Promesse tenue : le Pass Navigo à tarif unique, merci la Région Ile-de-France !

navigo78En septembre 2012, la mise en place du dézonage le week-end et les jours fériés pour les porteurs d’abonnement Navigo mensuels et annuels ainsi que pour les bénéficiaires de la carte « Solidarité transport » a été la première mesure d’harmonisation des tarifs des transports en commun en Ile-de-France.
En 2013, dans le même esprit, la mise en œuvre du complément de parcours a permis aux détenteurs de Pass Navigo, Imagine’R ou de cartes Améthyste, se déplaçant hors de leur zone en semaine, de ne payer que le coût du trajet situé hors zone. La Région continue, en outre, de financer des mesures de gratuité en faveur des jeunes en insertion (tarification sociale aux 825 000 abonnés de la carte Imagine R).
La dernière mesure prise par la majorité PS-EELV du conseil régional d’Ile-de-France est le passage au tarif unique de 70€ du Pass Navigo. Etape supplémentaire vers le futur réseau de transport du Nouveau Grand Paris, tous les Franciliens en bénéficieront dès le 1er septembre 2015. Abolissant le principe des zones, il permet de se déplacer de banlieue-banlieue, sans passer par Paris et de voyager n’importe où en Île-de-France. C’est une solution gagnant-gagnant qui profite aux 2 millions d’abonnés Navigo d’Ile de France !
Pour les socialistes, la logique est simple : pour une Région et un réseau de transports en commun (bus, RER, métro, tramway, Transilien, etc..) doit correspondre un tarif unique. C’est à la fois un choix politique et une nouvelle manière de penser les transports.

Une excellente nouvelle pour les usagers saint-germanois, détenteurs d’un Pass Navigo 4 zones, qui économiseront dès l’année prochaine plus de 400 € par an.

La Région Ile-de-France met en place le droit d’interpellation populaire

logoIDF.pngConformément à l’engagement de la majorité régionale, la Région l’Île-de-France donne aux Franciliens une possibilité supplémentaire de nourrir les débats de son assemblée en mettant en place le droit d’interpellation populaire pour ses habitants. Cette mesure illustre l’ouverture et la volonté de dialogue de la Région Ile-de-France avec tous les Franciliens.

Désormais, chaque citoyen francilien âgé de plus de 16 ans pourra soumettre un sujet relevant des compétences de la Région – sous forme de pétition – sur le site :

http://www.iledefrance.fr/droit-interpellation-populaire-signer-proposer-petition

Si la pétition recueille 50 000 signatures représentant les huit départements de la Région, elle sera soumise à l’ensemble des groupes politiques de la Région pour inscription à l’ordre du jour de la séance plénière du Conseil régional. Les élus régionaux pourront ainsi être saisis et s’approprier une thématique mobilisant une partie de la population francilienne. Des pétitions pourront également être transmises sous d’autres formes, manuscrite notamment. 

Ce nouveau droit d’interpellation populaire fait partie d’une série de mesures novatrices mises en place par la Région Île-de-France, avec la présence d’un médiateur (que l’on peut désormais saisir par Internet http://www.iledefrance.fr/saisirlemediateur), ou encore d’un portail Open data (data.iledefrance.fr). 

La région Ile-de-France vote 6 M€ pour financer le service de transport collectif « PAM » (Pour Aider à la Mobilité)

« PAM » est un service public de transport collectif à la demande, de porte à porte, destiné aux personnes à mobilité réduite et aux personnes âgées. C’est un service qui permet de se déplacer dans l’ensemble de la région Ile-de-France pour des trajets réguliers (travail, loisirs…) ou occasionnels (sorties culturelles…). Le voyage souhaité doit être réservé au moins 24 heures à l’avance par téléphone, fax, courrier ou courriel.

Les 630 salariés de « PAM » bénéficient d’une formation spécifique et les 400 véhicules sont adaptés au transport de personnes à mobilité réduite.

