Tracé vert pour l’A104 : consternation pour les opposants, camouflet pour la droite locale !

Le Ministre des Transports Dominique Perben a donc décidé le 24 octobre, à la suite d’un débat public particulièrement riche et exceptionnellement suivi durant plusieurs mois, de prolonger l’A104 entre Méry sur Oise et Orgeval et a choisi le tracé vert.
 
 La déception des milliers d’opposants à cette autoroute est immense. Le Ministre des transports n’a pas tenu compte des arguments contre l’A104 et a retenu le tracé par Achères et Carrières-sous-Poissy car celui-ci serait « le meilleur pour desservir les zones d’activités actuelles ou en projet tout en préservant les zones naturelles sensibles ». La priorité a donc été accordée aux entreprises et aux entrepôts plutôt qu’aux habitants, comme nous le redoutions. Chacun appréciera…
 
 Lors de ce débat, nous avions exprimé publiquement notre position, auprès des Saint-Germanois et lors de la réunion publique du 3 mai à Saint-Germain. Nous nous étions très clairement prononcés contre le projet de prolongement de l’A104 que nous jugions « inutile et nuisible ». Notre opinion n’a pas changé, bien au contraire.
 
 Car le tracé vert n’a rien d’écologique. Il va éventrer les villes d’Eragny, Conflans, Achères et Carrières-sous-Poissy. Plus de 100.000 véhicules par jour sont attendus sur cette autoroute mais aussi sur la voirie voisine, engendrant pollution, nuisances sonores et embouteillages. Des milliers de camions en transit international, qui contournaient jusqu’à présent la région parisienne par l’Est, prendront dans quelques années l’A104. 

Des arguments forts contre ce tracé avaient pourtant été soulevés lors du débat public. La Plaine d’Achères est située en zone inconstructible en raison du Plan de Prévention des Risques d’Inondation. Aujourd’hui, la ville d’Achères n’a pas le droit de construire dans cette zone ; mais demain, l’Etat pourra y faire passer une autoroute…

 Le coût de cette autoroute sera astronomique. Il y aura 3 traversées de la Seine sur 20 kms. Une traversée sous-fluviale entre Achères et Carrières-sous-Poissy a été ajoutée par le Ministre sans même que l’on sache si cette solution est possible techniquement et le coût qu’elle engendrera…

Le maire de Saint-Germain se félicite, avec un culot monstre, du choix du tracé vert. Il se déclare, dans Le Parisien du 25 octobre, « très content : la Francilienne ne passera pas par la Forêt de Saint-Germain ». Qu’importe que le tracé vert soit un véritable drame pour la ville d’Achères, qu’importe que M. Lamy ait soutenu (comme tous les élus de droite) le tracé rouge et pas le tracé vert ! Avec M. Lamy, le cynisme l’emportera toujours… 

Car, que disait M. Lamy aux Saint-Germanois lors de la réunion publique du 3 mai à Saint-Germain ? Tout simplement que « le tracé vert est une alternative très onéreuse au rouge, et tel qu’il est, il est totalement inacceptable pour Achères» Aujourd’hui, visiblement, cela ne pose plus aucun problème au maire de Saint-Germain !

 
Et que disait Maurice Solignac, conseiller général UMP du canton de Saint-Germain nord (qui représente la ville d’Achères au conseil général des Yvelines) lors de la même réunion ? Son intervention était alors limpide quant aux inconvénients rhédibitoires du tracé vert :  
« Quant au tracé vert, sur sa partie centrale, son impact sur Achères est immédiat au vu de la coupure créée par cette autoroute urbaine. […] Le tracé vert passe à côté du Groupe Scolaire Louis Jouvet, il longe l’Ecole et la Crèche Célestin Fresnay, il continue le long de l’Ecole Henri Wallon. Il anéantit les projets de zones d’activité. Il vient à proximité immédiate de l’emplacement que nous venons de prévoir pour l’implantation du second collège tant désiré. Il se termine dans la plaine d’Achères, en opposition avec les prescriptions de l’Etat en matière de plan de protection contre les risques d’inondation. » 

 Bravo M. Solignac, vous connaissez bien votre canton et la commune d’Achères. Mais qu’allez-vous dire maintenant que le tracé vert a été retenu? Qu’il ne pose aucun problème, qu’il est « celui de l’efficacité et de l’intérêt général » comme l’était, selon vous, le tracé rouge? Ce qui n’était pas acceptable hier l’est-il devenu aujourd’hui?

