Une étude pour analyser une éventuelle fusion de Saint-Germain-en-Laye, Fourqueux, Mareil Marly et L’Etang la Ville

Dans cette même colonne, nous évoquions récemment le navrant manque d’ambition du projet de territoire élaboré par la Communauté d’Agglomération Saint-Germain Boucles de Seine, sans consultation des administrés de ses 20 communes membres.

communenouvelleDans la foulée de cette adoption de projet intercommunal, les maires de Saint Germain-en-Laye, Fourqueux, Mareil Marly et L’Etang la Ville, ont annoncé réfléchir à une fusion de leurs communes et leur intention d’engager une étude de faisabilité de cette fusion (principe adopté en décembre par les 4 conseils municipaux).

Cette étude prendra la forme d’une consultation associant à la fois les 124 élus municipaux et d’autre part l’ensemble des 50.000 habitants du territoire.

Tout l’enjeu des travaux sera de déterminer, si oui ou non, ce regroupement permettrait de créer un ensemble urbain cohérent, de renforcer l’offre d’équipements collectifs (scolaires, culturels, sportifs, administratifs) et de services à la population, de dynamiser le territoire ou d’en accroître l’attractivité. Il devra également évaluer les conséquences sur la fiscalité locale, sur la construction de logements, sur la représentation démocratique, sur la place des politiques de préservation environnementale à y mener (protection des forêts et de la biodiversité).

Autant de questions essentielles nécessitant des réponses claires et partagées. Nous serons, à cet égard, extrêmement vigilants, tant sur la transparence que sur l’implication des populations concernées. Au-delà de cette étude de préfiguration, seule une concertation de qualité et l’organisation d’un vrai débat public garantiront la soutenabilité de ce projet. Nous y veillerons.

Les élus de gauche, Pascal Lévêque, Angéline Silly, Pierre Camasses

Retrouvez nos articles sur le blog http://pssaintgermain.fr.

Ou sur les réseaux sociaux : https://twitter.com/PsSaintGermain

Quel projet de territoire pour notre agglomération ?

SaintgermainbouclesseineLa Communauté d’agglomération, 20 villes dont Saint-Germain, vient de voter son projet de territoire. Ce document a pour objectif de répondre aux principaux enjeux économiques, démographiques et environnementaux.

A la base de ce projet de territoire : un diagnostic réalisé par un cercle restreint, composé d’élus et de services des villes, sans consultation des habitants.

Ce diagnostic est très décevant. On a très peu mobilisé l’Insee qui est pourtant une référence, très accessible, en matière de captation de données. Aucune prospective, ne serait-ce qu’à 5 ans, n’a été proposée. Sur le plan démographique par exemple, quels sont les enjeux de notre territoire ?

Priorité numéro 1 de ce projet de territoire, « l’attractivité économique », est un descriptif d’actions très généralistes au profit des entreprises qui pourraient s’appliquer à tout territoire métropolitain, sans aucune vision en matière d’emploi.

L’axe « mobilité » se situe dans le respect des compétences de la communauté. Cet axe est déclinable en actions autour de nos pôles gares, nos dessertes bus, l’accessibilité, le développement des usages des modes doux et alternatifs. Enfin les deux axes suivants, aménagement et tourisme, ne ciblent pas prioritairement les habitants de nos communes.

Ce projet reflète l’état d’esprit qui anime la communauté d’agglomération. Une construction à la « Thatcher », « I want my money back », destinée avant tout à récupérer des fonds pour sa propre commune (les fameuses attributions de compensation), le financement des biens communautaires passant après. Difficile dans ces conditions et dans un tel état d’esprit de construire un projet de territoire commun et ambitieux. Il est, à ce stade, forcément fondé sur le plus petit dénominateur commun.

Nous vous souhaitons, ainsi qu’à vos proches, de très belles fêtes de fin d’année.

