Saint-Germain-en-Laye : une nouvelle forte hausse des tarifs des services publics municipaux en 2016

h__tel_ville_entr__e_int__rieure-_r__duitSi l’on excepte le conseil municipal du 13 janvier, qui avait comme unique objet le retrait des fonctions de la 9ème maire adjointe et son éviction en bonne et due forme, le premier conseil municipal de l’année 2016 a eu lieu le 26 janvier dernier.

Un premier conseil 2016 hélas dans la lignée des précédents, tant sur la nature des décisions adoptées que sur la forme des échanges.

Sur la forme d’abord : un conseil mené au pas de charge pour limiter la prise de parole des élus d’opposition et caractérisé par l’habituelle incapacité du maire à supporter la contradiction, en particulier lorsqu’elle vient de la gauche. Passons.

Plus grave, le fond.

Comme traditionnellement, ce premier conseil a été en grande partie consacré à l’examen et l’adoption du budget primitif pour l’année en cours (qui doit être voté avant le 15 avril) et comme d’habitude, la majorité actionne les mêmes leviers : des taux de fiscalité à peu près stables masquant une forte augmentation des tarifs des services publics municipaux.

Cette année, les recettes générées par le produit des services seront près de deux fois supérieures à celles des villes de même strate. Cela se traduira pour les usagers par une envolée des prix des services : augmentation de la redevance d’occupation payée par les commerçants et les forains, hausse du prix de la Carte royale et des activités proposées aux seniors, hausse du prix de l’abonnement annuel aux médiathèques, augmentation des frais de scolarité du Conservatoire de musique, de danse et d’art dramatique (entre autres).

Un choix politique, évacuant toute notion de solidarité et revendiqué comme tel.

A la demande que nous avons formulée d’une modularisation tarifaire pour le conservatoire et le théâtre, prenant en compte les ressources du foyer ou le statut de l’usager (demandeur d’emploi, bénéficiaire de minima sociaux), réponse éloquente du Maire : « Je n’ai pas l’intention de faire des catégories entre ceux qui seraient plus méritants que d’autres ». Chacun jugera.

Cynisme, provocation : la culture pour quelques-uns, un luxe réservé à une élite. Et une politique contraire au principe d’équité et de justice sociale supposant que chacun contribue en fonction de ses ressources. Une politique inacceptable, d’autant plus scandaleuse que Saint-Germain-en-Laye se situe dans les 10 premières villes françaises (de plus de 20 000 habitants) pour l’écart entre niveau de vie annuel des plus riches et des plus pauvres (Source Insee – 2012).

Non, Monsieur le Maire, il ne s’agit pas de mérite, mais de solidarité, de défense des services publics, de culture pour tous.

Des valeurs que vous méprisez, mais que nous n’aurons de cesse de vous rappeler.