Quant à Pierre Morange, député UMP de la 6e circonscription, que va-t-il dire désormais? Comme tous les élus UMP de la région, il a soutenu le tracé rouge, le « plus pertinent » à ses yeux car « s’en écarter vise tout simplement à recharger l’ensemble de nos voiries et à nous retrouver dans la situation dont nous pâtissons actuellement » [extrait de la réunion publique du 3 mai à Saint-Germain].

M. Morange a fait mieux que soutenir le tracé rouge : il a dernièrement signé une carte-pétition contre le passage de l’A104 par Achères. En voici la preuve. Démagogie, avez-vous dit? Que vaut désormais cette signature? Que vaut la parole de ce parlementaire dans ces conditions? 

La droite locale a beau se réjouir du prolongement de l’A104, il ne faut pas se leurrer : le Ministre, en choisissant le tracé vert, a aussi administré un véritable camouflet à l’ensemble de ces élus UMP. En qualifiant le tracé rouge de « guère envisageable » dans son communiqué, c’est toute l’argumentation des élus locaux de droite qui est balayée d’un revers de main.

La position des socialistes de Saint-Germain n’a, elle, pas changé. Nous condamnons le principe même du prolongement de l’A104 qui va aboutir à Orgeval, pour former le plus grand échangeur d’Europe, sur une autoroute A13 complètement saturée. D’ores et déjà, le Ministre demande au conseil général des Yvelines de prévoir l’élargissement de l’A13 dans la forêt de Marly pour faire face à l’arrivée de 100.000 véhicules supplémentaires. Non seulement, nous subirons les nuisances de l’A104 mais les contribuables yvelinois paieront pour en pallier les conséquences ! 

D’ailleurs, comment ceux qui se vantent, comme M. Lamy, d’avoir « sauvé la forêt de Saint-Germain » pourront-ils justifier le futur saccage de la forêt de Marly? Il y a là une totale incohérence que nous dénonçons depuis des mois.

Le combat contre le prolongement de l’A104 ne s’achève pas avec la décision du ministre. Les opposants restent plus que jamais unis et mobilisés pour convaincre de l’inutilité du projet.

Des élections locales et nationales auront lieu en 2007 et 2008. Ce qu’une majorité a fait, une autre majorité peut le défaire. Nous vous invitons à nous rejoindre dans notre combat contre le prolongement de l’A104.

 
 
 

A visiter :
Le site du débat public sur l’A104

Prolongement de l’A104 : le ministre a tranché pour le tracé vert

Dernière minute : le Ministre des transports Dominique Perben vient de décider de prolonger l’A104 de Mériel à Orgeval en retenant le tracé vert, tracé qui passe par Achères et à proximité immédiate de Saint-Germain.

Nous aurons très prochainement l’occasion de revenir sur ce choix très contestable et d’analyser cette décision aux conséquences très importantes sur la circulation et la pollution dans notre région.

Rappelons ici la position prise par les socialistes de Saint-Germain contre le prolongement de cette autoroute et pour la réouverture complète de la Tangentielle ferroviaire ouest.

La décision de retenir le tracé vert est en tout cas un véritable camouflet pour le député-maire UMP de Chambourcy Pierre Morange qui prônait le tracé rouge (comme tous les élus UMP de la région) et surtout qui a signé à Achères une carte-pétition contre tous les tracés passant par Achères. Nous en avions apporté la preuve.

Pierre Morange signe la pétition contre le passage de l’A104 à Achères !

