Les 6 questions sur le dossier d’un futur hôpital

Entr--e-h--pital.r--duit.JPGPourquoi l’arrêt en février dernier du projet d’un nouvel hôpital public de 834 lits sur un site unique à Chambourcy ?

L’hôpital de Poissy, inauguré en 1965, compte 850 lits. L’hôpital de Saint-Germain, situé en centre-ville et dont certains bâtiments datent du XIXème siècle, dispose d’une capacité aujourd’hui de l’ordre de 400 lits. Les deux hôpitaux ont fusionné le 1er mai 1997. Cette fusion reposait sur un partage d’activités hospitalières sur les deux sites. Le déroulement de la fusion a entraîné un combat politique très dur entre le Maire actuel de Saint-Germain et l’ancien Maire de Poissy, pourtant tous les deux UMP. De plus, de nombreuses activités ont été transférées à Poissy. Cette situation entraîne aussi des tensions dans les communautés médicales. L’Agence Régionale de Santé, constatant un déficit d’exploitation cumulé selon elle de plus de 80 millions € et un déficit courant annuel de l’ordre de 10 millions ainsi qu’un projet médical à retravailler, a suspendu le projet d’un site unique de 834 lits sur Chambourcy, alors que les terrains ont déjà été acquis en septembre 2010 pour 21 millions d’euros.

Quelle est la responsabilité des élus dans ce dossier ?

Le rapport de mission de Janvier 2011 de l’ARS précise* « ...la présence très forte des élus, les atermoiements de la tutelle, ont considérablement pesé et pèsent toujours sur l’hôpital et son climat ». Dans le contexte de ces dernières années, le rapport pointe l’arrivée des cliniques sur le site de Saint-Germain « …elle (l’arrivée) supposait le développement de la coopération public-privé et l’implantation de deux cliniques de Saint-Germain sur le site hospitalier. Il s’agit là d’un véritable échec. Le directeur des cliniques s’est désisté de ce projet. Cela a conduit à une simple vente au privé de locaux publics, situés dans l’enceinte de l’hôpital, dans des conditions financières peu satisfaisantes [pour l’hôpital]. L’établissement en déficit aurait pu mener une négociation plus soutenue afin de recueillir des recettes plus conséquentes. »

Que va-t-il se passer maintenant ?

Le Ministre de la Santé, Xavier Bertrand, a reçu à la mi-mars le sénateur-Maire Alain Gournac et le Maire Emmanuel Lamy, rencontre qui a donné lieu à un communiqué. Il est demandé par les services du ministre à la communauté médicale de redéfinir pour l’été 2011 un projet médical d’établissement. Dans un deuxième temps, l’ARS examinera ce projet dans le cadre d’une politique de territoire de Santé pour affiner le nombre de lits définitif nécessaires à un nouvel établissement. Puis le ministère à l’automne 2011 examinera les possibilités ou non de soutien dans le cadre du Plan National Hôpital 2012.

