La réponse du maire de Saint-Germain à notre interpellation sur la restructuration de la CPAM

CPAMYvelines

Fin février, nous avons écrit au maire de Saint-Germain au sujet de la fermeture annoncée du centre de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie de la rue des Joueries, dans le cadre d’une vaste restructuration de la Sécurité sociale dans les Yvelines. Nous demandions au maire de nous communiquer les informations en sa possession.

RepCNAMEL2012.jpegNous publions, avec un peu de retard, la réponse de M. Lamy. Vous pouvez la télécharger au format pdf (317ko) ou en cliquant sur l’image.

Le président de la CPAM Yvelines « [lui] a assuré que le centre de Saint-Germain-en-Laye ne serait pas fermé compte tenu de l’affluence journalière […]. » Mais « un autre bâtiment que celui de la rue des Joueries, toujours à Saint-Germain-en-Laye » accueillera le public, « en centre ville« . Pour le maire, « il n’est donc pas question d’une fermeture, mais d’un simple déménagement« … 

De notre point de vue, la disparition prochaine du centre de la rue des Joueries au profit d’un local beaucoup plus petit n’est pas une bonne nouvelle pour la population. D’autant que ce nouveau local n’a semble-t-il pas encore été trouvé…

Nous resterons très attentif à ce dossier.

A lire précédemment sur notre blog :

Encore un coup dur pour les services publics avec la restructuration des centres de Sécurité sociale dans les Yvelines (03/2012)

Appel à la mobilisation pour notre santé et l’hôpital public de Poissy/Saint-Germain

hôpitalFace au démantèlement de notre système de santé, mobilisons nous !

Démantèlement des hôpitaux de proximité, sous-effectifs chroniques, taxes médicales, déremboursements, augmentation des forfaits hospitaliers et déficits organisés des comptes sociaux, c’est le vrai bilan de la droite et de ses représentants locaux (Député…) en matière de santé.

Les exemples sont nombreux : les soins de santé coûtent 50% de plus que ce qu’ils coûtaient en 2001 et près d’un Français sur deux reporte ou tout simplement annule des soins médicaux.

Nicolas Sarkozy veut que les hôpitaux soient gérés comme des entreprises. L’objectif de ses réformes est simple : la privatisation de la protection sociale dans son ensemble.

Financer notre système de santé, garantir des droits à une retraite digne, une protection sociale juste, ce sont les fondements de la solidarité nationale, ce sont nos propositions pour une République juste

et solidaire.

Ici, avec François HOLLANDE, dans la 6ème circonscription des Yvelines, face à l’échec et à l’abandon du projet de reconstruction d’un hôpital à Chambourcy, mobilisons-nous pour la réouverture des Urgences hospitalières (24h/24 et 7/7) à Saint-Germain-en-Laye et la restructuration et la modernisation de l’Hôpital de Poissy.

Téléchargez le tract au format pdf

CHI-POISSY-SAINT-GERMAIN.jpgA lire également sur notre blog :

Restructuration de l’hôpital de Poissy/Saint-Germain : où en sommes-nous? (03/2012)

L’Agence régionale de Santé annonce l’abandon de l’hôpital de Chambourcy (01/2011) 

Le projet de nouvel hôpital à Chambourcy est gelé (12/2010)

Le centre hospitalier de Poissy – Saint-Germain a acquis le terrain du futur hôpital à Chambourcy (09/2010)

Tous nos articles sur l’hôpital de Poissy – Saint-Germain

Toute la gauche mobilisée à Saint-Germain-en-Laye pour défendre le droit à l’avortement

L’association catholique intégriste anti-avortement SOS Tout Petits avait choisi de manifester samedi matin devant le château de Saint-Germain-en-Laye. Une dizaine de personnes a durant une heure alterné propos dénonçant l’avortement et prières, agrémentés de photos chocs dont nous vous faisons grâce. Sans d’ailleurs que ces prières sur la voie publique ne semblent gêner la police nationale, pourtant présente…

Une cinquantaine de militants représentant toute la gauche (PS Saint-Germain, Front de Gauche, PRG, EELV, anarchistes, ATTAC, NPA etc…) étaient présents pour défendre l’avortement et la contraception libres et gratuits. Ils ont distribué des tracts pendant une heure aux passants.

Etaient notamment présents Emmanuel Fruchard (PS) et Nicole Frydman (PG), conseillers municipaux de Saint-Germain-en-Laye, Eddie Ait, candidat PRG-PS aux législatives dans la 6e circonscription et Estelle Rodes, 1ere secrétaire fédérale du PS Yvelines et candidate dans la 7e circonscription.manifantisostoutpetit032012.jpg

Café Rencontre le 17 mars à Saint-Germain-en-Laye avec Catherine Tasca et Eddie Aït

Dans le cadre de la campagne présidentielle de François Hollande, nous organisons un Café Rencontre à Saint-Germain-en-Laye le samedi 17 mars de 16h à 18h au café Le Square (Place Charles de Gaulle) face au château.