Chiffres clés

– En 2012, 750 000 courses ont été réalisées sur l‘ensemble de l’Ile-de-France (c’est 7 % de plus qu’en 2011 et 20 % de plus par rapport à 2010).

– Le service PAM comptabilise 27 000 abonnés.

– Les motifs des déplacements ont concerné à 42 % des rendez-vous médicaux, suivi de 37 % pour les loisirs/famille et à 31 % pour l’emploi.

– Doté de 400 véhicules et de plus de 630 salariés, le coût annuel de ce service s’élève à 36 M€, financé à part égale entre la Région Ile-de-France, le STIF et les Départements.

 – En 2013, la Région Ile-de-France a financé le service « PAM » à hauteur de 13 M€ (une première tranche de financement a été votée en avril 2013).

« PAM », comment en bénéficier ?

– « PAM » est réservé aux personnes résidant en Ile-de-France et qui ne peuvent pas utiliser les transports en commun réguliers du fait d’une incapacité physique, sensorielle ou mentale.

– Le service est piloté par le STIF et mis en œuvre par chaque Département. Pour pouvoir en bénéficier, il est nécessaire de s’inscrire auprès du PAM de son département de résidence : http://www.infomobi.com/fr/voyageurs-non-voyants-ou-malvoyants/transport-specialise-pam/annuaire-des-services-pam/

– Le service fonctionne tous les jours de l’année (sauf le 1er mai) de 6h à minuit.

Combien ça coûte ?

Les trajets sont payants et varient en fonction de la distance de la course :

– Zone 1, entre 0 et 15 km : 7 €

– Zone 2, entre 15 et 30 km : 10,50 €

– Zone 3, entre 30 et 50 km : 17,50 € 

– Zone 4, plus de 50 km : 35 €

Rénovation du lycée International de Saint-Germain-en-Laye : mise en place par la Région Ile-de-France en 2012 d’un schéma directeur

Lyc-e-internationalr-duit.jpgHenriette Zouguebi, Vice-présidente du Conseil régional d’Ile-de-France en charge des lycées et des politiques éducatives, s’est rendue le jeudi 2 février, au Lycée International de Saint-Germain-en-Laye, à l’invitation de la communauté éducative et pédagogique et d’Eddie Aït, Maire de Carrières-sous-poissy, Conseiller régional d’Ile-de-France et membre du Conseil d’Administration du lycée.

Après une présentation des lieux et une visite du site, une rencontre avec la Direction de l’établissement, le personnel enseignant, les élèves et des parents était organisée. Pierre Lequiller, Député et Vice-président du Conseil général des Yvelines, était également présent. Les échanges ont notamment porté sur les travaux de rénovation à mener et les projets portés par les élèves (lutte contre le sida, devoir de mémoire…).

La Communauté éducative et pédagogique a particulièrement insisté sur la nécessité de procéder à la rénovation de certains bâtiments qui constituent le patrimoine du lycée et en particulier le gymnase. Afin de répondre aux demandes, la Région, particulièrement sensible et attachée à la spécificité d’un tel établissement et aux conditions de travail des élèves et des enseignants, a convenu de la mise en place, courant 2012, d’un schéma directeur de l’établissement. Défini en commun avec l’ensemble des parties prenantes et des collectivités locales concernées, ce schéma Directeur aura pour objectif de fixer un calendrier d’intervention, de déterminer les objectifs à atteindre en terme de rénovation, et de déterminer les coûts des travaux à entreprendre.

« Ce lycée est un modèle en terme d’implication de la communauté éducative, des élèves et de leurs parents dans le projet de l’établissement. La coopération intelligente entre ces parties contribue à la réussite des élèves. L’occasion est donnée ici, à la Région, de rappeler son attachement à la mise en œuvre d’une politique éducative exemplaire ! » s’est réjoui Eddie Aït. A l’issue de la visite, Henriette Zouguebi a annoncé également la création d’un nouveau lycée international (horizon 2015), à Noisy-le-Grand, en complément de celui de Saint-Germain-en-Laye. Il répondra au problème de places constaté à Saint Germain-en-Laye.

