Appel à la mobilisation pour notre santé et l’hôpital public de Poissy/Saint-Germain

hôpitalFace au démantèlement de notre système de santé, mobilisons nous !

Démantèlement des hôpitaux de proximité, sous-effectifs chroniques, taxes médicales, déremboursements, augmentation des forfaits hospitaliers et déficits organisés des comptes sociaux, c’est le vrai bilan de la droite et de ses représentants locaux (Député…) en matière de santé.

Les exemples sont nombreux : les soins de santé coûtent 50% de plus que ce qu’ils coûtaient en 2001 et près d’un Français sur deux reporte ou tout simplement annule des soins médicaux.

Nicolas Sarkozy veut que les hôpitaux soient gérés comme des entreprises. L’objectif de ses réformes est simple : la privatisation de la protection sociale dans son ensemble.

Financer notre système de santé, garantir des droits à une retraite digne, une protection sociale juste, ce sont les fondements de la solidarité nationale, ce sont nos propositions pour une République juste

et solidaire.

Ici, avec François HOLLANDE, dans la 6ème circonscription des Yvelines, face à l’échec et à l’abandon du projet de reconstruction d’un hôpital à Chambourcy, mobilisons-nous pour la réouverture des Urgences hospitalières (24h/24 et 7/7) à Saint-Germain-en-Laye et la restructuration et la modernisation de l’Hôpital de Poissy.

Téléchargez le tract au format pdf

CHI-POISSY-SAINT-GERMAIN.jpgA lire également sur notre blog :

Restructuration de l’hôpital de Poissy/Saint-Germain : où en sommes-nous? (03/2012)

L’Agence régionale de Santé annonce l’abandon de l’hôpital de Chambourcy (01/2011) 

Le projet de nouvel hôpital à Chambourcy est gelé (12/2010)

Le centre hospitalier de Poissy – Saint-Germain a acquis le terrain du futur hôpital à Chambourcy (09/2010)

Tous nos articles sur l’hôpital de Poissy – Saint-Germain

Hôpital de Poissy/Saint-Germain, Centre de Sécurité Sociale : et notre santé dans tout cela ?

Découvrez la tribune libre du groupe des élus de gauche au conseil municipal de Saint-Germain publiée dans le Journal de Saint-Germain du 9 mars.


Hôpital de Poissy/Saint-Germain, Centre de Sécurité Sociale : et notre santé dans tout cela ?

hopital.jpgDe gros nuages noirs continuent de s’amonceler sur le système de santé publique sur notre hôpital à Saint-Germain et depuis quelques jours sur la Sécurité Sociale dans la ville. Claude Evin, Président de l’Agence Régionale de Santé pointant « la situation budgétaire et financière sensible de cet établissement, tant sur le plan sanitaire que médico-social », 100 millions d’€ de déficit, précise que « le retour à l’équilibre de l’établissement constitue un préalable à tout projet d’investissement et notamment au projet de site unique ».

Compte tenu de l’état des finances de l’hôpital et de l’absence d’engagement de l’Etat, il apparaît de plus en plus en filigrane que l’ARS souhaite mettre un terme définitif au projet de reconstruction d’un site unique à Chambourcy. Cette situation est une source d’inquiétude pour la population et les personnels qui souffrent du manque de moyens. Pour combler son déficit, l’hôpital vend aussi son patrimoine. Le bâtiment, ancienne maison de retraite Bon Repos à Saint-Germain est à vendre.

Enfin, nous apprenons le choix de la Sécurité Sociale de fermer des centres dans les Yvelines dont celui de Saint-Germain rue des Joueries. Le personnel technique serait transféré à Poissy. Quant au personnel d’accueil qui reçoit par jour plus de 100 assurés on ne sait ce qu’il deviendra. Les locaux de la rue des Joueries seraient ainsi à vendre. Il nous semble indispensable que la Sécurité Sociale conserve une permanence non pas ponctuelle mais quotidienne à Saint-Germain. Hôpital et Sécurité Sociale doivent rester le pilier du service public de santé par leur proximité, leur continuité et leur sécurité des soins.

