François Hollande : mes 60 engagements pour la France

Découvrez en vidéo le projet de François Hollande « Mes 60 engagements pour la France » et téléchargez le PDF du Projet Présidentiel


François Hollande – Mes 60 engagements pour la… par francoishollande Les 4 parties : «Je veux redresser la France» «Je veux rétablir la justice» «Je veux redonner espoir aux nouvelles générations» «Je veux une république exemplaire et une France qui fasse entendre sa voix»

Urbanisme : plainte contre X au domaine de Valmoré à Saint-Germain-en-Laye

Nous avions dans un précédent article en 2009 expliqué en détail pourquoi nous avions voté contre la modification du plan local d’urbanisme (PLU) inscrite à l’ordre du jour du conseil municipal du 12 novembre 2009. En effet, pour nous, il était déjà clair que le déclassement d’espaces boisés classés (EBC) intervenu dans le périmètre du site inscrit de Valmoré (rue Quinault, à proximité l’ancienne clinique Marie-Thérèse) n’a pas été fait dans le respect des règles et favorise les intérêts des particuliers propriétaires, et non l’intérêt général comme le veut la loi.

Vues de la rue Racine :

Vue_depuis_rue_Racine_avant_petite-1.jpg

Avant le déclassement

… et après !

Vue_depuis_rue_Racine_apres_petite.jpg

Cet article fait le point sur les événements des derniers mois qui concernent ce dossier.

Tout d’abord le propriétaire actuel du domaine de Valmoré a envoyé aux membres du conseil municipal une lettre dans laquelle il annonce avoir « déposé plainte contre X pour faux et usage de faux en écriture publique« . Cette accusation vise clairement la majorité municipale, qui n’a pas changé depuis l’élaboration du PLU.

Diffamation ?

Dans un article paru dans l’Express du 21 septembre 2011, il est mentionné que les propriétaires de la parcelle incriminée sont des « amis » de l’actuel adjoint à l’urbanisme, Xavier Lebray. Ce même article mentionne, juste après avoir signalé notre travail d’investigation sur cette affaire, une exclamation de Xavier Lebray : « Diffamation !« . Mettons les choses au point sur cet aspect du dossier :

– Que la propriétaire mise en cause soit bien connue de Xavier Lebray est un fait, puisqu’elle figurait en bonne place dans la liste qu’il avait présentée aux municipales de 2001.

– Le lien de cause à effet entre cette proximité et la faveur accordée n’est pas établi et nous n’en avons jamais fait mention. M. Lebray rappelait dans l’Express qu’il était à l’époque de l’élaboration du PLU dans l’opposition municipale. C’est également un fait. Xavier Lebray s’est rallié en 2008 à la majorité municipale dont il est maintenant adjoint.

– Il nous semble en tout cas problématique que ce soit M. Lebray qui suive ce dossier. En particulier quand il écrit à propos de documents relatifs au déclassement des EBC (Espaces Boisés Classés) que les « recherches demeurent infructueuses » pour les retrouver. Au conseil municipal du 12 novembre, le maire avait refusé de nous redonner la parole après nous avoir accusé d' »adopter la théorie d’un des deux riverains« . Va-t-il, suivant la même logique et avec cette fois un fondement solide, dessaisir son adjoint du dossier ?

La demande de déclassement n’a-t-elle vraiment été qu’orale ?

Signalons enfin que, suite au courrier de la CADA (Commission d’Accès aux Documents Administratifs) nous annonçant en réponse à notre recours que « le maire de Saint-Germain-en-Laye a indiqué à la commission que […] les époux R. n’ont pas fait de demande de déclassement partiel de l’espace boisé classé par écrit« , nous avons été consulter le cahier de la concertation antérieure à l’élaboration du PLU (Plan Local d’Urbanisme). Ces documents font bien référence – par écrit – à un contact entre les demandeurs et les services de la mairie, datant de décembre 2003. (cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Cahier_concertation_dec-2003_anonymise.jpg

Il n’est pas fait mention de déclassement, mais cela n’aurait aucun sens de séparer une parcelle en la laissant non constructible. Est-il possible que les « démarches » mentionnées ne décrivent qu’une demande orale ? Ce document atteste en tout cas de l’ancienneté de la démarche et justifie les interrogations quant au déroulement des faits : pourquoi avoir déclassé les EBC dans le PLU sans créer de parcelle ?

