Tram 13 Express : lettre des élus PS saint-germanois à la Ministre de l’Environnement

Objet : Lancement des travaux sur le territoire de Saint-Germain (78100) de la tangentielle Ouest

Madame La Ministre,

Nous souhaitions porter à votre connaissance la réaction de la population de Saint-Germain-en-Laye dans le cadre du lancement prévu des premiers travaux du prolongement de la tangentielle Ouest.

En effet, le 26 Septembre 2016, les habitants sont venus très nombreux à la mairie pour assister à la présentation des débuts de travaux de la tangentielle ouest, désormais appelé ligne « Tram 13 express », entrant dans le cadre de la phase 1 de son déploiement (il s’agit du trajet : Saint Cyr/Saint-Germain-en-Laye), en présence du chef de projet du STIF ainsi que des ingénieurs SNCF et RATP en charge de superviser les travaux.plan-virguleLa quasi-totalité des interventions dans une salle multimédia bondée ne remettait pas en cause le projet de prolongement vers Poissy et Achères d’un côté ou Saint-Cyr de l’autre, mais sur la partie complémentaire sur le territoire de Saint-Germain, reliant la gare de la grande ceinture au RER A de Saint-Germain-en-Laye. Par simplicité, les Saint Germanois appellent « la virgule » ce segment gare Grande ceinture/RER A qui fait l’objet de leur plus grande attention. Le dispositif suivant a été présenté:

Début des travaux : automne 2016. Fin des travaux : 2019. Mise en service en 2020 après période de test du fonctionnement du tram-train.
Le terminus de côté RER A fera l’objet de travaux conséquents pour la construction d’un tunnel souterrain doté d’un trottoir roulant pour la correspondance avec la gare RATP ; comprenant notamment la coupe d’arbres sur une partie d’une allée du parc, qui seront replantés par la suite.
Comme l’exige la loi, les arbres coupés seront replantés en partie seulement dans le périmètre de la forêt de Saint- Germain.
La voie ferrée équipée de caténaires électriques qui traversera la forêt sera entourée d’un grillage de sécurité
L’avenue Kennedy (partie Camp des Loges) sera à sens unique
Le matériel ferroviaire sera un tram-train de type Citadis Dualis (Alstom) identique à ceux qui sont déjà en service à Mulhouse et à Nantes
Lors de cette réunion publique, les intervenants institutionnels par leurs réponses souvent imprécises ont conforté les inquiétudes de nombreux habitants qui les ont interrogés, notamment sur les aspects suivants :

Le coût réel. Il est évoqué seulement un budget total de la phase 1 de 350 M€, basé sur une estimation datant de 2011, correspondant à un « budget d’objectif » avant appel d’offres et finalisation des diverses études d’ingénierie. Lors de la phase de consultation publique le surcoût de « la virgule » était apparue à 75 millions €, curieusement lors de la réunion publique du 26 septembre, il a été indiqué par le chef de projet STIF qu’il n’y avait qu’un coût global. Ce recul d’informations est navrant, dans une époque de maîtrise de l’argent public ne pourrions-nous pas faire l’économie de cette virgule ?
La sécurité routière. La traversée de la RN 184 et de trois routes départementales nous semble constituer des obstacles supplémentaires générateurs de risques et de délai pour les usagers de ces voies. Nous considérons que ces croisements de voie hors agglomération ne peuvent être traités comme le sont les trams en centre-ville. L’ingénieur de la SNCF a précisé que sur le segment « virgule », les conducteurs du Tram-Train changent de procédure pour passer en « conduite à vue » à faible vitesse, et que les feux à l’intersection de la N184 et de l’avenue des Loges seront paramétrés pour garantir toute la sécurité voulue. Nous précisons qu’il s’agit de routes notoirement accidentogènes.

tgo-st-germain
La description des protections grillagées sur le parcours forestier de la voie ferrée a suscité un tollé de la part de ceux qui ont compris que cela créait une barrière certes infranchissable pour les animaux mais aussi pour les habitants. Malheureusement, sur cette question que visiblement les responsables n’avaient pas anticipé, les réponses évasives se voulant rassurantes n’ont convaincu personne. Nous nous interrogeons également sur les conséquences de ce projet pour l’environnement. La surface de forêt qui sera supprimée ainsi que l’impact esthétique sur la perspective du château de Saint-Germain renforcent nos réserves quant à l’utilité de cette « virgule ». Enfin, la correspondance à Saint-Germain se présentera comme un long couloir qui renforcera le handicap de la rupture de charge et aura un impact négatif sur le trafic attendu.
Madame la Ministre, s’agissant de l’impact pour notre ville, pour rappel, nous avons exprimé à de nombreuses reprises notre scepticisme sur la raison d’être de la création du segment dit de la virgule de Saint-Germain, ligne ferroviaire complémentaire traversant la forêt pour relier la gare SNCF de la grande ceinture à la gare RATP du RER A de Saint-Germain en Laye.

