A Saint-Germain-en-Laye : Dîner Royal…… mais aussi prix Royal !

Les membres des Conseils de Quartiers de Saint-Germain-en-Laye viennent de recevoir une invitation….. payante pour participer le jeudi 5 septembre à 20 heures au Manège Royal à un « Dîner Royal » organisé par l’Office de Tourisme de Saint-Germain-en-Laye.

Pour la modique somme de 100 € (sic !) pour un couple il est proposé de « festoyer comme à la cour ». Certes pour ce prix là, on vous promet des « poissons de rivières en terrine, en pâté ou en bisque » ou encore des « figues à déguster sans fourchette ».

Enfin on y ajoute la présence d’Emmanuel Lamy, Maire de Saint-Germain-en-Laye. On ne sait pas encore s’il tiendra le rôle de Louis XIV…

Autant nous avons applaudi l’Exposition « Les Nouvelles Folies Françaises » présentes jusqu’au 14 octobre dans les Jardins du Domaine national de Saint-Germain-en-Laye, autant nous restons dubitatifs sur cet événement et surtout le prix pratiqué en cette période de rentrée scolaire.

Quitte à dépenser 100 € pour un couple de Saint-Germain nous conseillons fortement à la place d’assister à 5 spectacles de l’Estival du 27 Septembre au 12 Octobre prochain.

En effet avec cette même somme on peut assister à :

– Le vendredi 27 septembre à un concert gratuit au théâtre Alexandre Dumas à 20h30 avec Evelyne Gallet et la Jeanne

– Le samedi 28 septembre à 14h30 à la salle Jacques Tati, découverte d’artistes avec Nesles, Gasandji, Verdée, K et Gérard Kurdian, (entrée 5 € soit 10 € pour un couple)

– Le samedi 5 octobre à 14h30 à la salle Jacques Tati les découvertes de l’Estival avec 6 jeunes artistes (entrée 5 € soit 10 € pour un couple)

– Le dimanche 6 octobre à 14h30 à la salle Jacques Tati les découvertes internationales francophones de l’Estival avec 6 autres jeunes artistes (entrée 5 € soit 10 € pour un couple)

 – Et enfin, 1 spectacle au choix à 35 € la place soit 70 € pour un couple :

 – Stéphan Eicher, le 4 octobre théâtre Alexandre Dumas à 20h30 ou

– Clarika, le 5 octobre théâtre Alexandre Dumas à 20h30 ou

– Les BB Brunes, le 11 octobre théâtre Alexandre Dumas à 20h30 ou encore

– Le Quatuor, le 12 octobre théâtre Alexandre Dumas à 20h30 

Le programme détaillé de l’Estival 2013 se trouve sur le site www.lestival.net

Quand la nourriture « musicale » peut aisément remplacer la nourriture terrestre…

Communauté de communes Saint-Germain Seine et forêt : premières déconvenues pour le maire de Saint-Germain-en-Laye !

Comme nous l’écrivions dans l’article précédent, la communauté de communes de Saint-Germain Seine et forêt se met en place progressivement mais à tous petits pas. Ce regroupement de 10 communes dont la ville centre est Saint-Germain-en-Laye, sous-préfecture, amène bien des déceptions au maire Emmanuel Lamy.

En effet, première déception : les vices-présidences de cette future intercommunalité, actuellement constituée exclusivement de villes politiquement gérées par la droite et très majoritairement UMP. Lors d’un conseil municipal restreint de Saint-Germain (c’est-à-dire l’ensemble des commissions sans séance publique) il y a trois mois pour faire le point sur l’intercommunalité, Emmanuel Lamy s’est gaussé de tous ces intercommunalités en France qui ont confié systématiquement à chaque maire faisant partie du regroupement une vice-présidence ! Il a particulièrement ciblé la communauté des Deux Rives de Seine (Andrésy, Chanteloup, Triel, Vernouillet, Verneuil…) avec ses 9 vices-présidences. Cette gouvernance est « ridicule » dixit le maire, elle dilue forcément les zones de responsabilité et de travail et divise inutilement les responsabilités et provoquent les incohérences. « Un bureau ramassé au service de tous serait bien plus efficace » a-t-il ajouté.

