pour combler l’écart de capital culturel entre les jeunes : la mise en place d’une politique régionale afin de développer la culture de l’égalité entre filles et garçons ; la création d’un observatoire de la mixité scolaire et sociale ; le soutien financier aux associations de parents d’élèves ; l’aide à la formation des délégués élèves ; la réduction de la concurrence entre établissements par la définition d’une capacité d’accueil maximal par lycée dans le cadre d’un plan prévisionnel d’investissement et de rénovation ; l’accélération de la politique de construction d’internats de proximité en capacité de recevoir tous les élèves.

 

La Fédération Socialiste des Yvelines se félicite de ces efforts budgétaires considérables qui contribuent au droit à l’éducation universelle et gratuite. Nous soutenons pleinement une politique éducative régionale, efficace, rendue indispensable par les insuffisances de l’Etat dans ce domaine.

 

A lire également sur notre blog :

Manuels scolaires : un gouvernement irresponsable ! (09/2010)

Lycée Jeanne d’Albret : conséquences locales de la politique gouvernementale (05/2010)

Travaux sur la N184 rue Frahier à Saint-Germain : l’Etat fait machine arrière après des embouteillages monstres

Depuis le 28 sep­tem­bre, la Direc­tion des Routes d’Ile de France (DiRIF) ten­tait une réor­gan­i­sa­tion des cir­cu­la­tions dans la tra­ver­sée de Saint Germain-en Laye, entre le car­refour du Bel Air et la place Chris­tiane Frahier, à hau­teur de l’intersection avec la rue Jeanne d’Arc. Cette expéri­men­ta­tion devait répon­dre à un souci de faire dis­paître un point de con­ges­tion quo­ti­dien très impor­tant aux heures de pointes à l’entrée sud de Saint-Germain, avec des embouteillages importants sur la déviation de la N13.

Cepen­dant, il a été con­staté depuis une impor­tante dégra­da­tion des con­di­tions de cir­cu­la­tion dans le sens nord-sud ainsi qu’un accroisse­ment des embouteil­lages sur le réseau envi­ron­nant.

A la demande de la Ville de Saint-Germain-en-Laye, la DiRIF a décidé de revenir à la situation antérieure : deux voies dans le sens nord-sud et une voie dans le sens sud-nord. Des travaux de marquage au sol débuteront le 25 octobre.

L’inversion du pro­fil de cir­cu­la­tion de cette sec­tion devrait être effec­tive le 29 octo­bre 2010, sous réserve des con­di­tions météorologiques.

D’importants embouteillages sont donc encore à attendre d’ici la fin du mois.

 

Source : site de la ville de Saint-Germain-en-Laye

 

A lire également sur notre blog :

Tous nos articles sur la Nationale 184

Pascal Lévêque et Angéline Silly sont les candidats du PS sur le canton de Saint-Germain sud

Les élections cantonales auront lieu les 20 et 27 mars 2011. Le canton de Saint-Germain sud (partie sud de Saint-Germain, Aigremont, Chambourcy) est soumis à renouvellement.

Les militants du Parti socialiste ont investi Pascal Lévêque (titulaire) et Angéline Silly (suppléante) sur ce canton. Ils affronteront, entres autres, Catherine Péricard, conseillère générale depuis 25 ans, qui a été réinvestie par l’UMP.

Pascal Léveque est conseiller municipal de Saint-Germain-en-Laye. Il est administrateur du centre communal d’action social et membre du conseil local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance. Il était la tête de la liste de gauche Saint-Germain Solidaire aux élections municipales de 2008.

Angéline Silly habite dans le quartier du Bel-Air à Saint-Germain et figurait également sur la liste municipale Saint-Germain Solidaire. Mère de 5 enfants, elle est très engagée dans le quartier et au sein des parents d’élèves.

Nous aurons l’occasion de vous présenter prochainement les propositions de nos candidats et leurs grands axes de campagne. Parmi ceux-ci, l’avenir de l’hôpital de Saint-Germain, les problèmes de déplacements dans notre zone géographique, l’aménagement du territoire à l’échelle yvelinoise, la politique sociale du département, etc… Des thèmes où l’action de la conseillère générale sortante a été très insuffisante, voire inexistante.

Pierre Morange, député UMP de notre circonscription, a voté contre la loi sur l’immigration

Surprise hier dans l’hémicycle. Le député UMP de notre circonscription Pierre Morange a voté contre la nouvelle loi sur l’immigration portée par Eric Besson, comme 11 autres députés UMP.

