Conférence « Saint-Germain Boucles de Seine : pour quoi faire? » le 12 octobre à Fourqueux avec Pascal Lévêque

conference12102016L’association Fourqueux Dialogue vous invite à une conférence-débat le 12 octobre à 20h45 sur le thème « Saint-Germain Boucles de Seine : pour quoi faire?« . Cette conférence aura lieu à l’Espace Delanoë (2 place Victor Hugo).

L’invité sera Pascal Lévêque, conseiller municipal PS de Saint-Germain-en-Laye, ancien conseiller communautaire Saint-Germain Seine et Forêts.

Cette conférence/débat est gratuite et l’entrée est libre. Venez nombreux débattre de notre intercommunalité.

Electrique et désolant Conseil Communautaire Saint-Germain Boucles de Seine

photoccseptembre2016Etrange atmosphère au Conseil Communautaire Saint-Germain Boucles de Seine du jeudi 22 septembre dernier avec tension et échanges aigres doux.

L’ordre du jour était pourtant tout à fait ordinaire, voire banal entre l’attribution des couloirs de piscine à Houilles ou la gestion de l’aire des gens du voyage à Montesson ! On peut d’ailleurs légitimement se poser la question du pourquoi de la réunion de 92 conseillers communautaires pour de tels sujets.

A remarquer de plus près les tensions qui s’y déroulent montrent en creux le non fonctionnement de cette nouvelle institution.

SaintgermainbouclesseineTout d’abord, premier accroc, le maire de Bezons (PCF) s’est abstenu sur la délibération de l’élaboration du pacte fiscal et financier. Il s’agissait pourtant d’un simple texte indiquant que le projet de territoire serait élaboré pour la fin d’année. Cela révèle toute la difficulté de constituer entre nos 20 maires de la Communauté d’agglomération un véritable projet de territoire. Malheureusement il y a fort à parier que le projet de territoire qui sera présenté sera le rassemblement des plus petits communs dénominateurs.

S’ensuit une intervention non programmée à l’ordre du jour du maire de Louveciennes demandant la solidarité pour ne pas accueillir de migrants de Calais sur le territoire de la commune comme le Préfet semble y étudier une possibilité. Belle unanimité de cette droite sur ce rejet, la solidarité c’est bien pour les autres bien sûr pas pour nos villes. Merci et bravo aux deux conseillers communautaires socialistes qui ont refusé de s’associer et ont rappelé l’appel des maires solidaires signés sur toute la France.

Autre dysfonctionnement l’attribution d’une subvention de 50.000 € à une association, qui peut tout à fait se justifier, sauf qu’elle a révélé que la demande n’était pas passée par les commissions constituées au sein de la communauté. Elle a reçu l’aval du bureau des 20 maires. C’est justement ce que nous reprochons : le bureau des maires est le seul décideur.

Incident plus grave sur un sujet au départ assez anodin, la désignation d’un titulaire et d’un suppléant au sein de la commission de suivi du site de la station d’épuration Seine Aval. Au départ trois candidats, un vice-président, un représentant de Saint-Germain-en-Laye, un représentant de Marly le Roi. Le maire de Saint-Germain rappelle que le site est en très grande partie sur le territoire de la commune et il lui semblerait logique d’avoir un représentant. Sur demande insistante alors du président, Pierre Fond, par ailleurs maire de Sartrouville, le représentant de Marly retire « spontanément » sa candidature. C’est alors que le candidat de Saint-Germain informe qu’il souhaiterait être titulaire et non suppléant en raison d’un éventuel risque de conflit d’intérêts que pourrait faire courir le vice-président proposé, en raison de sa profession et du milieu professionnel qu’il côtoie. Silence pesant dans la salle et dans l’exécutif. Le Président conteste cette remarque et maintien le choix proposé, le représentant de Saint-Germain retire alors sa candidature. De trois candidatures au départ, il n’en y a plus qu’une ! Le président en appelle à nouveau au représentant de Marly pour qu’il se représente et les deux sont enfin élus. Incident terminé? non ! Le député-maire de Chambourcy Les Républicains Pierre Morange réclame alors des excuses concernant les propos entendus. Devant le refus du candidat de Saint-Germain, il se lève accompagné de son adjointe et quittent tous les deux le Conseil Communautaire !! Chaude ambiance.

