Saint-Germain-en-Laye : la passivité face aux incivilités, ça suffit !

JSGTribune libre des élus PS saint-germanois parue dans le Journal de Saint-Germain du 30 septembre 2016


Le 13 septembre se tenait le conseil de quartier Rotondes / Saint Léger. Dans son principe, il s’agissait d’une pseudo-consultation informant de décisions déjà prises (par exemple, la mise en double sens de circulation du Boulevard Berlioz, malgré l’opposition unanime des riverains) et tentant de contenir (sans y parvenir) la colère d’habitants et de commerçants excédés par l’aggravation des incivilités (nuisances sonores, routières, vols à l’étalage).

Dpolice_municipaleès le printemps, notre groupe s’était fait l’écho de ces difficultés et avait proposé au maire lors du conseil municipal du 12 mai un certain nombre de mesures à prendre rapidement comme la mise en place d’une vraie politique d’îlotage de la police municipale, se traduisant par des rondes à pied ou à VTT fréquentes (en particulier entre la tombée et le milieu de la nuit) ou le recrutement de jeunes en service civique en renfort des effectifs, particulièrement sur les missions de dialogue, de médiation et de prévention.

Balayant d’un revers de main ces propositions, sans même les avoir examinées sérieusement, il nous a été répondu que la police municipale intervenait déjà à titre préventif et que le recours au service civique sur ce type de mission était impossible. Une flagrante contre-vérité puisque de nombreuses collectivités ont opté pour cette démarche citoyenne et efficace, qui correspond au refus assumé de mettre en place une vraie police de proximité, à vocation préventive et dissuasive.

Une posture et un flagrant délit de mensonge qu’il appartiendra à nos concitoyens de juger.

Retrouvez nos articles sur le blog http://pssaintgermain.fr.

Ou sur les réseaux sociaux : https://twitter.com/PsSaintGermain ou https://www.facebook.com/pssaintgermain

Les élus de gauche : Pascal Lévêque, Angéline Silly, Pierre Camasses

 

Electrique et désolant Conseil Communautaire Saint-Germain Boucles de Seine

photoccseptembre2016Etrange atmosphère au Conseil Communautaire Saint-Germain Boucles de Seine du jeudi 22 septembre dernier avec tension et échanges aigres doux.

L’ordre du jour était pourtant tout à fait ordinaire, voire banal entre l’attribution des couloirs de piscine à Houilles ou la gestion de l’aire des gens du voyage à Montesson ! On peut d’ailleurs légitimement se poser la question du pourquoi de la réunion de 92 conseillers communautaires pour de tels sujets.

A remarquer de plus près les tensions qui s’y déroulent montrent en creux le non fonctionnement de cette nouvelle institution.

SaintgermainbouclesseineTout d’abord, premier accroc, le maire de Bezons (PCF) s’est abstenu sur la délibération de l’élaboration du pacte fiscal et financier. Il s’agissait pourtant d’un simple texte indiquant que le projet de territoire serait élaboré pour la fin d’année. Cela révèle toute la difficulté de constituer entre nos 20 maires de la Communauté d’agglomération un véritable projet de territoire. Malheureusement il y a fort à parier que le projet de territoire qui sera présenté sera le rassemblement des plus petits communs dénominateurs.

S’ensuit une intervention non programmée à l’ordre du jour du maire de Louveciennes demandant la solidarité pour ne pas accueillir de migrants de Calais sur le territoire de la commune comme le Préfet semble y étudier une possibilité. Belle unanimité de cette droite sur ce rejet, la solidarité c’est bien pour les autres bien sûr pas pour nos villes. Merci et bravo aux deux conseillers communautaires socialistes qui ont refusé de s’associer et ont rappelé l’appel des maires solidaires signés sur toute la France.

Autre dysfonctionnement l’attribution d’une subvention de 50.000 € à une association, qui peut tout à fait se justifier, sauf qu’elle a révélé que la demande n’était pas passée par les commissions constituées au sein de la communauté. Elle a reçu l’aval du bureau des 20 maires. C’est justement ce que nous reprochons : le bureau des maires est le seul décideur.

