Sorties scolaires à Saint-Germain-en-Laye : les enfants du Bel-Air défavorisés !

La mise à disposition de bus pour le transport périscolaire incombe aux communes, qui sont chargées du fonctionnement des écoles publiques. Les bus mis à disposition permettent notamment aux enseignants d’organiser des sorties dans le cadre de projets pédagogiques (visites culturelles, classes découverte, ateliers artistiques).

Jusqu’en 2011, la ville de Saint-Germain-en-Laye fournissait aux établissements scolaires (préélémentaires et élémentaires) 1 bus ½ par classe et par an. Ce créneau a été revu à la baisse et réduit à 1 bus par an.

Si cette économie est évidemment préjudiciable à l’ensemble des enfants, elle défavorise davantage ceux scolarisés dans les établissements situés en périphérie de Saint-Germain (dans le quartier du Bel-Air notamment) qui ne peuvent pas accéder à pied aux équipements culturels situés dans le centre historique de Saint-Germain (la Clef, Théâtre Alexandre Dumas, Musée du Prieuré, Musée des Antiquités nationales, parc du Château).

Les demandes d’assouplissement demandées à de nombreuses reprises par les enseignants, pénalisés dans l’exercice de leur acte pédagogique, ont donné lieu à une fin de non recevoir de la part des services municipaux.

De facto, cette mesure a créé une situation d’inégalité remettant en cause le principe d’égalité prévalant dans les écoles de la République. Il n’est pas acceptable que les contraintes territoriales (pour ne pas parler de fracture), si souvent dénoncées, et le sous-équipement des quartiers Sud et Sud-est de Saint-Germain ne soient pas pris en compte dans les politiques publiques d’éducation de notre ville.

Quel que soit leur lieu de résidence, tous les enfants scolarisés à Saint-Germain-en-Laye doivent pouvoir également accéder à la culture et à l’art. C’est un enjeu de cohésion territoriale et de justice sociale.

Réseau de bus Résalys : attention intox !

L’exercice de communication n’est pas passé inaperçu : fin mai, un encart consacré au réseau de bus saint-germanois Résalys dans le journal municipal (édition du 24 mai, page 7) titrait : « 2012 : une année positive » et affirmait que 86% des usagers étaient satisfaits du service. L’information fut dans la foulée relayée sur les comptes Twitter et Facebook de la mairie.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’article a créé du buzz, en particulier auprès des usagers du réseau de bus, et notamment de ceux des lignes R1 et R2 les plus fréquentées.

D’abord, parce que nous avons eu beau en parler autour de nous, nous ne trouvons personne qui ait été sondée par VEOLIA TRANSDEV (ou les services municipaux) au sujet de la qualité de service (d’ailleurs aucune référence ou lien ne renvoie à cette enquête de satisfaction..). Mais surtout, on l’aura compris, parce que le ressenti des usagers, habitués aux bus insuffisants, bondés et aux trajets debout, est tout autre et oscille entre résignation et franche insatisfaction.

D’ailleurs, l’atelier participatif « Mobilité au Bel-Air », organisé par La Soucoupe au printemps dernier, indiquait une fois encore la préoccupation des habitants en termes de transports en commun (voir le site de la Soucoupe : www.lasoucoupe.fr)

C’est donc bien de désinformation dont il s’agit ici. Ce que la majorité municipale se garde d’écrire, c’est que le coût de fonctionnement du réseau est passé de 1 056 000 € en 2008 à 711 000 € en 2012. En 4 ans, l’effort consenti en faveur du transport collectif à Saint-Germain-en-Laye a diminué de 30 %. Et c’est la réorganisation (nous devrions dire le « dégraissage ») du réseau en 2010 qui a permis pour l’essentiel de réaliser ces économies. On se souvient d’ailleurs que le lancement de Résalys fut suivi d’une véritable levée de bouclier des usagers saint-germanois qui constatèrent rapidement une sévère dégradation du service (baisse de la fréquence de cadencement, suppression de nombreux arrêts, temps de parcours augmentés).

Moins de bus pour plus de passagers, une offre de transports en commun dégradée, des quartiers Sud et Ouest mal desservis et enclavés, tel est le bilan de la majorité municipale. A quelques mois des élections municipales (mars 2014), il est essentiel de rétablir la vérité.