Notre blog vous délivre un scoop !
Nos amis socialistes d’Achères ont réussi à faire signer le député de notre circonscription Pierre Morange contre le passage de l’A104 à Achères.
Pierre Morange reste un farouche partisan de l’A104, et en particulier du tracé rouge (par Andrésy, Maurecourt, Chanteloup, Carrières-sous-Poissy et Poissy,) mais, si d’aventure, le ministre des transports décidait en octobre qu’il fallait faire cette autoroute, au mépris des oppositions locales, et choisissait un tracé par Achères, nous saurions rappeler à tous cette signature de notre député.
Voici la preuve de cet "engagement" de Pierre Morange :
La mobilisation contre l’A104 continue ! N’hésitez pas à nous écrire pour nous apporter votre soutien, nous sommes beaucoup plus nombreux que vous le pensez à nous opposer à cette autoroute inutile et nuisible !

Débat sur l’A104 : une fin tronquée et biaisée

Le débat sur le prolongement de l’A104, entamé depuis plusieurs mois, vient de se terminer de façon particulièrement abrupte et frustrante.

 

La réunion de clôture du débat avait lieu le 6 juillet à Pontoise où plus de 1.000 personnes s’étaient déplacées.
Elle a été brutalement interrompue au bout de 20 minutes par le président de la Commission Particulière de Débat Public (CPDP) Jean Bergougnoux.

 

La réunion était certes houleuse, avec une forte opposition du COPRA présent en force et des incidents informatiques, mais rien ne justifiait cette interruption brutale, sauf à penser que les jeux sont déjà faits, ce que beaucoup craignent.

 

Ce débat a pourtant suscité l’intérêt de milliers de participants depuis mars et les 19 réunions de proximité ont chacune rassemblé plusieurs centaines de personnes. Plus de 1.000 questions ont été posées au maître d’ouvrage, un record pour ce type de débat.

 

Mais les propos du président Bergougnoux lors des dernières réunions inquiètent tous les opposants.
Que penser en effet lorsque M. Bergougnoux ne retient que la seule opposition des Verts ? Bien d’autres partis sont pourtant opposés à cette autoroute : le PS de Saint-Germain, nous l’avons dit sur ce blog et lors des débats, le PS d’Achères, le PS de Carrières-sous-Poissy, le Parti Radical de Gauche, et beaucoup d’autres se sont très nettement exprimés contre l’A104.

 

Par ailleurs, Monsieur Bergougnoux a déclaré lors de la réunon à Pontoise qu’ « une large majorité des intervenants institutionnels s’est prononcée en faveur du prolongement ». Que vaut alors l’opposition des maires PS de Conflans et de Maurecourt, du maire PC d’Achères, qui combattent vigoureusement l’A104 ? Pierre Cardo, le maire UDF de Chanteloup-les-Vignes, vient également de s’exprimer contre l’autoroute en milieu urbanisé.

 

Beaucoup le craignaient – nous espérions le contraire et avons joué le jeu du débat démocratique – mais il semble bien que tout était déjà joué à d’avance.

 

Que valent alors les milliers de personnes qui se sont exprimées contre cette autoroute qui ne fera qu’aggraver les problèmes de circulation dans notre région?

 Non M. Bergougnoux, les Verts ne sont pas seuls dans leur combat contre l’A104, les Socialistes yvelinois sont contre, les Radicaux de gauche sont contre, les Communistes sont contre et de nombreuses associations locales. Et ces partis et associations sont bien plus représentatifs de l’intérêt des populations que la Chambre de Commerce et d’Industrie ou l’usine Peugeot qui portent ce projet ! Un échangeur sur l’autoroute A1

A104 : notre avis sur la soirée du 3 mai

Le débat sur le prolongement éventuel de l’A104 de Cergy à Orgeval s’est arrêté le 3 mai à Saint-Germain. La réunion se tenait au théâtre Alexandre Dumas et a accueilli environ 700 personnes.

Après l’incident avec la police municipale voulant nous empêcher de distribuer nos tracts (un comble pour un débat public…!), nous nous sommes rapidement rendus compte que le maire avait fait venir en nombre ses amis politiques. Seules 50 à 100 personnes n’étaient pas des supporters du maire.