En conséquence nous avons demandé au maire de Saint-Germain de nous confirmer ce dépôt de plainte et avons renouvelé nos questions relatives au déroulement de la demande de déclassement des EBC et à son traitement.

Pascal Lévêque et Emmanuel Fruchard, conseillers municipaux PS de Saint-Germain-en-Laye

Pour en savoir plus :

Notre article initial de décembre 2009, avec plans avec et après le PLU

La lettre du riverain au conseil municipal

Nos autres articles sur la question :

Article du Parisien du 16 janvier 2010

Question en conseil municipal du 8 juillet 2010

Notre recours à la CADA (avril 2011)

L’article de l’Express de septembre 2011

La position du PS sur l’abandon du projet de lieu de culte musulman à Saint-Germain-en-Laye

Découvrez ci-dessous la position de Pascal Lévêque, conseiller municipal PS de Saint-Germain-en-Laye sur l’abandon en rase campagne par le maire du projet de lieu de culte musulman dans notre ville, après un mois de psychodrame médiatique, et sous la pression de l’extrême droite. Un projet qu’il a soigneusement caché à son opposition.


Les Tartuffes de la laïcité

BatimentmosqueeL’Association Mosaïque s’est vue notifiée il y a quelques jours le refus de la ville de céder un terrain sur lequel il était envisagé de batir un centre culturel et cultuel musulman. Le Maire l’a confirmé en public lors de la cérémonie des vœux le 14 janvier en regrettant la diffusion prématurée du projet en décembre dernier ayant entraîné des vives réactions et des informations erronées et en rappelant les principes de laïcité de la loi 1905 à respecter pour une ville.

Faut-il rappeler que l’Association en contact unique avec le Maire depuis des mois sur ce projet avait pour ligne de conduite de laisser la mairie informer les élus et les Saint-Germanois ? Il y a une forme d’hypocrisie ou de « tartufferie » à se cacher derrière la loi de 1905 pour écarter la possibilité d’un lieu de culte à Saint-Germain pour les musulmans.

Une relecture approfondie de la loi serait la bienvenue. La loi du 9 décembre 1905 énonce les deux composantes du régime de séparation des églises et de l’Etat : la liberté religieuse et la non immixtion de l’Etat. La première composante est la réaffirmation des principes de la liberté de conscience et du libre exercice des cultes. Ainsi la loi dispose que « la République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes ». La deuxième est l’interdiction de subventionner les cultes et l’interdiction faite à l’Etat de préférer un culte à un autre. Enfin, la rédaction résultant de la loi du 13 avril 1908 « ….les communes pourront engager les dépenses nécessaires pour l’entretien et la conservation des édifices du culte dont la propriété leur est reconnue par la présente loi ». Il s’agit des dépenses de réparations, et non des travaux d’aménagement ou d’entretien courants. Rien dans la loi de 1905 n’interdit à une commune de vendre un terrain ou de le louer pour construire un lieu de culte sous réserve que ceci soit fait au prix public des Domaines.

A Saint-Germain il y a 15 ans un terrain a été cédé pour l’édification de la synagogue. Il y a 3 ans, trois subventions de 10.000 € chacune ont été votées en Conseil municipal pour des travaux d’entretien pour les trois communautés (catholique, protestante et juive). Qui a manifesté ?

