Le maire UMP du Vésinet a débarqué son premier adjoint

Dans la très huppée ville du Vésinet, rien ne va plus au sein de la majorité UMP, pourtant écrasante.
Le nouveau maire Robert Varèse a dès le début de son mandat  fortement mécontenté les habitants en augmentant brutalement de 50% les impôts locaux
cette année sur fond d’abandon des travaux de la patinoire ayant entrainé de lourdes pénalités. Une augmentation qui depuis n’apparait plus aussi pertinente vu que la trésorerie sera excédentaire de plusieurs millions en fin d’année comme l’a reconnu l’adjoint aux finances… Dans cette ambiance électrique dans la ville, voilà désormais que la majorité UMP se déchire publiquement. Par le biais d’une délibération lors du conseil municipal du 22 octobre dernier, le maire a littéralement débarqué son premier adjoint Claude Chatard, avec qui il travaillait pourtant depuis « plus de 15 ans«  et avec qui il a conquis la mairie en mars 2008. Lors de son intervention, le maire du Vésinet a dénoncé un « constat de non-adhésion voire d’un manque de loyauté eu égard à la fonction de premier maire adjoint. Le tout a abouti à une perte de confiance manifeste. »
Le premier adjoint semble ainsi servir de fusible à un maire chaque jour un peu plus affaibli. Il n’a d’ailleurs pas obtenu l’unanimité de son groupe sur cette délibération puisque sept membres de sa majorité ne l’ont pas voté. Le leader de l’opposition PS André Michel a fait part de sa « stupéfaction devant cette délibération et les termes employés.« 
Un conseil municipal aura lieu le 19 novembre et sera  essentiellement consacré au débat d’orientation budgétaire. Il promet d’être agité.

Sources : Courrier des Yvelines, levesinet.com, levesinetsolidaire

A lire également sur notre blog :
Le Vésinet, Le Pecq et Montesson augmentent fortement leurs impôts locaux

Le maire UMP de Villepreux harcèle l’opposition PS

La ville de Villepreux dans les Yvelines est passée à droite, d’extrême justesse, lors des dernières élections municipales en mars 2008. Depuis le nouveau maire UMP Stéphane Mirambeau exerce un véritable harcèlement envers l’opposition.
Le directeur de publication du site Les amis du PS de Villepreux, également conseiller municipal PS, a reçu successivement 8 lettres avec AR demandant un droit de réponse aux articles publiés sur le site de l’opposition. A chaque fois, l’opposition a accédé à la demande du maire. A la mi-juin, le maire a demandé un nouveau droit de réponse. L’opposition a jugé celui-ci diffamatoire envers l’élu d’opposition qui avait rédigé l’article et n’a donc pas diffusé ce droit de réponse.
Le maire a en réponse porté plainte pour non diffusion d’un droit de réponse et le directeur de publication du site PS a été convoqué devant le Tribunal de Grande Instance de Versailles. Le jugement sera rendu le 14 décembre.
Nous apportons tout notre soutien à nos camarades de Villepreux. Le harcèlement dont ils sont victimes est inadmissible. Ils font leur travail d’opposition, c’est à dire contrôler la gestion de la majorité municipale et la dénoncer lorsqu’ils la trouvent inappropriée. C’est le rôle de toute opposition, quelle que soit sa couleur politique, n’en déplaise au nouveau maire de Villepreux. Nous espérons que le tribunal saura lui rappeler…

Plus de détails sur le site Les amis du PS de Villepreux

Le Vésinet, Le Pecq et Montesson augmentent fortement leurs impôts locaux

La Droite se veut depuis toujours la championne de la modération fiscale. Lorsque les collectivités locales gérées par la Gauche augmentent parfois modestement leurs impôts locaux, l’UMP hurle au « matraquage fiscal » (tapez ces mots sur un moteur de recherche, c’est éloquent…). Que n’a-t-on ainsi entendu lorsque le conseil régional d’Ile-de-France, géré par la Gauche, a augmenté en 2006 les impôts de la région sur fond de désengagement massif de l’Etat et de forts investissements au service des Franciliens ?