Quelles seront les conditions et les conséquences d’une nouvelle décision à l’automne 2011 ?
Le ministère semble poser des conditions préalables très contraignantes : un redressement des comptes de l’hôpital, l’apport de fonds propres par la vente de terrains, l’absence de subvention d’Etat en capital. Le ministère semble attendre un projet médical d’une capacité inférieure au premier projet de 834 lits (400, 500 lits ?). Dans son optique, il s’agit d’un nouvel hôpital sur un site tiers qui se financerait en vendant du foncier à Poissy et à Saint-Germain. Il sera étudié la vente de 2/3 du site de Saint-Germain.
Y a-t-il d’autres possibilités ?
Si ce nouveau projet n’est pas retenu à l’automne 2011 dans l’enveloppe hôpital 2012, deux hypothèses ne sont pas à écarter. La première consisterait à une restructuration de Poissy (faisabilité et quel coût ? Devenir alors de Saint-Germain ?). La deuxième, à  l’image de choix dans d’autres régions : privilégier pour le département un très grand établissement public, beaucoup plus éloigné de notre ville.
Quel est le devenir de l’offre de soins gérée par l’hôpital public demain ?
Quelle que soit la décision à l’automne, on voit bien que les conséquences sur le site de Saint-Germain seront importantes. Les questions restent nombreuses. Comment un projet de 450 lits par exemple pourrait-il remplacer l’offre actuelle de Poissy / Saint-Germain avec ses 1250 lits ?
Il y a quelques semaines un praticien de l’hôpital de Saint-Germain rappelait qu’à terme « ...j’ai l’impression que les patients demain seront redirigés vers les cliniques. Il y a beaucoup de bonnes choses dans les cliniques, mais le prix des soins y est trois à quatre fois supérieur qu’à l’hôpital. Il y aura une médecine à deux vitesses. On a du souci à se faire ». La loi Hospitalisation, Patients, Santé et Territoire a créé un contexte de rationalisation extrême. De plus la mise en place de la tarification à l’activité a entraîné une course sans fin sur les activités « rentables ». En matière de Santé publique, cela ne peut pas être le seul indicateur. Qui fera demain les activités de long séjour, la gériatrie ou encore la psychiatrie ?
C’est vraiment le sens de nos convictions et de notre combat de défendre haut et fort la présence de l’hôpital public avant tout sur notre territoire.

* http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/114000072

Retrouvez cet article dans notre nouveau journal de section, Saint-Germain socialiste n°5.

A lire également sur notre blog :

Tous nos articles sur l’hôpital de Poissy – Saint-Germain

Sidru : Rien ne va plus, gouvernance à la dérive, pertes abyssales et incertitude juridique

azalys.jpgLe Sidru, syndicat intercommunal de traitement de nos ordures ménagères, est un navire en très grandes difficultés.

- Gouvernance à la dérive :

Le vice-président aux finances a présenté sa démission le 14 mars. Ce poste reste vacant et le président Emmanuel Lamy a évoqué sa possible démission de la présidence. Cependant il ne reconnaît toujours pas le mauvais choix de sa politique de gestion “active” de dette, que nous dénonçons depuis 2007. Il paie aussi ses demi-vérités qui ont instillé la méfiance à son égard. Par exemple, il n’a diffusé à son comité syndical qu’une des offres de négociation de la banque allemande Depfa avec qui le syndicat est en conflit, celle qui porte le numéro 4. Quelles étaient les autres ?
- Pertes abyssales :

Avec la baisse récente du dollar, les conditions de sortie des contrats dangereux n’ont jamais été aussi défavorables. Nous évaluions fin 2010 la pénalité totale de sortie de ces emprunts entre 65 et 70 millions d’euros. Elle est fin avril supérieure à 70 millions d’euros, soit 350 euros par habitant des 15 communes du syndicat.
Pour suivre l’évolution en direct des taux d’intérêt à payer, voir ces liens :
• Formules à un taux de change : www.saintgermainsolidaire.fr/change/
• Formules à deux taux de change : www.saintgermainsolidaire.fr/change2/

- Incertitudes juridiques :

La médiation avec la banque Depfa a échoué. Le Sidru se prépare à poursuivre cette banque devant la justice, avec des doutes quant à l’issue de ce conflit.
- Quelle solution ?
Pour nous, il faut d’abord sortir du déni et reconnaître clairement que cette théorie de la “gestion active” est une mystification.
Ensuite, il faudra attaquer en justice les deux banques qui ont vendu des produits financiers inadaptés et non-conformes à la circulaire alors en vigueur. Comme les autres collectivités, nous ne sommes pas sûrs de gagner ces procès, mais il faut y aller avec des idées claires et sans louvoyer. On ne doit pas payer de telles sommes sans avoir cherché, avec des chances raisonnables de succès, à faire assumer une partie au moins de la perte par les banques qui en sont les premières responsables.
Il faut montrer que nos élus majoritaires, et nous ne les blâmons pas pour cela, n’avaient pas les compétences requises et ont été floués par des banquiers sans scrupule.

Retrouvez cet article dans notre nouveau journal de section, Saint-Germain socialiste n°5.