Sans revenir sur les alternatives de prise du RER à Poissy ou Achères demain ainsi qu’Eole la ligne Paris Rouen Le Havre et sur une décision qui est désormais entérinée, nous constatons malgré tout que l’énorme surcoût engendré et l’altération définitive de l’environnement forestier que cela entraîne ne sont pas en rapport avec les hypothèses de fréquentations et avec la demande des habitants de notre ville. Cette polémique sur la virgule contraste avec le soutien unanime exprimé pour le reste du prolongement de la ligne TGO, de Saint-Cyr à Achères. Nous aimerions connaître votre point de vue sur cette problématique spécifique à notre ville.

Nous vous prions de recevoir, Madame, la Ministre, l’expression de notre considération distinguée.

Pascal Lévêque Angéline Silly Pierre Camasses

Conseillers municipaux de Saint-Germain-en-Laye

Ciné-débat « Les années Mitterrand » le 18 octobre 2016 à Saint-Germain-en-Laye

cinedebatmitterrand102016La section du Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye, Fourqueux et Mareil-Marly organise un ciné-débat à l’occasion du centenaire de la naissance de François Mitterrand le mardi 18 octobre à 20h30 au Cinéma C2L – 25, rue du Vieux-Marché à Saint-Germain-en-Laye.

L’entrée est libre.

Au programme de la soirée ciné/débat :
– Film documentaire « Les années Mitterrand »
– Echanges avec la salle en présence de Marie-Noëlle Lienemann et Alain Bergounioux

Marie-Noëlle Lienemann : Sénatrice socialiste de Paris et candidate aux primaires de la gauche. Elle fut notamment Ministre déléguée au Logement et au Cadre de vie auprès de Jean-Louis Bianco, Ministre de l’Équipement, du Logement et des Transports dans le gouvernement de Pierre Bérégovoy, sous la présidence de François Mitterrand de 1992 à 1993.

Alain Bergounioux : Historien et membre du Conseil d’administration de la Fondation Jean-Jaurès. Il a été Conseiller dans plusieurs cabinets ministériels : de 1988 à 1991 auprès de Michel Rocard, Premier ministre, de 1997 à 1998 auprès de Catherine Trautmann, ministre de la Culture et de la Communication ; de 2000 à 2002 auprès de Michel Sapin, ministre de la Fonction publique et de la Réforme de l’Etat.

Avec le soutien des élus communautaires et des élus municipaux adhérents de l’UDESRY (Union des élus socialistes des Yvelines) de la communauté de communes Saint-Germain Seine et Forêts.

Communiqué des élus d’opposition de la Communauté d’Agglomération Saint Germain Boucles de Seine sur les réfugiés

Saintgermainbouclesseine« Nous, élues communautaires de la Communauté d’Agglomération Saint Germain Boucles de Seine, élu(e)s municipaux des communes de cette agglomération (Carrières-sur- Seine, Chatou, Croissy-sur-Seine, Houilles, Le Pecq, Le-Mesnil-le-Roi, L’Etang-la-Ville, Le Vésinet, Louveciennes, Maisons-Laffitte, Marly-le-Roi, Montesson, Saint-Germain-en-Laye, Sartrouville), représentants de la gauche humaniste, souhaitons exprimer notre totale désapprobation aux élus, députés et maires de notre territoire qui font le choix de jouer le jeu de la peur, de la division, de l’extrémisme en appelant à manifester à Versailles ou Louveciennes contre l’installation de migrants dans les Yvelines, menant un jeu dangereux qui porte atteinte aux valeurs de la République.