Aujourd’hui, plusieurs maires UMP proches de Saint-Germain ont, semble-t-il, changé d’avis.
Coup sur coup, les villes de Montesson, du Pecq et du Vésinet, toutes gérées par l’UMP, ont annoncé une très forte augmentation de leurs impôts locaux en 2009. Ces augmentations sont de 10% pour Montesson, 24% pour Le Pecq et même 50% pour Le Vésinet.
Ces trois maires UMP élus ou réélus en 2008 avaient-ils prévenu leurs administrés de ces très fortes augmentations lors de la campagne éléectorale ? Les électeurs UMP, souvent très attachés à la modération fiscale, n’ont-ils pas le sentiment d’avoir été floués par leur maire…?
Le maire UMP de Saint-Germain, quant à lui, dénonçait sur son blog en novembre 2008 ces « élus, comme à Paris, [qui] ont décidé d’augmenter massivement les impôts locaux [en l’occurrence 9% seulement]. Ce n’est évidemment pas la bonne solution au moment où la crise lamine le pouvoir d’achat.« 
M. Lamy pense-t-il désormais la même chose d’Alain Gournac, sénateur-maire du Pecq, de Jean-François Bel maire de Montesson et Roger Varèse maire du Vésinet ? Osera-t-il  critiquer publiquement les très fortes augmentation d’impôts de ses collègues UMP ? Sans doute non, il est tellement plus facile de dénoncer le soi-disant « matraquage fiscal » de la gauche…
A lire également nos 3 articles consacrés au budget 2009 :
Budget de Saint-Germain 2009 (1) : un acte important dans la gestion d’une ville
Budget de Saint-Germain 2009 (2) : la solidarité aurait dû être l’enjeu principal du budget
Budget de Saint-Germain 2009 (3) : d’autres choix sont possibles

Pierre Morange a décidé de s’armer

Le Parisien du 28 janvier le révèle, le maire UMP de Chambourcy et député de notre circonscription Pierre Morange a décidé de s’armer !
Une initiative très étonnante pour un élu mais qui s’inscrit dans le climat étouffant qui règne à Chambourcy depuis plusieurs mois suite au sauvage assassinat du chef de la police municipale Christian Maréchal en mars dernier. Cette affaire, que nous avions évoquée à plusieurs reprises sur notre blog, n’est toujours pas élucidée. Et visiblement, Pierre Morange « craint pour sa vie et a décidé de se protéger. »
pierremorangesarme.jpg
Pour plus de détails, téléchargez au format pdf  l’article du Parisien (963ko).

A lire aussi nos précédents articles sur le sujet :
Pierre Morange démet 4 de ses adjoints
L’ex premier adjoint écroué
Ambiance délétère à Chambourcy
La majorité municipale de Chambourcy implose

Le maire d’Argenteuil veut chasser les SDF avec des produits répulsifs

Le maire UMP d’Argenteuil s’est encore tristement illustré.
Après avoir adopté un arrêté anti-mendicité en 2005 au motif que les sans-abris occasionnent « une gêne olfactive » (cet arrêté fut annulé par la préfécture), Georges Mothron a récidivé cette année et franchit un pas dans son obsession anti SDF..
Le maire souhaitait faire projeter un produit répulsif et nauséabond (le Malodore) aux endroits où les SDF se trouvent régulièrement. L’idée étant clairement de chasser les sans-abris du centre ville. Le personnel communal a refusé.
Cette véritable chasse aux pauvres a fait réagir de nombreux mouvements politiques ou associatifs et Christine Boutin, ministre de la Ville, a jugé que « le principe même de l’utilisation de produits de ce type constitue en effet une atteinte à la dignité de la personne humaine parfaitement inacceptable. » Georges Mothron, sur la pression de la ministre de la Ville, a été obligé de renoncer à ce produit, tout « en attendant qu’on [lui] propose autre chose« …
Une attitude indigne d’un élu de la République…
Coïncidence, c’est à Argenteuil que Nicolas Sarkozy avait déclaré vouloir « nettoyer au Karcher » une cité HLM…

