Intervention du groupe Saint-Germain Autrement lors du débat d’orientation budgétaire de Saint-Germain-en-Laye le 13 novembre 2014

h__tel_ville_entr__e_int__rieure-_r__duit.jpgMonsieur le Maire, mes chers collègues,

Le débat d’orientation budgétaire a pour objectif pour une majorité municipale de présenter ses principales hypothèses et choix d’orientations pour l’année à venir, accompagnés d’une perspective à trois ans.

Pour une opposition municipale comme la nôtre, c’est l’occasion à la fois d’interroger mais aussi de suggérer certaines pistes avant le vote définitif du budget, suggestions ici travaillées en commun au sein de notre groupe.

En ce premier DOB de la nouvelle mandature 2014/2020, nous espérons que ces suggestions auront plus d’impact que dans la dernière période 2008/2014 où quasiment aucune des pistes évoquées pendant nos débats n’ont été retenus dans les budgets !! C’est bien dommage pour la qualité des travaux fournis et le sens que le législateur a voulu donner à la procédure du DOB.

Oui, M. le Maire, nous sommes dans une période où la constitution des budgets communaux à venir est délicate. Oui, M. le Maire, des choix sont nécessaires dans un environnement où les recettes de la ville sont sous contraintes. Il est donc tout à fait logique d’être particulièrement vigilant sur les dépenses de fonctionnement et les choix d’investissement.

En revanche, nous avons toujours rappelé que les collectivités locales, la ville de Saint-Germain-en-Laye comme les autres, doivent aussi contribuer à l’effort de solidarité des territoires, de mutualisation et donc de péréquation.

Oui, Saint-Germain est contributeur à la péréquation et verse des fonds pour des communes plus défavorisées. Cet effort vous l’avez rappelé, pèse sur nos choix de tous les jours. L’effort est significatif. Toutefois avec la fiscalité en 2015 mise en place avec le passage de la Communauté de communes « Saint-Germain Seine et Forêts » en Communauté d’Agglomération, l’effort net pèsera de l’ordre de 2% du budget total de fonctionnement de la ville. 2 % ce n’est pas négligeable, mais 2 % ce n’est pas insurmontable.

A l’occasion de ce DOB, nos principales remarques à l’examen de votre document, se déclinent à travers le budget de fonctionnement et le budget d’investissement.

En matière de fonctionnement, en l’absence de données plus précises, nous nous contenterons de deux suggestions :

1) Contrairement à ce qui est indiqué p.17, concernant «  la baisse drastique du fonds d’amorçage pour la réforme des rythmes scolaires », le Premier Ministre Manuel Valls a annoncé le 28 octobre dernier au Sénat le maintien pour toutes les communes en 2015/2016 d’une aide forfaitaire de 50 € par élèves dans le cadre des nouveaux rythmes scolaires. Vous pourrez réintégrer cette recette dans le budget 2015.

2) La ville, je cite, souhaite que la contribution des usagers des services publics (cantines, garderies, etc.) soit fixée au prix coutant des prestations-fin de citation. Si cela semble du bon sens, cette assertion ne peut être acceptée qu’accompagnée obligatoirement à nos yeux d’une tarification reflétant la solidarité à travers les quotients familiaux. Nous attendons donc dans votre projet de budget 2015 l’augmentation des plafonds des différentes tranches des quotients familiaux qui n’ont pas été réévaluées depuis de nombreuses années. Quotients utilisés à Saint-Germain pour la tarification de nombreux services aux usagers.

En matière d’investissement, vous annoncez un retour à un niveau d’investissement moyen par an de l’ordre de 17 à 18 millions d’€, niveau comparable aux années 2008/2009. Le tableau simplifié d’investissement pluriannuel jusqu’en 2017 appelle de notre part les 6 commentaires suivants :

1) Le scolaire, compte tenu de l’évolution de notre population à venir, reste un choix important pour les années futures. Depuis le début du projet Lisière Pereire, nous avons toujours indiqué la nécessité d’un investissement structurant supplémentaire. Vous venez de l’annoncer avec l’agrandissement de l’Ecole Marie Curie et 11 nouvelles classes. La carte scolaire doit être profondément aménagée et définir de ce fait les autres travaux supplémentaires dans nos écoles.