La rencontre sur le thème « Hommes-Femmes : l’introuvable égalité ? » sera animée par Catherine Tasca, sénatrice PS des Yvelines et Eddie Aït; maire PRG de Carrières-sous-Poissy et conseiller régional d’Ile-de-France.

Venez nombreux échanger autour des propositions de François Hollande pour l’égalité entre les hommes et les femmes!

Tract-CafeRencontre-StGermain.jpg

Hôpital de Poissy/Saint-Germain, Centre de Sécurité Sociale : et notre santé dans tout cela ?

Découvrez la tribune libre du groupe des élus de gauche au conseil municipal de Saint-Germain publiée dans le Journal de Saint-Germain du 9 mars.


Hôpital de Poissy/Saint-Germain, Centre de Sécurité Sociale : et notre santé dans tout cela ?

hopital.jpgDe gros nuages noirs continuent de s’amonceler sur le système de santé publique sur notre hôpital à Saint-Germain et depuis quelques jours sur la Sécurité Sociale dans la ville. Claude Evin, Président de l’Agence Régionale de Santé pointant « la situation budgétaire et financière sensible de cet établissement, tant sur le plan sanitaire que médico-social », 100 millions d’€ de déficit, précise que « le retour à l’équilibre de l’établissement constitue un préalable à tout projet d’investissement et notamment au projet de site unique ».

Compte tenu de l’état des finances de l’hôpital et de l’absence d’engagement de l’Etat, il apparaît de plus en plus en filigrane que l’ARS souhaite mettre un terme définitif au projet de reconstruction d’un site unique à Chambourcy. Cette situation est une source d’inquiétude pour la population et les personnels qui souffrent du manque de moyens. Pour combler son déficit, l’hôpital vend aussi son patrimoine. Le bâtiment, ancienne maison de retraite Bon Repos à Saint-Germain est à vendre.

Enfin, nous apprenons le choix de la Sécurité Sociale de fermer des centres dans les Yvelines dont celui de Saint-Germain rue des Joueries. Le personnel technique serait transféré à Poissy. Quant au personnel d’accueil qui reçoit par jour plus de 100 assurés on ne sait ce qu’il deviendra. Les locaux de la rue des Joueries seraient ainsi à vendre. Il nous semble indispensable que la Sécurité Sociale conserve une permanence non pas ponctuelle mais quotidienne à Saint-Germain. Hôpital et Sécurité Sociale doivent rester le pilier du service public de santé par leur proximité, leur continuité et leur sécurité des soins.

Signez la pétition pour défendre l’hôpital de Poissy – Saint-Germain :

 http://www.petitionpublique.fr/?pi=P2012N20153

A lire également sur notre blog :

Restructuration de l’hôpital de Poissy/Saint-Germain : où en sommes-nous? (03/2012)

Encore un coup dur pour les services publics avec la restructuration des centres de Sécurité sociale dans les Yvelines ! (02/2012) 

Tous nos articles sur l’hôpital de Poissy – Saint-Germain 

Restructuration de l’hôpital de Poissy/Saint-Germain : Où en sommes-nous ?

chi-poissy.jpgDepuis quelques mois, et surtout l’arrêt par l’Agence Régionale de Santé du projet de construction d’un site unique à Chambourcy, le dossier a peu évolué.

Suite à la demande de l’ARS, on nous avait promis il y a déjà maintenant plus de 6 mois la réalisation et la publication du nouveau projet médical de l’établissement. Il s’agit d’une analyse (encore une !) des forces et faiblesses de l’établissement actuel et les orientations futures par rapport au bassin de vie de 700.000 personnes qui entourent Poissy et Saint-Germain-en-Laye. Les échéances s’envolent, nous ne savons pas si le projet médical est fini, en tous cas il n’a pas encore été rendu public.

En attendant,  un terrain acheté 21 millions d’euros reste disponible à Chambourcy. En attendant, les personnels des deux hôpitaux souffrent d’un manque de moyens. En attendant, les urgences de Saint-Germain ne fonctionnent toujours pas la nuit. En attendant, le climat social au sein de l’hôpital est tendu.

Faut-il appeler un chat « un chat » et dire maintenant que la construction d’un nouvel hôpital à Chambourcy semble abandonnée?