Pierre Morange démet quatre de ses adjoints

Le 11 juin avait lieu le premier conseil municipal de Chambourcy après l’implosion de la majorité municipale du maire UMP Pierre Morange lors du conseil du 19 mars. C’était aussi le premier conseil après le sauvage assassinat du chef de la police municipale le 21 mars, toujours non élucidé.
Le moins que l’on puisse dire est que l’ambiance, telle que la décrit Le Courrier des Yvelines du 20 juin, fut tendue et étouffante et le conseil mouvementé. Les Camboriciens avaient appris quelques jours plus tôt que le premier adjoint Gérard Le Bec avait été mis en examen et écroué pour des faits supposés de blanchiment et d’escroquerie.
Au cours de ce conseil, les quatre adjoints (y compris Gérard Le Bec), jusque-là très proches du maire et qui s’étaient désolidarisés de lui en mars en l’accusant d’ "utiliser l’argent public à des fins privées" (en l’occurrence une voiture de fonction), ont été destitués de leur mandat d’adjoints lors d’un vote car leur action "s’est inscrite contre la logique de l’équipe du conseil municipal" a dit Pierre Morange. La majorité de Pierre Morange ne tient plus aujourd’hui qu’à quelques voix…
De vifs échanges ont émaillé le conseil, les désormais opposants dénonçant les "pressions et humiliations subies depuis août 2006" et les "purges" du maire, qualifié d’homme "manipulateur, ambitieux et sans morale"…
Le maire de Chambourcy a vivement répliqué : "Tous ces propos et accusations seront versés comme les précédents auprès du Procureur de la République. Tout ceci ne vise qu’à désinformer et à intoxiquer les débats. De toute façon, les électeurs de la sixième circonscription ont répondu très clairement, en m’élisant. C’est la meilleure des réponses".
Pas sûr que les électeurs de Pierre Morange le 10 juin aient été au courant de la situation locale mais si cela rassure M. Morange…

Ce n’est pas la première fois que le maire de Chambourcy se brouille avec ses adjoints. Durant ses deux précédents mandats, plusieurs démissions ont eu lieu.
En 2008, les ex-adjoints de Pierre Morange présenteront une liste contre lui. La gauche aussi vraisemblablement. Cela permettra-t-il à cette commune de retrouver une certaine sérénité? En attendant, les plaintes réciproques suivent leur cours. Affaire à suivre…

Nos précédents articles :
L’ex premier adjoint écroué
Ambiance délétère à Chambourcy
La majorité municipale de Chambourcy implose

Nouveau rebondissement à Chambourcy : l’ex 1er adjoint écroué !

La situation évolue de jour en jour à Chambourcy, qui fait tristement la Une des faits divers depuis des mois…
Rappelons que la majorité municipale de droite a totalement implosé en mars et que plusieurs adjoints au maire avaient alors publiquement accusé le maire Pierre Morange d’ "utiliser l’argent public à des fins privées" (en l’occurence une voiture de fonction). Une violente altercation verbale avait eu lieu entre le maire et son premier adjoint Gérard Le Bec, à la tête des frondeurs.
Des plaintes réciproques pour détournement de fond et faux en écriture avaient été déposées, le maire ayant découvert en juin 2006 "un faux en écriture imputé à Gérard Le Bec" (Le Courrier des Yvelines du 20 juin).
Ce conseil municipal particulièrement houleux du 19 mars avait précédé de deux jours l’assassinat du chef de la police municipale de Chambourcy, Christian Maréchal. Depuis, selon la presse, "la piste politique est privilégiée" dans cet assassinant mais un "volet financier" était aussi examiné.