2) 775.000 € d’investissement supplémentaire dans les 2 ans à venir en vidéosurveillance, avec encore 6 nouvelles caméras (après +3 votées il y a 2 mois !!). Nous ne comprenons pas et désapprouvons votre revirement, vous qui aviez déclaré « 20 caméras à Saint-Germain, c’est dorénavant suffisant ». Investissement considérable. Aurez-vous le courage politique de faire le bilan des sommes dépensées tant en investissement qu’en fonctionnement de la vidéosurveillance (il faut bien du personnel qui regarde les images !!) rapporté aux résultats effectifs mesurés de la vidéosurveillance à Saint-Germain-en-Laye?

3) Sans esprit polémique ou sectaire, nous considérons que l’investissement culturel de restauration des fresques de l’Eglise pour 1.600.000 € est trop considérable dans une époque de choix ou de priorités pour notre ville

4) Justement en matière culturelle, nous sommes surpris dans l’établissement des investissements triennaux de ne pas voir apparaître un projet de salle de spectacle dans le quartier du Bel Air, comme indiqué dans votre programme électoral. Ne pas placer, ne serait qu’en 2016 ou 2017 un investissement au moins d’étude, c’est renvoyer à la dernière partie du mandat ce projet qui ne verrait le jour qu’au mieux en 2020. Mais au fait, ce projet est-il toujours d’actualité dans votre équipe ?

5) Nous attendons aussi plus de précisions et d’engagements 2015/2016 en matière de circulation douces dans la ville

6) Enfin, pouvez-vous apporter une vision plus précise à ce jour concernant le projet d’investissement appelé site de l’hôpital où il apparaît une dépense de 1.000.000 € en 2017?

M. Le Maire, vous venez de nous écouter. Notre groupe Saint-Germain Autrement aime bien cette citation : « Les fruits d’efforts importants sont souvent perdus parce qu’un dernier effort n’a pas été fait ». Alors faites l’effort de nous relire et d’inclure dans votre projet de budget 2015 certaines de nos suggestions.

Merci pour votre attention.

Le secrétaire de section PS de Saint-Germain-en-Laye rencontre le Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports

Kanner-Camasses.jpgAu cours du Salon des Maires et des collectivités locales, qui a ouvert ses portes au public aujourd’hui, le secrétaire de notre section Pierre Camasses a pu rencontrer Patrick Kanner, Ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports.

Au cours de cette rencontre, deux sujets ont été évoqués :

– le sport comme enjeu de santé communal, plus particulièrement envers les séniors,

– l’aide aux associations, la “Charte des engagements réciproques” entre les associations et les collectivités locales.

Un conseiller municipal majoritaire de Saint-Germain, président d’une administration internationale, poursuit l’érosion de la liberté syndicale

Le « Journal » de Saint-Germain n°655 (17 octobre 2014) s’était fait l’écho de la présidence de l’Office Européen des Brevets (OEB), qui a des bureaux à Munich, La Haye, Berlin, Vienne et Bruxelles, par Benoit Battistelli, conseiller municipal de Saint-Germain. Le « JSG » était évidemment muet sur le conflit social aigu que traverse l’OEB depuis que M. Battistelli a entrepris d’y réformer les relations sociales.JSG-655_Battistelli-OEB.png

Dans un précédent article, nous avions décrit comment le président exécutif de l’OEB avait amputé le droit de grève, réduit l’usage des courriels par les syndicats et modifié contre leur gré le mode d’élection des représentants du personnel. Ces premières attaques contre le droit syndical avaient entraîné une grève approuvée en masse par le personnel en mars 2014 (93% des votes exprimés pour la grève).