Signez la pétition pour défendre l’hôpital de Poissy – Saint-Germain :

 http://www.petitionpublique.fr/?pi=P2012N20153

A lire également sur notre blog :

Restructuration de l’hôpital de Poissy/Saint-Germain : où en sommes-nous? (03/2012)

Encore un coup dur pour les services publics avec la restructuration des centres de Sécurité sociale dans les Yvelines ! (02/2012) 

Tous nos articles sur l’hôpital de Poissy – Saint-Germain 

Restructuration de l’hôpital de Poissy/Saint-Germain : Où en sommes-nous ?

chi-poissy.jpgDepuis quelques mois, et surtout l’arrêt par l’Agence Régionale de Santé du projet de construction d’un site unique à Chambourcy, le dossier a peu évolué.

Suite à la demande de l’ARS, on nous avait promis il y a déjà maintenant plus de 6 mois la réalisation et la publication du nouveau projet médical de l’établissement. Il s’agit d’une analyse (encore une !) des forces et faiblesses de l’établissement actuel et les orientations futures par rapport au bassin de vie de 700.000 personnes qui entourent Poissy et Saint-Germain-en-Laye. Les échéances s’envolent, nous ne savons pas si le projet médical est fini, en tous cas il n’a pas encore été rendu public.

En attendant,  un terrain acheté 21 millions d’euros reste disponible à Chambourcy. En attendant, les personnels des deux hôpitaux souffrent d’un manque de moyens. En attendant, les urgences de Saint-Germain ne fonctionnent toujours pas la nuit. En attendant, le climat social au sein de l’hôpital est tendu.

Faut-il appeler un chat « un chat » et dire maintenant que la construction d’un nouvel hôpital à Chambourcy semble abandonnée?

Fin janvier 2012, l’Agence Régionale de Santé écrivait à Eddie Aït, Maire de Carrières-sous-Poissy, candidat aux législatives sur la 6e circonscription, en précisant « l’Agence a engagé une réflexion avec les établissements du Nord des Yvelines, afin d’élaborer les orientations stratégiques pour ce bassin hospitalier, et définir la place et le rôle du CHI de Poissy/Saint-Germain dans cette offre de soins ».

Claude Evin, Directeur général de l’ARS, précisait par ailleurs que « le nouveau projet d’établissement médical actuellement en cours de finalisation doit être articulé avec ce projet médical de territoire afin de définir les coopérations avec les établissements alentours, compte tenu de la proximité des sites et la complémentarité potentielle entre les différentes activités ».

Encore une fois, l’ARS met l’accent sur les difficultés financières en précisant « la situation budgétaire et financière de cet établissement reste sensible tant sur le plan sanitaire que médico-social. Le déficit comptable du budget principal s’est amélioré ces dernières années (passage de 27,7 M€ en 2007 à 2,8 M€ en 2010) mais le déficit cumulé avoisine les 92 millions d’euros fin 2010. De plus, les engagements du plan de retour à l’équilibre financier passés en 2007 n’ont pas été atteints en 2011. Or, le retour à l’équilibre de l’établissement constitue un préalable à tout projet d’investissement et notamment au projet de site unique ».

Si on fait abstraction du langage administratif employé dans ce courrier, l’ARS signifie mettre un terme au projet de reconstruction à Chambourcy car l’établissement actuel ne pourra pas autofinancer un nouvel investissement ! Alors, quelle sera la suite ?

Une coopération avec des sites privés ? La presse se faisait écho de contacts (aussitôt démentis !) entre l’hôpital et la Clinique Saint-Louis à Poissy. En attendant, le CHIPS vend son ancienne maison de retraite Bon Repos située à Saint-Germain.

hôpitalDans tout ce dossier, géré en dépit du bon sens, il serait temps de revenir à des points fondamentaux et d’exiger :

– La réouverture des urgences sur le site de Saint-Germain 24h/24h, 7 jours sur 7*

– La construction immédiate d’un service d’urgences de qualité sur l’hôpital de Poissy, ouvert 24h/24h, 7 jours sur 7

– La modernisation des installations de l’hôpital public Poissy/Saint-Germain, avec l’ouverture d’un débat démocratique, associant les personnels de santé, les élus locaux, la population.

EXPRIMEZ-VOUS !

Un collectif de défense de l’hôpital de Poissy/Saint-Germain a été constitué et nous vous invitons à signer la pétition en cliquant sur ce lien et à la faire signer par vos proches.

*Les urgences de Saint-Germain ne sont plus ouvertes que dans la journée entre 9h00 et 18h00, elles sont fermées la nuit, les samedis, dimanches et jours fériés.