Il y a quand même une interrogation car la loi de 1905 est particulièrement brandie lorsqu’il s’agit de projet de culte musulman. L’Association Mosaïque rappelle qu’il y a à Saint-Germain de l’ordre de 4.000 musulmans, pratiquants ou non. L’Association utilise une salle de culte au Bel Air extrêmement exigüe. Dans la discrétion et pour faciliter l’intégration dans le quartier, elle demande aux pratiquants le vendredi de se rendre ailleurs, notamment à Poissy ou à Nanterre. L’Association demandait la location ou l’achat du terrain communal de 1.168 m2 au Bel Air. Elle examinait tous les moyens de financement et a fait travailler une équipe d’architectes pendant des mois. C’est peu dire qu’elle a été abasourdie par la décision de l’équipe majoritaire.

Encore une fois, nous dénonçons la gestion calamiteuse de ce dossier en termes d’instruction et d’information coordonnées par le Maire.

Sans aucun prosélytisme, nous estimons que le « Vivre ensemble » ce n’est pas entretenir le communautarisme, c’est respecter toutes les croyances pour tous, c’est l’illustration des principes de laïcité et de liberté religieuse. La communauté musulmane de Saint-Germain méritait une meilleure écoute pour une intégration naturelle et réussie dans notre ville et on pouvait parfaitement respecter la Pascal.jpgloi de 1905 et vendre au prix des Domaines un terrain communal pour la réalisation à Saint-Germain d’un lieu de culte musulman.

Pascal Lévêque, Conseiller municipal PS Saint-Germain-en-Laye


A lire également sur notre blog :

Lieu de culte musulman à Saint-Germain : le maire aurait renoncé au projet (01/2012)

Projet de centre culturel musulman à Saint-Germain : les élus socialistes écrivent au maire (01/2012)

Dimanche 22 janvier, grand rassemblement autour de François Hollande au Bourget

Dimanche 22 janvier au Bourget à partir de 13h30, François Hollande tiendra son premier grand meeting national. Venez au grand rassemblement pour François Hollande !

Hall 2 Paris Le Bourget Parc d’Expositions

dimanche-22-janvier-grand-rassemblement-autour-de-francois-.png

Pour s’y rendre 

Autoroute : A1
Gare ferroviaire : Gare de l’Est, Gare du Nord
RER : B, Le Bourget
Bus : 350, 152, Michelet Parc d’Expositions
Métro : Ligne 7, La Courneuve 8 mai 1945

Lieu de culte musulman à Saint-Germain : le maire aurait renoncé au projet

BatimentmosqueeLe maire de Saint-Germain a répondu par courriel à notre lettre du 9 janvier sur le projet de lieu de culte musulman à Saint-Germain.

La réponse est à la hauteur de sa gestion calamiteuse de ce dossier, chacun en jugera…


Monsieur le Conseiller Municipal,   Je vous remercie de votre demande d’informations relative au projet « Mosaïque » qui est parfaitement légitime. Vous comprendrez que l’instruction de ce dossier ne pouvait se faire sur la place publique. J’annoncerai la décision actée par la majorité municipale lors de la cérémonie des vœux le 14 janvier prochain. Je répondrai alors bien volontiers à toutes vos questions concernant cette instruction au cours d’une réunion de travail, et je vous propose que nous convenions rapidement de son organisation.   Je vous prie de croire, Monsieur le Conseiller Municipal, à l’assurance de mes sentiments les meilleurs. Emmanuel LAMY