Nous dénonçons l’égoïsme de ceux qui appartiennent à l’une des intercommunalités les plus riches de France et qui rejettent avec violence l’accueil d’un nombre limité de réfugiés sur leur territoire.
Nous apportons notre entier soutien aux élu(e)s, signataires de l’appel des Maires solidaires avec Calais, appel que nous faisons nôtre : http://www.maisondeselus.fr/monsieur-sarkozy-ecoutez-lappel-de-plus-de-200-maires-de-france/. Ces maires s’expriment pour un accueil des migrants dans le respect des valeurs humanistes défendues par notre République. Ces maires, et de nombreux autres encore, signataires de l’appel mettent en actes leur paroles avec l’aide d’associations d’accompagnement. En cohérence avec l’Appel des maires solidaires avec Calais, nous souhaitons que nos communes prennent également part à cet effort de solidarité nationale et travaillent à des solutions d’accueil des migrants dans la région parisienne, comme cela est demandé par l’Etat. »

Signataires

Les Elues communautaires : Michèle VITRAC-POUZOULET, Monika BELALA,

Les Elu-es municipaux : Bertrand RABANY, Didier PERRIERE, Pierre GRISON, Dominique BOISDE, Annie-Claude MOTRON, Bertrand MANSARD, Janick GIROUX, Guillaume HUGOT, Annick POUX, Michel STOEFFEL, Nicole SCHELLHORN, Roland G. VILLERME, Frédéric LUZI, Martine POYER, Jean-Luc AUFFRET, Daniel CORNALBA, Nicole LACHETEAU, Anne LAUNOIS, Michel MOUTON, André MICHEL, Antoine LORENZI, Pascal LEPRETRE, Maika BAMPS, Christine LE BERT, Nicolas MOURLON, Jacques CHESNAIS, Claudia PICON, Guillaume LE HENO, Sylvain THIALON, Frédérique ROGE, Guy BIANCOROSSO, Pascal LEVEQUE, Angéline SILLY, Pierre CAMASSES, Michel MICMACHER, Isabelle AMAGLIO-TERISSE , Romain CHIARADIA

Travaux du Tram 13 à Saint-Germain-en-Laye, des perspectives peu rassurantes

Le 26 septembre 2016, les habitants sont venus très nombreux à la mairie de Germain-en-Laye pour assister à la présentation du projet de la tangentielle ouest, désormais appelé ligne « Tram 13 express », entrant dans le cadre de la phase 1 de son déploiement (trajet : Saint Cyr/Saint Germain), en présence du chef de projet du STIF ainsi que des ingénieurs SNCF et RATP en charge de superviser les travaux.

Pour plus de commodité, les Saint-Germanois appellent « la virgule » le segment gare Grande ceinture/RER A, qui fait l’objet de leur plus grande attention. On nous a donc présenté le dispositif le suivant :

plan-virgule- Début des travaux : automne 2016. Fin des travaux : 2019. Mise en service en 2020 après période de test du fonctionnement du tram-train.
– Le terminus côté RER A fera l’objet de travaux conséquents pour la construction d’un tunnel souterrain doté d’un trottoir roulant de 700m pour la correspondance avec la gare RATP, comprenant notamment la coupe d’arbres sur une partie d’une allée du parc.
– Comme l’exige la loi, les arbres coupés seront replantés dans le périmètre de la forêt de St Germain.
La voie ferrée équipée de caténaires qui traversera la forêt sera entourée d’un grillage de sécurité
– L’avenue Kennedy (partie Camp des Loges) sera à sens unique
– Le matériel ferroviaire sera un tram-train de type Citadis Dualis (Alstom) identique à ceux qui sont déjà en service à Mulhouse et à Nantes

tgo-st-germain
Lors de cette réunion publique, les intervenants par leurs réponses souvent imprécises ont conforté les inquiétudes de nombreux habitants qui les ont interrogés, notamment sur les aspects suivants :