A lire également sur notre blog :

L’Agence régionale de Santé annonce l’abandon de l’hôpital de Chambourcy (01/2011) 

Le projet de nouvel hôpital à Chambourcy est gelé (12/2010)

Le centre hospitalier de Poissy – Saint-Germain a acquis le terrain du futur hôpital à Chambourcy (09/2010)

Tous nos articles sur l’hôpital de Poissy – Saint-Germain

Les 6 questions sur le dossier d’un futur hôpital

Entr--e-h--pital.r--duit.JPGPourquoi l’arrêt en février dernier du projet d’un nouvel hôpital public de 834 lits sur un site unique à Chambourcy ?

L’hôpital de Poissy, inauguré en 1965, compte 850 lits. L’hôpital de Saint-Germain, situé en centre-ville et dont certains bâtiments datent du XIXème siècle, dispose d’une capacité aujourd’hui de l’ordre de 400 lits. Les deux hôpitaux ont fusionné le 1er mai 1997. Cette fusion reposait sur un partage d’activités hospitalières sur les deux sites. Le déroulement de la fusion a entraîné un combat politique très dur entre le Maire actuel de Saint-Germain et l’ancien Maire de Poissy, pourtant tous les deux UMP. De plus, de nombreuses activités ont été transférées à Poissy. Cette situation entraîne aussi des tensions dans les communautés médicales. L’Agence Régionale de Santé, constatant un déficit d’exploitation cumulé selon elle de plus de 80 millions € et un déficit courant annuel de l’ordre de 10 millions ainsi qu’un projet médical à retravailler, a suspendu le projet d’un site unique de 834 lits sur Chambourcy, alors que les terrains ont déjà été acquis en septembre 2010 pour 21 millions d’euros.

Quelle est la responsabilité des élus dans ce dossier ?

Le rapport de mission de Janvier 2011 de l’ARS précise* « ...la présence très forte des élus, les atermoiements de la tutelle, ont considérablement pesé et pèsent toujours sur l’hôpital et son climat ». Dans le contexte de ces dernières années, le rapport pointe l’arrivée des cliniques sur le site de Saint-Germain « …elle (l’arrivée) supposait le développement de la coopération public-privé et l’implantation de deux cliniques de Saint-Germain sur le site hospitalier. Il s’agit là d’un véritable échec. Le directeur des cliniques s’est désisté de ce projet. Cela a conduit à une simple vente au privé de locaux publics, situés dans l’enceinte de l’hôpital, dans des conditions financières peu satisfaisantes [pour l’hôpital]. L’établissement en déficit aurait pu mener une négociation plus soutenue afin de recueillir des recettes plus conséquentes. »

Que va-t-il se passer maintenant ?

Le Ministre de la Santé, Xavier Bertrand, a reçu à la mi-mars le sénateur-Maire Alain Gournac et le Maire Emmanuel Lamy, rencontre qui a donné lieu à un communiqué. Il est demandé par les services du ministre à la communauté médicale de redéfinir pour l’été 2011 un projet médical d’établissement. Dans un deuxième temps, l’ARS examinera ce projet dans le cadre d’une politique de territoire de Santé pour affiner le nombre de lits définitif nécessaires à un nouvel établissement. Puis le ministère à l’automne 2011 examinera les possibilités ou non de soutien dans le cadre du Plan National Hôpital 2012.

Quelles seront les conditions et les conséquences d’une nouvelle décision à l’automne 2011 ?
Le ministère semble poser des conditions préalables très contraignantes : un redressement des comptes de l’hôpital, l’apport de fonds propres par la vente de terrains, l’absence de subvention d’Etat en capital. Le ministère semble attendre un projet médical d’une capacité inférieure au premier projet de 834 lits (400, 500 lits ?). Dans son optique, il s’agit d’un nouvel hôpital sur un site tiers qui se financerait en vendant du foncier à Poissy et à Saint-Germain. Il sera étudié la vente de 2/3 du site de Saint-Germain.
Y a-t-il d’autres possibilités ?
Si ce nouveau projet n’est pas retenu à l’automne 2011 dans l’enveloppe hôpital 2012, deux hypothèses ne sont pas à écarter. La première consisterait à une restructuration de Poissy (faisabilité et quel coût ? Devenir alors de Saint-Germain ?). La deuxième, à  l’image de choix dans d’autres régions : privilégier pour le département un très grand établissement public, beaucoup plus éloigné de notre ville.
Quel est le devenir de l’offre de soins gérée par l’hôpital public demain ?
Quelle que soit la décision à l’automne, on voit bien que les conséquences sur le site de Saint-Germain seront importantes. Les questions restent nombreuses. Comment un projet de 450 lits par exemple pourrait-il remplacer l’offre actuelle de Poissy / Saint-Germain avec ses 1250 lits ?
Il y a quelques semaines un praticien de l’hôpital de Saint-Germain rappelait qu’à terme « ...j’ai l’impression que les patients demain seront redirigés vers les cliniques. Il y a beaucoup de bonnes choses dans les cliniques, mais le prix des soins y est trois à quatre fois supérieur qu’à l’hôpital. Il y aura une médecine à deux vitesses. On a du souci à se faire ». La loi Hospitalisation, Patients, Santé et Territoire a créé un contexte de rationalisation extrême. De plus la mise en place de la tarification à l’activité a entraîné une course sans fin sur les activités « rentables ». En matière de Santé publique, cela ne peut pas être le seul indicateur. Qui fera demain les activités de long séjour, la gériatrie ou encore la psychiatrie ?
C’est vraiment le sens de nos convictions et de notre combat de défendre haut et fort la présence de l’hôpital public avant tout sur notre territoire.

