Conseil municipal de Saint-Germain-en-Laye : prime au dysfonctionnement, cadeau catégoriel et promotion coûteuse de l’alcool

Au conseil municipal de Saint-Germain-en-Laye du 26 septembre 2013, les élus PS ont posé des questions sur trois dépenses communales. Dans les trois cas, notre analyse approfondie nous amène à jeter un regard critique sur ces dépenses. Ces dépenses sont infondées ou à l’opposé de la politique générale de facturation des services municipaux aux usagers : nous verrons dans ce florilège une grosse prime à un fonctionnaire pourtant sévèrement critiqué, un cadeau à un petit groupe de familles et enfin la promotion à grands frais d’une boisson alcoolisée.

Prime de 8574 € pour un trésorier critiqué

Le service rendu par la Trésorerie de Saint-Germain est jugé de manière critique par la ville, élus de tous bords confondus. Le procès-verbal du conseil municipal du 27 septembre 2012 rapporte les propos suivants du maire en lien avec un abandon de créances de 37 895 € :

La disparition des débiteurs était également évoquée au conseil du 26 septembre 2013 : la ville a reconnu dans ses comptes que 31 663 € supplémentaires ne seraient pas recouvrés. Il s’agit pour 4000 € environ de créances de particuliers (cantine, garderie, stationnement) ; tout le reste, soit 87% du total, n’a pas été payé par des entreprises. Pour l’essentiel il s’agit d’entreprises qui ont été liquidées. Pourtant l’État, lors de la liquidation d’une entreprise, est prioritaire sur tous les autres créanciers.

Cette prime versée par la ville s’ajoute à celle versée par le SIDRU, de 2150 € environ. Au total, ce fonctionnaire reçoit environ 10 700 € de prime annuelle pour un résultat de ses services décevant.

A cette analyse s’ajoute nos réserves de longue date sur le principe d’une prime aussi élevée, même si elle est légale. En effet, le trésorier public est un agent de l’État, pas de la ville, dont la mission principale est le contrôle des recettes et des dépenses des collectivités. Il doit être réellement indépendant du maire pour bien exercer cette mission. Une prime conséquente est de nature à influencer la rigueur du contrôle exercé sur les finances de la ville. Précisons que cette remarque est valable pour toutes les collectivités et indépendamment de toute question de personne.

Par ailleurs, au moment de la découverte des emprunts toxiques du SIDRU, nous avions critiqué et voté contre le paiement de la prime au trésorier d’alors, qui n’avait pas identifié le risque de cette gestion de dette, alors que sa fonction inclut un devoir d’alerte, même non-sollicité par l’exécutif de la collectivité.

Les impayés de cette année sont plus réduits en ce qui concerne les particuliers mais restent insatisfaisants :

Clairement, cette activité vinicole n’a pas de sens en tant que mode de production de vin. La production est anecdotique et constitue simplement l’accompagnement d’une politique événementielle qui touche à notre avis à un domaine sensible, la consommation d’alcool, ce dont il faut prendre conscience. Le patrimoine culturel et historique de notre ville offre bien d’autres occasions pour organiser des événements festifs. Celui-ci, pour le bien de nos enfants comme de nos finances, doit être reconsidéré dans son existence même.

 

Trois dépenses contestables, trois économies possibles. Eviter des dépenses inutiles, voire nuisible pour la dernière, ce n’est pas une fin en soi, mais c’est la condition pour baisser certains tarifs municipaux trop élevés tout en fixant à un niveau modéré les taxes locales.

 

A lire également sur notre blog :

Tous nos articles sur les séances du conseil municipal

La « Une » rétrograde du dernier Journal de Saint-Germain-en-Laye

Le vendredi 18 octobre, le Journal de Saint-Germain-en-Laye paraissait avec en Une, une photo de classe avec le titre « Retour au Pensionnat ». Ce titre faisait allusion à un article en page intérieure où nous apprenions qu’un des membres enseignant dans cette émission de M6 était professeur dans un établissement de Saint-Germain-en-Laye. Dont acte. On peut toutefois s’interroger si cette information méritait la Une du journal municipal ?

Tous les rédacteurs en chef vous le diront, le choix d’une « Une » est tout sauf neutre ! Passons sur l’émission de M6 qui s’inscrit dans les habituelles émissions de télé-réalité où cette fois-ci on reconstitue les années 1950, l’internat et le Certificat d’études. N’oublions jamais que le but reste de faire de l’Audimat. Caricatures à la fois des adolescents présentés comme indolents et avachis et caricatures des équipes pédagogiques à la limite du harcèlement moral ! Bref, arrêtons le jugement sur l’émission de télévision elle-même, car on a au moins une liberté de choix, celle de tout à chacun de ne pas regarder la télévision ou de choisir un autre programme.