Les élus de gauche : Pascal Lévêque, Angéline Silly, Pierre Camasses

Pascal Lévêque (PS) élu conseiller de la Communauté d’agglomération Saint-Germain Boucles de Seine

SaintgermainbouclesseineJeudi dernier le conseil municipal de Saint-Germain-en-Laye a procédé à l’élection d’un conseiller communautaire en raison d’un siège vacant. Suite au décès d’Emmanuel Lamy au printemps, le nouveau maire de Saint Germain Arnaud Péricard a succédé à Emmanuel Lamy au sein de l’assemblée de l’intercommunalité Seine et Forêts. Arnaud Péricard étant déjà élu de l’intercommunalité, il y avait donc un siège vacant sur les 10 délégués pour notre ville.
A la demande d’Arnaud Péricard, le groupe majoritaire n’a pas proposé de candidat face à la candidature de Pascal Lévêque (conseiller municipal PS de Saint-Germain-en-Laye), ce que nous saluons. Depuis son élection, Arnaud Péricard considère que les oppositions doivent aussi être représentées dans les différentes instances. 8 délégués sur 10 étant de la majorité et un siège pour la liste divers droite, la gauche était tout aussi légitime pour être représentée.
photocasf3Pascal Lévêque, 59 ans, est élu depuis 2008 au conseil municipal de Saint-Germain-en-Laye et était la tête de liste de la gauche aux élections municipales de 2008 et 2014. Il a également été conseiller communautaire de 2014 à début 2016 lors de la constitution de première fusion avec 10 communes, un regroupement alors appelé Saint Germain Seine et Forêts.  En décembre 2015, les élus de droite saint-germanois s’étaient alliés pour empêcher son élection dans la nouvelle intercommunalité.
Lors de son intervention durant le conseil municipal, Pascal Lévêque a déclaré « j’apporterai ma contribution, ma vision, ma sensibilité à la construction délicate de ce rassemblement de nos 20 communes. Nous pourrons avoir les mêmes analyses mais aussi des points de vue complémentaires. Toutefois comme le dit Antoine de Saint Exupery, nos différences loin de nous léser doivent nous enrichir« .
A lire également sur notre blog :

Intercommunalité Saint-Germain Boucle de Seine : Rendez-nous notre argent !

carteintercoRendez-nous notre argent !

Telle est la déclaration en substance des maires de notre communauté d’agglomération Saint-Germain Boucle de Seine lors du vote de son budget 2017. C’est dans une totale indifférence que les conseillers communautaires ont voté, avec toutefois une ville contre et des absentions, le budget pourtant important de 165 millions en fonctionnement et de 12 millions en investissement.

Ce budget, ce sont pour 76% des recettes fiscales provenant des ménages et des entreprises et 22% des dotations de l’Etat. A quoi sert cet argent ? La Communauté n’ayant toujours pas dessiné son projet de territoire, elle reverse près de 60% de ses recettes aux communes soit 98 millions € dont 15,5 millions € pour notre ville. Elle se garde 33 millions pour financer la seule compétence obligatoire qu’elle a mis en œuvre : la collecte et le traitement des déchets. Le reste est la marge, une contribution de crédits au titre des transports urbains, le tourisme et quelques dépenses pour les 2 piscines en intercommunalité et les 7 bibliothèques (celles de notre ville sont hors périmètre). Il ne reste presque rien après redistribution aux communes : l’autofinancement est de seulement 3 millions €. Autre signe d’une politique limitée, l’investissement pour l’année 2017 est faible avec 12 millions € pour nos 20 villes, soit l’équivalent des 2/3 du budget d’investissement de la seule ville de Saint-Germain ! Le seul projet « d’envergure » à noter est, pour 1,7 millions €, l’aménagement d’une nouvelle aire d’accueil des gens du voyage à Chatou.

La communauté Saint-Germain Boucle de Seine reste pour l’instant une vaste caisse enregistreuse pour demander et redistribuer l’argent du contribuable.  Triste panorama d’une « communauté » qui n’en a que le nom !