* http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/114000072

Retrouvez cet article dans notre nouveau journal de section, Saint-Germain socialiste n°5.

A lire également sur notre blog :

Tous nos articles sur l’hôpital de Poissy – Saint-Germain

Quelques vérités sur le dossier de l’hôpital

Retrouvez ci-dessous la tribune libre du groupe Saint-Germain Solidaire parue dans le Journal de Saint-Germain du 18 mars et consacrée au dossier de l’hôpital de Poissy – Saint-Germain.


chi-poissy.jpgQuelques vérités sur le dossier de l’hôpital

Le dossier de construction d’un nouvel hôpital sur le site de Chambourcy a été stoppé. Nous sommes aujourd’hui en attente de la décision de l’Etat pour la définition de l’offre de soins hospitaliers sur notre bassin de vie. Le député Pierre Morange et notre maire Emmanuel Lamy attendent beaucoup d’un rendez-vous auprès du Ministre de la Santé Xavier Bertrand. Pour que chacun puisse se faire une opinion, nous vous invitons à consulter sur internet les deux derniers rapports sur l’hôpital Poissy Saint-Germain.

Citons un extrait : « cette présence très forte des élus, qui directement ou non influent sur la direction de l’hôpital, les atermoiements de la tutelle, ont considérablement pesé et pèsent toujours sur l’hôpital ». Notre maire considère que la solution passe par un nouvel hôpital à Chambourcy et une coopération public-privée sur Saint-Germain. Là encore, citons le rapport : « …la modernisation de Saint-Germain… supposait le développement de la coopération public-privé et l’implantation de deux cliniques de Saint-Germain sur le site hospitalier… le directeur des cliniques s’est désisté de ce projet de coopération. Cela a conduit à une simple vente au privé de locaux publics, situés dans l’enceinte de l’hôpital, dans des conditions financières peu satisfaisantes ».

Nous ne partageons pas le point de vue du Maire quand il déclare qu’il a sauvé l’essentiel à Saint-Germain avec les cliniques et le maintien de la radiothérapie. On voit bien le schéma défendu : des cliniques dans notre ville ainsi qu’à Marly et de l’hospitalisation publique de qualité mais qui se trouvera à Paris et non pas à Poissy. Nous ne voulons pas de cette médecine à deux vitesses.

Plus de détails dans les deux rapports sur l’hôpital :

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/114000050/index.shtml

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/114000072/index.shtml

Avenir de l’hôpital de Chambourcy : la réponse du maire de Saint-Germain-en-Laye à notre question

h__tel_ville_entr__e_int__rieure-_r__duit.jpgLors du conseil municipal du 10 février, nous avons, comme annoncé sur ce blog, posé une « question diverse » au maire de Saint-Germain au sujet de l’abandon brutal de l’hôpital de Chambourcy par l’Agence régionale de Santé début février. Cette question diverse, ajoutée à l’ordre du jour, n’amène pas de débat entre les élus et il n’est pas possible de reprendre la parole après le maire.

Retrouvez ci-dessous en vidéo (5mn50) l’intervention de Pascal Lévêque (PS), Arnaud Péricard (UMP dissident) et les réponses du maire de Saint-Germain Emmanuel Lamy (UMP), qui ne sont pas particulièrement rassurantes.