Alors pourquoi en faire la « Une » du Journal de Saint-Germain-en-Laye (cette fois-ci imposée à tous) ? Que véhicule cette « « Une » et cette image ? Une sempiternelle rengaine, rabâchée à longueur de temps : « c’était mieux avant » ! Constamment, notre société française cherche à trouver des repères uniquement dans le passé. Pourquoi ? Volonté de se rassurer, peur et manque d’imagination ? On surfe continuellement sur la nostalgie, les souvenirs (qui d’ailleurs embellissent tout). Les aspects éducatifs et l’image d’internat sont survalorisés. Mais notre société française, ce n’est pas cela ! C’est l’ouverture aux autres. Le programme aurait été beaucoup plus intéressant et le Journal de Saint-Germain-en-Laye aurait pu en faire l’écho en faisant débattre sur les méthodes éducatives des années 1950 et les méthodes éducatives d’aujourd’hui.

Regardons aussi la photo de la classe présentée : des jeunes hommes et jeunes filles « bien proprets et présentables ». Où est la diversité de notre société ? Allez vous promener à la sortie du Lycée Jean-Baptiste Poquelin ou à la sortie du Collège des Hauts Grillets, là est la vraie vie et là vous pourrez constater la diversité présente aussi dans notre ville.

Enfin, montrant que le choix de cette « Une » et de l’article cachent aussi un discours politique, le Journal interroge l’enseignant du pensionnat avec la question suivante : « A l’heure de la réforme des rythmes scolaires, vous qui, élève dans ces mêmes années 1950, avez vécu la scolarité sur un rythme différent, diriez-vous que c’était mieux hier, aujourd’hui ou que ce sera mieux demain ? ». Si cela, ce n’est pas un positionnement politique ! Fort heureusement, l’enseignant refuse d’y répondre et ne veut pas intervenir sur ce sujet. La Ville de Saint-Germain-en-Laye ne fait pas partie des villes qui ont mis en place la réforme des rythmes scolaires en septembre 2013, mais se positionne toujours en opposant, reprenant les thèmes de l’UMP : encore une fois, posture politique, dans un Journal qui ce veut celui de TOUS les Saint-Germanois…

Qu’une émission de télévision ait fait son choix de télé-réalité sur ce thème, c’est sa stratégie, on apprécie ou non.

Que le Journal de Saint-Germain-en-Laye en fasse sa « Une » et véhicule des idées passéistes et rétrogrades : Non ! L’éducation, la réussite de nos jeunes, l’accompagnement, les améliorations de notre système éducatif, le travail collaboratif familles/enseignants, l’ouverture sur le futur et sur les autres, méritent mieux que cette nostalgie à bon marché.

Pascal Lévêque

Conseiller Municipal

Municipales 2014 : les Socialistes saint-germanois investissent Pascal Lévêque

Jeudi dernier, les Socialistes de Saint-Germain-en-Laye ont élu Pascal Lévêque Premier des Socialistes avec pour mission de constituer une liste aux élections municipales des 23 et 30 mars 2014, rassemblant toutes les sensibilités de gauche pour une autre politique à Saint-Germain-en-Laye. Cette liste s’intitulera « Saint-Germain Autrement » avec pour slogan « la gauche au service de tous, osons… autrement ».

Déjà tête de liste en 2008, les Socialistes saint-germanois ont renouvelé toute leur confiance à Pascal Lévêque pour porter les idées de la gauche dans notre commune.

Notre rassemblement a pour objectif de favoriser une ville de Saint-Germain-en-Laye constituée d’habitants solidaires et divers dans leur origine sociale et culturelle, qui puise sa force et ses atouts dans la complémentarité de ses membres et leur coopération pour faire face aux défis de l’avenir.

Avant tout, une ville de Saint-Germain-en-Laye avec des habitants acteurs et partie prenante dans des choix les concernant.

Un premier projet avec 230 propositions détaillées résultant d’un travail collaboratif de mars à septembre 2013 a été réalisé. Ce travail a réuni des centaines de Saint-Germanois autour de 12 ateliers thématiques ainsi que des rencontres d’habitants de tous âges et tous quartiers, d’animateurs d’associations, de commerçants, de responsables économiques qui tous témoignent d’une envie d’une ville de Saint-Germain-en-Laye ouverte, forte, dynamique et accueillante.

Nous reviendrons prochainement sur le bilan des élus de gauche au conseil municipal de Saint-Germain-en-Laye sous la précédente mandature, où de nombreux dossiers ont été révélés.

