Intercommunalité : Un mariage à 20 au 1er janvier !

Carte_27-avril-2011_ZoomA peine née le 1er janvier 2014, la Communauté de Communes Saint-Germain-Seine et Forêts, avec ses 10 communes et ses 108 944 habitants, devenue Communauté d’agglomération le 1er janvier 2015, doit à nouveau fusionner au 1er janvier 2016.

En effet la carte préfectorale prévoit le regroupement de nos 10 communes avec celles de la CABS (Sartrouville, Houilles, Chatou, Le Vésinet, Montesson, Carrières-sur-Seine, Croissy) ainsi que Maisons-Laffitte, Mesnil-le Roi et Bezons, (332 672 habitants au total).

A deux mois de ce regroupement, toujours pas de débat, personne ne parle de cette fusion, aucun conseil de quartier n’évoque ce point, pas d’article dans le Journal de Saint-Germain. Comment accepter de passer sous silence un regroupement qui nous engage tant pour l’avenir ? Ce n’est qu’en décembre que le Conseil communautaire Saint-Germain Seine et Forêts va débattre de ce futur. Nous ne savons même pas quel sera le nom résultant de cette fusion !

Et pourtant, nous entrons maintenant dans une période de stabilité du périmètre qui doit enfin permettre de construire une politique intelligente et en complémentarité de chacune de nos communes, et non la politique actuelle qui se résume à un simple tiroir-caisse au profit des villes.

A gauche, nous défendrons un projet construit sur la base de la modération des dépenses, la stabilité des impôts et l’efficience des actions à retenir. Dynamiser l’économie du territoire, compléter l’offre de transports, renforcer l’offre de logements pour accroître l’efficacité des services, tels doivent être les principaux axes de la future politique intercommunale.

Encore faudrait-il que tout cela ne se fasse pas dans l’ombre et la plus totale opacité !

Suivez-nous sur Twitter @PsSaintGermain et Facebook https://www.facebook.com/pssaintgermain

Pascal Lévêque, Angéline Silly, Pierre Camasses

Régionales : Réunion-débat le 3 novembre à Saint-Germain-en-Laye sur la culture en Ile-de-France

Mardi 3 novembre à Saint-Germain-en-Laye à 18h au Ballon Rouge, 2 rue de la Procession, nous vous invitons à participer à une réunion débat sur le thème de la culture en Ile-de-France dans le cadre des élections régionales.

Venez échanger avec Sandrine Grandgambe, tête de liste PS dans les Yvelines, Pascal Lévêque, conseiller municipal PS de Saint-Germain-en-Laye et candidat aux régionales et Nicolas Hue, conseiller municipal PS des Clayes sous Bois et candidat aux régionales.

A l’heure où la culture vit des heures sombres dans les Yvelines, marquée par des coupes budgétaires majeures, quelle vision collective voulons-nous porter pour une politique culturelle ambitieuse en Ile-de-France?

Forum culture - 3_11

Référendum sur l’unité de la gauche le 17 octobre à Saint-Germain-en-Laye rue de l’Aurore

Dans le cadre du référendum national sur l’unité de la gauche organisé par le Parti Socialiste , la section PS de Saint-Germain-en-Laye, Fourqueux et Mareil-Marly et Fourqueux tiendra un bureau de vote dans la Rue de l’Aurore (quartier Bel Air) le samedi 17 octobre de 10h à 16h30 à Saint-Germain-en-Laye.

Tous les citoyens se retrouvant dans les valeurs de la gauche et de l’écologie peuvent participer à ce référendum.

referendum

Saint-Germain : Cop ou pas Cop ?

JSGDécouvrez ci-dessous la tribune libre des élus de gauche à paraitre dans le Journal de Saint-Germain du 16 octobre.

Saint-Germain : Cop ou pas Cop ?

La Cop 21, conférence mondiale sur le climat s’ouvre maintenant dans moins de deux mois. En France, la loi sur « la transition énergétique et la croissance verte » montre le chemin pour renforcer notre indépendance énergétique, réduire les émissions de gaz à effets de serre, consommer mieux en économisant l’énergie et produire autrement en préservant l’environnement.

Les objectifs sont la réduction de la facture de consommation des ménages et protéger la planète en contribuant au renforcement de la santé publique, notamment par la qualité de l’air.

Dans notre ville, notre rôle d’élus est de veiller à ce que les règles d’urbanisme soient à un standard exigeant, intégrant des énergies renouvelables et des travaux d’isolation des bâtiments. Que les nouvelles constructions publiques soient à énergie positive. Qu’émerge l’esprit « ville respirable » par la reconquête de la qualité de l’air : installation de zones/rues à circulation restreinte, développement d’une flotte de véhicules municipaux propres d’au moins 50% de véhicules à faibles émissions de CO2.