Or le Courrier des Yvelines dans son édition du 3 juillet dernier et sa double page intitulée « Comment Emmanuel Lamy a perdu la présidence de l’intercommunalité » nous emmène dans les coulisses de notre intercommunalité naissante. Et l’on apprend que chacune des villes aura une vice-présidence, donc un président et 9 vices présidences, à l’inverse du schéma recommandé par E.Lamy ! Premier chapeau à avaler pour notre maire ! On pourrait aussi sourire quand le maire déclare à la gauche en plein conseil qu’il est contre l’armée mexicaine ! Avec un général et 9 colonels il n’a pas de leçon à donner !!

 

Toutefois l’article du Courrier des Yvelines va plus loin en évoquant la future présidence de l’intercommunalité en janvier 2014 : « …pour nombre de Saint-Germanois, la présidence de l’intercommunalité devrait revenir au représentant de la plus grande ville » mais une très forte majorité des élus de « Seine et Forêt » auraient mis un veto catégorique à voir l’actuel maire de Saint-Germain-en-Laye présider l’intercommunalité. Le Courrier des Yvelines indique même que la présidence devrait revenir à Marcelle Gorguès, maire de Port Marly. Dure réalité pour Emmanuel Lamy, avec encore un coup de griffe du journaliste du Courrier des Yvelines qui précise que « les représentants des neuf autres communes auraient pu tomber d’accord sur le nom d’un élu de la ville royale… à condition que ce ne soit pas celui de son maire« !

Après avoir tout fait pour obtenir une intercommunalité de 200.000 habitants avec Poissy, Achères et Conflans, perspective combattue par ces communes, le maire de Saint-Germain n’arrive même pas à être élu président par les élus de 10 communes de droite

 

Cette seconde désillusion est encore plus cruelle pour Emmanuel Lamy et montre le sceptiscisme des élus de notre région envers sa personnalité. Il faut rappeler que sa propre famille politique (UMP) l’a très peu soutenu en dehors de Saint-Germain. Dès 2002, il n’avait pas obtenu l’investiture aux législatives face à Pierre Morange, le deuxième tour avait d’ailleurs vu s’affronter celui-ci et notre candidat PS Jean Laurent. Ni en 2004 et ni en 2011, Emmanuel Lamy n’a figuré sur la liste des Sénatoriales des Yvelines. Il en est de même pour les Régionales de 2004 et 2010 où il a même refusé la place proposée par Valérie Pécresse car celle-ci était non-éligible!

Décidément il semble bien difficile à notre premier magistrat de briller hors la ville du roi soleil !

 

A lire également sur notre blog :

La communauté de communes « Saint-Germain Seine et forêt » : premières étapes sans enthousiasme

« Comment Emmanuel Lamy a perdu la présidence de l’intercommunalité » (Courrier des Yvelines, 3/07/2013, pdf)

Tous nos articles sur l’intercommunalité

La communauté de communes « Saint-Germain Seine et Forêt » : premières étapes sans enthousiasme

La communauté de communes « Saint-Germain Seine et Forêt », intercommunalité regroupant Aigremont, Chambourcy, L’Etang-la-Ville, Fourqueux, Le Pecq, Le Port-Marly, Louveciennes, Mareil-Marly, Marly-le-Roi et Saint-Germain-en-Laye soit 104.981 habitants, se met progressivement en place pour un objectif au 1er janvier 2014 mais toutefois à vitesse modérée et sans grand enthousiasme.

Une étape a été franchie en juin et juillet auprès des 10 conseils municipaux pour approuver les premières orientations et la Gouvernance à venir. Les conseillers municipaux de gauche ont voté les orientations avec toutefois une réserve forte.