Fin janvier 2012, l’Agence Régionale de Santé écrivait à Eddie Aït, Maire de Carrières-sous-Poissy, candidat aux législatives sur la 6e circonscription, en précisant « l’Agence a engagé une réflexion avec les établissements du Nord des Yvelines, afin d’élaborer les orientations stratégiques pour ce bassin hospitalier, et définir la place et le rôle du CHI de Poissy/Saint-Germain dans cette offre de soins ».

Claude Evin, Directeur général de l’ARS, précisait par ailleurs que « le nouveau projet d’établissement médical actuellement en cours de finalisation doit être articulé avec ce projet médical de territoire afin de définir les coopérations avec les établissements alentours, compte tenu de la proximité des sites et la complémentarité potentielle entre les différentes activités ».

Encore une fois, l’ARS met l’accent sur les difficultés financières en précisant « la situation budgétaire et financière de cet établissement reste sensible tant sur le plan sanitaire que médico-social. Le déficit comptable du budget principal s’est amélioré ces dernières années (passage de 27,7 M€ en 2007 à 2,8 M€ en 2010) mais le déficit cumulé avoisine les 92 millions d’euros fin 2010. De plus, les engagements du plan de retour à l’équilibre financier passés en 2007 n’ont pas été atteints en 2011. Or, le retour à l’équilibre de l’établissement constitue un préalable à tout projet d’investissement et notamment au projet de site unique ».

Si on fait abstraction du langage administratif employé dans ce courrier, l’ARS signifie mettre un terme au projet de reconstruction à Chambourcy car l’établissement actuel ne pourra pas autofinancer un nouvel investissement ! Alors, quelle sera la suite ?

Une coopération avec des sites privés ? La presse se faisait écho de contacts (aussitôt démentis !) entre l’hôpital et la Clinique Saint-Louis à Poissy. En attendant, le CHIPS vend son ancienne maison de retraite Bon Repos située à Saint-Germain.

hôpitalDans tout ce dossier, géré en dépit du bon sens, il serait temps de revenir à des points fondamentaux et d’exiger :

– La réouverture des urgences sur le site de Saint-Germain 24h/24h, 7 jours sur 7*

– La construction immédiate d’un service d’urgences de qualité sur l’hôpital de Poissy, ouvert 24h/24h, 7 jours sur 7

– La modernisation des installations de l’hôpital public Poissy/Saint-Germain, avec l’ouverture d’un débat démocratique, associant les personnels de santé, les élus locaux, la population.

EXPRIMEZ-VOUS !

Un collectif de défense de l’hôpital de Poissy/Saint-Germain a été constitué et nous vous invitons à signer la pétition en cliquant sur ce lien et à la faire signer par vos proches.

*Les urgences de Saint-Germain ne sont plus ouvertes que dans la journée entre 9h00 et 18h00, elles sont fermées la nuit, les samedis, dimanches et jours fériés.

A lire également sur notre blog :

L’Agence régionale de Santé annonce l’abandon de l’hôpital de Chambourcy (01/2011) 

Le projet de nouvel hôpital à Chambourcy est gelé (12/2010)

Le centre hospitalier de Poissy – Saint-Germain a acquis le terrain du futur hôpital à Chambourcy (09/2010)

Tous nos articles sur l’hôpital de Poissy – Saint-Germain

Journée internationale des droits des femmes : à Saint-Germain, on parlera « secrets de famille »!

Depuis 1982, date à laquelle fut instituée en France une Journée internationale des droits des femmes sur proposition du gouvernement Mauroy, le 8 mars donne lieu chaque année à l’organisation de manifestations culturelles rappelant le combat des femmes en faveur de leur émancipation, les avancées obtenues mais aussi la persistance d’inégalités.

Inégalités dans le domaine professionnel d’abord, où à qualification égale, elles perçoivent des salaires toujours inférieurs de 27 % à ceux des hommes et où elles ne constituent que 17 % des dirigeants d’entreprise.

Faiblement présentes aux postes de direction, elles sont a contrario surreprésentées parmi les travailleurs pauvres puisqu’elles constituent plus de 80 % des salariés à temps partiel et qu’elles sont majoritaires dans les secteurs non qualifiés (69,2 % des agents d’entretien par exemple).

Inégalités dans le domaine politique ensuite. Malgré la loi sur la parité, l’engagement des femmes en politique et leur représentation dans les exécutifs locaux et nationaux demeurent très largement inférieurs à ceux des hommes. Elles ne représentent ainsi que 22 % des sénateurs, 18 % des députés, 13 % des maires et – faut-il le rappeler – l’actuel gouvernement de Nicolas Sarkozy ne compte plus que deux femmes ministres rescapées des remaniements successifs.

