Tangentielle ouest : réunion publique à Saint-Germain-en-Laye le 16 mai

vignette_trace_global_020413-2.jpgLa concertation sur le prolongement de la Tangentielle ouest, au sud vers Saint-Cyr, au nord vers Poissy et Achères, se déroule actuellement. Deux réunions à Achères et Poissy ont déjà eu lieu. Une dernière réunion aura lieu à Saint-Germain-en-Laye le 16 mai salle Jacques Tari.

Nous avons déjà eu l’occasion de nous exprimer sur ce prolongement sur ce blog. Nous soutenons fortement le projet Saint-Cyr/Achères, en espérant que la ligne rejoindra un jour Cergy au nord et Saint-Quentin ou Versailles au sud.

Nous sommes en revanche très sceptiques et critiques sur l’antenne saint-germanoise devant relier Saint-Germain Grande Ceinture à la gare RER de Saint-Germain, en raison de son coût exhorbitant et de la diminution de la desserte vers Achères et Poissy que cela engendrera. Nous ne sommes d’ailleurs pas les seuls.

Le coût de ce trajet de 2,5km par le camp des Loges et la forêt était estimé en 2008 à 52 millions d’euros. Lors des deux réunions publiques en avril 2013 à Poissy et Achères, les participants ont appris que le coût est désormais passé, de façon incompréhensible, à 75 millions d’euros !!

Nous participerons bien sûr à la réunion publique du 16 mai et nous invitons les Saint-germanois à assister à cette réunion très importante pour les déplacements dans notre région.

A lire également sur notre blog :

Tous nos articles sur la Tangentielle ouest

Résultats du 2e tour de la municipale partielle du Vésinet : le maire sortant UMP battu !

280px-Le Vésinet MairieHier dimanche se déroulait le second tour de l’élection municipale partielle du Vésinet, provoqué par la démission de plus d’un tiers des conseillers municipaux.

A l’issue du premier tour, les quatre listes pouvaient se maintenir.

Voici les résultats complets du 2e tour.

Inscrits : 12 205

Votants : 5366 soit 44.06%

Exprimés : 5309

Didier Jonemann (DVD) : 2240 voix  soit 42,2 % / 24 élus

Philippe Bastard de Crisnay (UMP) : 1928 voix soit 36,3 % / 6 élus

Stanislas Chesnais ( UDI) : 574 voix soit 10,8 % / 2 élus

André Michel (PS): 567 voix soit  10,7 %/ 1 élu

Le maire sortant Philippe Bastard de Crisnay, investi par l’UMP,  a donc été sèchement battu par Didier Jonemann, fils d’un ancien maire du Vésinet. Les deux autres listes, distancés au premier tour, reculent nettement au second.

La participation a augmenté de plus de 3% entre les deux tours pour s’établir à 44,06%.

Il sera intéressant de voir si cette élection met fin à la grave crise municipale qui s’éternise depuis plusieurs années au Vésinet, et si les résultats de 2014 confirment cette élection.

A lire également sur notre blog :

Les résultats complets du 1er tour

Election municipale partielle au Vésinet le 14 avril

Les résultats du 1er tour de l’élection municipale partielle du Vésinet

280px-Le_Vesinet_Mairie.jpgLe premier tour d’une élection municipale partielle avait lieu ce dimanche 14 avril au Vésinet. Cela fait suite à la démission mi-février des oppositions de gauche et de droite, soit plus d’un tiers du conseil municipal, ce qui entraîne automatiquement la dissolution du conseil municipal et donc une élection partielle.

Quatre listes étaient en concurrence, 3 de droite et une de gauche. Comme on pouvait le craindre, l’abstention a été élevée (59,1%) :

Voici les résultats complets.
Inscrits : 12 250
Votants : 4992 soit une participation de 40,8 %

Exprimés : 4907
– « Ensemble pour Le Vésinet » du maire sortant Philippe Bastard de Crisnay (UMP) : 1625 voix soit 33,1 %
– « Unis pour le devenir du Vésinet » de Didier Jonemann (DVD) : 1560 voix soit 31,8 %
– « Union pour le renouveau du Vésinet » de Stanislas Chesnais (proche de l’UDI) : 959 voix soit 19,5 %
– « Le Vésinet, une autre voie, la vôtre » « Participative, solidaire et citoyenne« , d’André Michel (PS) : 763 voix soit 15,5 %

Il y aura donc un second tour dimanche prochain, qui s’annonce particulièrement ouvert. Le maire sortant est très menacé. Les quatres listes peuvent se maintenir ; il peut aussi y avoir des fusions entre elles.

Sciences-Po à Saint-Germain : à quel prix ?

«  Sciences-Po à Saint-Germain, c’est fait » annonçait fièrement la mairie de Saint-Germain dans un communiqué de presse daté du 22 mars 2012, relayé dans le « Journal » de Saint-Germain du 6 avril.

SciencesPo_IEP_blog.png

Nous nous réjouissions également de voir un établissement d’enseignement supérieur s’implanter dans les locaux sous-utilisés de l’IUFM. Saint-Germain, ville à la forte présence d’établissements scolaires reconnus, deviendrait également une ville universitaire !

Cependant, malgré notre enthousiasme initial, depuis cette date nous avons à plusieurs reprises questionné le maire de Saint-Germain et son adjoint aux finances pour connaître la convention financière qui encadrera l’arrivée de Sciences-Po à Saint-Germain. A ce jour, plus d’un an après l’annonce officielle, nous n’avons toujours aucune information à ce sujet.

