Une élection cantonale partielle à Mantes la Jolie le 30 juin et le 7 juillet : le retour de Pierre Bédier?

Une élection cantonale partielle aura lieu les 30 juin et 7 juillet dans le canton de Mantes la Jolie (composé uniquement de la commune de Mantes la Jolie).

Cette élection partielle fait suite à une manoeuvre de l’UMP mantoise qui montre une fois de plus son mépris des électeurs. En effet, l’actuel conseiller général Michel Vialay, également maire de Mantes la Jolie, a démissionné mi-mai  de son mandat pour permettre à Pierre Bédier, l’ancien député-maire de Mantes et ancien président du conseil général des Yvelines, de se présenter à cette élection partielle.
Le maire de Mantes Michel Vialay a obtenu l’assurance des instances de l’UMP qu’il aura l’investiture de son parti pour l’élection municipale de 2014…

Rappelons que Pierre Bédier a été condamné en mai 2009 pour « corruption et recel d’abus de biens sociaux«  à 18 mois de prison avec sursis, trois ans de privation des droits civiques et 6 ans d’inégibilité, avec l’ancien député-maire UMP de Poissy et l’ancien premier adjoint UMP de Poissy (voir notre dossier « Procès Bédier« ). 

L’UMP soutient sans hésitation Pierre Bédier, qui a pourtant fait tant de mal pour la crédibilité de la droite yvelinoise, et tente de recycler un élu condamné pour corruption… Chacun jugera.

Nul doute en tout cas que si Pierre Bédier devait malheureusement être élu conseiller général, il briguera dans la foulée la présidence du département, actuellement détenu par Alain Schmitz. Pas sûr que tous les conseillers généraux de droite accueillent cette nouvelle avec enthousiasme…

En tout cas cette perspective ne peut qu’inquiéter les Yvelinois, qui suivront de près les résultats de cette cantonale partielle. Vous les retrouverez bien sûr sur notre blog, comme pour toutes les élections partielles dans notre département.

 

Outre Pierre Bédier, plusieurs candidats se sont d’ores et déjà déclarés. Le PS a investi Rama Sall, responsable nationale des Jeunes socialistes et suppléante de la députée PS de la 8e circonscription des Yvelines Françoise Descamps-Crosnier. Nous lui apportons tout notre soutien, nous connaissons son dynamisme et sa probité. Vous pouvez suivre sa campagne sur twitter (@sallrama) et sur son site www.ramasall2013.fr.


Plus de détails :

Tous nos articles sur le procès Bédier

Les résultats de l’élection cantonale partielle de 2009 après la condamnation de Pierre Bédier

Les résultats de toutes les élections partielles dans les Yvelines

Hommage à Nicole Frydman, élue saint-germanoise, à nos côtés depuis 1995

Nicole Frydman, conseillère municipale de Saint-Germain-en-Laye, membre du groupe Saint-Germain Solidaire, est décédée aujourd’hui.

 

Notre amie et membre de notre groupe au Conseil Municipal, Nicole Frydman, s’est éteinte aujourd’hui après une longue maladie.

Nicole Frydman, c’était une voix forte à Saint-Germain-en-Laye. Très jeune, à coté d’une activité professionnelle dans l’immobilier, Nicole s’est totalement investie dans la vie publique locale et régionale.

Conseillère municipale dans le groupe de gauche durant trois mandats successifs depuis 1995, Nicole a été aussi conseillère régionale Verts au coté de Jean-Paul Huchon de 1998 à 2004, présidente de la commission Développement durable, et très attachée à l’agriculture bio. Elle a toujours été membre des faucheurs d’OGM.

Nicole Frydman a toujours développé des convictions profondes en matière de développement durable, ou plutôt de développement « soutenable » comme elle aimait le dire. Au sein de la ville, tant à la commission urbanisme qu’à la commission d’appels d’offres, elle défendait avec force toutes les options possibles au service d’un environnement de qualité accessible à tous. Elle a accompagné pendant de longues années ses amis du parti Les Verts et avait rejoint ces dernières années le Parti de Gauche.

Nicole Frydman s’est aussi toujours engagée en faveur des gens du voyage, pour leur dignité et la nécessité d’améliorer leur condition d’accueil. Elle a aussi milité au sein de différentes associations de défense des femmes et de la prévention de la violence faite aux femmes.

 

Femme de caractère au sens noble du terme, esprit libre et indépendant, Nicole va profondément nous manquer dans notre groupe et sa disparition est aussi une perte pour Saint-Germain-en-Laye.

 

Nous présentons à Daniel, son époux présent dans tous ses combats, et à ses enfants, nos plus sincères condoléances et notre témoignage affectueux.

 

Les élus du groupe Saint-Germain Solidaire : Pascal Lévêque, Blandine Rhôné et Emmanuel Fruchard

Les anciens élus : Jean Laurent, Maryvonne Isaac, Nicolas Didon, Alain Binet

Future chaufferie au bois : « Green washing » à la saint-germanoise

Lorsque la question a été débattue en conseil municipal le 7 juin 2012, elle était loin d’être nouvelle. En travail de commission, pour classer les offres reçues pour cette délégation de service public, nous avions déjà attiré l’attention des élus sur la quantité de bois consommée par cette chaufferie – 10 000 tonnes mentionnées en commission – et la difficulté de prétendre trouver un approvisionnement local.