Mais c’est loin d’être gagné ! Notre mairie défend plus le tout-voiture que les autres circulations (l’A104 par exemple), le détecteur de pollution de l’air situé rue Priolet n’est jamais mentionné et pour cause la pollution y est 70% supérieure à la norme européenne ! Le maire préside depuis 1999 le syndicat d’assainissement qui pollue la Seine par temps sec et dont les travaux d’aménagement n’ont pas encore commencé. Enfin, la plupart de nos bus roulent au diesel. Certes des améliorations sur les déplacements en vélo ou le recyclage des déchets sont visibles, mais on est encore bien loin d’une politique réelle de développement durable, en dépit des pages de couleur verte du budget annuel !

Suivez-nous sur Twitter @PsSaintGermain et Facebook pssaintgermain

Pascal Lévêque, Angéline Silly, Camasses Pierre

Un Conseil Communautaire Seine et Forêts bien décevant

1h05 chrono, montre en mains, telle a été la durée du dernier Conseil Communautaire Seine et Forêts du mercredi 30 septembre dernier. Efficacité direz-vous ? Et bien pas du tout. C’est un Conseil bien terne et sans intérêt auquel nous avons assisté. D’abord, il y avait une petite dizaine d’élus absents (certains étaient mieux à la réunion de Poissy autour d’Alain Juppé !). Puis les délibérations proposées avaient un gout de surréalisme.

Décisions d’exonération des cinémas du territoire de l’imposition communale CFE (certes pourquoi pas, ce n’est pas le plus urgent), exonération des jeunes entreprises innovantes faisant de la recherche (cela existait à Saint-Germain, mais n’a jamais été demandé, il y avait donc urgence à l’étendre à nos dix communes !!).

Encore plus surréaliste, donner notre avis sur un contrat Région ville de Port Marly sur des travaux d’investissement …où la Communauté d’agglomération Saint-Germain –Seine et Forêts ne finance rien ! Et enfin valider une délibération « bidon » de définition de l’intérêt communautaire en matière d’équipements sportifs et culturels limités exclusivement à une éventuelle construction de piscine de plus de 3000 m². En fait cette délibération en creux dit que pour tout le reste c’est la commune qui décide.

Sur le budget supplémentaire, qui doit voir l’attribution de fonds complémentaires aux 10 communes (dans le jargon les AC dérogatoires) rien, il va falloir attendre le prochain conseil du 4 novembre prochain.

Plus grave encore, alors que notre Communauté d’agglomération va fusionner avec deux autres communautés et la ville de Bezons au 1 janvier 2016, aucun dossier à trois mois de la fusion présenté en Conseil communautaire. Et pourtant, deux cabinets travaillent, paraît-il sur cette fusion !!

Nous sommes à des années-lumière avec cette majorité de droite des volontés du législateur avec la création des intercommunalités. Face à 36.000 communes, le législateur a voulu procéder depuis des années à des regroupements pour avoir des politiques concertées de territoire. Faut-il rappeler que l’Ile-de-France a été assez réticente à ces mouvements qui sont maintenant courant dans nos régions, les Yvelines particulièrement. Pourquoi ? Parce que chaque maire veut garder son territoire et ses décisions. Notre Communauté d’agglomération Saint-Germain Seine et Forêts (10 communes) a été créée dans la dernière vague rendue obligatoire par le législateur, au 1er janvier 2014. En 2014, la Communauté de Communes n’a pratiquement rien fait, si ce n’est de travailler au passage en 2015 en Communauté d’Agglomération essentiellement pour des raisons fiscales et financières. En effet en 2015, la communauté devenue d’agglomération Saint-Germain Seine et Forêts (toujours avec 10 communes) a bénéficié d’un soutien financier de l’Etat important. Les élus de droite l’oublient bien volontiers, eux qui n’arrêtent pas de fustiger la baisse des dotations de l’Etat (ici dans ce cas en 2015 elle a été supérieure). Sur 2015, nous avons été essentiellement une caisse enregistreuse, car la quasi-totalité des fonds de la communauté sont redistribués aux communes !

2016 se prépare avec la fusion la plus opaque qui soit à ce stade. Malheureusement, on peut craindre qu’avec la majorité actuelle, la philosophie soit toujours la même, c’est à dire une politique communautaire au minimum et au rabais et surtout garder le maximum de décisions au niveau de chaque commune. La simple somme des politiques disparates des communes du territoire n’a jamais fait une politique commune de territoire.

photocasf3Pascal Lévêque

Conseiller municipal Saint-Germain-en-Laye

Conseiller Communautaire Saint-Germain Seine et Forêts