Conseil municipal : Quel avenir pour l´hôpital public ?
envoyé par efr78 A lire également sur notre blog : L’avenir de l’hôpital : nous poserons une question en conseil municipal (02/2011) SOS : Hôpital perdu (01/2011) L’Agence régionale de Santé annonce l’abandon de l’hôpital de Saint-Germain (01/2011) Tous nos comptes-rendus de conseils municipaux Tous nos articles sur l’hôpital de Poissy – Saint-Germain 

L’avenir de l’hôpital : nous poserons une question en conseil municipal

hotel-de-ville.thumbnail.jpegJeudi 10 février aura lieu le prochain conseil municipal de Saint-Germain-en-Laye, qui nous le rappelons est ouvert à tous. A cette occasion, Pascal Lévêque, conseiller municipal PS, posera une « question diverse » (une question ajoutée à l’ordre du jour où le maire répond sans débat) sur l’avenir du Centre intercommunal hospitalier de Poissy/ Saint-Germain, suite à la décision de l’Agence régionale de Santé d’abandonner l’hôpital de Chambourcy.

Voici le texte de cette question diverse :

 » Monsieur Le Maire ; mes chers collègues

Notre question porte sur le devenir de l’offre de soins dans notre région et plus particulièrement sur l’évolution du Centre intercommunal hospitalier de Poissy/ Saint-Germain.

Au-delà de la décision de l’ARS suspendant la construction d’un futur hôpital à Chambourcy et la lecture surprenante du rapport de mission sous tendant cette décision, il apparaît dans ce document de l’Agence Régionale de Santé un projet alternatif qui pourrait être soutenu par l’Etat.

Ce projet reposerait sur :

1) Le déménagement de Saint-Germain à Poissy de 6 unités actuelles, la pneumologie, la diabétologie, la consultation des maladies infectieuses, l’oncologie, la médecine interne et le court séjour gériatrique.

h__pital_poissy.jpg2) La construction à Poissy d’un bâtiment supplémentaire à horizon 2013 d’un coût de l’ordre de 70 millions €

3) La remise aux normes et restructurations sur Poissy de l’ordre de 30 millions €

4) Le maintien à Saint-Germain d’une unité de soins longue durée, l’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes, la radiothérapie et la psychiatrie

5) Enfin, un chiffrage des bâtiments de Saint-Germain qui deviendraient inoccupés et seraient vendus pour 26 millions €.

L’ARS fait remarquer que ce dossier « sera sans doute difficile à porter d’un point de vue » notamment « des élus ».

Mes chers collègues, les élus municipaux que nous sommes sont aussi des relais d’opinion naturels, dans les deux sens, vers les décideurs de la carte Santé sur nos territoires ; et vers les citoyens pour informer et expliquer. Encore en faudrait-il que nous en ayons les moyens ! Nous vous demandons, M. le Maire, d’envisager la création d’une commission extra municipale ou un groupe de travail élargi Santé Territoire pour participer et agir en acteurs responsables sur une problématique qui concerne au-delà de Saint-Germain 700.000 habitants. »


Les questions diverses n’engendrent pas de débat. Les élus de gauche ne pourront donc pas dialoguer avec le maire. Nous espérons néanmoins des informations importantes et rassurantes pour l’avenir du secteur hospitalier dans notre secteur, et la création urgente de ce groupe de travail, qui est réclamé par tous les élus au nom de la transparence de l’information.

A lire également sur notre blog :

SOS : Hôpital perdu (01/2011)

L’Agence régionale de Santé annonce l’abandon de l’hôpital de Saint-Germain (01/2011)

Tous nos comptes-rendus de conseils municipaux

Tous nos articles sur l’hôpital de Poissy – Saint-Germain

SOS : Hôpital perdu

Vendredi dernier, l’Agence Régionale de Santé (ARS) d’Ile de France a demandé au centre intercommunal (CHI) de Poissy/Saint-Germain de mettre fin à son projet de construction d’un hôpital sur un site unique à Chambourcy. Ce projet visait à construire un hôpital de 834 lits et places (dont 652 en médecine, chirurgie, obstétrique, 90 en rééducation et 92 en psychiatrie) sur la commune de Chambourcy pour un montant total de 400 millions d’euros. En septembre l’établissement avait pourtant finalisé l’acquisition d’un terrain pour 21 millions d’euros sur le site appelé Les Vergers de la Plaine.