Autre dysfonctionnement, lors du passage d’une convention pour la gestion de l’aire d’accueil des gens du voyage de Montesson et des terrains familiaux, une question est alors posée par une élue de Saint-Germain- en-Laye (très en verve les élus de Saint-Germain !!). Une question, plutôt une interrogation, la gestion des terrains familiaux ne serait pas de la compétence de la Communauté ? Encore blanc et silence dans l’exécutif. Il faut dire que le rapporteur de cette question le Vice-président de la Commission Habitat et Logement n’est pas présent. Donc une seule absence et sur 92 conseillers personne ne sait répondre !! Admirable réponse du Président Pierre Fond, « nous allons voter comme ça, si cela n’est pas bon on changera demain matin et on repassera la délibération la prochaine fois… ». Tout à fait compétent et professionnel dans cette communauté !

Enfin concernant le Tourisme, cette fois, il s’agit bien d’une compétence de la Communauté d’agglomération, le Conseil, sur demande du maire de Maisons-Laffitte Jacques Myard, a fait voter le maintien distinct d’un office de tourisme dans sa ville. On n’a pas encore défini la politique communautaire du Tourisme, que déjà on va dans le sens contraire en maintenant un office distinct. Heureusement, ni Saint-Germain ni les villes du pays des Impressionnismes n’ont fait la même demande.

Terminons ce désolant Conseil Communautaire avec la palme de l’élégance à Jacques Myard, qui a déclaré aux élus de gauche qui posaient une question : « On s’en fout ! ». Manifestement, il devait encore se croire sur les bancs de l’assemblée lors des questions au gouvernement, où l’image de nos députés vociférant fait honte à notre pays.

Sectarisme et fermeture démocratique à la Communauté d’Agglomération Saint-Germain Boucles de Seine

CCSGBSLe jeudi 30 juin la Communauté d’Agglomération Saint-Germain Boucles de Seine se réunissait. Cette communauté regroupant 20 villes dont Saint-Germain-en Laye a notamment mis à son ordre du jour son règlement intérieur de fonctionnement. Il était temps, constitué au 1er janvier de cette année, la communauté avait jusqu’au 30 juin pour établir son règlement !

Cela a été l’occasion de voir une droite hégémonique et sectaire refusant toute ouverture à l’opposition de gauche (pourtant très faiblement représentée) et appliquant deux poids deux mesures.

En effet, la passe d’armes entre gauche et droite a porté sur les représentations en Bureau et en Commissions. Dans le texte proposé, au sein du Bureau (les 20 maires de la communauté), il est indiqué qu’en cas d’absence d’un maire, celui-ci peut se faire représenter par un autre conseiller communautaire ou un conseiller municipal de son choix (sans droit de vote). Dans les commissions de travail par thème, une autre règle apparaît, à savoir que le suppléant ne peut être que conseiller communautaire. La gauche a tout simplement demandé que la même règle régisse le Bureau et les commissions, c’est-à-dire une suppléance possible par un conseiller communautaire ou conseiller municipal.

Pierre Fond, le Président  de la Communauté (par ailleurs maire Les Républicains de Sartrouville) a d’abord noyé le poisson en répondant à d’autres remarques notamment sur les vœux et essayant de ne pas aborder l’explication.

Sur reprise de parole de Michèle Vitrac (Conseillère Communautaire PS de Sartrouville) qui mettait en avant la différence de traitement entre le Bureau et les Commissions, nous avons eu droit de la part de Pierre Fond à un magnifique : « ben ce n’est pas pareil, le bureau …c’est l’exécutif ! »

Quelle puissance de raisonnement! Donc résumons. Le Bureau de la Communauté d’Agglomération est composé des 20 maires de notre communauté. Son rôle d’exécutif est de préparer et trancher les décisions des délibérations. Dans cet organe, un maire absent à une réunion peut se faire représenter s’il le souhaite par un conseiller municipal non communautaire. Dans les commissions de la communauté, organe de travail et d’analyse des délibérations, qui n’est pas décideur, un conseiller communautaire absent ne peut pas se faire représenter par un conseiller municipal de son choix. Dans la décision oui, dans l’analyse non. ! Si vous comprenez la logique de cette décision vous pouvez nous écrire !!