Ainsi donc, M. Lamy, après avoir publiquement annoncé sa décision lors de ses voeux à la population demain, daignera alors répondre aux questions des élus d’opposition! On croit rêver!
Par ailleurs, d’après des informations recueillies auprès de l’association Mosaique et un article du site web local Médiaseine, le maire de Saint-Germain aurait décidé de ne pas donner suite au projet de l’association Mosaïque et a rompu les négociations. La profonde division au sein de son équipe municipale entre les partisans et les adversaires du projet est sans doute à l’origine de sa décision. Une conseillère municipale de l’équipe majoritaire est la fille et l’épouse de deux membres du directoire de l’association Mosaïque, ce qui prouve en passant que M. Lamy connaissait le projet depuis des mois… Mais beaucoup d’autres élus semblent radicalement opposés à ce projet.
Après avoir suscité beaucoup d’espoirs (la rumeur disait que le dossier serait mis à l’ordre du jour du conseil municipal du 9 février), cette décision brutale, si elle était confirmée, devrait générer beaucoup de déception et de frustration chez les fidèles musulmans. L’extrême droite, par contre, ne manquera pas de se vanter d’avoir fait reculer le maire…

Projet de centre culturel musulman à Saint-Germain : les élus socialistes écrivent au maire

Comme beaucoup de Saint-Germanois, nous avons découvert dans la presse le projet de centre culturel et cultuel musulman de l’association Mosaïque. Cela peut surprendre mais le maire de Saint-Germain – qui a ce projet en main depuis de nombreux mois – n’a jamais daigné en informer les élus d’opposition !!

Face à un projet qui déclenche les passions et les fantasmes de tous ordres, savamment alimentés par l’extrême droite qui trouve là une occasion d’exister dans notre ville, la moindre des choses aurait été d’en débattre sereinement entre élus du conseil municipal et de jouer la transparence avec la population. Cela n’a pas été le cas et nous le regrettons vivement. Visiblement, l’hostilité d’une partie de sa majorité au projet a incité le maire à appliquer une véritable omerta sur ce dossier. Résultat, la ville est l’objet de rumeurs de toutes sortes, de tracts racistes et d’une polémique comme elle en a rarement connu.

Batimentmosquee.jpgPour que chacun se fasse une opinion sur ce dossier important, vous pouvez télécharger le projet (pdf, 1,2Mo) que l’association saint-germanoise Mosaique a présenté à la majorité municipale – et à elle seule, l’opposition n’était ni conviée ni informée! – le 12 décembre dernier.

Le bâtiment d’un étage se situerait sous le viaduc Saint-Léger, à côté du centre des impôts (cf photo ci-contre). Il accueillerait un centre culturel et un lieu de prières.

Les élus socialistes de Saint-Germain-en-Laye Pascal Lévêque et Emmanuel Fruchard ont donc écrit au maire le 9 janvier pour obtenir des précisions sur le projet et dénoncer l’absence de dialogue républicain du maire. Ils soulignent que « la communauté musulmane, comme les communautés catholique, protestante, juive, doit pouvoir librement pratiquer son culte dans des conditions dignes à Saint-Germain-en-Laye. » Ils indiquent également que, sous la condition que la vente du terrain appartenant à la ville se réalise au prix fixé par les Domaines, ils seront favorables au projet.

Retrouvez ci-dessous l’intégralité de la lettre des élus PS à Emmanuel Lamy ou téléchargez-la au format pdf (853ko). Nous publierons bien entendu la réponse de M. Lamy.


Monsieur le Maire

HOTEL DE VILLE

16 rue de Pontoise

78100 SAINT GERMAIN EN LAYE

 

Objet : Projet Mosaïque

 

Saint-Germain-en-Laye, le 9 janvier 2012

 

Monsieur le Maire,

Au nom des élus municipaux du Groupe Saint-Germain Solidaire, nous revenons vers vous concernant le projet Mosaïque et l’incroyable séquence de communication des 15 derniers jours de décembre 2011.

En effet, une communication sur le projet de construction d’un centre culturel et cultuel musulman a fait l’objet de votre part de communiqués ou de précisions quasiment à tous…. sauf aux élus municipaux d’opposition ! Nous le regrettons très vivement.

Vous avez su par le passé, que ce soit sur le projet de la réserve Péreire, de l’avenir de l’hôpital ou encore récemment sur la présentation des résultats de l’étude urbanistique du cabinet Lion, inviter en réunion plénière, hors séance publique du Conseil municipal, l’ensemble des Conseillers dans un esprit républicain d’informations et de concertation.