Alors pourquoi tirer un trait sur ce nouvel hôpital à quelques jours de la désignation de l’équipe d’architectes?

Des tiraillements dans les équipes médicales ? L’ensemble de la communauté hospitalière Poissy et Saint-Germain soutenait le projet. Des conflits politiques ? Le maire PS de Poissy, Frédérick Bernard a soutenu cette solution, le maire UMP de Saint-Germain également. Des difficultés sur la commune d’accueil à Chambourcy ? Non plus, le député-maire s’est aussi fortement engagé pour la construction du nouvel hôpital sur sa commune. Le coût s’est-il envolé ? Depuis le début du projet, il a toujours été évoqué le même budget d’investissement.

Alors pourquoi ce qui était possible selon le ministre de la santé, Roseline Bachelot, ne l’est plus aujourd’hui ? Le rapport établi par deux experts mandatés par l’ARS indique que « le CHI n’a pas la capacité de construire un hôpital neuf et ne repose sur aucun projet médical ». Il détaille « une situation et des perspectives d’évolution financières inquiétantes avec un déficit cumulé de l’ordre de 88 millions €, et un déficit de 2010 estimé à 18 millions € […] seul un retour à l’équilibre et le rétablissement des fonds propres pourraient permettre d’envisager un investissement important ». Autre extrait: « A travers le projet médical, il faut examiner différentes hypothèses sur ses activités comme un renforcement du site de Poissy ou une répartition différente des activités entre les sites actuel […] il faut définir la place du CHI dans l’offre de soins en liaison avec des analyses de l’évolution démographique du bassin de vie. » Enfin le rapport observe que « la communauté hospitalière de Poissy/Saint-Germain est inquiète, divisée et affaiblie par des conflits internes ». Cette décision d’arrêt est-elle de nature à mobiliser les équipes ? On peut en douter !

La solution qui consisterait uniquement à rénover Poissy, outre le fait que la rénovation se ferait alors que l’hôpital de Poissy continuerait à recevoir des patients, n’est pas bonne pour Saint-Germain. Le financement de cette opération lourde serait sans doute obtenu en vendant à la découpe l’hôpital de Saint-Germain, et dans ce cas notre ville à tout perdu !

Au niveau du conseil municipal, nous demandons à M. le Maire de constituer une commission municipale spécifique sur l’avenir de l’hôpital. Les usagers et citoyens doivent aussi s’exprimer et ne pas hésiter à donner leur point de vue. Les usagers ne doivent pas être les seuls à ne pas s’exprimer sur ce dossier vital pour notre bassin de vie.

Ce ne sont pas seulement les chefs de pôles et les responsables d’unité qu’il faut mobiliser comme le recommande le rapport de l’ARS, mais bien tous les citoyens de notre bassin de vie.

N’hésitez pas à donner votre point de vue soit par mel, soit en commentaire sous l’article.

 

Précédemment sur notre blog :

Tous nos articles sur l’hôpital de Poissy – Saint-Germain

L’Agence régionale de Santé annonce l’abandon de l’hôpital de Chambourcy

Rebondissement majeur aujourd’hui dans le dossier de l’hôpital de Chambourcy.

Selon différents médias, l’Agence régionale de Santé (ARS) d’Ile-de-France (sous tutelle de l’Etat) a demandé aujourd’hui au centre hospitalier intercommunal de Poissy-Saint Germain de « mettre fin à la procédure » visant à la construction d’un nouvel établissement à Chambourcy, dont l’ouverture était prévue en 2014. C’est clairement l’abandon de ce nouvel hôpital qui devait remplacer ceux de Poissy et Saint-Germain. Depuis décembre, le projet était gelé ; il est aujourd’hui abandonné.

«La réalisation du nouveau centre n’est pas supportable financièrement par l’établissement», indique l’ARS. Son directeur a décidé de stopper toutes les procédures engagées depuis 2008. «L’établissement doit redéfinir un nouveau projet qui réponde aux besoins» précise l’ARS. Le président de l’Agence se prononce en faveur de la rénovation de l’hôpital de Poissy.

Les terrains de l’hôpital de Chambourcy avait pourtant été achetés en septembre 2010 pour 21 millions d’euros après le feu vert de la ministre de la Santé Roselyne Bachelot.