Un autre député yvelinois Etienne Pinte, dont les positions sur ce thème sont connues depuis longtemps, a voté contre. 16 députés UMP se sont par ailleurs abstenus, preuve du malaise dans la majorité sur cette loi qui prévoit l’extension de déchéance de nationalité mais aussi de nouvelles dispositions pour expulser spécifiquement les Roms.

La gauche a unanimement voté contre un texte aussi régressif sur les droits des étrangers dans notre pays.

A notre connaissance, c’est la première fois que Pierre Morange se désolidarise de la majorité UMP.

Nous ne connaissons pas encore les explications de vote de Pierre Morange. Si nos lecteurs en ont connaissance, ils peuvent les publier en commentaire.

L’ascenseur de la Gare Saint-Germain-Fourqueux-Bel-Air est inutilisable

La gare de Saint-Germain – Bel-Air – Fourqueux a été inaugurée le 12 décembre 2004, lors de la réouverture de la ligne Grande Ceinture Ouest entre Saint-Germain Grande Ceinture et Noisy le Roi.

Comme toutes les gares de cette ligne, elle est sensée être accessible aux personnes à mobilité réduite. Pourtant, l’ascenseur de la gare, destiné à faciliter la vie des personnes à mobilité réduite, mais aussi des parents avec poussettes ou des personnes avec bagages, ne fonctionne pas. Pire il n’a jamais fonctionné.

En effet, selon nos informations, son fonctionnement est jugé dangereux par la SNCF et il ne peut être utilisé qu’avec l’aide d’un agent. Or il n’y a plus d’agents dans cette gare. Résultat : des ascenseurs totalement inutilisables et inutiles.

Pourtant, sur les panneaux et sur le site handimobilité, la gare est indiquée comme accessible aux personnes à mobilité réduite.

Comment se fait-il que 6 années après son ouverture, rien n’ait été fait pour faire fonctionner cet ascenseur ? Que fait la municipalité pour changer cette situation inacceptable?

 

Crédit Photo : Wikipédia, Eole99 CC

A lire également sur notre blog :

Tous nos articles sur la Tangentielle Ouest

Lancement du débat public sur le prolongement du RER E dans les Yvelines

Du 1er octobre au 19 décembre prochain, un large débat public est organisé sur le  projet de prolongement du RER E dans les Yvelines jusqu’à Mantes-la-Jolie.

Ce projet, particulièrement intéressant pour les Yvelinois, prévoit de relier la gare Hausmann-Saint-Lazare (actuel terminus du RER E) à la gare de Mantes-la-Jolie via La Défense, Nanterre, Poissy et les Mureaux pour ne citer que quelques gares.

Il permettrait des gains de temps de trajet importants, de relier le Mantois directement à la Défense et de désengorger partiellement le RER A dans Paris. Un nouveau tunnel d’environ 8 km selon les variantes devrait pour cela être construit entre Hausmann-Saint-Lazare et La Défense.

trace_eole.png

Ce débat fera l’objet de 10 réunions publiques dont 4 dans les Yvelines, le 12 octobre à Mantes-la-Jolie (Quelle desserte pour le Mantois? Quel atout pour le développement du territoire?),  le 19 octobre à Poissy (Quel effet sur la desserte de Poissy et le développement de Seine Aval?), le 21 octobre à Houilles (Le prolongement du RER E et la desserte de la boucle de la Seine) et le 30 novembre aux Mureaux (L’aménagement des gares de Seine Aval et de leurs abords. Comment faciliter les échanges entre les modes de transport?). Pour connaître les lieux des réunions, rendez-vous sur le site du débat (voir ci-dessous).

 

Chacun peut participer à ce débat qui est ouvert à tous.

L’ensemble des documents présentant le projet, les questions, les réponses du maitre d’ouvrage et les contributions des différents participants sont à consulter durant tout le débat sur le site 

www.debatpublic-rer-e.org

RESALYS, le nouveau réseau de bus de Saint-Germain mécontente tout le monde

Il y a quelques mois encore sur ce blog, nous voulions bien accorder à la municipalité et aux élus chargés du dossier le bénéfice du doute quand à l’efficacité du nouveau réseau de bus de Saint-Germain-en-Laye baptisé Résalys. Malheureusement, un mois après la mise en service de Résalys, le constat est accablant. C’est une régression sur toute la ligne, sur toutes les lignes pourrait-on dire, si le sujet n’était pas si grave.

Alors que les quelques 13 000 usagers quotidiens attendaient de cette renégociation avec VEOLIA des avancées significatives en termes de qualité de service, c’est une détérioration globale de l’offre qui est constatée depuis quatre semaines.