Les élus de gauche : Pascal Lévêque, Angéline Silly, Pierre Camasses

Saint-Germain-en-Laye : Mi-mandat, maxi déceptions

Nous sommes déjà en ce mois de mars à mi-mandat de la période 2014/2020 et les motifs d’insatisfactions sont nombreux pour les Saint-Germanois.

revonsplusgrandLe PSG a pris la décision d’abandonner le camp des Loges au profit de Poissy. C’est une défaite amère pour le maire qui en avait fait une vitrine attractive pour la ville dans son programme. Il a perdu en raison de son manque de soutiens politiques au sein du département.

depfa-impayes-cumules-01-oct-2016Défaite aussi, aux conséquences demain pour la ville pas encore estimées, avec le jugement du Sidru syndicat intercommunal présidé pendant de nombreuses années par le maire et qui a été condamné à payer 20 millions €. Le Préfet a ordonné récemment de régler, obligeant le syndicat à emprunter. Le jugement indique que le maire avait toutes les compétences pour comprendre les mécanismes d’emprunts toxiques qu’il a souscrits.

carteintercoUne intercommunalitéSaint-Germain a du mal à prendre sa place et dessiner son projet de territoire et où le maire de notre ville a été « relégué » aux Ressources Humaines, mission certes nécessaire mais pas la plus stratégique !

Des dossiers de la vie de tous les jours avec des tarifs de services aux usagers parmi les plus chers de la région comme aussi des parkings hors de prix dans notre ville.

Difficultés sur l’aménagement de la Lisière Pereire. En raison d’un recours des élus de la liste de droite dissidente, la commune est obligée de financer 21 millions en attendant la vente bloquée à deux promoteurs d’une partie de l’opération. Certes le maire n’est pas responsable des recours de ses opposants, mais cela illustre bien son absence de dialogue sur les projets d’investissement de la commune. La démocratie participative n’est pas dans les gènes de la majorité actuelle. C’est pourtant la voie attendue par une grande partie des habitants : être des acteurs de leur ville.

Les élus de gauche Pascal Lévêque, Angéline Silly et Pierre Camasses

Communiqué des élus d’opposition de la Communauté d’Agglomération Saint Germain Boucles de Seine sur les réfugiés

Saintgermainbouclesseine« Nous, élues communautaires de la Communauté d’Agglomération Saint Germain Boucles de Seine, élu(e)s municipaux des communes de cette agglomération (Carrières-sur- Seine, Chatou, Croissy-sur-Seine, Houilles, Le Pecq, Le-Mesnil-le-Roi, L’Etang-la-Ville, Le Vésinet, Louveciennes, Maisons-Laffitte, Marly-le-Roi, Montesson, Saint-Germain-en-Laye, Sartrouville), représentants de la gauche humaniste, souhaitons exprimer notre totale désapprobation aux élus, députés et maires de notre territoire qui font le choix de jouer le jeu de la peur, de la division, de l’extrémisme en appelant à manifester à Versailles ou Louveciennes contre l’installation de migrants dans les Yvelines, menant un jeu dangereux qui porte atteinte aux valeurs de la République.

Nous dénonçons l’égoïsme de ceux qui appartiennent à l’une des intercommunalités les plus riches de France et qui rejettent avec violence l’accueil d’un nombre limité de réfugiés sur leur territoire.
Nous apportons notre entier soutien aux élu(e)s, signataires de l’appel des Maires solidaires avec Calais, appel que nous faisons nôtre : http://www.maisondeselus.fr/monsieur-sarkozy-ecoutez-lappel-de-plus-de-200-maires-de-france/. Ces maires s’expriment pour un accueil des migrants dans le respect des valeurs humanistes défendues par notre République. Ces maires, et de nombreux autres encore, signataires de l’appel mettent en actes leur paroles avec l’aide d’associations d’accompagnement. En cohérence avec l’Appel des maires solidaires avec Calais, nous souhaitons que nos communes prennent également part à cet effort de solidarité nationale et travaillent à des solutions d’accueil des migrants dans la région parisienne, comme cela est demandé par l’Etat. »