Communiqué de la Région Ile-de-France

La Région Ile-de-France assume ses responsabilités pour la réussite éducative des lycéens et des lycéennes

La séance au Conseil régional d’Ile-de-France des 30 septembre et 1 octobre illustre la priorité que représente l’éducation pour la majorité socialiste :

le Conseil régional d’Ile-de-France garantit la gratuité des manuels scolaires grâce à une aide exceptionnelle de 10 millions d’euros. En effet, malgré un contexte budgétaire difficile à cause de la réforme des collectivités territoriales, cet effort budgétaire important sera réparti entre les 469 lycées. Les dotations, équivalentes à 150 euros par élèves, seront immédiatement communiquées aux lycées afin qu’ils puissent commander les livres neufs en vue d’une distribution aux élèves à la rentrée de novembre. Financés par redéploiements, les crédits ainsi débloqués permettent de faire face au surcoût du renouvellement des manuels de seconde, estimé à 20,45 millions d’euros. Les 10,45 millions d’euros restant seront financés par la réaffectation des crédits au sein du budget régional des lycées et par la mobilisation des fonds de réserve des établissements. Le Conseil régional d’Ile-de-France a été contraint de voter cette aide exceptionnelle en raison de la décision unilatérale du gouvernement de mettre en œuvre dès cette année la réforme du lycée en classe de seconde. Cette décision a rendu impossible l’achat de livres neufs à la rentrée, ainsi que nous l’annoncions sur notre blog dès le 11 mai 2010. Le Conseil régional d’Ile-de-France finance depuis 2001 la gratuité des livres avant d’être mis devant le fait accompli, cette année. A cause d’une réforme des lycées imposée brutalement, il n’a été informé que le 31 mars 2010 du remplacement complet des manuels. Le budget 2010, adopté fin 2009, ne pouvait prévoir les conditions d’une telle dépense.

le Conseil régional d’Ile-de-France augmente la dotation globale de fonctionnement des établissements scolaires du second degré en 2011. Celle-ci est en augmentation de 1,6 % par rapport à l’année précédente alors qu’une augmentation de 5,8 % est prévue pour le chauffage. 

– le Conseil régional d’Ile-de-France veut agir pour la réussite et l’égalité des lycéens et des lycéennes. Un grand nombre d’actions concrètes est adopté pour combler l’écart de capital culturel entre les jeunes : la mise en place d’une politique régionale afin de développer la culture de l’égalité entre filles et garçons ; la création d’un observatoire de la mixité scolaire et sociale ; le soutien financier aux associations de parents d’élèves ; l’aide à la formation des délégués élèves ; la réduction de la concurrence entre établissements par la définition d’une capacité d’accueil maximal par lycée dans le cadre d’un plan prévisionnel d’investissement et de rénovation ; l’accélération de la politique de construction d’internats de proximité en capacité de recevoir tous les élèves.

 

La Fédération Socialiste des Yvelines se félicite de ces efforts budgétaires considérables qui contribuent au droit à l’éducation universelle et gratuite. Nous soutenons pleinement une politique éducative régionale, efficace, rendue indispensable par les insuffisances de l’Etat dans ce domaine.

 

A lire également sur notre blog :

Manuels scolaires : un gouvernement irresponsable ! (09/2010)

Lycée Jeanne d’Albret : conséquences locales de la politique gouvernementale (05/2010)

Manuels scolaires : un gouvernement irresponsable !

Nous l’avions annoncé dès le 11 mai 2010 sur notre blog dans notre article sur les conséquences des mesures gouvernementales pour le lycée Jeanne d’Albret, le changement brutal et sans concertation de programme scolaire pour les Secondes par le  gouvernement entraine de sérieuses perturbations pour les élèves et les enseignants.