 

A lire également sur notre blog :

Tous nos articles sur le réseau de bus Résalys

Conseil municipal du 10 novembre : la réponse du maire à notre question sur Résalys (11/2010)

Réseau de bus Résalys : ce que nous disent les Saint-germanois (11/2010)

La fronde contre le nouveau réseau de bus Résalys prend de l’ampleur (10/2010)

Résalys, le nouveau réseau de bus, mécontente tout le monde (10/2010)

Nouvelles modifications du réseau de bus Résalys, la municipalité écoute enfin les usagers !

Face aux fortes critiques des usagers et de la gauche cet automne sur le nouveau réseau de bus Résalys (Saint-Germain et alentours), la municipalité était dans le déni depuis septembre. Il n’y avait pas de problèmes, seulement quelques changements d’habitude qui occasionnaient des réticences et des protestations…

Pourtant, durant tout l’automne, de nombreuses protestations nous parvenaient, ce qui est inhabituel. Une pétition recueillait plus de 300 signatures, là aussi très inhabituel à Saint-Germain. Le tract distribué par la section PS de Saint-Germain recevait un excellent accueil.

Des premières modifications ont été mises en place le 2 novembre. Très insuffisantes, elles ne répondaient pas du tout aux attentes.

Preuve qu’il y avait bien un problème, de nouveaux changements, sobrement dénommés « nouveaux ajustements » sur le site de la ville, sont entrés en vigueur lundi 17 janvier. Ils ont pour « objectif  » selon Gilbert Audurier, maire adjoint aux transports, « d’aménager les horaires, les fréquences et les tracés pour coller aux attentes des utilisateurs« . Parce que ce n’était pas l’objectif de ce nouveau réseau de bus en septembre…?!

Voici le détail de ces « ajustements » :

la ligne R1 (du RER au lycée Léonard de Vinci) dont les fréquences seront augmentées aux heures de pointe du matin (entre 7h50 et 8h10) grâce à un bus supplémentaire. Les bus se succéderont toutes les 4 minutes et non toutes les 8 minutes

• la ligne R2 sud dont les horaires seront recalés afin que les élèves qui se rendent au lycée International à partir du RER puissent avoir plus de choix pour arriver à l’établissement avant le début des cours le matin à 8h.

la ligne R3 dont les horaires seront modifiés pour améliorer les correspondances avec les lignes R1 et R2 à l’arrêt Sainte-Catherine. Aux heures creuses du matin et de l’après-midi, l’attente s’élèvera à 5 ou 7 minutes au lieu de 20 ou 30 minutes aujourd’hui.

Ces modifications et leur justication démontrent clairement les insuffisances du nouveau réseau. Elles recouvrent exactement les problèmes que nous avions soulignés dès septembre sur notre blog et que nous avons détaillés dans notre tract en octobre. Cela nous avait valu la colère de M. le Maire et de son adjoint.

Il est dommage qu’il ait fallu attendre près de 5 mois pour prendre ces mesures de bon sens qu’il aurait été facile de mettre en oeuvre si la concertation avec les usagers avaient réellement eu lieu au printemps. Et il est également dommage que ceux qui ont protesté (les socialistes et les usagers) aient été autant dénigré par la majorité municipale (voir la réponse du maire en vidéo lors du conseil municipal du 10 novembre) alors que la pertinence de ces critiques est aujourd’hui confirmée par ces modifications.

Espérons en tout cas que ces mesures amélioreront la situation. Nous resterons très vigilants sur ce dossier.

N’hésitez pas à nous contacter par mel ps.saintgermain@gmail.com et à décrire en commentaire vos impressions sur ces changements.

 

Précédemment sur notre blog :

Tous nos articles sur le réseau de bus Résalys

Conseil municipal du 10 novembre : la réponse du maire à notre question sur Résalys (11/2010)

Réseau de bus Résalys : ce que nous disent les Saint-germanois (11/2010)

La fronde contre le nouveau réseau de bus Résalys prend de l’ampleur (10/2010)

Résalys, le nouveau réseau de bus, mécontente tout le monde (10/2010)

Conseil municipal du 10 novembre : la réponse du maire à notre question sur Résalys

Ainsi que nous l’avions annoncé sur notre blog le 8 novembre dernier, nous avons interrogé le maire sur les nombreux dysfonctionnements du nouveau réseau de bus Résalys et lui avons demandé « quels sont les changements en profondeur [qu’il propose] avec le calendrier de réalisation pour que les Saint-Germanois usagers retrouvent leurs besoins satisfaits et leur sérénité ?« . 

La réponse du maire n’a pour le moins pas été convaincante et ne satisfaira sans doute pas les mécontents.