Signataires

Les Elues communautaires : Michèle VITRAC-POUZOULET, Monika BELALA,

Les Elu-es municipaux : Bertrand RABANY, Didier PERRIERE, Pierre GRISON, Dominique BOISDE, Annie-Claude MOTRON, Bertrand MANSARD, Janick GIROUX, Guillaume HUGOT, Annick POUX, Michel STOEFFEL, Nicole SCHELLHORN, Roland G. VILLERME, Frédéric LUZI, Martine POYER, Jean-Luc AUFFRET, Daniel CORNALBA, Nicole LACHETEAU, Anne LAUNOIS, Michel MOUTON, André MICHEL, Antoine LORENZI, Pascal LEPRETRE, Maika BAMPS, Christine LE BERT, Nicolas MOURLON, Jacques CHESNAIS, Claudia PICON, Guillaume LE HENO, Sylvain THIALON, Frédérique ROGE, Guy BIANCOROSSO, Pascal LEVEQUE, Angéline SILLY, Pierre CAMASSES, Michel MICMACHER, Isabelle AMAGLIO-TERISSE , Romain CHIARADIA

Conférence « Saint-Germain Boucles de Seine : pour quoi faire? » le 12 octobre à Fourqueux avec Pascal Lévêque

conference12102016L’association Fourqueux Dialogue vous invite à une conférence-débat le 12 octobre à 20h45 sur le thème « Saint-Germain Boucles de Seine : pour quoi faire?« . Cette conférence aura lieu à l’Espace Delanoë (2 place Victor Hugo).

L’invité sera Pascal Lévêque, conseiller municipal PS de Saint-Germain-en-Laye, ancien conseiller communautaire Saint-Germain Seine et Forêts.

Cette conférence/débat est gratuite et l’entrée est libre. Venez nombreux débattre de notre intercommunalité.

Electrique et désolant Conseil Communautaire Saint-Germain Boucles de Seine

photoccseptembre2016Etrange atmosphère au Conseil Communautaire Saint-Germain Boucles de Seine du jeudi 22 septembre dernier avec tension et échanges aigres doux.

L’ordre du jour était pourtant tout à fait ordinaire, voire banal entre l’attribution des couloirs de piscine à Houilles ou la gestion de l’aire des gens du voyage à Montesson ! On peut d’ailleurs légitimement se poser la question du pourquoi de la réunion de 92 conseillers communautaires pour de tels sujets.

A remarquer de plus près les tensions qui s’y déroulent montrent en creux le non fonctionnement de cette nouvelle institution.

SaintgermainbouclesseineTout d’abord, premier accroc, le maire de Bezons (PCF) s’est abstenu sur la délibération de l’élaboration du pacte fiscal et financier. Il s’agissait pourtant d’un simple texte indiquant que le projet de territoire serait élaboré pour la fin d’année. Cela révèle toute la difficulté de constituer entre nos 20 maires de la Communauté d’agglomération un véritable projet de territoire. Malheureusement il y a fort à parier que le projet de territoire qui sera présenté sera le rassemblement des plus petits communs dénominateurs.

S’ensuit une intervention non programmée à l’ordre du jour du maire de Louveciennes demandant la solidarité pour ne pas accueillir de migrants de Calais sur le territoire de la commune comme le Préfet semble y étudier une possibilité. Belle unanimité de cette droite sur ce rejet, la solidarité c’est bien pour les autres bien sûr pas pour nos villes. Merci et bravo aux deux conseillers communautaires socialistes qui ont refusé de s’associer et ont rappelé l’appel des maires solidaires signés sur toute la France.

Autre dysfonctionnement l’attribution d’une subvention de 50.000 € à une association, qui peut tout à fait se justifier, sauf qu’elle a révélé que la demande n’était pas passée par les commissions constituées au sein de la communauté. Elle a reçu l’aval du bureau des 20 maires. C’est justement ce que nous reprochons : le bureau des maires est le seul décideur.