Le Parti socialiste des Yvelines et les conseillers régionaux socialistes ont fait la mise au point suivante.

 


En cette rentrée scolaire, les élèves de seconde peuvent se retrouver sans manuels. La précipitation avec laquelle le gouvernement a voulu mettre en place la réforme des lycées en est la seule cause. Pris au dépourvu, le Conseil régional n’avait pas inscrit au budget 2010 les 24 millions d’euros nécessaires alors que simultanément, ni les éditeurs, ni les établissements ne pouvaient anticiper la confection et l’achat des manuels nécessaires.

La Fédération Socialiste des Yvelines rappelle que le principe de la gratuité des manuels scolaires dans les lycées a été adopté par la région Ile-de-France en 2001, sa mise en application a été effective pour l’ensemble des classes de la seconde à la terminale à la rentrée 2003. La gratuité a d’ailleurs été étendu en 2005 aux « consommables » (cahiers d’exercice) pour les classes technologiques et professionnelles. Une telle politique de gauche, volontariste, a pour objectif la réussite de tous. Il n’est pas question de la remettre en cause.

Nous rappelons que l’Association des régions de France (ARF) a demandé à l’Etat de prendre en charge exceptionnellement une partie du coût de la dépense et que, dans le cas d’une réponse négative, la région Ile-de-France assumera ses responsabilités et fera face pour que les familles n’aient pas à payer cette année les manuels de leurs enfants

 

Estelle RODES, Première secrétaire fédérale du PS Yvelines, et les conseillers régionaux socialistes

 

A lire également sur notre blog :

Lycée Jeanne d’Albert : conséquences locales de la politique gouvernementale

Budget 2010 de la Région Ile-de-France : plus de 4,67 milliards d’euros au service des Franciliens

Le budget adopté par les élus le 18 décembre augmente de 2,9 % par rapport à celui de 2009, sans hausse de la fiscalité pour les Franciliens.

Vendredi 18 décembre, le conseil régional a adopté son projet de budget 2010 par 127 voix contre 61. Il augmente de 2,9 % par rapport à 2009 et atteint la somme de 4,67 milliards d’euros. Malgré un contexte d’incertitudes sociales et économiques, marqué par d’importantes réformes fiscales et territoriales, ce budget s’inscrit dans la continuité des actions menées les années précédentes, tant en faveur des investissements d’avenir que de l’affermissement du tissu social, économique, culturel et démocratique de la Région.

Les recettes

L’année 2010 est marquée par la diminution de 2,5 % des recettes permanentes régionales par rapport au budget 2009 : elles s’établissent à 3,683 milliards d’euros. Les conséquences de la crise économique ainsi que les réformes touchant la fiscalité locale érodent en effet les ressources fiscales. Néanmoins, pour la quatrième année consécutive, la fiscalité régionale n’augmentera pas en 2010 grâce à un recours adapté à l’emprunt d’environ 987 millions d’euros.

Trois priorités

– L’investissement comme moteur de la relance : 2010 sera une nouvelle fois pour la Région l’occasion de renforcer sa politique d’investissement et d’aménagement des territoires ;

– Le soutien aux réseaux d’acteurs locaux : en premier lieu en matière de développement économique et de politique de l’emploi, et en second lieu en matière de formation des jeunes et des adultes.

– La confiance en l’action régionale : la Région assumera en 2010 l’intégralité de ses engagements au titre du Contrat de projets 2007-2013, et mettra notamment en œuvre les huit contrats particuliers signés avec les départements d’Île-de-France.