A lire également sur notre blog :

tous nos articles sur les emprunts toxiques du Sidru

Répondez à notre enquête de satisfaction sur les services de la vie quotidienne à Saint-Germain-en-Laye

Nous avions proposé au maire de Saint-Germain-en-Laye que la ville lance à mi-mandat un questionnaire auprès des habitants au sujet des services de la vie quotidienne proposés par notre ville. Ceci afin que les habitants puissent donner leur avis et améliorer ce qui doit l’être. Bien entendu M. Lamy avait balayé la proposition d’un revers de main, sous le prétexte que le bilan, « c’est au moment des élections tous les 6 ans« … Pensez, reprendre une proposition des socialistes, quelle hérésie !

Pascal Lévêque, président du groupe des élus de gauche Saint-Germain Solidaire, avait alors annoncé que puisque la municipalité se refusait à faire cette enquête de satisfaction, le PS s’engageait à en faire une. Et nous tenons parole!

p1questionnaire.jpgAinsi, en même temps que notre nouveau journal de section Saint-Germain socialiste n°5, nous diffusons une enquête de satisfaction sur les services de la vie quotidienne à Saint-Germain-en-Laye, imprimée à 12.000 exemplaires.

Ces deux documents sont actuellement distribués dans les boites aux lettres de la ville par les militants socialistes. Ils sont intégralement financés par les cotisations des militants de notre section.

Vous pouvez télécharger cette enquête de satisfaction au format pdf (529ko).

Tous les sujets sont abordés : culture, sport, petite enfance, personnes âgées, transports, santé, loisirs, handicap,  environnement, sécurité, emploi, etc…

Nous publierons la synthèse des réponses à la rentrée.

Si vous ne recevez pas ce document dans votre boite aux lettres (qui nous est peut-être inaccessible) ou si vous voulez en avoir d’autres exemplaires pour des membres de votre famille ou vos amis, n’hésitez pas à nous la demander par mel ps.saintgermain@gmail.com, nous vous l’adresserons par courrier.

Les modalités de réponse à cette enquête sont indiqués dans le questionnaire.

A lire également sur notre blog :

Découvrez notre journal de section, Saint-Germain Socialiste n° 5

Dépassements d’honoraires : la coupe est pleine !

Communiqué du Parti socialiste

depassementhonoraire.jpgLa Mutualité française a annoncé il y a une semaine que les dépassements d’honoraires, non remboursés par la sécurité sociale, avaient augmenté de plus de 6% en 2010, soit deux fois plus vite que le total des honoraires eux-mêmes. La situation devient insupportable pour les patients : leurs soins courants ne sont plus pris en charge qu’autour de 50% désormais, ce qui ne peut que favoriser le report ou le renoncement aux soins.

Pour les socialistes, l’égalité d’accès aux soins doit redevenir une priorité de l’action publique. Dans le cadre de discussions avec les professionnels de santé, la question des dépassements d’honoraires doit impérativement être posée. Le plafonnement de ces dépassements ne peut être évité, si l’on veut que tous les Français puissent bénéficier de soins de qualité.

psLe Parti socialiste refuse l’évolution vers une médecine à deux vitesses favorisée par l’action de ce gouvernement et demande un changement de cap.


Nous connaissons bien cette situation à Saint-Germain où les dépassements d’honoraires sont très fréquents au sein des cliniques saint-germanoises, désormais installées au coeur de l’hôpital de Saint-Germain.

Source photo : site Mutuelle Viasanté

Découvrez notre nouveau journal de section, Saint-Germain Socialiste n° 5

SGS5.jpgLe nouveau Saint-Germain Socialiste, le journal de la section du PS de Saint-Germain, Fourqueux et Mareil-Marly, vient de sortir.

Ce journal de 8 pages en couleurs, imprimé à 12.000 exemplaires, est actuellement distribué par les militants saint-germanois dans les boites aux lettres de notre ville. Il est intégralement rédigé et financé par les cotisations des adhérents de notre section.

Vous pouvez le télécharger au format pdf.