Incident plus grave sur un sujet au départ assez anodin, la désignation d’un titulaire et d’un suppléant au sein de la commission de suivi du site de la station d’épuration Seine Aval. Au départ trois candidats, un vice-président, un représentant de Saint-Germain-en-Laye, un représentant de Marly le Roi. Le maire de Saint-Germain rappelle que le site est en très grande partie sur le territoire de la commune et il lui semblerait logique d’avoir un représentant. Sur demande insistante alors du président, Pierre Fond, par ailleurs maire de Sartrouville, le représentant de Marly retire « spontanément » sa candidature. C’est alors que le candidat de Saint-Germain informe qu’il souhaiterait être titulaire et non suppléant en raison d’un éventuel risque de conflit d’intérêts que pourrait faire courir le vice-président proposé, en raison de sa profession et du milieu professionnel qu’il côtoie. Silence pesant dans la salle et dans l’exécutif. Le Président conteste cette remarque et maintien le choix proposé, le représentant de Saint-Germain retire alors sa candidature. De trois candidatures au départ, il n’en y a plus qu’une ! Le président en appelle à nouveau au représentant de Marly pour qu’il se représente et les deux sont enfin élus. Incident terminé? non ! Le député-maire de Chambourcy Les Républicains Pierre Morange réclame alors des excuses concernant les propos entendus. Devant le refus du candidat de Saint-Germain, il se lève accompagné de son adjointe et quittent tous les deux le Conseil Communautaire !! Chaude ambiance.

Autre dysfonctionnement, lors du passage d’une convention pour la gestion de l’aire d’accueil des gens du voyage de Montesson et des terrains familiaux, une question est alors posée par une élue de Saint-Germain- en-Laye (très en verve les élus de Saint-Germain !!). Une question, plutôt une interrogation, la gestion des terrains familiaux ne serait pas de la compétence de la Communauté ? Encore blanc et silence dans l’exécutif. Il faut dire que le rapporteur de cette question le Vice-président de la Commission Habitat et Logement n’est pas présent. Donc une seule absence et sur 92 conseillers personne ne sait répondre !! Admirable réponse du Président Pierre Fond, « nous allons voter comme ça, si cela n’est pas bon on changera demain matin et on repassera la délibération la prochaine fois… ». Tout à fait compétent et professionnel dans cette communauté !

Enfin concernant le Tourisme, cette fois, il s’agit bien d’une compétence de la Communauté d’agglomération, le Conseil, sur demande du maire de Maisons-Laffitte Jacques Myard, a fait voter le maintien distinct d’un office de tourisme dans sa ville. On n’a pas encore défini la politique communautaire du Tourisme, que déjà on va dans le sens contraire en maintenant un office distinct. Heureusement, ni Saint-Germain ni les villes du pays des Impressionnismes n’ont fait la même demande.

Terminons ce désolant Conseil Communautaire avec la palme de l’élégance à Jacques Myard, qui a déclaré aux élus de gauche qui posaient une question : « On s’en fout ! ». Manifestement, il devait encore se croire sur les bancs de l’assemblée lors des questions au gouvernement, où l’image de nos députés vociférant fait honte à notre pays.

Le fiasco du départ du PSG

Tribune des élus PS parue dans le Journal de Saint-Germain du 16 septembre 2016


revonsplusgrandLe fiasco du départ du PSG

L’annonce est tombée au cœur de l’été : c’est finalement à Poissy que le Paris-Saint-Germain (PSG) installera son futur centre d’entraînement et de formation dès 2019. Pas de happy end donc pour ce feuilleton à multiples rebondissements qui aura duré plus de 4 ans.

Malgré l’arrivée de la section féminine au camp des Loges et le maintien de la section amateur (900 licenciés), présentés comme de solides compensations, c’est une très mauvaise nouvelle pour notre ville et un sévère camouflet infligé à la majorité municipale et à Emmanuel Lamy.

La superficie initiale du site proposé (70 ha à proximité de l’Etang du Corra au nord de la plaine d’Achères) ainsi que les coûts de dépollution (15 M€), ont pendant de long mois été présentés comme les principaux freins à la candidature saint-germanoise. Finalement au regard d’un investissement total estimé à 300 millions d’€, on peut douter que cela ait pesé significativement sur la décision du club qatari.

Sur ce dossier, très politique, c’est bien plutôt du côté des atermoiements saint-germanois et du manque de soutiens de la majorité qu’il faut chercher l’explication. Alors que la candidature pisciacaise portée par Karl Olive, maire de Poissy, était activement soutenue par le président du Conseil départemental Pierre Bédier et par le député LR de la XIIe circonscription, David Douillet, le président de la communauté d’agglomération Saint-Germain Boucles de Seine, Pierre Fond et le député Pierre Morange sont restés étonnamment silencieux. Un isolement, sur ce dossier, comme sur tant d’autres, qui dessert les intérêts de notre ville, son dynamisme et son attractivité.

Saura-t-on rebondir ?

Retrouvez nos articles sur le blog http://pssaintgermain.fr.

Ou sur les réseaux sociaux : https://twitter.com/PsSaintGermain et https://www.facebook.com/pssaintgermain

Les élus de gauche : Pascal Lévêque, Angéline Silly, Pierre Camasses