Incident plus grave sur un sujet au départ assez anodin, la désignation d’un titulaire et d’un suppléant au sein de la commission de suivi du site de la station d’épuration Seine Aval. Au départ trois candidats, un vice-président, un représentant de Saint-Germain-en-Laye, un représentant de Marly le Roi. Le maire de Saint-Germain rappelle que le site est en très grande partie sur le territoire de la commune et il lui semblerait logique d’avoir un représentant. Sur demande insistante alors du président, Pierre Fond, par ailleurs maire de Sartrouville, le représentant de Marly retire « spontanément » sa candidature. C’est alors que le candidat de Saint-Germain informe qu’il souhaiterait être titulaire et non suppléant en raison d’un éventuel risque de conflit d’intérêts que pourrait faire courir le vice-président proposé, en raison de sa profession et du milieu professionnel qu’il côtoie. Silence pesant dans la salle et dans l’exécutif. Le Président conteste cette remarque et maintien le choix proposé, le représentant de Saint-Germain retire alors sa candidature. De trois candidatures au départ, il n’en y a plus qu’une ! Le président en appelle à nouveau au représentant de Marly pour qu’il se représente et les deux sont enfin élus. Incident terminé? non ! Le député-maire de Chambourcy Les Républicains Pierre Morange réclame alors des excuses concernant les propos entendus. Devant le refus du candidat de Saint-Germain, il se lève accompagné de son adjointe et quittent tous les deux le Conseil Communautaire !! Chaude ambiance.

Autre dysfonctionnement, lors du passage d’une convention pour la gestion de l’aire d’accueil des gens du voyage de Montesson et des terrains familiaux, une question est alors posée par une élue de Saint-Germain- en-Laye (très en verve les élus de Saint-Germain !!). Une question, plutôt une interrogation, la gestion des terrains familiaux ne serait pas de la compétence de la Communauté ? Encore blanc et silence dans l’exécutif. Il faut dire que le rapporteur de cette question le Vice-président de la Commission Habitat et Logement n’est pas présent. Donc une seule absence et sur 92 conseillers personne ne sait répondre !! Admirable réponse du Président Pierre Fond, « nous allons voter comme ça, si cela n’est pas bon on changera demain matin et on repassera la délibération la prochaine fois… ». Tout à fait compétent et professionnel dans cette communauté !

Enfin concernant le Tourisme, cette fois, il s’agit bien d’une compétence de la Communauté d’agglomération, le Conseil, sur demande du maire de Maisons-Laffitte Jacques Myard, a fait voter le maintien distinct d’un office de tourisme dans sa ville. On n’a pas encore défini la politique communautaire du Tourisme, que déjà on va dans le sens contraire en maintenant un office distinct. Heureusement, ni Saint-Germain ni les villes du pays des Impressionnismes n’ont fait la même demande.

Terminons ce désolant Conseil Communautaire avec la palme de l’élégance à Jacques Myard, qui a déclaré aux élus de gauche qui posaient une question : « On s’en fout ! ». Manifestement, il devait encore se croire sur les bancs de l’assemblée lors des questions au gouvernement, où l’image de nos députés vociférant fait honte à notre pays.

Sectarisme et fermeture démocratique à la Communauté d’Agglomération Saint-Germain Boucles de Seine

CCSGBSLe jeudi 30 juin la Communauté d’Agglomération Saint-Germain Boucles de Seine se réunissait. Cette communauté regroupant 20 villes dont Saint-Germain-en Laye a notamment mis à son ordre du jour son règlement intérieur de fonctionnement. Il était temps, constitué au 1er janvier de cette année, la communauté avait jusqu’au 30 juin pour établir son règlement !

Cela a été l’occasion de voir une droite hégémonique et sectaire refusant toute ouverture à l’opposition de gauche (pourtant très faiblement représentée) et appliquant deux poids deux mesures.

En effet, la passe d’armes entre gauche et droite a porté sur les représentations en Bureau et en Commissions. Dans le texte proposé, au sein du Bureau (les 20 maires de la communauté), il est indiqué qu’en cas d’absence d’un maire, celui-ci peut se faire représenter par un autre conseiller communautaire ou un conseiller municipal de son choix (sans droit de vote). Dans les commissions de travail par thème, une autre règle apparaît, à savoir que le suppléant ne peut être que conseiller communautaire. La gauche a tout simplement demandé que la même règle régisse le Bureau et les commissions, c’est-à-dire une suppléance possible par un conseiller communautaire ou conseiller municipal.