S’il vous appartient naturellement de consulter votre propre majorité, nous regrettons vivement que vous n’ayez pas choisi de diffuser l’information à l’ensemble des Conseillers. (Y compris les communiqués de presse dont Le Parisien rapporte, ce qui est faux, qu’ils ont été distribués lors du Conseil municipal du 16 décembre dernier).

Nous vous posons donc par écrit les questions que nous aurions pu naturellement évoquer lors d’une présentation commune à tous les Conseillers. Nos questions ne porteront pas sur le projet lui-même, qui nous a été communiqué depuis par une autre voie que la voie municipale, mais sur les questions propres au positionnement de la ville :

Quelle est l’estimation des Domaines pour le terrain de 1.168 m2 envisagé ?

Quels sont les recommandations et conseils apportés par les autorités administratives pour respecter le principe de laïcité ? Sommes toutes, il s’agit d’une situation assez courante concernant un terrain où sera édifié en partie un lieu de culte.

Les Domaines ont-ils aussi indiqué un prix de loyer de location d’un tel terrain au sein d’un bail emphytéotique ? Quelle est la durée recommandée d’un tel bail ?

En dehors du projet lui-même, des places de parking ont-elles été envisagées ?

Est-il vrai que depuis décembre 2010 une démarche au cadastre de séparation de ce terrain communal a été entreprise ?

Quelle est votre analyse en termes d’intégration à cet emplacement de ce centre culturel et cultuel ?

Avez-vous l’intention dans le prochain Conseil municipal de février de mettre à l’ordre du jour une délibération sur l’attribution de ce terrain communal pour ce projet?

Si ce n’est pas le cas, avez-vous prévu une information et un débat avec l’ensemble du Conseil municipal en réunion hors conseil ?

 

En attendant les réponses à ces questions, nos positions de principes rappellent que la liberté de conscience, c’est aussi la liberté de culte. Sans prosélytisme, la communauté musulmane, comme les communautés catholique, protestante, juive doit pouvoir librement pratiquer son culte dans des conditions dignes à Saint-Germain-en-Laye.

Le deuxième principe porte sur le soutien de la ville sur ce projet notamment concernant le terrain de 1.168 m2 à mettre à disposition. La loi de 1905 énonce les deux composantes du régime de séparation des Eglises et de l’Etat : la liberté religieuse et la non-immixtion de l’Etat. La première composante est la réaffirmation des principes de la liberté de conscience et du libre exercice des cultes. La deuxième est l’interdiction de subventionner les cultes et l’interdiction faite à l’Etat de préférer un culte à un autre. Vis-à-vis du terrain actuellement communal, il peut être vendu à sa valeur réelle estimée par les Domaines. Si cette option est retenue, nous serons favorables à cette vente. Une deuxième option est possible sous forme de location par un bail emphytéotique administratif. Là aussi, pour éviter toutes contestations, le montant ne doit pas être symbolique et être regardé comme accordant une subvention à l’association. Sous respect de ce point, nous serions aussi au nom de notre Groupe, favorable à cette solution.

 

Le vivre ensemble, ce n’est pas entretenir le communautarisme, c’est respecter toutes les croyances pour tous, c’est l’illustration ainsi, des principes de laïcité et de liberté religieuse.

 

Sur un dossier important, sensible car porteur de beaucoup de fantasmes, nous regrettons votre absence de transparence. Quelle que soit votre position, il faut la présenter et l’expliquer aux Saint-Germanois. Réalisé en amont, cela aurait évité les rumeurs et manipulations de certains depuis fin décembre, et un véritable psychodrame dans notre ville qui pourrait se poursuivre en l’absence de tout débat public.

 

En vous remerciant par avance de vos réponses, je vous prie d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de mes salutations distinguées.