Les futures compétences développées seront :

– L’aménagement de l’espace visant à assurer la cohérence de ce territoire et son développement avec notamment l’élaboration d’un plan intercommunal de déplacement

– Le développement économique et touristique avec création de pôles économiques d’excellence et des actions de promotion visant à renforcer l’attractivité touristique

– La protection et la mise en valeur de l’environnement

–  La construction, l’entretien et le fonctionnement d’équipements culturels et sportifs d’intérêt communautaire.

 

Selon notre analyse, il manque pour être cohérent avec ces priorités la compétence « logement ». En effet, les prix moyens des logements dans notre intercommunalité se situent dans une fourchette de 3.500 € le m² pour un appartement à Chambourcy à 5.500 € le m² pour une maison à Saint-Germain-en-Laye. Les prix élevés des logements rendent ainsi les parcours résidentiels difficiles notamment pour les jeunes, les jeunes ménages, les ménages moyens et modestes, les familles monoparentales et les personnes âgées. Enfin, si la mixité sociale est présente, elle est diversifiée selon les villes, le taux moyen de logements sociaux variant de 2,82% à 37% selon les villes. Tout ceci militait pour que la communauté de communes soit un niveau géographique pertinent pour la politique du logement.

 

Concernant la gouvernance de l’intercommunalité, les élus de gauche de Saint-Germain-en-Laye ont voté contre la proposition, comme d’ailleurs tous les élus de gauche de toutes les villes de l’intercommunalité. Sous prétexte d’une prétendue efficacité, le nombre de conseillers communautaires a été fixé « arbitrairement bas » à 40 conseillers communautaires. Pour apprécier cette proposition, il faut prendre ici plusieurs éléments de comparaison.

La loi autorise une communauté de communes dans la tranche de plus de 100.000 habitants à 52 sièges maximum. Une ville de 104.000 habitants en France a par exemple un conseil municipal composé de 55 élus. Enfin rappelons que la ville de Saint-Germain-en-Laye avec à l’époque 39.000 habitants a élu en 2008 un conseil municipal de 39 membres. Bref, la nouvelle intercommunalité à 100.000 habitants a quasiment la même représentation en nombre que la seule ville de Saint-Germain-en-Laye !

Mais au-delà des 40 conseillers communautaires décidés, ce choix entraînera une représentation extrêmement faible des minorités municipales, quelles qu’elles soient. D’ailleurs, dans la délibération que nous n’avons pas votée, 7 villes sur 10 ne seront représentées que par des conseillers majoritaires. Sur les futurs 40 conseillers communautaires, on peut estimer que 37 seront majoritaires et seulement 3 représenteront les minorités municipales. C’est un véritable étouffoir à la Démocratie. La politique de la Droite c’est « restons entre nous » ! Rappelons que le législateur a toujours voulu introduire une part de proportionnelle pour faciliter l’accès aux minorités municipales. (Par exemple, à Saint-Germain-en-Laye, sur 39 conseillers, il y a 30 élus de la majorité et 9 de la minorité).

Nous soutenons une autre proposition de 46 ou 48 conseillers intercommunaux qui élargirait les représentations proportionnelles. Cet aspect est bien dommage pour un nouvel organe délibérant qui aura à faire ses preuves face à nos concitoyens dès mars 2014.

Pascal Lévêque

Conseiller municipal PS de Saint-Germain-en-Laye

Débat tendu sur la Tangentielle ouest au conseil municipal de Saint-Germain-en-Laye

Le conseil municipal de Saint-Germain-en-Laye du 12 juillet dernier fut particulièrement tendu sur plusieurs délibérations. Le maire Emmanuel Lamy s’en est pris plusieurs fois nommément aux élus socialistes.

Ainsi lors du débat sur la phase 1 de la Tangentielle ouest, Emmanuel Lamy a plusieurs fois coupé la parole à Emmanuel Fruchard, conseiller municipal PS, dont l’exposé était pourtant factuel, argumenté et parfaitement pacifique, et tenté de l’empêcher d’achever son propos.