Inégalités dans le domaine des représentations collectives enfin. Bien des stéréotypes sexués perdurent, expliquant pour partie les inégalités précédentes : en 2012, les tâches ménagères continuent de peser lourdement sur les femmes qui y consacrent près de deux heures de plus par jour que leur conjoint. Devenues mères, elles mettent également davantage leur carrière professionnelle entre parenthèses, le taux d’activité féminin chutant de 81,3 % à 59,8 % à la naissance du second enfant alors que celui des hommes reste stable.

5b5eea2fe5.jpgInégalités socioculturelles, professionnelles ou politiques : les thèmes de sensibilisation pouvant être abordés le 8 mars prochain ne manquent pas et pourtant la ville de Saint-Germain-en-Laye en a choisi un tout autre : « les secrets de famille« . 

Passé le premier moment d’incompréhension (de stupeur ?) à la lecture de l’intitulé de la conférence (« Journée de la femme : soirée spéciale « Secrets de famille« ), l’envie de rire.

Hélas, le sujet est sérieux. Qui plus est, s’il peut paraître totalement incongru à première vue, ce thème est malheureusement révélateur de la persistance des crispations de la droite s’agissant du mouvement féministe et des droits des femmes.

Une conférence-débat consacrée aux secrets de famille donc. On en conviendra, c’est un thème vendeur, à la mode, prisé des psychiatres, des romanciers et des chaînes de télévision soucieuses de leur part d’audience.

Mais programmer une telle manifestation le 8 mars, c’est délibérément associer femmes et famille, les réduire à l’éternelle sphère privée dont elles sont pivot et garante, à leur devoir fondamental d’éducation (et oui, le secret de famille peut être à l’origine de troubles affectifs transmis par la mère à ses enfants…). C’est contribuer une fois de plus à l’intériorisation et à l’acceptation de stéréotypes sexués assignant aux femmes l’éternel rôle de mère et d’épouse.

Rappelons simplement qu’hommes et femmes peuvent être indifféremment porteurs ou victimes de secrets (de famille ou non), que cela relève de la vie privée et nullement du combat en faveur de l’égalité réelle, comme il est coutume d’y consacrer les manifestations programmées le 8 mars.

Rappelons aussi qu’en matière d’égalité homme/femme, tout n’a pas été fait, tout n’a pas été dit, qu’une conférence-débat autour de femmes exerçant des responsabilités économiques, politiques, de femmes migrantes, expatriées ou victimes de violences conjugales eut été plus fructueuse qu’un énième épisode de Secret story.

Encore un coup dur pour les services publics avec la restructuration des centres de Sécurité Sociale dans les Yvelines!

CPAMYvelines.jpgDans quelques jours, le Conseil d’Administration de la Caisse Primaire d’Assurance Maladie des Yvelines va examiner un projet de restructuration concernant ses implantations sur tout le département. Au moins une dizaine de sites devrait être fermé ou regroupé, parmi lesquels Saint-Germain-en-Laye, Marly-le-Roi, Vernouillet, Maisons-Laffitte, Conflans Sainte-Honorine, La Celle Saint-Cloud, Bonnières, Meulan, etc…..

Concernant Saint-Germain-en-Laye et son centre rue des Joueries, un déménagement pourrait être prévu en 2013, le personnel technique étant transféré au centre du Technoparc de Poissy. Quant au personnel d’accueil, on ne connait pas son devenir. Des ventes immobilières des différents sites sont à l’étude. C’est à l’évidence un nouveau coup dur contre le service public de proximité. A Saint-Germain-en-Laye, le centre accueille en moyenne 120 assurés par jour. Non seulement des personnes âgées demandant de l’aide et conseils dans leur dossier mais aussi des Saint-Germanois ayant besoin d’assistance sur des dossiers plus complexes et la population en grande précarité. Tout ne peut pas passer par Internet et le contact direct est indispensable pour de très nombreuses personnes.

Ces fermetures sur tout le département et regroupements sont un signal négatif envoyé aux usagers que nous sommes et une nouvelle démonstration du désengagement de l’Etat dans ces services publics

A une époque où la crise économique et sociale nécessite d’être proche de nos concitoyens, où l’avenir de l’hôpital de Saint-Germain-en-Laye est encore en interrogation, la disparition à terme d’un service de Sécurité Sociale sur la ville est un nouveau coup dur qui porte préjudice aux principes de solidarité.

Les élus de Gauche du Groupe Saint-Germain Solidaire ont interpellé le Maire de Saint-Germain pour connaître sa position et les actions qui pourraient être menées. (téléchargez la lettre au format pdf, 433ko).