 

Pascal Lévêque

Président du Groupe Saint-Germain Solidaire

P.S. : Nous rendrons dans quelques jours publics cette lettre et vos réponses.

Crédit photo : Médiaseine


A lire également :

L’interview de Pascal Lévêque à Médiaseine le 19 décembre 2012

Les articles du Parisien et du Courrier des Yvelines des 20 et 21 décembre 2011 (pdf, 3,1 Mo)

Législative dans la 6e circonscription des Yvelines : Eddie Ait est le candidat PRG-PS

Les élections législatives auront lieu les 10 et 17 juin prochain.

Dans le cadre du redécoupage-charcutage électoral décidé par le gouvernement, la 6e circonscription des Yvelines a été remodelée et trois nouvelles communes (Carrières-sous-Poissy, Villennes/Seine et Médan) ont été ajoutées aux 7 existantes (Achères, Aigremont, Chambourcy, Fourqueux, Mareil-Marly, Le Pecq, Saint-Germain-en-Laye).

eddieaitUn accord national a été signé entre le Parti socialiste et le Parti radical de gauche, réservant un certain nombre de circonscriptions aux candidats du PRG.

Dans la 6e circonscription des Yvelines, Eddit Aït, maire PRG de Carrières-sous-Poissy et conseiller régional d’Ile de France, est le candidat soutenu par le PRG et le PS en juin 2012. Sa suppléante sera Claude Van de Velde (PS). Il est également soutenu par Génération Ecologie.

Eddie Aït est aussi vice-président de la communauté d’agglomération des Deux Rives de la Seine.

Il affrontera entre autre le député UMP sortant Pierre Morange, qui se représente.

Nous reviendrons bien sûr sur la campagne des Socialistes et des Radicaux de gauche dans notre circonscription et sur les propositions d’Eddie Aït.

A découvrir :

Le site web d’Eddie Aït : http://www.eddieait.fr/

Son compte twitter : https://twitter.com/eddieait

Son compte facebook : http://www.facebook.com/eddieait

400.000€ pour l’exposition Saint-Germain demain : tout ça pour ça !

stgermain-banLe premier bilan de l’exposition-débat Saint-Germain Demain est loin d’être satisfaisant, bien que l’idée de réfléchir à l’avenir ensemble soit excellente. Entre l’étude urbanistique et l’exposition au Manège Royal, ce sont plus de 400.000 € de dépensés (quasiment le budget annuel du Centre Communal d’Actions Sociales !).

Pour quels résultats ? Seulement 170 personnes aux 4 débats et une soixantaine de contributions sur le site Internet ! Faut-il rappeler que le Maire a déclaré en septembre 2011 que l’enquête sur la qualité des services dans la ville réalisée par le Parti Socialiste avec 324 familles répondantes n’était pas significative !

La quasi-totalité des interventions ont été centrées sur le court terme. Quelques lignes force sont apparues :

– Fracture entre le Saint-Germain Nord et Sud et les efforts constants à faire pour réduire cette fracture. Nous le disons depuis des années.

– Nécessité d’offrir des nouveaux logements abordables, pour les jeunes qui quittent notre ville, mais aussi pour suivre l’évolution de la composition des familles. D’où notre proposition d’inclure un minimum de 25% de logements sociaux dans chaque nouveau programme immobilier.

maquettesallebelair- Culture et services culturels devraient être un axe à développer. Nous proposons par exemple la création d’une salle de spectacle dans le quartier Bel-Air.

– Un pôle « économique » déclinable devrait émerger dans les 20 ans, un campus étudiants, une université de la bio diversité de la forêt par exemple.

Les réflexions urbanistiques du cabinet Lion ont été peu débattues. Le projet sur le quartier Péreire n’a pas été abordé, un nouveau quartier dans 15 ans est-il possible, envisageable ou souhaitable dans la forêt, près de la gare de triage, la N13 peut-elle se transformer en boulevard urbain ? Seul élément de relatif consensus, une densification plus importante sur le PLU pour agrandir ou faciliter les constructions dans la ville.