En début de semaine, le directeur de l’Hôpital intercommunal Gilbert Chodorge avait été sèchement débarqué de son poste par l’ARS, à la surprise générale. On comprend mieux aujourd’hui ce renvoi  puisque la mission de M. Chodorge, outre de rééquilibrer les comptes très déficitaires de l’hôpital, était de préparer la construction de ce nouvel hôpital. Mission qui n’a visiblement plus lieu d’être aujourd’hui.

Les élus locaux, de tous bords, ne comprennent pas ces revirements complets de l’Etat, qui vient de changer plusieurs fois de position en quelques mois.

 

Sources : AFP, Parisien, Médiaseine

 

Précédemment sur notre blog :

Le projet de nouvel hôpital à Chambourcy est gelé (12/2010)

Le centre hospitalier de Poissy – Saint-Germain a acquis le terrain du futur hôpital à Chambourcy (09/2010)

Tous nos articles sur l’Hôpital de Poissy – Saint-Germain

Le projet de nouvel hôpital à Chambourcy est gelé

Le Parisien du 6 décembre publie un article préoccupant sur le devenir de l’hôpital de Chambourcy, qui doit remplacer à partir de 2014 celui de Poissy et celui de Saint-Germain. Celui-ci semble désormais remis en cause. Rappelons qu’en septembre dernier les terrains ont été achetés. Le flou est désormais total et les élus locaux ne semblent plus avoir aucune prise sur l’avenir de cet hôpital.


Le projet du nouvel hôpital est gelé

Nouveau rebondissement dans le dossier du nouvel hôpital. Le projet, qui semblait être acquis, est au point mort. Le président de l’agence régionale de santé (ARS) s’interroge sur son financement

 

Coup d’arrêt pour le projet de construction d’un nouvel hôpital à Chambourcy. L’agence régionale de santé d’Ile-de-France (ARS), présidée par Claude Evin, a décidé de geler le dossier jusqu’à nouvel ordre. Le volet du financement inquiète la tutelle. Un pôle moderne doit être élevé sur des terrains de la Plaine des Vergers en bordure de la D 113, non loin du centre commercial Carrefour, à l’horizon 2014 pour remplacer les deux établissements de Poissy et de Saint-Germain-en-Laye qui ne sont plus aux normes de sécurité.

Ces tergiversations font craindre le pire aux élus impliqués dans le projet. « De nombreuses rumeurs circulent, reconnaît Pierre Morange, le député-maire (UMP) de Chambourcy. Je reste prudent et je pense que les objectifs seront maintenus. L’hôpital unique est la solution car la rénovation des deux sites actuels est plus coûteuse qu’une nouvelle construction. »

Un coût estimé à 400M€

Plongé lui aussi dans le flou, Emmanuel Lamy, le maire (UMP) de Saint-Germain-en-Laye, va demander un rendez-vous à Xavier Bertrand, le nouveau ministre de la Santé. L’élu perd patience et qualifie Claude Evin, le patron de l’ARS, de cost killer, un homme chargé d’éviter le gaspillage et de faire des économies. « C’est un superpréfet de santé qui a les mains libres, note Emmanuel Lamy. Nous n’avons aucune information sur l’évolution du dossier, or nous avons besoin de réponses à nos questions. »

Claude Evin, qui a décidé de geler les procédures, entend obtenir des informations complémentaires. Le coût du nouveau pôle est estimé à 400M€ pour 850 lits. Il a mandaté deux conseillers généraux de santé sur place. L’objectif est d’étudier le financement du futur centre hospitalier et d’ajuster sa capacité. « Le projet mérite une extrême attention, précise Claude Evin. L’Etat, qui assure la moitié du financement, n’a pas rendu sa décision et l’autre moitié est prise en charge par l’établissement. Or il est déjà très endetté. Je crains qu’un nouvel emprunt soit suicidaire. » Le président de l’ARS attend les conclusions des deux experts pour se positionner. Le projet de nouveau pôle hospitalier semblait pourtant sur les rails le 17 septembre dernier, date de la signature officielle de l’acte d’acquisition des terrains de la Plaine des Vergers pour un montant de 21 M€. Dans la foulée, courant octobre, un jury devait retenir le cabinet d’architectes chargé de la conception du futur hôpital. Mais cette étape n’a pas eu lieu. C’est désormais Claude Evin qui détient la clé de la reprise des procédures.

Yves Fossey


A lire également sur notre blog :

Tous nos articles sur l’Hôpital de Poissy – Saint-Germain

Le centre hospitalier de Poissy – Saint-Germain a acquis le terrain du futur hôpital à Chambourcy (09/2010)