Nous avons ici affaire à une décision sectaire délibérément contre l’opposition de gauche, qui n’a que deux élues pour toute l’intercommunalité. C’est le visage hégémonique de la droite de notre communauté. Une ouverture démocratique refusée à l’image de cette « drôle »  de configuration de la salle jeudi soir, en effet, comme vous le voyez sur la photo, en raison d’un évènement le soir, la salle du Conseil avait été laissé en théâtre. Devant : le bureau des 20 maires, et en face les conseillers communautaires. Cette image (inconsciente ?) illustre bien le rôle majeur et prépondérant du Bureau et de ce super collège des 20 maires (dont certains avaient quand même l’air de s’ennuyer !!) qui régit tout.

A lire également sur notre blog :

Tous nos articles sur notre intercommunalité

Communauté d’agglomération Saint-Germain Boucles de Seine : 166 millions pour quoi faire ?

SaintgermainbouclesseineVous avez certainement lu dans les colonnes du Journal de Saint-Germain l’article sur la Communauté d’agglomération Saint-Germain Boucles de Seine qui a voté son budget 2016 avec 166 millions d’euros de dépenses réelles envisagées.

Mais au fait, cette communauté qui regroupe 20 villes et 340 000 habitants, dont Saint-Germain, qu’a-t-elle décidée avec ses 92 conseillers communautaires ?

Quasiment rien ! En effet sur les 166 millions en budget de fonctionnement, 99 millions sont reversés aux 20 communes (soit 59,50% du budget) ; 34 millions sont destinés, compétence communautaire, à l’enlèvement des ordures ménagères sur notre territoire (soit 20,8% du budget). Et voilà en deux décisions 80% des dépenses sont faites. Il faut bien être 92 délégués pour décider cela ! Il y a bien aussi 6 millions pour les transports en bus, mais l’offre reste identique à 2015.

En investissement, à peine 10,9 millions de prévus pour toute la communauté des 20 villes (c’est presque deux fois moins que le seul budget d’investissement de la ville de Saint-Germain !) dont 2,8 millions pour la suite de travaux dans des gares, 800 000 € pour de l’aide à la construction de logements sociaux et un million pour de l’achat éventuel de terrains.

On nous dit, c’est un budget de transition. Exactement les mêmes termes qu’en 2014 et 2015 à la Communauté Saint-Germain Seine et Forêts ! A force d’être en transition, on est surtout dans l’immobilisme. Un point nouveau tout même, 467 000 € d’indemnités ont été votés pour les élus dont 1 378 € chaque mois pour le président, les 15 vice-présidents et les 4 conseillers communautaires délégués (soit en fait nos 20 maires !). Pour un budget si difficile, il fallait bien ça !

Retrouvez nous également sur les réseaux sociaux : https://twitter.com/PsSaintGermain ou https://www.facebook.com/pssaintgermain

Les élus de gauche : Pascal Lévêque, Angéline Silly, Pierre Camasses

Saint-Germain Boucles de Seine : Loi NOTRe détournée !

 Tribune des élus PS dans le Journal de Saint-Germain du 1er avril 2016


SaintgermainbouclesseineLa loi NOTRe consacre le poids des régions et des intercommunalités tout en conservant aux communes ses prérogatives :

– les communes sont préservées comme collectivités locales de proximité et gardent la capacité d’agir dans tous les domaines,

– les intercommunalités sont principalement chargées de l’aménagement de l’espace, de la politique de la ville, de l’équilibre social de l’habitat, du développement économique ainsi que de la collecte et du traitement des déchets.