Emmanuel Lamy est intervenu pour défendre le tracé rouge, suivi d’une ribambelle d’élus locaux UMP : trois députés (P. Morange, J. Masdeu-Arus, J. Myard, pourtant pas concerné par l’A104), un sénateur (A. Gournac), un conseiller général (M. Solignac), deux conseillères régionales (R. Cros, S. Jaunet), sans compter les associations proches de la mairie. Tous ont défendu le tracé rouge, pourtant le plus urbanisé, et se sont vigoureusement autoproclamés les défenseurs de la forêt.

Pour l’anecdote, Pierre Morange, député de notre circonscription, a fait une courte intervention pour défendre le prolongement de l’A104, précisant qu’il devrait rapidement partir en raison de l’examen d’un projet de loi « important » à l’Assemblée (celui sur l’immigration). Il est finalement resté toute la soirée qui s’est pourtant finie fort tard. Sans doute le projet de loi n’était-il pas aussi « important » à ses yeux…

La réunion semblait donc bien « cadenassée » par le maire, comme il l’avait d’ailleurs annoncé quelques jours plus tôt dans une réunion de quartier. Pas question de se faire chahuter dans sa ville par les opposants à l’autoroute, cela aurait fait mauvais genre, surtout quand on se veut le « sauveur » de la forêt, à l’image d’un Michel Péricard en son temps…

Les Socialistes de Saint-Germain ont quand même réussi à intervenir et à exprimer un son de cloche assez différent du très égoïste « oui à l’autoroute mais pas dans notre forêt »…

Nous sommes allés demander aux organisateurs du débat un temps de parole. « Ah mais vous n’êtes pas prévus, qui êtes vous? ». Curieuse conception du débat où seuls les notables peuvent parler et pas l’opposition municipale… La Commission Particulière de Débat Publique (CPDP) a toutefois bien voulu nous faire une place, et nous les en remercions.

Vous pouvez retrouver le texte de l’intervention des Socialistes de Saint-Germain sur le site de la CPDP, ainsi que le tract que nous avons distribué à tous les participants. Dans quelques jours figurera sur ce même site le compte-rendu exhaustif de cette réunion.

Par ailleurs, le Courrier des Yvelines daté du 10 mai relate sur 2 pages cette soirée et expose la position des Socialistes, déjà donnée sur ce blog et résumée par le Courrier du titre « Pour les Socialistes, le train comme alternative à la Francilienne ».

Dans le Journal de Saint-Germain daté du 12 mai, la majorité municipale a fait un compte-rendu particulièrement partial de cette soirée puisque ne figure aucune mention des interventions des opposants à l’autoroute (PS et Verts, entre autres). Pire, page 9, il est indiqué que « Emmanuel Lamy a rappelé que le conseil municipal de Saint-Germain-en-Laye avait voté […] à l’unanimité, moins quatre abstentions de l’opposition, en faveur du tracé rouge ». C’est un mensonge! En effet, M. Lamy n’a justement pas cité le vote des 4 élus de gauche lors de cette soirée, parlant d’une délibération « adoptée à l’unanimité » et nous avons dû faire cette rectification importante à la tribune, qui figurera dans le compte-rendu exhaustif sur le site de la CPDP.

D’après les échos d’observateurs indépendants, les arguments concrets et argumentés des Socialistes sur l’inanité d’une arrivée de l’A104 à Orgeval sur une A13 saturée (et à 2×2 voies seulement dans la forêt de Marly) et l’incidence du péage sur le futur trafic, semblent avoir ébranlé certaines convictions.

Espérons que les membres de la Commission organisatrice du débat sauront entendre ces observations, fortement partagées dans d’autres communes, et défendre avec nous la nécessaire réouverture de la Tangentielle Ouest, seule alternative au tout-voiture sur le trajet Cergy-Versailles. Car à force de trop plaider pour l’autoroute, les élus UMP prennent le grave risque de voir les budgets réservés au ferroviaire être affectés à d’autres projets en Ile-de-France. Vous les entendrez bientôt se plaindre d’une prétendue rétorsion politique de la majorité régionale de Gauche…

Il est encore temps de se battre avec nous pour une alternative ferroviaire au prolongement de l’A104. Exprimez-vous en donnant votre avis sur le site du débat sur le prolongement de l’A104.