Quatre domaines clés

Les transports, premier secteur d’intervention de la Région

La Région y consacre un quart du budget prévisionnel avec 1,143 milliard d’euros en crédits de paiement, en augmentation de 5,6 % par rapport à 2009. 2010 sera la première année de mise en œuvre du Plan de mobilisation et une étape importante dans l’exécution des opérations inscrites au Contrat de Projets 2007-2013. Parmi lesquelles le prolongement de trois lignes de métro (8, 4 et 12) et de deux lignes de tramway (T1 et T2), les créations de quatre lignes de tramway (T5, T6 et T7 et T8). Deux opérations seront aussi lancées en phase de travaux : le schéma directeur du RER D et la tangentielle Nord. Hors contrat de projets, la Région poursuivra notamment ses opérations de rénovation des gares et d’aménagement de la voierie pour autobus. D’autre part, la contribution régionale au Syndicat des transports d’Île-de-France (Stif) est en augmentation et s’élève à près de 578 millions d’euros.

L’enseignement secondaire

Permettre aux lycéens d’étudier dans un cadre adapté est un axe majeur de l’action régionale. La Région consacrera 782,7 millions d’euros en faveur des 471 lycées publics et 210 lycées privés, et de leurs 500.000 élèves : poursuite des nombreux chantiers en cours, financement des études des projets de construction (deux lycées « zéro énergie » et deux internats) et déploiement des Espaces numériques de travail (ENT).

Développement économique et emploi

Pour continuer d’apporter des réponses concrètes à la crise actuelle, le budget 2010 reconduit les moyens exceptionnels mis en œuvre en 2009. Une enveloppe de près de 110 millions d’euros est affectée en faveur de l’emploi et du développement économique. D’une part, pour le soutien des filières à fort potentiel et aux services créateurs d’emploi ; d’autre part, pour l’amélioration du retour à l’emploi des publics en difficulté et le développement des territoires les plus fragilisés.

L’Éco-Région

Pour devenir la première éco-Région d’Europe, la Région a fait le choix d’un développement économique responsable et solidaire, d’une densification urbaine de qualité, de la préservation des ressources et des espaces naturels. Cette volonté ne se traduit donc pas seulement dans le financement d’actions purement liées à l’environnement mais bien par la prise en compte de la question environnementale dans toutes les politiques régionales (logement, innovation, transports…).

 

Source :

Conseil régional d’Ile-de-France

 

A lire également sur notre blog :

Tous nos articles sur la Région Ile-de-France

La Région Ile-de-France veut aider les jeunes à financer leur permis de conduire

Posséder son permis de conduire est primordial lors d’une recherche d’emploi. La Région Ile-de-France propose d’aider des milliers de jeunes à le financer.

Pour les jeunes notamment, passer son permis de conduire coûte cher : 1.500 euros en moyenne pour 30 heures de cours. Et sans lui, trouver un travail ou une formation est un véritable casse-tête, en particulier là où les réseaux de transports en commun sont moins denses. La Région a donc proposé, lors de son conseil régional du 8 octobre, d’aider certains jeunes Franciliens âgés de 16 à 25 ans à financer ce sésame de la mobilité.

Cette aide pourrait profiter aux jeunes en démarche d’insertion ou de pré-qualification, dans le cadre de stages ou de formations agréés par le conseil régional. Elle prendrait la forme d’un chèque permis de conduire d’une valeur maximale de 600 euros selon le versement d’aides complémentaires de l’État ou d’autres collectivités territoriales.

Cette mesure, qui s’inscrit en faveur de l’égalité des chances d’accès à l’emploi et qui répond à une demande forte du Conseil régional des jeunes, pourrait entrer en vigueur au 1er janvier 2010.

Ce rapport a été voté à une large majorité.

 

A lire également sur notre blog :

La bonne gestion de la Région Ile-de-France

Franciliens ultra-marins : la région étudie une aide au transport

La région Ile-de-France en pointe sur le logiciel libre

La bonne gestion de la Région Ile-de-France

L’opposition régionale dénonce constamment la « mauvaise gestion » de la majorité de Gauche…
Qu’en est-il réellement ? Il suffit d’étudier l’endettement et la fiscalité de la Région Ile-de-France pour constater tout le contraire.