La Communauté d’Agglomération Saint-Germain Boucles de Seine, créée le 1er janvier 2016, s’est immédiatement dotée d’une gouvernance pléthorique (19 vice-présidents ou délégués, sorte de syndicat des maires), mais semble moins prompte à s’emparer de dossiers majeurs, en particulier environnementaux, contribuant au « bien vivre » comme la lutte contre la pollution de l’air et les nuisances sonores ou le soutien aux actions de maîtrise de la demande d’énergie ; de même, rien en ce qui concerne des actions sociales d’intérêt communautaire pour renforcer la solidarité. Il y a tout lieu de craindre également une multiplication rapide des coûts car les premières décisions ont concerné la mise-en place d’une sous-traitance par les syndicats intercommunaux, qui devraient, rappelons-le, être réduits ou dissous.
Notons la parution du guide « La mutualisation au service des communes, des intercommunalités et de leurs établissements », à l’usage des élus, qui traite des questions de gouvernance, de mutualisation, de compétence et de financement. Nous ne pouvons qu’inviter les maires des 20 communes de l’agglomération à se le procurer pour enfin se mettre à l’ouvrage et réussir cette nouvelle étape de la décentralisation.
Retrouvez nos articles sur le blog http://pssaintgermain.fr et les réseaux sociaux : https://twitter.com/PsSaintGermain ou https://www.facebook.com/pssaintgermain

Les élus de gauche : Pascal Lévêque, Angéline Silly, Pierre Camasses

Tribune libre des élus de gauche dans le Journal de Saint-Germain : « Assumez Monsieur le Maire ! »

Tribune libre des élus de gauche saint-germanois parue dans le Journal de Saint-Germain du 15 janvier 2016

SaintgermainbouclesseineS’il y avait un prix de l’enfumage, le maire de Saint-Germain serait le gagnant incontesté. Emmanuel Lamy a purement et anti démocratiquement rayé le siège de conseiller communautaire de notre liste sur la communauté Saint Germain Boucles de Seine. Son explication fumeuse de dire qu’il ne fait qu’appliquer la loi voulue par les socialistes cache un autoritarisme, d’ailleurs dénoncé par une de ses adjointes en plein conseil et un déni de démocratie.

Qu’en est-il ? La fusion en janvier 2016 avec 20 communes et 330.000 habitants entraine la réduction du nombre de conseillers communautaires. C’est ainsi que notre ville est représentée par 10 conseillers au lieu des 12, élus avec l’élection municipale de mars 2014. L’application en fonction du résultat de l’élection municipale avec 10 conseillers aurait donnée 8 sièges pour la liste de la majorité, 1 siège pour la liste divers droite et un siège pour notre liste. C’est logiquement que nous avons proposé au maire une liste unique de 10 noms respectant cette proportion. Celui-ci a refusé et a préféré que des listes séparées soient proposées. Pourquoi ? Tout simplement parce qu’avec la mécanique du nombre de sièges au conseil municipal sa liste s’attribuait 9 sièges au lieu de 8, un siège pour l’opposition de droite et exclusion pour nous. Monsieur le maire assumez ! Votre 9ème siège (90% des sièges pour 54% des suffrages !) n’est pas légitime, vous vous êtes essuyé les pieds sur les 2163 Saint-Germanois qui ont porté leur choix en 2014 sur notre liste.

Ici, comme dans beaucoup de territoires, la droite se comporte en monopolisatrice. Le 2ème siège de gauche de Marly le Roi a lui aussi disparu !

Nous vous présentons nos meilleurs vœux de Fraternité, Solidarité et de Vigilance

Retrouvez nos articles sur http://pssaintgermain.fr ou sur Twitter : http://twitter.com/PsSaintGermain et Facebook : https://www.facebook.com/pssaintgermain

Les élus de gauche : Pascal Lévêque, Angéline Silly, Pierre Camasses

Quand les droites Saint-Germanoises s’essuient les pieds sur les 2.163 électeurs de gauche de la municipale de mars 2014

carteintercoLe conseil municipal du 14 décembre aura été marqué par le sectarisme et le manque de respect démocratique de toutes les droites du conseil municipal.