1) Le coût réel. On ne nous parle que d’un budget total de la phase 1 de 350 M€, basé sur une estimation datant de 2011, ce que le maire de Saint-Germain a acté sur un ton navré en parlant d’un « budget d’objectif » avant appel d’offres et finalisation des diverses études d’ingénierie. Cet aveu de défaut de maîtrise budgétaire à la veille du démarrage des travaux est un signe inquiétant qui montre que nous devons nous attendre à d’inévitables surcoûts
2) La sécurité routière. L’ingénieur de la SNCF indique que sur le segment « virgule », les conducteurs du Tram-Train changent de procédure pour passer en « conduite à vue » à faible vitesse, et que les feux à l’intersection de la N184 et de l’avenue des Loges seront paramétrés pour garantir toute la sécurité voulue. Nous précisons qu’il s’agit de routes notoirement accidentogènes. Vos élus PS seront donc particulièrement vigilants sur ce point
3) La description des protections grillagées sur le parcours forestier de la voie ferrée a suscité un tollé de la part de ceux qui ont compris que cela créait une barrière certes infranchissable pour les animaux, mais aussi pour les promeneurs. Malheureusement, sur cette question que visiblement les responsables n’avaient pas anticipée, les réponses évasives se voulant rassurantes n’ont convaincu personne.
S’agissant de l’impact pour notre ville, pour rappel, nous avons exprimé à de nombreuses reprises notre scepticisme sur la raison d’être de la création du segment de ligne ferroviaire traversant la forêt pour relier la gare SNCF de la grande ceinture à la gare RATP du RER A. Sans revenir sur les alternatives que nous avons proposées et sur une décision qui est désormais entérinée, nous constatons malgré tout que l’énorme surcoût et l’altération définitive de l’environnement forestier que cela entraîne ne sont pas en rapport avec les hypothèses de fréquentations et avec la demande des habitants de notre ville.

Cette polémique sur la virgule contraste avec le soutien unanime exprimé pour le reste du prolongement de la ligne TGO, de Saint-Cyr à Achères.

A lire également :

Le compte-rendu de la réunion par le Courrier des Yvelines

Tous nos articles sur la Tangentielle Ouest

Conférence « Saint-Germain Boucles de Seine : pour quoi faire? » le 12 octobre à Fourqueux avec Pascal Lévêque

conference12102016L’association Fourqueux Dialogue vous invite à une conférence-débat le 12 octobre à 20h45 sur le thème « Saint-Germain Boucles de Seine : pour quoi faire?« . Cette conférence aura lieu à l’Espace Delanoë (2 place Victor Hugo).

L’invité sera Pascal Lévêque, conseiller municipal PS de Saint-Germain-en-Laye, ancien conseiller communautaire Saint-Germain Seine et Forêts.

Cette conférence/débat est gratuite et l’entrée est libre. Venez nombreux débattre de notre intercommunalité.

Procès des emprunts toxiques du Sidru : impressions de Cour d’appel…

Ce lundi 12 septembre 2016 un peu avant 8 heures 30, la queue est étonnamment courte au palais de justice de Paris. L’accès à la salle d’audience de la Cour d’appel des chambres civiles 5 et 6 est juste en haut des grands escaliers extérieurs, au premier étage, beaucoup plus facile à trouver que celle de la 18ème chambre du tribunal de grande instance (TGI), loin au fond du dédale. Il n’y a pas foule pour assister à l’audience, arrive bientôt le vice-président du Sidru chargé des finances accompagné du responsable des syndicats intercommunaux à la mairie de Saint-Germain ; il y a également l’avocate de Natixis, bizarre, nous venons pour le procès du Sidru face à Depfa, pas celui contre Natixis ! Elle manifeste la même surprise et renseignement pris elle vient pour une autre affaire que la nôtre.

La salle d’audience est ouverte et nous prenons place. L’acoustique n’est pas très bonne, avançons-nous pour ne rien manquer. Au début, le néophyte hésite à ouvrir son ordinateur, voyant tous les avocat-e-s pianoter sur leurs « smartphones » en attendant leur tour, mais une avocate nous a expliqué que c’est autorisé, pourvu de ne rien enregistrer. Notre affaire est la première, tant mieux. Arrivent les juges, trois femmes dans la cinquantaine, accompagnées d’un homme jeune en tenue de ville. On se lève.

Une des trois juges annonce le numéro d’affaire et les parties en présence : le SIDRU contre DEPFA.

Le Sidru est le syndicat intercommunal qui assure le traitement de nos ordures ménagères. Il gère notamment l’incinérateur Azalys, situé à Carrières-sous-Poissy. Cet incinérateur a couté 50 M€ en 1999. Cette dette, séparée en deux tranches initialement à des taux fixes de 5,10% et 5,92%, a donné lieu depuis 2003 à une « gestion active » (une expression qui signifie « de la spéculation ») qui résulte aujourd’hui en une perte de 70 M€ environ, dont une vingtaine avec Depfa et le reste avec Natixis. Continuer la lecture de Procès des emprunts toxiques du Sidru : impressions de Cour d’appel…