Sans doute agacé des questions dérangeantes et des critiques d’Emmanuel Fruchard, le maire a fait preuve d’une agressivité hélas de plus en plus fréquente envers la gauche. Nous regrettons cette attitude peu respectueuse de l’opposition.

Notre équipe a filmé ces échanges. Nous vous invitons à les visionner afin de vous faire votre propre opinion.

 

Vous pouvez retrouver notre position sur la Tangentielle ouest, que nous avons déposée dans les registres d’enquête publique.

De nombreuses associations saint-germanoises,  peu susceptibles de proximité avec la gauche, (Ensemble pour l’Environnement à Saint-Germain, VRIT, Mieux vivre à Saint-Germain sud, …) partagent plusieurs de nos doutes et interrogations, en particulier sur la liaison Saint-Germain Grande Ceinture – Saint-Germain RER, n’en déplaise au maire de Saint-Germain…

Il n’y a plus qu’une seule opposition au conseil municipal de Saint-Germain-en-Laye

Nous le pressentions depuis plusieurs mois, il est désormais évident qu’il n’y a plus qu’une seule opposition au conseil municipal de Saint-Germain-en-Laye.

Le groupe dirigé par Arnaud Péricard (UMP dissident) vote désormais systématiquement avec la majorité municipale, y compris sur le budget, et prend de moins en moins la parole. Jadis très agressif envers Arnaud Péricard, le maire est beaucoup plus conciliant dans ses réponses et reporte toute son agressivité sur la gauche.

Ceci expliquant sans doute cela, les tribunes libres de ce groupe paraissant dans le Journal de Saint-Germain sont désormais très peu critiques envers la majorité et l’avant-dernière tribune a même été entièrement consacrée à une critique de la politique nationale, contrairement aux usages qui veut que l’on n’aborde que les thèmes locaux.

Mais voilà, la presse locale s’est fait l’écho de ce qui est un secret de polichinelle dans Saint-Germain depuis plusieurs mois : le rapprochement entre Emmanuel Lamy et Arnaud Péricard. L’hebdomadaire  Toutes les nouvelles de Versailles rapportait ainsi début juin que Valérie Pécresse, présidente de l’UMP dans les Yvelines, « aurait bien aimé confier [le] défi [de conquérir Achères] à Arnaud Péricard mais ce dernier souhaite rester concentré sur Saint-Germain-en-Laye en essayant de former le meilleur attelage possible avec le maire en place, Emmanuel Lamy« .

L’avenir dira quelle place est prêt à faire Emmanuel Lamy à son cadet mais une chose est sûre : il n’y a désormais plus qu’une seule opposition au conseil municipal de Saint-Germain-en-Laye, et c’est la gauche!

Notre dernière tribune libre dans le Journal de Saint-Germain avant les élections

Voici la dernière tribune libre de notre groupe Saint-Germain Solidaire avant les élections municipales en 2014, parue dans le Journal de Saint-Germain du 5 juillet 2013.


Un mandat s’achève : notre action à vos côtés

 

Pour cause de campagne électorale des municipales de 2014, cette tribune est la dernière pour ce mandat.

Nous remercions tout d’abord nos lecteurs, en particulier ceux qui nous ont donné leur point de vue, une idée d’action, un thème d’insatisfaction, voire de révolte sur la manière dont notre ville est gérée.

Bien que minoritaires, plusieurs idées que nous défendons ont été adoptées. La mixité sociale progresse, même si les différences sociales restent importantes entre quartiers ; les étudiants et adultes ont un accès plus facile à la bibliothèque, qui est moins longtemps fermée pendant l’été ; les bandes cyclables les plus dangereuses ont été remplacées par des pistes plus sûres ; la dette de notre plus gros syndicat intercommunal, le SIDRU, n’est pas sécurisée, mais au moins l’exécutif a pris la mesure de ce grave risque financier ; la cantine est ouverte à tous ; au plus fort de la crise, nous avons obtenu des crédits supplémentaires pour le CCAS.