Ce conseil avait à désigner les conseillers communautaires de la nouvelle communauté d’agglomération Saint-Germain Boucles de Seine. En effet, au premier janvier 2016, la communauté d’agglomération Seine et Forêts fusionne avec la Communauté des Boucles de la Seine (Sartrouville, Chatou, le Vésinet…), la communauté Maisons/Mesnil et Bezons soit 330.000 habitants. Les 12 conseillers communautaires actuels de Saint-Germain, élus en même temps que l’élection municipale, ne seront plus que 10 au premier janvier. Voilà pourquoi le conseil devait désigner parmi les 12 sortants, les 10 conseillers Saint-Germain Boucles de Seine.

Le juge de paix pour cette élection est le résultat de l’élection municipale de mars 2014. En appliquant la méthode électorale sur 10 conseillers, la répartition donne 8 conseillers pour la liste d’Emmanuel Lamy, 1 siège pour la liste d’Anne Gommier (divers droite) et 1 siège pour la liste de gauche menée par Pascal Lévêque.

C’est ainsi que le leader de la gauche, il y a quinze jours, a proposé au maire Emmanuel Lamy de faire la liste de 10 noms avec la place 9 pour Anne Gommier et la place 10 pour la gauche et de proposer, comme en décembre 2013, cette liste unique au conseil du 14 décembre. C’est républicain et surtout démocrate et respectueux du suffrage universel.

Après avoir fait lanterner Pascal Lévêque pendant 10 jours, le maire décline cette proposition et préfère que chacun propose des listes séparées au Conseil. C’est qu’entre temps il a fait ses calculs : avec la mécanique du nombre de sièges au conseil, sa liste aurait 9 sièges au lieu de 8 et la gauche serait privée de représentation.

De même, une proposition de liste conjointe des 2 minorités avec Anne Gommier a été rejetée par cette dernière (et pourtant avec 8 voix, les deux étaient élus !). A croire que les élus de gauche de notre commune sont des pestiférés !

C’est ainsi qu’Emmanuel Lamy a raflé lundi 9 sièges sur 10 (90% des sièges, alors que sa liste n’a obtenu que 54 % des électeurs) et Anne Gommier un siège et écarté de la communauté d’agglomération Pascal Lévêque. Bravo le respect de la démocratie ! Inutile de se perdre dans les arguties juridiques du maire, oui sur la forme ce qu’il a fait est légal, d’un point de vue démocratique c’est indigne, c’est un hold up électoral.

Alors que les interventions de Pascal Lévêque au sein de la communauté d’agglomération ont été unanimement saluées pour son concours aux travaux et à la réflexion, Emmanuel Lamy a fait élire un ses adjoints qui a pourtant déclaré dans ce même conseil (voir notre précédent article) que la communauté était « inutile » et ne servait à rien. Cherchez la logique !

Tout ceci sent la vieille politique, tous ces conseillers de droite n’ont certainement rien compris aux récent propos de Jean Pierre Raffarin qui déclarait qu’il fallait aller au-delà des clivages et savoir travailler ensemble pour nos concitoyens.

Nous reprenons la citation d’Albert Camus citée par Pascal Lévêque lors du dernier conseil communautaire du 15 décembre (vous trouverez ici son intervention en pdf, 43ko) « la démocratie, ce n’est pas la loi de la majorité, mais la protection de la minorité« .

A méditer, mais le maire de Saint-Germain en est-il capable ?

 

A lire également :

La déclaration de Pascal Lévêque lors du conseil communautaire du 15 décembre (43ko, pdf)

La nouvelle communauté Saint-Germain Boucles de Seine divise fortement la droite saint-germanoise !

La nouvelle communauté Saint-Germain Boucles de Seine divise fortement la droite saint-germanoise !

carteintercoConseil municipal fort agité lundi soir en mairie de Saint-Germain. Outre le fait que la majorité d’Emmanuel Lamy s’est livrée à un « véritable hold up  électoral » en s’attribuant 9 sièges de conseillers communautaires pour sa liste et supprimant ainsi le mandat de notre Conseiller PS Pascal Lévêque, (nous reviendrons sur cette attitude antirépublicaine dans un prochain article), des prises de position étonnantes ont été révélées.