Au sommaire du n°5 de Saint-Germain Socialiste :

– « Nous qui aimons le Bel-Air« , un article sur ce qui pourrait exister dans ce quartier, avec un peu d’imagination.

– « Sidru : rien ne va plus!« . Le point sur la gouvernance de ce syndicat intercommunal gangrené par des emprunts toxiques très importants.

– « Les 6 questions sur l’hôpital« . Avec des révélations sur les raisons de l’abandon de l’hôpital de Chambourcy, que vous ne trouverez pas dans le Journal de Saint-Germain…

– « Préparons le changement« . Le bilan catastrophique de Nicolas Sarkozy à la tête de la France.

– « Et si on parlait des primaires« . Une explication du déroulement des primaires socialistes en octobre.

– « Intercommunalité : le projet du préfet suscite le mécontentement« . Une vision un peu moins rose (si l’on peut dire…) du projet d’intercommunalité du Préfet autour de Saint-Germain que celle donnée par le maire.

Vous pouvez télécharger les 4 précédents numéros de Saint-Germain Socialiste, le n° 4 paru en juin 2010, le n° 3 paru en décembre 2009, le n° 2 paru en mai 2009 et le 1er numéro paru en décembre 2008, ou les retrouver sur ce blog dans la colonne de gauche, rubrique « Notre journal ».

Vous pouvez aussi nous demander de vous l’envoyer gratuitement par courrier en nous adressant un mel à cette adresse ps.saintgermain@gmail.com avec vos nom et adresse.

Pour suivre notre actualité et nos prises de positions, retrouvez nous également sur Twitter sur le compte de notre section http://twitter.com/PsSaintGermain, quotidiennement mis à jour.

Intercommunalité : le projet du préfet des Yvelines suscite le mécontentement

Projet-nouvelle-intercommunalite-Yvelines-28-04-11.jpgLe Préfet des Yvelines a dévoilé fin avril sa vision des regroupements de communes pour le département des Yvelines. Mauvais élève de l’intercommunalité, notre département compte encore 115 communes sur 262 qui n’ont pas adhéré à un schéma de coopération intercommunale.

Zoominterco.jpgLe Préfet propose pour notre zone géographique un large regroupement qui serait le deuxième des Yvelines avec 201.943 habitants. Cette communauté de communes, Seine et Forêts, regrouperait 13 communes, Aigremont, Chambourcy, L’Etang la Ville, Fourqueux, Mareil-Marly, Le Pecq, Le Port Marly, Saint-Germain-en-Laye, Marly-le-Roi, Louveciennes, Conflans-Sainte-Honorine, Achères et Poissy.

Le Préfet demande aux Conseils municipaux de donner leur avis sous …3 mois !! En trois mois, il va falloir donner du sens à un projet de territoire où 5 ans n’ont pas suffi aux élus pour essayer de mettre sur pied des projets de coopération !

Sous ce gouvernement, nous avançons à coup d’intercommunalité forcée. Quelles sont les compétences qui seront transférées à cette future communauté de communes ? Que veut-on faire ? Quels sont les projets à 20 ans pour notre territoire ? Et surtout, où sera le débat participatif ? Où le citoyen pourra-t-il s’exprimer ?

Comment accepter que Maisons-Laffitte et Le Mesnil le Roi puisse constituer une mini intercommunalité et parallèlement forcer les communes d’Achères, Conflans et Poissy à se regrouper avec Saint-Germain, ce qu’elles ne veulent pas?

Il y a assurément essentiellement des enjeux politiques dans ce projet du préfet, ce que nous déplorons.

A lire également :

La réaction du PS yvelinois 

Les Primaires citoyennes, c’est vous qui décidez !

PrimairesLe PS donne aux citoyennes et aux citoyens un droit nouveau en organisant avec les partis qui voudront s’y associer les premières Primaires ouvertes pour désigner leur candidate ou leur candidat à la présidentielle de 2012.

Ces élections auront lieu partout en France les 9 et 16 octobre 2011.

Qui peut voter?