Il a d’abord minimisé les contestations, comparant les 312 signataires de la pétition dans le quartier Péreire aux 13.000 usagers du réseau (comme s’ils étaient les seuls à protester!). L’information, elle, n’a pas posé de problèmes, car « chacun a pu s’exprimer individuellement dans le cadre des conseils de quartier » (sic)! Quand on sait qu’il faut obtenir l’aval du maire pour en faire partie

Selon M. Lamy, les problèmes sont liés à la fréquentation de Résalys, « plus importante que prévue » et en aucun cas il n’y a eu de diminution du nombre de bus (pourtant moins nombreux aux heures de pointe). Des « ajustements« , qu’il n’a pas détaillé, ont été mis en place « dès le 2 novembre » (soit quand même 2 mois après l’entrée en vigueur de Résalys…).

Chacun jugera de la réalité sur le terrain et de la pertinence des nouveaux « ajustements« .

 

Nous vous invitons à regarder la vidéo de 3mn (filmée par nos militants) de l’intervention de Pascal Lévêque et la réponse du maire de Saint-Germain-en-Laye, pour vous faire votre propre opinion. Petite précision, dans le cadre d’une « question diverse » l’opposition ne peut reprendre la parole après le maire.

N’hésitez pas à réagir en commentaire.


Conseil municipal : Plaintes des usagers de Résalys
envoyé par efr78. – L’info internationale vidéo.

A lire également sur notre blog :

Tous nos article sur le réseau Résalys

Conseil municipal du 10 novembre : nous poserons une question au maire sur le Réseau Résalys (11/10)

Réseau de bus Résalys : ce que nous disent les Saint-Germanois (11/10)

La fronde contre le réseau de bus Résalys à Saint-Germain prend de l’ampleur (10/10)

Résalys, le nouveau réseau de bus de Saint-Germain, mécontente tout le monde (10/10)

Conseil municipal du 10 novembre : nous poserons une question au maire sur le réseau Résalys

Lors d’un conseil municipal, le maire est seul maitre de l’ordre du jour. Lors du prochain conseil de Saint-Germain-en-Laye mercredi 10 novembre, aucune délibération ne concernera le réseau de bus Résalys.

Compte tenu de la colère des usagers du nouveau réseau de bus saint-germanois, nous avons décidé, comme le réglement intérieur nous y autorise, de poser une « question diverse«  au maire. Les questions diverses, posées à la fin de l’ordre du jour, n’appellent hélas pas de débat entre les élus. Elles doivent être déposées en mairie au moins 48h avant le conseil. Seul le maire peut répondre et les élus de gauche ne pourront pas reprendre la parole après lui. Mais les Saint-Germanois seront peut-être intéressés de savoir ce que M. Lamy propose pour améliorer la situation catastrophique de ce nouveau réseau.

Nous rappelons que les séances du conseil municipal sont ouvertes à tous, à partir de 21 heures et se déroulent à l’hôtel de ville, salle multimédia.

Voici le texte de notre question diverse :

« Notre question portera sur le nouveau réseau de bus Saint-Germanois Résalys.

Quand, quelques jours seulement après la mise en place début septembre, une première réunion sur le quartier Saint-Léger rassemble plus de 100 personnes exprimant des insatisfactions, quand la communauté scolaire toute entière réunie par le biais des principaux des collèges et des parents d’élèves vous déclarent unanime les nombreux dysfonctionnements du nouveau réseau, quand 300 bulletins de retard sont établis aux élèves par le collège Debussy, quand 313 habitants du quartier Péreire signent une pétition réclamant la modification des horaires et de revoir les fréquences, quand la presse locale et les différents sites Internet ou blogs montrent une insatisfaction notoire, force est de constater que ces nouvelles évolutions ont été passées en force et sans suffisante et réelle concertation des usagers.

Alors non, le signaler, ce n’est pas entrer dans une opposition politicienne, ce n’est pas une problématique gauche-droite, mais une application du principe majeur du rôle d’un élu local, à savoir écouter ses administrés et ses usagers.