Une dette maitrisée
La dette de la Région Ile-de-France est parfaitement maîtrisée. Elle se situe dans la moyenne des régions françaises (201€ par habitant, 207€ en Ile-de-France) en dépit d’importants investissements réalisés. En effet, cette rigueur dans la gestion de notre Région ne s’est pas faite au détriment des besoins des franciliens.
Le Conseil Régional, présidé par Jean-Paul Huchon (PS), s’est encore doté en 2009 d’un budget ambitieux en augmentation de 4,3% par rapport à 2008, et qui s’établit à 4,5 milliards d’euros.

Une pression fiscale maîtrisée
Alors que la droite régionale continue de dénoncer une explosion de la pression fiscale exercée sur les ménages franciliens, on observe dans le tableau ci-dessus qu’au contraire celle-ci a été parfaitement contenue et qu’elle figure parmi les plus faibles de France. Cette stabilité des taux s’est pourtant faite malgré l’accélération du désengagement de l’Etat qui continue de réduire ses dotations et de confier de nouvelles compétences aux régions.

Pour lire la carte et le tableau en grand et en clair, cliquez sur l’image (jpg, 2Mo).

A lire également sur notre blog :
Tous nos articles de la catégorie Région Ile-de-France
Franciliens ultra-marins : la Région Ile-de-France étudie une aide au transport
La région Ile-de-France en pointe pour le logiciel libre
Plus d’informations :
Le blog des conseillers régionaux PS
Le site de la région Ile-de-France

Franciliens ultramarins : la Région Ile-de-France étudie une aide au transport

La Région Ile-de-France veut créer, dès le début 2010, une aide qui permettra à ses habitants issus de l’outre-mer de faire des voyages à prix réduit dans les Dom.

Les habitants d’Île-de-France originaires d’outre-mer sont confrontés à une lourde dépense quand ils doivent faire un séjour sur leurs terres d’origine : les billets d’avion sont en effet hors de prix (à titre d’exemple, un aller-retour Paris-Cayenne en classe économique coûte aujourd’hui plus de 1.000 euros). Une dépense si lourde que la Région la juge injuste et qu’elle souhaite l’alléger. Comment ? Par le biais de quel dispositif d’aide ? Et dans quels cas ? Une étude va être lancée cet été pour déterminer tous ces aspects.

La Région a décidé  le 20 mai dernier d’attribuer 25.000 euros au prestataire choisi pour l’étude préalable.

Destinée à voir le jour dès le début 2010, cette nouvelle aide pourrait bénéficier à près d’un million de personnes : les familles installées en Île-de-France seraient bien sûr prioritaires, mais pourraient s’y ajouter les étudiants et lycéens des départements d’outre-mer (Dom) scolarisés en Île-de-France, les salariés des Dom en formation sur le territoire francilien, ou encore les demandeurs d’emploi des Dom qui y viennent dans le cadre d’un stage ou d’une recherche d’emploi.

Elle s’appliquerait pour les déplacements pour raisons familiales et professionnelles, mais aussi dans des circonstances comme les stages, les formations, les échanges sportifs ou universitaires, etc.
L’étude, qui sera menée jusqu’à la fin de cette année, doit entre autres : lister les dispositifs d’aide comparables qui existent déjà, en particulier dans les autres régions ; quantifier les populations potentiellement intéressées ; identifier les critères pouvant délimiter le public visé ; déterminer les territoires pouvant être concernés ; et même définir l’acteur ou l’institution qui serait le plus légitime dans l’attribution de l’aide
Au-delà des Franciliens originaires d’outre-mer, cette nouvelle aide régionale aura aussi pour bénéficiaires les territoires d’outre-mer eux-mêmes, en contribuant à dynamiser leur activité économique à un moment où ils en ont bien besoin : la crise les frappe en effet durement, accroissant les inégalités sociales et l’isolement de leurs populations.

 

A lire également :

Le dossier présenté en commission permanente (pdf, 227ko)

Le site du conseil régional d’Ile de France

Tous nos articles sur la Région Ile-de-France