Dégradation de l’offre en termes de fréquence : non seulement la mise en service de lignes supplémentaires destinées à désengorger les plus fréquentées (en particulier celles reliant les quartiers Bel-Air / Saint-Léger au centre ville) n’a pas été obtenue, mais une diminution générale du nombre des bus a été observée sur plusieurs lignes du réseau : 30% en moins aux heures de pointe sur les lignes R1 & R2 et jusqu’à 40 % en moins sur la ligne R4 reliant Saint-Germain à Chambourcy. 

- Dégradation de l’offre en termes d’efficacité. Alors que le projet était destiné, nous disait-on, à réduire les temps de parcours entre les quartiers périphériques et le centre ville, la suppression du nombre de bus associée à des temps de chargement plus longs sur des axes très chargés, sans aménagements de voierie préalables, n’a évidemment pas produit l’effet escompté : pire les usagers sont actuellement confrontés à des retards en pagaille et des temps de trajet plus longs. Un quart des arrêts a par ailleurs été supprimé.

Rappelons à cet égard que la modification des tracés a été effectuée de façon unilatérale, sans concertation ou prise en compte des recommandations avancées par les usagers, représentants d’associations de parents d’élèves, de collèges, lycées ou conseils de quartiers.

Dégradation de l’offre également en termes de lisibilité : on retiendra entre autres des libellés de lignes prêtant à confusion (R2 Nord/R2 Sud !), des horaires incomplets ne mentionnant pas l’ensemble des arrêts desservis ou l’absence de système automatisé d’information aux voyageurs.

Enfin, détérioration de l’offre en termes de confort puisqu’ont été choisis, pour des raisons évidentes de rentabilité, des bus… à forte capacité debout (seulement 24 places assises, mais 87 places debout !).

On l’aura compris, la majorité municipale, qui ne cesse d’invoquer l’impérieuse nécessité de réduire les coûts d’un réseau déficitaire, a fait le choix délibéré de ne pas s’engager dans une politique de rééquilibrage en faveur des transports collectifs pour faire des économies. Une posture inacceptable que nous dénonçons fermement compte tenu des répercussions qu’elle a sur notre ville.

Des répercussions environnementales évidentes : à l’heure où de plus en plus de collectivités s’engagent dans une démarche de développement durable de leur territoire, nous assistons à Saint-Germain à une détérioration de l’offre de transport en commun conduisant les usagers à recourir à des modes de transport individuel bruyants et polluants.

Mais bien entendu ce sous-investissement a également des répercussions sociales importantes : investir dans des transports collectifs de qualité, c’est garantir la mobilité de tous. Détériorer l’offre de service, c’est contribuer à renforcer les fractures territoriales, déjà importantes à Saint-Germain.

Notons en conclusion, que le mécontentement généralisé (à Chambourcy, un comité d’usagers vient d’être mis en place) n’a pas échappé à l’équipe municipale, qui après avoir en toute discrétion reporté la suppression de certains arrêts initialement prévue, organise la semaine prochaine une série de réunions de concertation avec les usagers. Selon nos organisations, une réunion aurait lieu demain mardi à 18h30 à l’AGASEC mais aucune publicité n’en a été faite…

Le bras de fer continue. Des améliorations significatives doivent être obtenues particulièrement du point de vue de la fréquence. Nous y travaillons dans l’intérêt de tous.

N’hésitez pas à nous contacter par mel ps.saintgermain@gmail.com pour exprimer votre avis ou en commentaire sous cet article.

 

Précédemment sur notre blog :

Réorganisation des lignes de bus à Saint-Germain : insuffisant et décevant (04/2010)  

La mobilisation pour défendre la retraite à 60 ans ne faiblit pas

Près de 3 millions de Français selon les syndicats ont de nouveau défilé partout en France pour défendre la retraite à 60 ans soit autant que lors de la manifestation du 7 septembre dernier.

A Paris, plus de 300.000 personnes ont relié République à Nation par Bastille. L’affluence considérable a obligé les organisateurs à dédoubler le trajet.
De très nombreuses familles avec enfants ont défilé, parfois pour la première fois. Des centaines d’étudiants et de lycées ont aussi rejoint le cortège.

Les Socialistes étaient présents très nombreux dont des militants de la section de Saint-Germain.

 

A lire également sur notre blog :

Une vraie retraite à 60 ans, c’est possible : une vidéo pédagogique des Jeunes socialsites yvelinois

Retraites : une réforme juste est possible