Face à cette situation, qui n’est pas due à un soudain accroissement et un succès de la formule, quels sont les changements en profondeur que vous proposez avec le calendrier de réalisation pour que les Saint-Germanois usagers retrouvent leurs besoins satisfaits et leur sérénité ?« 

 

A lire également sur notre blog :

Réseau de bus Résalys : ce que nous disent les Saint-Germanois

La fronde contre le nouveau réseau de bus Résalys prend de l’ampleur

Résalys, le nouveau réseau de bus de Saint-Germain, mécontente tout le monde

Réseau de bus Résalys : ce que nous disent les Saint-Germanois

Le nouveau réseau de bus Saint-Germanois Résalys a été mis en place selon la municipalité suite à une « large concertation entre la Ville, les conseils de quartier, Véolia Transport et la commission de circulation » (mais visiblement pas les usagers…). Il devait «  en déconnectant le Bel-Air de Saint-Léger grâce aux lignes 1 et 2 [permettre] aux voyageurs de ces deux quartiers de trouver de la place dans le bus et d’aller plus vite au RER » (citations : site de la ville).

Mais au vu des innombrables protestations des usagers, force est de constater que ce n’est pas absolument pas le cas, bien au contraire. Tous les quartiers (Bel-Air,  Saint-Léger, Péreire, Hennemont, mais également Chambourcy) sont touchés et nous recevons chaque jour, sur notre blog ou par mel, des témoignages d’usagers en colère.

gare_routi__re.jpgVoici quelques-uns de ces commentaires suite à nos articles et à notre tract, au cas où la majorité municipale continuerait à minimiser le problème et douterait de la contestation.

 

Quartier Bel-Air :

le temps d’attente le soir ne s’est pas amélioré, voire s’est rallongé car il y a certains bus qui ont été supprimés. Comme avant, il faut souvent sortir en 1er du RER et courir pour réussir à prendre le bus avant qu’il parte, sinon c’est parti pour 15/20 mins d’attente. Au final ça m’arrive de rentrer à pied, lassé d’attendre chaque soir... (Maxime)

Le temps moyen pour aller au RER St Germain en bus de Bel Air est désormais de 45 mn contre 15mn l’année dernière, à cause de la panique totale déclenchée par la « restructuration » nulle. (DF)

J’habite Saint Germain Bel Air depuis 1982 et jusqu’à cette année j’étais fière de nos transports en comun.
Tel n’est plus le cas depuis septembre. Nous avons une seule ligne au départ du Lycée Technique et, bien plus grave,  elle ne passe plus par le centre ville les jours de marché. C’est sans doute pour pousser les habitants à prendre leur voiture et à se garer dans le nouveau parking. Mais que fait-on de nos anciens? J’ai posé cette question à la Mairie et on m’a répondu que la navette peut rendre le service les mardis et les vendredis, départ à 9h30, retour à 11h30. Quelle hypocrisie! La navette est toute petite, la durée entre l’aller et le retour trop longue, le choix est extrèmement limité. J’ai contacté le responsable technique de la mairie et il trouvait les nouveaux trajets bien meilleurs. On voit bien qu’il n’est pas souvent dans le bus!
En tout cas, sachez que notre déception est grande et que nous en tiendrons compte aux prochaines élections. (Ileana)

 

Chambourcy (ligne R4) :

Nous sommes de plus en plus isolés …

Nos bus passent maintenant au mieux (aux heures de pointe) tous les 1/4 d’heure … Le soir, nos deux derniers bus partent à 20h22 ou … 21h02 !!!! Soit 40 minutes d’attente !!! En journée, fréquence des bus : 1 toutes les heures !!!! Le Samedi, fin de service une heure plus tôt : 20h02 (avant : 21h00) au départ du RER … autant dire qu’il est devenu quasi-impossible de partir faire un saut sur Paris, voir des amis, de la famille pour décompresser en fin de semaine ! (à moins de prendre juste le temps de faire l’aller-retour !!!!). Et à partir de 18h00, c’est un bus par heure !!! Dimanche, toujours aussi peu – et même moins – de bus qu’auparavant !! … Où va-t-on ???? …

On se fiche complètement des usagers… Je n’ai pas d’autre choix que de prendre le bus pour me déplacer... (Renaud)

De nombreuses personnes utilisent la ligne R4 pour aller au Carrefour (qui idéalement gagnerait à être desservis de la gare Grande Ceinture, ce qui garantirait que cette ligne serait tout le temps pleine) mais nous sommes obligés maintenant de faire un détour par Aigremont 80% du temps, alors que 95% des usagers utilisent le bus pour aller à Chambourcy College ! 15mn supplémentaires de perdues à chaque voyage, pour satisfaire les 1 à 2 personnes qui descendent dans le secteur Aigremont… Qui a pensé un truc pareil, d’inverser le nombre de fois où Aigremont était desservi ? De toutes les décisions, c’est la plus surréaliste. (DF)

 

Saint-Léger :

Habitant au début de la rue Saint Léger, je songe très sérieusement à prendre un abonnement au parking de la gare afin de m’y rendre en voiture. 1h00 de trajet, c’est déjà long, la rallonger de 30 minutes aux heures de pointes le soir, c’est tout bonnement inaceptable.