A104 : un projet nuisible et inutile

 

Le projet de prolongement de l’autoroute A104 de Cergy à Orgeval.

 

 

 

 Ce projet est porté par la Chambre de Commerce et d’Industrie Yvelines-Val d’Oise, par Peugeot, par les élus de Cergy et du Val d’Oise, et plus généralement par le lobby économique et routier qui veut mieux faire circuler les camions.

Il est relayé dans les Yvelines par des élus de droite comme les maires de Poissy et de Saint-Germain.

1) Historique :

La Francilienne est à l’origine le 3e périphérique de l’Ile de France (après le Bd Périphérique parisien et l’A86). Elle a vocation à relier entre eux les départements de grande banlieue et à permettre d’éviter que le trafic de transit n’entre dans la région parisienne. Il en manque un important tronçon dans l’ouest de l’Ile-de-France.

Aujourd’hui on ne nous parle plus de « bouclage de la Francilienne  » mais d’un simple « prolongement » puisqu’il s’agirait seulement de relier deux pôles d’activités, Cergy et Poissy-Orgeval, et de délester la N 184. Les 5 tracés soumis au débat relient tous ces deux villes…

Un tracé est clairement privilégié dans le dossier technique, le « tracé rouge » dit tracé historique car il existe dans les cartons de la Direction de l’Equipement (DREIF) depuis 40 ans. Ce tracé, qui éventre les villes d’Eragny, Andrésy, Maurecourt, Chanteloup et Carrières-sous-Poissy, a déjà été refusé 3 fois par 3 Premiers Ministres (Bérégovoy, Balladur, Jospin) après de puissantes manifestations locales. Il est pourtant de nouveau remis en débat… Que vaut la parole de l’Etat dans ces conditions ?

 

2) Emmanuel Lamy a une position irresponsable

Emmanuel Lamy veut de cette autoroute mais seulement si celle-ci ne passe pas par la forêt de Saint-Germain, et défend donc le tracé rouge. Le maire UMP d’Andrésy en veut bien mais pas chez lui, seulement par un tracé dans la forêt. Cette attitude est irresponsable. Pourquoi les nuisances qui seraient inadmissibles pour la forêt ne le seraient-elle pas pour les 200.000 personnes concernées par le tracé rouge ? Elles sont inadmissibles partout.

 

 

3) Une autoroute qui va aggraver les conditions de circulation.

Quel que soit le tracé, plus de 100.000 ( !) véhicules supplémentaires par jour déboucheraient à Orgeval qui deviendrait le plus grand échangeur d’Europe (55 ha, 4 fois Rocquencourt). Or l’A13 est déjà totalement saturée, tout comme la N 13. Des embouteillages gigantesques se formeraient dans toute la zone et aggraveraient encore les conditions de circulation. L’élargissement de l’A13 en pleine forêt de Marly deviendrait alors rapidement indispensable. Mais pourquoi protéger la forêt de Saint-Germain s’il faut détruire celle de Marly ? Là encore c’est une politique irresponsable.

 

 

4) La question du financement

Ce tracé d’environ 25 km coûtera de 1,5 à 2 milliards d’euros (10 à 13 milliards de francs… !). L’Etat n’a pas d’argent pour construire cette autoroute ; il se désengage au contraire en confiant la gestion des nationales aux départements. La région a dit qu’elle n’investirait jamais dans cette autoroute et la majorité de gauche se consacre aux transports en commun. Le département a beaucoup d’autres projets routiers en vue et n’a de toute façon pas les moyens.

Cette autoroute serait donc concédée au privé et avec péage (comme l’A14). Le montant du péage serait fixé, pour commencer, à 7€ pour les voitures. En explorant les détails annexes du dossier technique, on apprend que les petits camions paieraient le prix astronomique de 23€ et les semi-remorques 30 €!! (pour moins de 25 km). Un tarif totalement dissuasif !