Tout d’abord lors du débat sur les statuts et la gouvernance de la future Communauté, un adjoint de la majorité, Xavier Lebray, a déclaré qu’il s’abstiendrait, rejetant cette future communauté inutile, avec une gouvernance pléthorique. Il fut suivi d’un deuxième adjoint Gilbert Audurier, regrettant lui aussi une armée mexicaine au futur bureau communautaire et la crainte de dépenses d’indemnités inacceptables. René Prioux, conseiller majoritaire, a lui aussi souligné l’inadaptation de cette nouvelle structure. Le maire a rappelé qu’il ne fallait pas que Saint-Germain-en-Laye se signale et que la ville ne pouvait être absente du mouvement de l’intercommunalité. Résultats du vote : 6 absentions, 1 contre et 36 favorables.

Lors du vote des futurs conseillers communautaires à partir de 2016, l’intervention de l’adjointe d’Emmanuel Lamy aux ressources humaines, Agnès Cerighelli, a été au sens littéral du terme des plus «  détonantes ». Dans un silence mi glacial, mi effaré, elle a appelé l’ensemble des conseillers municipaux à se séparer d’Emmanuel Lamy ! Dans un portrait au vitriol, elle a décrit « un maire autoritaire, sans appui politique dans la région, lâché par tous les élus et parlementaires de droite, nuisible au rayonnement de la ville de Saint-Germain-en-Laye et qui n’aurait pas de véritable influence dans la future communauté ». Elle a appelé dans un premier tour à voter pour elle et dans un second tour pour une liste ouverte « Saint-Germain-en avant » où toutes les sensibilités devraient être représentées.

Après une suspension de séance, le vote s’est déroulé et résultat sans appel pour celle qui brise le silence : 1 voix !

Décidemment, on ne sait quelle mouche pique les adjoints aux ressources humaines d’Emmanuel Lamy. On se souvient que dans le précédent mandat, cette fonction était occupée par Anne Gommier… qui a présenté en mars 2014 une liste dont elle a pris la tête en opposition au maire. Au-delà de la future communauté d’agglomération, Emmanuel Lamy a manifestement des difficultés de gouvernance dans sa propre équipe. Des tensions dans une équipe, cela peut arriver, surtout en fin de mandat, mais nous sommes à plus de 4 ans de 2020 !

Nous reviendrons dans un prochain article sur l’organisation du scrutin qui a entrainé la suppression du mandat de conseiller communautaire de notre tête de liste, Pascal Lévêque, une décision d’Emmanuel Lamy qui n’honore pas le respect de la démocratie dans notre ville.

A lire également :

Le compte-rendu du Courrier des Yvelines (23/12/2015, pdf, 2,5Mo)

Intercommunalité : Un mariage à 20 au 1er janvier !

Carte_27-avril-2011_ZoomA peine née le 1er janvier 2014, la Communauté de Communes Saint-Germain-Seine et Forêts, avec ses 10 communes et ses 108 944 habitants, devenue Communauté d’agglomération le 1er janvier 2015, doit à nouveau fusionner au 1er janvier 2016.

En effet la carte préfectorale prévoit le regroupement de nos 10 communes avec celles de la CABS (Sartrouville, Houilles, Chatou, Le Vésinet, Montesson, Carrières-sur-Seine, Croissy) ainsi que Maisons-Laffitte, Mesnil-le Roi et Bezons, (332 672 habitants au total).

A deux mois de ce regroupement, toujours pas de débat, personne ne parle de cette fusion, aucun conseil de quartier n’évoque ce point, pas d’article dans le Journal de Saint-Germain. Comment accepter de passer sous silence un regroupement qui nous engage tant pour l’avenir ? Ce n’est qu’en décembre que le Conseil communautaire Saint-Germain Seine et Forêts va débattre de ce futur. Nous ne savons même pas quel sera le nom résultant de cette fusion !

Et pourtant, nous entrons maintenant dans une période de stabilité du périmètre qui doit enfin permettre de construire une politique intelligente et en complémentarité de chacune de nos communes, et non la politique actuelle qui se résume à un simple tiroir-caisse au profit des villes.

A gauche, nous défendrons un projet construit sur la base de la modération des dépenses, la stabilité des impôts et l’efficience des actions à retenir. Dynamiser l’économie du territoire, compléter l’offre de transports, renforcer l’offre de logements pour accroître l’efficacité des services, tels doivent être les principaux axes de la future politique intercommunale.