Au mois de juin 2014, une nouvelle pétition a été soumise au président en vue d’une grève qui devait coïncider avec la session du Conseil d’Administration au cours de laquelle l’extension du mandat de M. Battistelli à l’OEB était à l’ordre du jour. La grève a été interdite et M. Battistelli a obtenu l’extension de son mandat.

Fin octobre, une pétition similaire a été soumise au président qui a finalement autorisé et organisé le scrutin de grève avec pour résultat 85% des votes exprimés pour la grève. La pétition revendiquait, entre autres, la liberté de communication pour les syndicats (source).

Dans ce contexte tendu, le président de l’OEB a répliqué par une nouvelle offensive contre les syndicats : dans une décision unilatérale, il leur laisse 9 jours pour libérer les quelques pièces qu’ils occupaient, leur interdit de tirer des tracts et supprime purement et simplement le temps dédié au syndicat ! Ces décisions ne sont possibles que parce que cet organisme ne dépend d’aucun pays européen (puisqu’il les sert tous). Il n’est donc pas soumis au droit du travail mais autorégulé, traditionnellement par la négociation entre l’encadrement et les syndicats. M. Battistelli a choisi de prendre au pied de la lettre les droits quasi-illimités dont il dispose. A travers toutes ces actions, le président de l’OEB ne reconnait plus aux syndicats leur rôle de représentation du personnel.

Cette offensive tous azimuts passe mal auprès de l’énorme majorité des salariés, et plus encore de ceux des pays habitués au dialogue et au consensus plutôt qu’à l’affrontement et à l’épreuve de force.

La section PS de Saint-Germain est très attachée à la liberté syndicale et s’associe à la prise de position du député PS des Français du Benelux Philip Cordery, qui estime dans un communiqué daté du 30 octobre que « cette nouvelle action s’inscrit malheureusement dans la lignée des nombreuses mesures répressives et disciplinaires prises, ces dernières années, à l’encontre des représentants du personnel et des syndicats.

Le député estime urgent la réouverture d’un dialogue transparent et constructif entre la direction et les représentants syndicaux afin de rétablir un climat social serein et restaurer la confiance auprès de l’ensemble des salariés. » (source).

 

Sur le même sujet sur notre blog :

Escalade d’un conflit social à l’Office européen des Brevets (OEB) (04/2014)

Projection le 20 novembre au C2L du film « Se battre »

affiche-400x600.jpgDans le cadre du Mois du Documentaire, le cinéma C2L de Saint-Germain-en-Laye propose jeudi 20 novembre à 20h30 une projection unique du documentaire « Se battre », en présence d’ATD Quart Monde.

« Se battre » est un film sur la précarité et sur l’engagement de milliers de bénévoles au sein des associations d’entraide. Nous vous recommandons vivement d’assister à la projection du film.

Voici le synopsis de ce documentaire:

Aujourd’hui, pour plus de 13 millions de Français, la vie se joue chaque mois à 50 euros près. Derrière ces statistiques, se livrent au quotidien des combats singuliers menés par des hommes et des femmes qui ont la rage de s’en sortir et les mots pour le dire. À leurs côtés, des bénévoles se donnent sans compter pour faire exister un monde plus solidaire.

 Plus de détails sur le site du film : http://www.sebattre.com/

Pour voter en 2015, il faut être inscrit sur les listes électorales

urne.jpgPour pouvoir voter aux élections départementales de mars 2015 et aux élections régionales (prévues en décembre 2015), les citoyens français doivent être inscrits sur les listes électorales au plus tard le 31 décembre 2014 (même si, dans certains cas particuliers, l’inscription reste possible lors de l’année de l’élection).

Les personnes déjà inscrites n’ayant pas déménagé, n’ont aucune démarche à faire.

Pour les jeunes de 18 ans, l’inscription est automatique.

Pour les personnes ayant déménagé, une nouvelle inscription sur les listes électorales est nécessaire : elle fait l’objet d’une démarche volontaire, à effectuer au plus tôt.