Rebondissement important le 8 juin, l’ex premier adjoint Gérard Le Bec a été mis en examen et écroué à Nanterre car il "est soupçonné d’escroqueries et du blanchiment en bande organisée au préjudice d’une importante société de téléachat" (Le Figaro du 11 juin 2007). Pour Le Figaro, "Gérard Le Bec, qui clame son innocence, se serait livré à des jeux de fausses factures d’imprimerie et de serrurerie pour 92 000 euros par l’intermédiaire de ses sociétés" (il est le patron de plusieurs sociétés de surveillance et de sécurité, en liquidation judiciaire selon son avocat). Sept autres personnes ont été déférées devant la justice.
Selon  le procureur de la République, "cette affaire financière est distincte" de l’affaire de l’ "assassinat" de Christian Maréchal et "deux juges d’instruction travaillent sur les deux dossiers criminels et financiers" (Le Courrier des Yvelines du 13 juin).

Chambourcy n’a pas fini de faire parler d’elle, à son grand regret, et la ville bruisse de rumeurs de toute sorte depuis des mois… La situation politique locale n’a jamais été aussi tendue, malgré la réélection comme député de Pierre Morange.
Nous reparlerons de cette situation très prochainement sur ce blog.

Nos précédents articles :
Ambiance délétère à Chambourcy
La majorité municipale de Chambourcy implose

Ambiance délétère à Chambourcy

La situation du député UMP sortant Pierre Morange ne s’arrange pas à Chambourcy. Depuis des mois un climat délétère règne dans cette commune.
Nous avions relaté comment la majorité municipale de Chambourcy avait implosé lors du conseil municipal du 19 mars. Pierre Morange n’avait sauvé sa majorité que de justesse (14 voix contre 12).
Des tracts circulent dans chaque camp (en voici un exemple récent), des rumeurs sont lancées, des accusations graves sont formulées. Des plaintes réciproques entre le maire et son ex premier adjoint ont été déposées au tribunal pour des détournements de fonds publics présumés et des faux en écriture.
Tout cela se passe alors que l’on ignore toujours qui a assassiné sauvagement le 21 mars de 18 coups de couteaux le chef de la police municipale de Chambourcy, également militant UMP et qui semblait en savoir beaucoup sur les affaires municipales.
Les articles se multiplient sur cette affaire au « venimeux contexte » * et désormais « la piste politique est privilégiée» **. L’assassinat est en effet intervenu 2 jours après le conseil municipal particulièrement houleux et les enquêteurs y voient beaucoup plus qu’une coïncidence. Le directeur de la police judiciaire de Versailles estime que « la préméditation ne fait aucun doute »** et certaines sources proches du dossier jugent qu’ « il s’agit très probablement d’un assassinat commandité ». **
Beaucoup de langues se délient et le moins que l’on puisse dire est que l’ambiance est devenue étouffante à Chambourcy et les révélations pleuvent sur les pratiques du député-maire. Ainsi, selon Marianne, « l’épouse de Pierre Morange a obtenu, de son mari un poste d’assistante parlementaire. Or Mme Morange exerce déjà la profession d’infirmière. Mais des tensions d’ordre privé ont divisé les époux Morange »**. Mme Morange a alors « envoyé une lettre au procureur pour dénoncer l’emploi fictif dont elle dit avoir bénéficié »***. « Pour lui, cette pratique était courante et normale. En mai 2006, il m’a licenciée. La campagne approchant, il lui fallait être irréprochable… » écrit-elle. ***
Les titres de la presse nationale sont éloquents : « Meurtre sur fond de magouilles à Chambourcy » (VSD 2 mai) ; « Crime de Chambourcy : la piste politique explorée » (Le Figaro 5 mai) ; « Dallas-en-Yvelines » (Marianne 9 mai).

 

Espérons que la police judiciaire et la justice trouveront vite le ou les auteurs de ce sauvage assassinat afin que le « marigot nauséabond » dont parle Le Figaro s’assainisse.
La commune de Chambourcy et plus généralement notre circonscription (Pierre Morange est candidat à sa réélection à l’Assemblée nationale les 10 et 17 juin) en ont bien besoin…

 

 

* Le Figaro du 5 mai 2007

 

** Marianne du 9 mai 2007

 

*** VSD du 2 mai 2007

 

 

A lire aussi :

 

Pierre Morange condamné aux prud’hommes ! (il avait – là aussi – sèchement licencié son attachée parlementaire Armelle Péricard, fille de sa suppléante…)
La majorité municipale de Chambourcy implose
L’actualité de la campagne législative dans notre circonscription

Les résultats du second tour à Fourqueux et Mareil-Marly

Voici les résultats du second tour de l’élection présidentielle à Fourqueux et à Mareil-Marly. La participation est en léger recul par rapport au premier tour mais reste à un niveau exceptionnel.