En effet, la future chaufferie, qui verra le jour en 2014 derrière le nouveau cimetière, consommera une quantité de bois-énergie supérieure à ce que produit la forêt de Saint-Germain. Bien entendu il ne s’agit pas d’utiliser des parties nobles pour les brûler dans la chaufferie : seule une petite partie du bois est utilisée pour cet usage. Dans ces conditions, même en incluant la forêt de Marly, il est clair que l’apport local, aussi souhaitable soit-il, ne peut être que marginal.

Malgré ces alertes exprimées en commission, la majorité municipale de Saint-Germain a présenté en conseil municipal un contrat dont l’article 16 prétend garantir « 4000 tonnes de bois ayant pour origine la forêt de Saint-Germain-en-Laye » et 5000 tonnes dans un rayon qui inclut également la forêt de Marly :

Ces prétentions étaient évidemment surprenantes, et un coup de fil s’imposait à l’ONF pour vérifier cette information. Nous n’étions pas au bout de nos surprises :

- La mairie de Saint-Germain n’avait pas contacté l’ONF pour analyser les offres des entreprises candidates !

– La société Dalkia, qui a été retenue pour cette délégation de service public, a approché l’ONF pour se procurer du bois-énergie à destination de la future chaufferie de Saint-Germain

– La quantité de bois destiné à la chaufferie susceptible de venir de la forêt de Saint-Germain serait voisine de 10% du besoin

La vidéo ci-dessous montre notre présentation prudente de ces informations lors du conseil municipal du 7 juin 2012, tant il nous paraissait invraisemblable que la mairie de Saint-Germain n’aie pas contacté l’ONF en parallèle de sa négociation avec Dalkia. C’est pourtant ce qui ressort clairement des échanges qui ont suivi notre intervention :

Le maire comme l’adjoint en charge du dossier ont simplement fait confiance au futur délégataire. Faire confiance, pourquoi pas, mais pas à une entreprise avec laquelle on négocie : chacun sait qu’une situation de négociation est peu propice à la plus grande sincérité.

Quelques mois plus tard, un sympathisant nous a fait parvenir une information intéressante. Lors de sa présentation annuelle du 16 décembre 2012, à laquelle assistait le maire de Saint-Germain, l’ONF a montré le transparent suivant :

1000 tonnes de bois par an, c’est bien en-dessous des 4000 tonnes contractuelles !

Contacté à ce sujet, le maire de Saint-Germain campe sur sa position : si Dalkia l’a promis, alors c’est vrai !

Appréciez la langue de bois ! Voilà une source d’approvisionnement local inépuisable…

Soyons clairs : l’offre de Dalkia était, lors de l’étude en commission, une des deux meilleures sinon la meilleure. Nous ne critiquons pas le choix de Dalkia. Nous critiquons l’affichage écologique de la mairie de Saint-Germain au-delà de ce qui est réaliste et l’absence de vérification des propositions du délégataire.

Cet épisode, pas dramatique mais peu glorieux pour la majorité municipale UMP, montre une fois de plus que les décideurs de Saint-Germain n’écoutent pas les alertes de leur opposition, même après des précédents prémonitoires comme la dette du Sidru ou le risque des bandes cyclables mal conçues, et privilégient dans leurs choix les critères financiers et fiscaux aux critères environnementaux. Une chaufferie au bois, cela coûte moins cher actuellement, et cela fait bien. Peu importe la réalité de son fonctionnement.

En l’occurrence il faut relativiser la vertu écologique de cet investissement, d’une part parce que le bois fera peut-être des centaines de kilomètres en camion pour être acheminé (le contrat ne prévoit aucune préférence pour un approvisionnement proche, en dehors des objectifs irréalistes énoncés ci-dessus), et d’autre part parce que le futur « écoquartier » de la Grande Ceinture, s’il avait été vraiment respectueux de l’environnement, aurait été conçu en habitat passif, qui produit autant d’énergie qu’il en consomme. A titre d’exemple, après un premier immeuble à Meudon, Bouygues construit actuellement des bureaux à énergie positive à Rueil-Malmaison : ce type de performance n’est plus du tout révolutionnaire. Plus un bâtiment est grand, plus son isolation est facile et plus réduit est le surcoût de la performance énergétique.

Quant à la chaufferie, nous veillerons au moins à ce que la ville fasse jouer la clause de pénalité de l’article 77 du contrat et perçoive effectivement les 45 000 € par an pour manquement à l’approvisionnement local défini à l’article 16… Nous avions également recommandé que cette formulation des pénalités soit revue pour inciter le délégataire à utiliser autant que possible du bois-énergie local.

Une pénalité progressive serait préférable au tout ou rien du contrat présenté en conseil. Si seulement le quart de l’objectif de 4000 tonnes est atteint, alors le délégataire paierait une pénalité qui serait moindre que si le bois avait en totalité une origine lointaine.