 

L’inscription sur les listes électorales est possible selon 3 modalités :

  • soit en se rendant à la mairie avec les pièces exigées (formulaire d’inscription, pièce d’identité et justificatif de domicile)
  • soit par courrier en envoyant sans tarder à la mairie le formulaire d’inscription, une photocopie d’une pièce d’identité et d’un justificatif de domicile,
  • soit par internet, dans certaines communes, en utilisant le téléservice proposé par mon.service-public.fr.

À noter : dans le cadre des mesures de simplifications annoncées jeudi 30 octobre 2014, le Président de la République a indiqué vouloir permettre l’inscription sur les listes électorales « jusqu’à un mois avant un scrutin ».

11 Novembre à Saint-Germain-en-Laye : une remarquable exposition

14183.jpgAprès avoir participé à l’émouvante cérémonie de commémoration du 11 Novembre tenue devant le Monument aux Morts de la ville en présence de nombreuses délégations d’écoles, de collèges et de lycées de la ville, au cours de laquelle le Sous-préfet a lu le message à la Nation de Kader Arif, secrétaire d’Etat chargé des anciens combattants, Pascal Lévêque, conseiller communautaire de Saint Germain Seine et Forêts, conseiller municipal PS de Saint-Germain-en-Laye, a visité l’exposition temporaire “De boue et des larmes … 14-18 dans les yeux d’un poilu« .

14182Nous vous recommandons de visiter avant le 23 novembre (du mardi au dimanche entre 11h et 19h) cette excellente et didactique exposition ; une partie importante est consacrée à la ville de Saint-Germain-en-Laye, son implication dans la Grande Guerre.

Nous en sortons émus, retournés et pensant “plus jamais ça !”.

A Saint-Germain-en-Laye, souriez, vous payez cher pour être filmés!

Notre ville a mis en place un système de vidéosurveillance sur la voie publique depuis 2003. A l’heure actuelle, le dispositif comporte 20 caméras. Le maire vient de décider de le renforcer avec 3 caméras supplémentaires !

Dans les communes vidéosurveillées, on compte en moyenne 1 caméra pour 4.000 habitants. En renforçant le dispositif à Saint-Germain, cela sera 1 caméra pour 1.900 habitants ! Pourquoi renforcer un dispositif déjà important dans notre ville où l’insécurité est relativement basse ? L’argument habituel est de prévenir et d’aider à la résolution des délits. Pourtant, toutes les études sérieuses ont montré un impact durable très faible de la vidéosurveillance. En 2013, la ville de Nice avec 1 caméra pour 450 habitants a remporté la palme du taux de criminalité le plus élevé (109 délits ou crimes pour 1.000 habitants) alors qu’elle est dans le même temps la ville la plus vidéosurveillée !

Le coût de ce sentiment virtuel de sécurité est lui bien réel. Sur le seul coût de fonctionnement en 2013, il était de près de 100.000 €.

Notre maire, Emmanuel Lamy, déclarait pourtant en 2009 : « Vingt caméras, c’est suffisant ! Il n’y aura pas lieu d’aller plus loin ». Revirement ! Si on écoute la majorité municipale, la seule solution à la sécurité serait de mettre des caméras partout !

Les causes de l’insécurité sont multiples, la réponse ne peut être uniquement répressive et sécuritaire. Nous préférons équilibrer l’usage de l’argent public entre répression et prévention : plus de présence d’éducateurs ou d’animateurs socioculturels ou des médiateurs de proximité pour renforcer le lien social et maintenir le dialogue entre les citoyens et les institutions. (Re)-lisez Georges Orwell dans « 1984 » : est-ce la société que nous souhaitons ?


Retrouvez cette tribune libre des élus PS dans le Journal de Saint-Germain du 7 novembre.

Précédemment sur le même sur sujet sur notre blog :

Les 8 nouvelles caméras de surveillance coûteront 300.000€ (08/2008)

Des caméras de vidéosurveillance au Bel-Air : est-ce la priorité? (10/2008)