Tous les citoyens français inscrits sur les listes électorales avant le 31 décembre 2010. Et lors de la primaire, il suffit de s’acquitter d’une participation au frais d’organisation de 1 € minimum et de signer une charte d’adhésion aux valeurs de la gauche. C’est vous qui choisirez le candidat du changement en 2012 !

Pourront également voter tous les mineurs qui auront 18 ans au moment de la présidentielle, ainsi que les mineurs membres du PS ou du MJS et les citoyens étrangers membres du PS ou du MJS.

Pour tout savoir sur l’actualité des primaires, comment cela marche, comment y participer, un site spécifique est à votre disposition :

http://www.lesprimairescitoyennes.fr/

Vous y trouverez toutes les réponses à vos questions.

A Saint-Germain-en-Laye, nous avons adressé une lettre à M. Lamy mi-avril pour connaitre les modalités d’organisation dans notre ville et en particulier les lieux de vote. M. Lamy nous a fait savoir que la réponse était imminente.

Nous consacrerons prochainement un article à l’organisation des primaires à Saint-Germain

A lire également sur notre blog :

Le calendrier des Primaires

Energie renouvelable : à Saint-Germain-en-Laye aussi !

Les énergies renouvelables, qu’en est-il en pratique près de chez nous ?

Photo_Toit_zoom.JPGUn Saint-Germanois a installé des panneaux photovoltaïques sur le toit de son pavillon. Voici son retour d’expérience après un an de production d’électricité.

Il faut noter que l’orientation de son toit n’est pas idéale : son pavillon est orienté sud-est / nord-ouest (environ 40 degrés depuis le sud, pente 35°, 20,65 m² de surface utile). Cependant il n’y a pas de vis-à-vis ou d’arbre de grande hauteur. La production d’électricité n’a pas posé de problème : les panneaux sont reliés à un compteur électrique additionnel, qui transforme le courant continu en courant alternatif et l’envoie vers le réseau. Le système a été opérationnel sans incident pendant toute cette première année d’utilisation.

Très intéressé par cette expérience, ce monsieur a relevé la production de courant tous les jours, en dehors de quelques périodes de vacances. Ses données sont donc très détaillées. Ce relevé quotidien montre des fluctuations de production importantes : de 0 pour les jours de neige (panneau peu incliné et donc recouvert) à 18 kWh/jour. Sans surprise le minimum de production est observé en décembre et le maximum en juin.

Graphique_1_Production_Quotidienne.jpg

En effet les panneaux produisent de l’énergie en fonction de la luminosité, et indépendament de la température.

En moyenne mensuelle, ces résultats peuvent être comparés aux estimations communiquées par le vendeur lors de la phase d’avant-vente. La production réelle (en bleu) est supérieure 11 mois sur 12 à la production estimée (en gris) :

Graphique_2_Production_Mensuelle.jpgCe graphique permet d’estimer quantitativement la différence de production entre le minimum, 75 kWh/mois, et le maximum, 380 kWh/mois. Cette forte amplitude (x5) montre les limites de cette source d’énergie pour notre société, bien qu’elle puisse être réduite en disposant les panneaux avec un angle plus incliné pour mieux capter le soleil d’hiver. Mais le tarif incitatif (60 centimes par kWh) est indépendant de la saison.

Du point de vue financier, cet investissement a été rentable puisqu’il était aidé par des subventions de la région et de l’Etat (sous forme de crédit d’impôt), ainsi que par le tarif de rachat des kWh produits. Comme la production a été supérieure aux estimations, le rendement est supérieur aux attentes. La consommation moyenne d’électricité d’un ménage français est de 4700kWh par an. Ce monsieur a produit 2950 kWh en un an ce qui lui rapporte environ 1750 € par an.

Cette belle réalisation est malheureusement une exception à Saint-Germain. On voit encore très peu de panneaux solaires à Saint-Germain, alors qu’ils se multiplient dans les pays voisins, sur le pourtour méditerranéen comme en Europe du nord. Cet exemple local montre que l’investissement peut être rapidement amorti.