Pour en savoir plus :

Notre article de juillet 2012

Exemple de bâtiment à énergie positive à Rueil
< /p>

Un an après, le bilan des 60 engagements pour la France de François Hollande

Il est de bon ton dans les médias de critiquer la première année du mandat de François Hollande, sans forcément regarder dans le détail des réalisations et des engagements de la campagne présidentielle.

Pourtant, beaucoup de choses ont déjà été faites en un an et beaucoup d’autres ont été initiées.

Nous vous invitons à découvrir, point par point, où en sont les 60 engagements pour la France de François Hollande en consultant le site « Un an de changement« .

Vous pouvez également télécharger l’avancée de chacun des 60 engagements pour la France au format pdf.

Emmanuel Fruchard, le pourfendeur des emprunts toxiques

Le Courrier des Yvelines du 27 mars a consacré un long article à notre ami Emmanuel Fruchard, conseiller municipal PS de Saint-Germain, et son combat contre les emprunts toxiques.

Téléchargez l’article au format pdf (1Mo) ou cliquez sur l’image

EFCYempruntsotoxiques.jpgEmmanuel Fruchard a été un des tout premiers en France, dès 2007, à dénoncer et expliquer le système des emprunts toxiques. Il a révélé les graves emprunts toxiques du Sidru, dont nous vous parlons très régulièrement sur ce blog tant ils sont dangereux pour les finances de nos collectivités.

Emmanuel Fruchard aide aussi de nombreux élus à décrypter ces prêts souvent très complexes. Il anime dans toute la France des formations pour élus, donne des conférences dans l’enseignement supérieur et intervient dans des réunions publiques (dernièrement à Châtenay-Malabry).

livreemprunttoxiqueIl a publié il y a quelques mois le premier livre sur les emprunts toxiques, intitulé Après les emprunts toxiques : comprendre les contrats de prêts aux collectivités locales (Editions Territorial).

Ce combat ne plait pas à tout le monde. Le maire de Saint-Germain par exemple, également président du Sidru, plutôt que de faire appel aux compétences financières et bancaires d’Emmanuel Fruchard, considère que celui-ci « nuit » au Sidru. Il n’a cessé de tenter de le discréditer ces dernières années, lui attribuant même sur son blog un « bonnet d’âne » pour son action sur ce dossier ! 

Soyez assurés de notre détermination et celle d’Emmanuel à continuer à lutter contre les emprunts toxiques, autour de Saint-Germain comme ailleurs.

Pour en savoir plus sur les emprunts toxiques, vous pouvez consulter notre site dédié à ce sujet http://www.emprunttoxique.info/

Vous pouvez également suivre en temps réel l’évolution des taux d’intérêt et du coût d’annulation de plus d’une quarantaine d’emprunts toxiques, dont ceux du SIDRU qui affectent Saint-Germain, sur nos pages sur les emprunts indexés sur un cours de change et les emprunts indexés sur deux cours de change. Ce site national, que nous animons, est ouvert aux dettes de toutes les collectivités, indépendamment de l’orientation politique de leur majorité.

Vous pouvez également suivre le compte twitter https://twitter.com/Emprunttoxique qui assure une veille permanente sur les emprunts toxiques. Ce compte est suivi par plus de 1000 abonnés, du monde politique, financier et des médias, là aussi de tous bords politiques.

Avec tous ces outils, le PS de Saint-Germain est en pointe pour apporter aux élus, au public et aux médias une aide méthodologique et plus de transparence sur un dossier qui reste encore lourd de menaces pour les finances locales.

A lire également sur notre blog :
Toutes les vidéos sur le Sidru : http://www.dailymotion.com/playlist/x1hs6v_efr78_sidru-et-emprunts-toxiques/1

Conseil municipal de Saint-Germain du 11 avril : débat sur le Contrat de Développement Territorial de la Confluence Seine – Oise

h__tel_ville_entr__e_int__rieure-_r__duit.jpgLors du conseil municipal de Saint-Germain-en-Laye du 11 avril dernier, une délibération a été ajoutée au dernier moment à l’ordre du jour par le maire et reçue seulement deux jours avant le conseil par les élus d’opposition. Une pratique peu démocratique alors que la délibération concernait un point important pour l’avenir de notre ville puisqu’il s’agissait pour le conseil de décider de prendre position sur le contrat de développement territorial Seine et Oise, c’est à dire la vision à 20 ans de notre zone géographique.

Les élus PS ont déploré que le maire travaille seul sur ce dossier, sans associer le conseil muniicipal et l’ensemble des élus. Ils ont souligné de nombreux paradoxes et incohérences dans le projet. Nous vous invitons à les découvrir en visionnant les débats (16mn) filmés par notre équipe.

Interviennent successivement Pascal Lévêque, élu PS et président du groupe Saint-Germain Solidaire, Emmanuel Lamy maire UMP de Saint-Germain, et enfin Emmanuel Fruchard, conseiller municipal PS, membre du groupe Saint-Germain Solidaire.


Conseil municipal : Contrat de Développement… par efr78