Encore faudrait-il que tout cela ne se fasse pas dans l’ombre et la plus totale opacité !

Suivez-nous sur Twitter @PsSaintGermain et Facebook https://www.facebook.com/pssaintgermain

Pascal Lévêque, Angéline Silly, Pierre Camasses

Un Conseil Communautaire Seine et Forêts bien décevant

1h05 chrono, montre en mains, telle a été la durée du dernier Conseil Communautaire Seine et Forêts du mercredi 30 septembre dernier. Efficacité direz-vous ? Et bien pas du tout. C’est un Conseil bien terne et sans intérêt auquel nous avons assisté. D’abord, il y avait une petite dizaine d’élus absents (certains étaient mieux à la réunion de Poissy autour d’Alain Juppé !). Puis les délibérations proposées avaient un gout de surréalisme.

Décisions d’exonération des cinémas du territoire de l’imposition communale CFE (certes pourquoi pas, ce n’est pas le plus urgent), exonération des jeunes entreprises innovantes faisant de la recherche (cela existait à Saint-Germain, mais n’a jamais été demandé, il y avait donc urgence à l’étendre à nos dix communes !!).

Encore plus surréaliste, donner notre avis sur un contrat Région ville de Port Marly sur des travaux d’investissement …où la Communauté d’agglomération Saint-Germain –Seine et Forêts ne finance rien ! Et enfin valider une délibération « bidon » de définition de l’intérêt communautaire en matière d’équipements sportifs et culturels limités exclusivement à une éventuelle construction de piscine de plus de 3000 m². En fait cette délibération en creux dit que pour tout le reste c’est la commune qui décide.

Sur le budget supplémentaire, qui doit voir l’attribution de fonds complémentaires aux 10 communes (dans le jargon les AC dérogatoires) rien, il va falloir attendre le prochain conseil du 4 novembre prochain.

Plus grave encore, alors que notre Communauté d’agglomération va fusionner avec deux autres communautés et la ville de Bezons au 1 janvier 2016, aucun dossier à trois mois de la fusion présenté en Conseil communautaire. Et pourtant, deux cabinets travaillent, paraît-il sur cette fusion !!

Nous sommes à des années-lumière avec cette majorité de droite des volontés du législateur avec la création des intercommunalités. Face à 36.000 communes, le législateur a voulu procéder depuis des années à des regroupements pour avoir des politiques concertées de territoire. Faut-il rappeler que l’Ile-de-France a été assez réticente à ces mouvements qui sont maintenant courant dans nos régions, les Yvelines particulièrement. Pourquoi ? Parce que chaque maire veut garder son territoire et ses décisions. Notre Communauté d’agglomération Saint-Germain Seine et Forêts (10 communes) a été créée dans la dernière vague rendue obligatoire par le législateur, au 1er janvier 2014. En 2014, la Communauté de Communes n’a pratiquement rien fait, si ce n’est de travailler au passage en 2015 en Communauté d’Agglomération essentiellement pour des raisons fiscales et financières. En effet en 2015, la communauté devenue d’agglomération Saint-Germain Seine et Forêts (toujours avec 10 communes) a bénéficié d’un soutien financier de l’Etat important. Les élus de droite l’oublient bien volontiers, eux qui n’arrêtent pas de fustiger la baisse des dotations de l’Etat (ici dans ce cas en 2015 elle a été supérieure). Sur 2015, nous avons été essentiellement une caisse enregistreuse, car la quasi-totalité des fonds de la communauté sont redistribués aux communes !

2016 se prépare avec la fusion la plus opaque qui soit à ce stade. Malheureusement, on peut craindre qu’avec la majorité actuelle, la philosophie soit toujours la même, c’est à dire une politique communautaire au minimum et au rabais et surtout garder le maximum de décisions au niveau de chaque commune. La simple somme des politiques disparates des communes du territoire n’a jamais fait une politique commune de territoire.

photocasf3Pascal Lévêque

Conseiller municipal Saint-Germain-en-Laye

Conseiller Communautaire Saint-Germain Seine et Forêts