Pierre Fond, le Président  de la Communauté (par ailleurs maire Les Républicains de Sartrouville) a d’abord noyé le poisson en répondant à d’autres remarques notamment sur les vœux et essayant de ne pas aborder l’explication.

Sur reprise de parole de Michèle Vitrac (Conseillère Communautaire PS de Sartrouville) qui mettait en avant la différence de traitement entre le Bureau et les Commissions, nous avons eu droit de la part de Pierre Fond à un magnifique : « ben ce n’est pas pareil, le bureau …c’est l’exécutif ! »

Quelle puissance de raisonnement! Donc résumons. Le Bureau de la Communauté d’Agglomération est composé des 20 maires de notre communauté. Son rôle d’exécutif est de préparer et trancher les décisions des délibérations. Dans cet organe, un maire absent à une réunion peut se faire représenter s’il le souhaite par un conseiller municipal non communautaire. Dans les commissions de la communauté, organe de travail et d’analyse des délibérations, qui n’est pas décideur, un conseiller communautaire absent ne peut pas se faire représenter par un conseiller municipal de son choix. Dans la décision oui, dans l’analyse non. ! Si vous comprenez la logique de cette décision vous pouvez nous écrire !!

Nous avons ici affaire à une décision sectaire délibérément contre l’opposition de gauche, qui n’a que deux élues pour toute l’intercommunalité. C’est le visage hégémonique de la droite de notre communauté. Une ouverture démocratique refusée à l’image de cette « drôle »  de configuration de la salle jeudi soir, en effet, comme vous le voyez sur la photo, en raison d’un évènement le soir, la salle du Conseil avait été laissé en théâtre. Devant : le bureau des 20 maires, et en face les conseillers communautaires. Cette image (inconsciente ?) illustre bien le rôle majeur et prépondérant du Bureau et de ce super collège des 20 maires (dont certains avaient quand même l’air de s’ennuyer !!) qui régit tout.

A lire également sur notre blog :

Tous nos articles sur notre intercommunalité

Communauté d’agglomération Saint-Germain Boucles de Seine : 166 millions pour quoi faire ?

SaintgermainbouclesseineVous avez certainement lu dans les colonnes du Journal de Saint-Germain l’article sur la Communauté d’agglomération Saint-Germain Boucles de Seine qui a voté son budget 2016 avec 166 millions d’euros de dépenses réelles envisagées.

Mais au fait, cette communauté qui regroupe 20 villes et 340 000 habitants, dont Saint-Germain, qu’a-t-elle décidée avec ses 92 conseillers communautaires ?

Quasiment rien ! En effet sur les 166 millions en budget de fonctionnement, 99 millions sont reversés aux 20 communes (soit 59,50% du budget) ; 34 millions sont destinés, compétence communautaire, à l’enlèvement des ordures ménagères sur notre territoire (soit 20,8% du budget). Et voilà en deux décisions 80% des dépenses sont faites. Il faut bien être 92 délégués pour décider cela ! Il y a bien aussi 6 millions pour les transports en bus, mais l’offre reste identique à 2015.

En investissement, à peine 10,9 millions de prévus pour toute la communauté des 20 villes (c’est presque deux fois moins que le seul budget d’investissement de la ville de Saint-Germain !) dont 2,8 millions pour la suite de travaux dans des gares, 800 000 € pour de l’aide à la construction de logements sociaux et un million pour de l’achat éventuel de terrains.

On nous dit, c’est un budget de transition. Exactement les mêmes termes qu’en 2014 et 2015 à la Communauté Saint-Germain Seine et Forêts ! A force d’être en transition, on est surtout dans l’immobilisme. Un point nouveau tout même, 467 000 € d’indemnités ont été votés pour les élus dont 1 378 € chaque mois pour le président, les 15 vice-présidents et les 4 conseillers communautaires délégués (soit en fait nos 20 maires !). Pour un budget si difficile, il fallait bien ça !

Retrouvez nous également sur les réseaux sociaux : https://twitter.com/PsSaintGermain ou https://www.facebook.com/pssaintgermain

Les élus de gauche : Pascal Lévêque, Angéline Silly, Pierre Camasses