Les « 250 étudiants à la rentrée 2013 » annoncés en mars 2012 n’arriveront, dans le meilleur des cas, qu’un an plus tard. Ce retard est dû, au moins en partie, à une réforme en cours des Pôles de Recherche et d’Enseignement Supérieur (PRES), la structure qui encadre les universités, dont l’IEP.

Pourtant, M. le Maire a fait voter par le conseil municipal du 14 février 2013 le dépôt d’un permis de construire pour réhabiliter les locaux, vides depuis des années, du 2 bis rue d’Alsace pour les services du PRES. Le budget de cette réhabilitation est estimé à 1 200 000 €.

Devant le flou de cette gestion, nous nous sommes abstenus malgré l’intérêt de voir un site d’enseignement supérieur occuper les anciens locaux de l’IUFM.

Pour nous, il ne faudrait pas que le désir de voir Sciences-Po s’installer à Saint-Germain fasse accepter des conditions financières défavorables à la ville.

La réponse de M. le maire au conseil municipal, qui « insiste sur l’importance pour la Ville d’émettre des signes positifs autour de ce projet et de bien marquer sa volonté d’aller de l’avant » renforce nos inquiétudes.

Faut-il vraiment engager des dépenses avant d’avoir déterminé quelle contribution la ville accordera à l’IEP ?

Nous sommes d’autant plus circonspects vis-à-vis de la gestion de ce dossier que le rapport public de la Cour des Comptes de novembre 2012 pointe le coût élevé de l’enseignement de cette école (18 000 €/étudiant/an contre 10 200€ pour les universités, voir p. 65). Ce coût est partiellement pris en charge par les collectivités qui ont accueilli un campus. Le rapport note notamment (p. 72 et 73) :

Locaux_renoves.png

Cette description ressemble trait pour trait à ce qui se profile pour Saint-Germain !

Le rapport précise (p. 74) que « […] le financement des centres en région ouverts par Sciences Po, dont 43,4 % des ressources, soit un peu plus de 3 M€, provenaient en 2010 de financements publics locaux ».

N’aurait-il pas fallu, dans l’esprit des appels d’offre avec mise en concurrence, contacter plusieurs filières d’enseignement supérieur et préciser les conditions d’une implantation à Saint-Germain en conservant une alternative au choix préféré avant de médiatiser cette arrivée ?

Le rapport de novembre 2012, qui avait été très commenté quelques mois avant le conseil municipal de février 2013, a montré un visage contrasté de l’IEP, avec des aspects positifs mais aussi des zones d’ombre qui vont bien au-delà de la rémunération de Richard Descoings. Plutôt que cette annonce enthousiaste mais précipitée, certainement motivée par l’aura récente de l’IEP – voire également la charge affective de cette filière pour l’exécutif municipal – il eût été préférable de gérer ce dossier avec plus de discrétion, comme cela se fait d’habitude pour les arrivées d’entreprises dans notre ville.

Pour en savoir plus :

Le rapport de la Cour :

http://www.ccomptes.fr/Publications/Publications/Sciences-Po-une-forte-ambition-une-gestion-defaillante

Le communiqué de presse de la mairie (pdf):

http://www.saintgermainenlaye.fr/fileadmin/sgl-site/document/actualite/Espace_presse/CP_-_SGL_-_Confirmation_de_l_ouverture_Sciences_Po.pdf

Le « Journal » de Saint-Germain du 6 avril 2012 :

http://www.saintgermainenlaye.fr/no_cache/journal-en-ligne/

Election municipale partielle le 14 avril au Vésinet

urne.jpgUne élection municipale partielle aura lieu les dimanches 14 et 21 avril dans la commune du Vésinet.

Une profonde crise municipale au sein de la droite durait depuis plusieurs mois (on pourrait même parler en années) et l’élection de Philippe Bastard de Crisnay comme maire de la commune début 2012, remplaçant Robert Varèse (UMP), très contesté et qui avait démissionné de son poste, n’a rien solutionné.

Un tiers du conseil municipal (les oppositions de gauche et de droite) ayant démissionné ensemble en février, le conseil municipal a été dissous par le Préfet comme le prévoit la loi et des élections partielles sont donc organisées.

4 listes se présentent au suffrage des électeurs.

– « Ensemble pour Le Vésinet », conduite par le maire sortant Philippe Bastard de Crisnay soutenu par l’UMP.
– « Le Vésinet, une autre voie, la vôtre » « Participative, solidaire et citoyenne », menée par le conseiller municipal sortant PS André Michel.
– « Unis pour le devenir du Vésinet » emmené par Didier Jonemann, conseiller municipal sortant divers droite
– « Union pour le renouveau du Vésinet », conduite par Stanislas Chesnais (divers droite).

Rappel des résultats du 1er tour en mars 2008 :
Inscrits : 12 092
Votants : 7 135 (59,00 %)
Exprimés : 7 029 

Div. d. (Varese) 2 570 (36,56 %)
Majorité (Morel) 1 528 (21,73 %)
Div. d. (Jonemann) 1 341 (19,07 %)
Div. g. (Michel) 987 (14,04 %)
Div. d. (Bécue) 603 (8,57 %)

Rappel des résultats du 2e tour en mars 2008 :

Inscrits : 12 092
Votants : 7 086 (58,60 %)
Exprimés : 6 950

Div. d. (Varese) 3 868 (55,65 %) 26 sièges
Div. d. (Jonemann) 1 892 (27,22 %) 4 sièges
Div. g. (Michel) 1 190 (17,12 %) 3 sièges