La majorité sortante s’enferme dans son refus de faire évoluer notre ville. C’est ainsi qu’une baisse dogmatique de 30% du budget des bus entraine une insatisfaction persistante des habitants. Les prix des services sont parmi les plus élevés du département et notre demande de modulation par le quotient familial au lieu du nombre d’enfants s’est heurtée à un refus.

La question de la démocratie locale reste un fort sujet d’insatisfaction : en conseil municipal, nous n’avons pas droit à une reprise de parole et on nous interdit de montrer une illustration, alors que la majorité de s’en prive pas. Ces règles, choix du maire, coupent tout débat. Nous parlons, il répond, on vote. Rien de plus, c’est dommage.

Une autre vie politique locale est possible : plus solidaire et ouverte au débat pluraliste…

Résultat du 2e tour de la cantonale partielle de Mantes-la-Jolie : Pierre Bédier élu

Ce dimanche avait lieu le second tour de l’élection cantonale partielle de Mantes-la-Jolie, occasionnée par l’opportune démission de Michel Vialay afin de permettre le retour de Pierre Bédier à la vie politique après plusieurs années d’inégibilité pour cause de condamnation pour corruption.

Sans surprise à l’issue du premier tour dans ce canton bien ancré à droite et sur fond d’abstention massive (72,5%), Pierre Bédier obtient 60,23% des voix et la candidate socialiste Rama Sall 39,77% et devient donc conseiller général des Yvelines.

La petite manoeuvre du clan Bédier (la suppléante de Michel Vialay, qui a aussi démissionné, n’était autre que l’épouse de Pierre Bédier…) a donc fonctionné et on ne peut que regretter la passivité des électeurs qui, en s’abstenant, ont d’une certaine façon cautionné le retour d’un homme condamné pour corruption et plus généralement d’un système de gestion locale plus que douteux.

Il faudra suivre les conséquences de cette élection pour la vie politique à l’échelle des Yvelines car il est plus que probable que Pierre Bédier vise désormais la présidence du conseil général.

 

A lire également sur notre blog :

Les résultats du premier tour

Une élection cantonale partielle à Mantes la Jolie les 30 juin et 7 juillet : le retour de Pierre Bédier? (05/2013)

Tous nos articles sur le procès Bédier

Les résultats de l’élection cantonale partielle de 2009 après la condamnation de Pierre Bédier

Exposition Les Nouvelles Folies Françaises à Saint-Germain-en-Laye

Pascal Lévêque, conseiller municipal PS de Saint-Germain-en-Laye et Pierre Camasses, secrétaire de la section du Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye, Fourqueux et Mareil-Marly ont assisté à l’inauguration de la magnifique exposition «  Les Nouvelles Folies Françaises » dans le parc du Château de Saint-Germain et dans le musée d’Archéologie nationale.

Dans le cadre de l’année Le Nôtre (1613-2013), qui inventa l’une de ses réalisations les plus magistrales avec la Grande Terrasse, Hilaire Multon, le Directeur du musée d’Archéologie nationale et du Domaine nationale de Saint-Germain-en-Laye, a confié à Patrick Amine la mission de réaliser une exposition avec des artistes contemporains pour rendre hommage à Le Nôtre. Ce sont ainsi 26 grands artistiques qui proposent des créations toutes plus originales les unes des autres. Yu Sung II, Jan Van Oost, Jan Fabre, Lee Bae ou encore Bob Vershueren peuplent les jardins et le musée d’œuvres originales et surprenantes. Nous vous conseillons fortement de visiter cette exposition du 26 Juin au 14 octobre et de vous laisser entrainer dans ces Nouvelles Folies Françaises. En attendant votre visite, nous avons le plaisir de vous en montrer un avant goût.