La démarche de démocratie participative s’apprend, elle demande du temps et l’acquisition d’un savoir faire, qui manque manifestement à l’équipe municipale majoritaire.

A lire également :

L’article du Courrier des Yvelines du 4 janvier 2012 

Les voeux de François Hollande : « 2012, l’année du changement »


François Hollande : « 2012, l’année du changement » par francoishollande

Mes Chers Concitoyens,

L’année qui s’achève a été rude. L’économie s’est ralentie, le chômage a repris sa marche infernale, la précarité s’est diffusée à de trop nombreuses familles, le pouvoir d’achat s’est souvent réduit à une peau de chagrin.

La crise a sa part dans cette dégradation de la situation. Mais la responsabilité se situe autour de décisions insuffisantes, imprudentes, qui ont abouti à laisser la spéculation et les marchés imposer leurs rythmes et leurs intérêts.

Il y a eu aussi depuis près de cinq ans des choix injustes qui ont allégé les impôts des plus fortunés et multiplié les prélèvements sur l’immense majorité des Français. Les inégalités se creusent. Je les vois tous les jours. Les exemples abondent : richesse indécente, pauvreté insupportable.

carte-de-voeuxNous finissons l’année 2011, j’en ai conscience, dans l’incertitude.

La zone euro, après seize sommets de la dernière chance, est toujours en crise. La récession menace. Des entreprises annoncent des plans de suppression d’emplois. L’Ecole de la République voit ses moyens mis en cause et les jeunes s’interrogent sur leur propre avenir.

Chacun sait en plus, même s’il est occulté, qu’un nouveau plan de rigueur est en préparation. Bref, je comprends les inquiétudes, j’entends les colères, je perçois les défiances. Je vois les doutes.

Mais je connais aussi les attentes. Parce que l’année qui arrive, l’année 2012, sera celle du choix : choix d’un nouveau Président, choix d’un nouveau destin pour la France.

Je veux que cette échéance se situe au niveau des défis qui nous attendent : le redressement de la France, redressement de ses finances publiques, redressement de sa production, redressement de l’industrie, de l’agriculture, des services qui concourent au mieux-être de chacun. Mais aussi le redressement moral, autour des valeurs de la République qui ont été froissées ces dernières années.

La France est un grand pays avec une grande Histoire. Elle a toujours su se rassembler autour de ses principes. Le premier, c’est l’égalité.

L’année 2012, si vous me donnez votre confiance, sera celle de la réforme fiscale, de la justice sociale – sur les retraites, la santé – de la justice entre les territoires. La justice, l’égalité sont les conditions pour que l’effort soit consenti.

Je forme le vœu que l’année 2012 soit celle d’une grande mobilisation autour d’une belle cause : la jeunesse. Nos enfants doivent vivre mieux que nous. Nous devons donner à la génération qui vient des chances nouvelles pour sa formation, son entrée dans la vie professionnelle, son accès au logement.

2012 c’est l’année du changement. En tournant la page de 2011, nous devons fermer le quinquennat qui s’achève. Il a été inconséquent, incohérent, injuste. Il a divisé, heurté, abimé.

En 2012, je veux réunir les Français autour d’une belle et possible espérance, donner à la France toute sa place dans le monde et en Europe. Cette Europe, que je veux bien sûr stable dans la zone euro, mais capable de produire une dynamique de croissance, un autre rapport avec les citoyens.

En 2012 je veux surtout que les Français reprennent confiance en eux-mêmes et vivent en harmonie, en solidarité, en sécurité, avec cette fierté commune de relever, ensemble, notre pays.

Je souhaite à chacune et chacun d’entre vous une bonne année.

Le changement, c’est maintenant !

Vive la République,

Vive la France.