Fourqueux :
Inscrits : 2944
Participation : 89.44%
Blancs et nuls 82 (3.11%)
Exprimés : 2551

Nicolas Sarkozy : 1847 voix soit 72.40%
Ségolène Royal : 704 voix soit 27.60%

Mareil-Marly :
Inscrits : 2491
Participation : 88.80%
Blancs et nuls : 78 (3.53%)
Exprimés : 2134

Nicolas Sarkozy : 1487 voix (69.68%)
Ségolène Royal : 647 voix (30.32%)

Rappel :
Les résultats du 1er tour à Fourqueux et Mareil-Marly
Les résultats du second tour à Saint-Germain

La majorité municipale de Chambourcy implose

Le député-maire UMP de Chambourcy Pierre Morange est dans la tourmente à la suite de l’implosion de sa majorité lors du dernier conseil municipal le 19 mars.

Plusieurs de ses adjoints l’ont publiquement accusé d’ "utiliser l’argent public à des fins privées". L’objet de cette fronde est la voiture de fonction du maire. Selon un conseiller municipal cité dans Le Parisien du 19 mars, « le maire s’est octroyé une Peugeot 407 auprès d’un organisme de location. La facture est réglée par la ville. En plus, comme il va chez lui, en Normandie, les notes des péages de l’autoroute ainsi que le carburant sont également payés par la ville ». Le coût estimé par les dissidents est de 27.000 euros pour les finances de la commune.

Lors du conseil municipal du 19 mars était examiné le compte administratif de la commune qui donne acte au maire de la sincérité des comptes de la ville. Les conseillers municipaux (rappelons que la gauche n’est pas représentée au conseil municipal de Chambourcy) se sont publiquement affrontés. Le maire s’en est ainsi sévèrement pris à son premier adjoint « pourtant ami de 20 ans, qu’il met en cause pour une affaire de travaux facturés, mais jamais réalisés » selon le Courrier des Yvelines du 28 mars. Pierre Morange a également violemment dénoncé ceux « qui ont cru pouvoir aussi s’en prendre à [sa] vie privée » et a affirmé être « déterminé à engager des actions contre ceux-là »…

Le maire de Chambourcy a finalement fait adopter son compte administratif à une très courte majorité : 14 voix contre 12 (4 adjoints et 8 conseillers). Mais l’équipe municipale du maire a complètement implosé. Et les sanctions n’ont pas tardé. La maire adjointe en charge de la communication Mme Escabasse a écrit le 4 avril 2007 « aux acteurs non élus de la ville » pour leur indiquer qu’à compter du 22 mars 2007, elle « n’assur[ait] plus la responsabilité de la communication au sein de l’équipe municipale », le maire ayant « décidé de [la] sanctionner en [lui] retirant cette délégation ». Il est intéressant de noter que le site web de Chambourcy n’a, à ce jour, toujours pas actualisé les nouvelles responsabilités des uns et des autres…

On peut désormais légitimement s’interroger sur la capacité du maire à gérer correctement la commune jusqu’à la fin de son mandat en juin 2008.

Rappelons par ailleurs que Pierre Morange est candidat à l’élection législative des 10 et 17 juin 2007 dans la 6e circonscription des Yvelines contre Patrick Abisseror, le candidat socialiste.

A lire également le blog de la section PS de Chambourcy-Aigremont
Les autres articles de notre blog concernant Pierre Morange :
Pierre Morange condamné aux prud’hommes !
Pierre Morange classé 254e député

Pierre Morange signe la pétition contre le passage de l’A104 à Achères