Pascal Lévêque en quelques mots :

55 ans, Directeur général d’un Institut de formation en Assurances. Conseiller municipal P.S. de Saint-Germain-en-Laye depuis 2008. Président du groupe de Gauche Saint-Germain Solidaire au conseil municipal. Ancien maire-adjoint à la Culture puis aux Finances de Triel sur Seine. Président d’Honneur d’une association locale de Défense des Droits de l’Homme. Vice-président de l’UDESRY, (Union Départementale des Elus Socialistes et Républicains des Yvelines). Administrateur du Centre Communal d’action sociale de Saint-Germain.

Né à Poissy, réside à Saint-Germain dans le quartier du Collège Marcel Roby.

Elections en 2014 : inscrivez vous sur les listes électorales de votre commune !

Les élections municipales se dérouleront les dimanches 23 et 30 mars 2014. Les élections européennes auront lieu le dimanche 25 mai. Pour pouvoir voter, il faut impérativement être inscrit sur les listes électorales avant le vendredi 31 décembre 2013.

Si vous n’êtes pas déjà inscrit, il suffit de se présenter à la mairie de votre domicile muni d’une carte d’identité ou d’un passeport en cours de validité et d’un justificatif de domicile de moins de trois mois (quittance de loyer, bail, facture EDF ou de téléphone fixe…).

Les cas particuliers :

Si vous allez atteindre l’âge de 18 ans avant le 1er mars 2014, votre inscription est automatique à condition que vous résidiez dans la commune où vous avez été recensé en vue de votre participation (obligatoire) à la Journée Défense et Citoyenneté (JDC). Si ce n’est pas votre cas, vous devez faire la démarche de vous inscrire avant le 31 décembre.

Si vous avez déménagé, vous devez vous faire inscrire à la mairie de votre nouveau domicile, y compris si c’est dans la même commune car vous avez peut-être changé de bureau de vote. La mairie se chargera de faire procéder à votre radiation de la liste électorale de la commune dans laquelle vous étiez inscrit auparavant.

Si vous avez acquis la nationalité française récemment, vous devez faire la démarche de vous inscrire également, en présentant votre nouvelle carte nationale d’identité, ou un certificat de nationalité ou votre décret de naturalisation et un justificatif d’adresse.

Rappelons également que les ressortissants de l’Union européenne peuvent voter aux élections municipales et européennes, à condition de s’inscrire sur la liste électorale complémentaire.

Elections municipales : les ressortissants des Etats membres de l’Union européenne peuvent voter

Les citoyens des 27 Etats de l’Union européenne résidant en France peuvent exercer leur droit de vote et d’éligibilité aux élections municipales et aux élections au Parlement européen. Attention, l’inscription n’est pas automatique, il faut s’inscrire à la mairie de son domicile avant le 31 décembre 2013.

Pour voter, les ressortissants de l’Union européenne doivent s’inscrire sur les listes complémentaires. Il faut distinguer la liste complémentaire pour les élections des représentants Français au Parlement européen et la liste complémentaire pour les élections municipales. L’inscription sur l’une n’entraîne pas l’inscription sur l’autre.

Conditions à remplir pour être électeur :

1 – Avoir la nationalité d’un des Etats de l’Union européenne :

La preuve de l’identité, ainsi que celle de la nationalité, est apportée par la production d’un document d’identité en cours de validité. A ce titre, la carte de séjour peut être produite.

2 – Avoir 18 ans :

Cette condition s’apprécie à la date de clôture de révision des listes électorales complémentaires, c’est à dire au dernier jour de février. Si la demande d’inscription n’est prise en compte à la mairie que jusqu’au dernier jour ouvrable de décembre, une personne qui aura 18 ans entre le 1er janvier et le dernier jour de février de l’année suivante, et qui remplit les autres conditions, peut également aller s’inscrire auprès de sa mairie pendant la période de révision des listes.

Toutefois, dans ce cas, elle sera inscrite par le juge d’instance.

3 – Jouir de ses droits civiques tant en France que dans son Etat d’origine :

Le demandeur doit attester jouir de ses droits civiques au moment où il dépose sa demande d’inscription.

 

Comment s’inscrire ? :

Les inscriptions se font auprès de la mairie de sa commune jusqu’au dernier jour ouvrable de décembre, le samedi étant considéré comme ouvrable.

La mairie demandera systématiquement de produire un titre d’identité (carte d’identité, passeport ou carte de séjour) et un justificatif de domicile.

Les électeurs qui s’inscrivent au titre du domicile n’ont pas à justifier de six mois de résidence : ils peuvent donc s’inscrire à la mairie dès leur arrivée dans une commune.

 

A Saint-Germain, Fourqueux et Mareil-Marly résident de nombreux ressortissants de pays de l’Union européenne. Il est important qu’ils s’inscrivent avant le 31 décembre pour participer à l’élection du conseil municipal de leur commune.

Les ressortissants communautaires peuvent être élus conseillers municipaux mais ne peuvent être ni maire ni adjoints. Ils ne peuvent pas participer à l’élection des sénateurs.