Le maitre d’ouvrage ( la DREIF ) reconnaît que s’il y a péage (et il y aura obligatoirement péage…), le trafic sera de 50% inférieur aux prévisions. Et par conséquent le délestage espéré de la N 184 (Saint-Germain – Conflans – Cergy) ne se fera pas du tout ; les camions de Peugeot continueront à prendre la nationale, et les automobilistes aussi. 

 5) Un drame pour les villes traversées

Toutes les réunions publiques organisées depuis début mars rassemblent à chaque fois plusieurs centaines de personnes (jusqu’à 7 à 800), qui disent toutes leur opposition à l’autoroute. Beaucoup connaissent très bien le dossier et dans chaque ville, des arguments très pointus sont avancés qui mettent en difficulté la DREIF. Par exemple à Achères, le « tracé vert » passerait en zone inondable alors que l’Etat a interdit toute construction à la ville… A Maurecourt, plusieurs échangeurs déboucheraient sur des petites rues en plein village…

 

  Des villes et des quartiers entiers subiraient les nuisances extrêmes d’une autoroute. L’ensemble des Socialistes de ces villes sont unanimes à refuser l’autoroute, quel que soit le tracé.

6) Une vraie alternative

A l’heure du pétrole cher, la construction tout azimut de routes ou d’autoroutes en milieu urbain est une folie. En effet l’augmentation du prix du pétrole que nous observons depuis 2003 n’est pas un « choc » de plus : c’est le début de la pénurie qui résulte de l’augmentation progressive de la demande, face à une offre qui plafonne, puisque presque la moitié du pétrole présent sur terre a déjà été consommé. Le déclin de la production sera progressif  mais inéluctable. Comment peut-on ignorer ce phénomène (totalement absent du dossier) alors que l’A 104, si elle voit le jour, ne sera disponible que dans 10 ans, au plus tôt !

 Il faut au contraire investir massivement dans les transports en commun, particulièrement en grande banlieue.

L’alternative existe dans notre région. Il s’agit de la réouverture complète de la Tangentielle Ouest qui permettrait de relier Cergy, Conflans, Achères, Poissy, Saint-Germain, Saint-Cyr et Versailles. Soit une vraie Francilienne ferroviaire.

Le coût serait de 10 à 20 fois moins cher que l’autoroute, sans pollution. Toutes les emprises existent, aucune expropriation n’est nécessaire. En quelques années cela peut être fait.

Le développement des transports en commun (rail ou bus en site propre) est indispensable également pour limiter le réchauffement climatique ; les accords de Kyoto signés par la France nécessitent à l’horizon 2050 de diviser par 4 les rejets de CO2 (le secteur transport consomme 60% du pétrole en France).

 

 

 

 

 

Non à l’autoroute, ici ou ailleurs !  

 

Oui à  la Tangentielle, ici et rapidement !

 

 

Liens :

Site de la Commission Particulière du Débat Public

Voir aussi :

- la position des Socialistes d’Achères (message du 27 mars)

- la position des Socialistes de Carrières-sous-Poissy

Débat sur l’A104

Le prolongement de l’autoroute A104 est en débat depuis des décennies. Ce fameux "bouclage de la Francilienne " concerne en premier lieu notre commune puisqu’un des tracés envisagés pourrait passer par la forêt de Saint-Germain.
Un important débat public est organisé du 8 mars au 6 juillet 2006 par la Commission Particulière du Débat Public. De nombreuses réunions seront organisées dans chacune des villes concernées par les tracés proposées. La réunion à Saint-Germain aura lieu le mercredi 3 mai à 20h30 à la salle Jacques Tati. Nous aurons l’occasion d’y revenir.
Ce vaste débat, où chacun peut s’exprimer, est l’occasion de s’informer sur les tracés envisagés et de faire entendre sa voix. C’est une occasion rare de démocratie locale.
Un site internet spécifique a été crée où l’on retrouve tous les documents de travail et le calendrier des réunions. Il est possible de commander les documents techniques, de poser des questions, d’exprimer des points de vues, etc…

Voici l’adresse du site :
Les Socialistes de Saint-Germain donneront prochainement leur avis sur le prolongement de la Francilienne qui, c’est le moins que l’on puisse dire, ne fait pas l’unanimité.