Pardonnez mes mots, mais quel abruti ayant en théorie un minimum de jugeotte espacerait les bus entre 18 et 19h30 de 20-30 minutes ? R2 Circuit sud : 18h32 – 18h52 – 19h22 (Benjamin).

 

Quartier Péreire :

Nous avons constaté au quartier Péreire anciennement desservi par les lignes de bus C, B et BC une très forte détérioration du service de bus et ceci même en période de pointe. Nous ne sommes plus desservis que par deux lignes la R2 et R4. En outre ces deux lignes ne sont pas correctement réparties entre elles, les bus ayant des horaires similaires à 1 minute près, lorsque le temps d’attente entre deux bus s’est considérablement rallongé. En période de pointe le bus ne peut même pas toujours s’arrêter à l’arrêt « grande ceinture » tant il est bondé. Les usagers ont doublé leur temps de trajet pour aller travailler ou rentrer chez eux le soir. Quant aux heures creuses, il n’y en a plus que deux par heure. Les personnes âgées sont lourdement pénalisées. En conséquence depuis plusieurs jours nous faisons tourner une pétition dans les bus que pratiquement tout le monde signe, les usagers étant excédés […] (Vanessa M.)

 

Sur le projet en général :

J’ai lu avec intérêt votre prospectus sur la détérioration de l’offre de bus à Saint-Germain-en-Laye, suite à la mise en service du reseau de bus resalys. Je partage en grande partie votre analyse. Ce qui me parait choquant c’est la tromperie sur ce programme. Si on nous avait dit clairement dès le départ que pour des raisons de budget, le contrat des bus devait être revu à l’économie, avec une offre focemment réduite, on pouvait être d’accord ou pas d’accord mais on savait à quoi on s’attendait : moins de bus, des bus plus chargés, etc…  Ce que je trouve anormal c’est qu’on ait essayé de nous faire passer celà comme une amélioration de l’offre. (Stéphane C.) 
Vous aussi, réagissez et apportez votre témoignage dans les commentaires sous cet article.

 

A lire également sur notre blog :

La fronde contre le nouveau réseau de bus Résalys à Saint-Germain prend de l’ampleur

Résalys, le nouveau réseau de bus à saint-Germain, mécontente tout le monde

La fronde contre le nouveau réseau de bus Résalys à Saint-Germain prend de l’ampleur

La ville de Saint-Germain-en-Laye a été rarement aussi secouée par un tel mécontement de ses d’habitants. C’est peu dire que les usagers du réseau de bus, désormais baptisé Résalys, sont en colère .

Des pétitions voient le jour un peu partout (dernièrement dans le quartier Péreire), de nombreuses courriers de protestation sont envoyés en mairie, et nous avons chaque jour des contacts avec des Saint-Germanois ulcérés par ces nouvelles lignes de bus.

BusCaraman.jpgDe nombreux retards de collégiens et lycéens sont signalés, les temps de parcours sont considérablement allongés, des bus bondés ne s’arrêtent pas aux arrêts (place Sainte Catherine par exemple), de nombreux arrêts ont été supprimés, les voyageurs – quand ils arrivent à monter – sont complètement agglutinés, etc… Bref, un formidable fiasco.

La majorité municipale ne peut plus ignorer la colère des usagers. Elle a organisé le 6 octobre en catimini à 18h une réunion publique dans le quartier Saint-Léger. Malgré le peu de publicité (seules quelques petites affiches avaient été collées sur les arrêts de bus du quartier) et l’horaire défavorable, plus de 120 personnes ont participé à cette réunion pour dénoncer les nouvelles conditions de transports (lire le compte-rendu très complet d’un saint-germanois qui a participé à la réunion). Le maire a osé dire que s’il n’y avait pas de réunion publique dans le quartier Bel-Air, c’était parce que les habitants du quartier étaient satisfaits !! Les habitants apprécieront…

La municipalité ne peut continuer à minimiser les faits et parler de simples « ajustements » à venir comme le fait encore le maire de Saint-Germain dans le Courrier des Yvelines du 20 octobre (téléchargez l’article, pdf 628ko ou cliquez sur l’image). Toute la copie est à revoir car tous les quartiers sont touchés. L’objectif final de ce nouveau réseau saute aux yeux : il s’agit simplement pour la majorité municipale de réduire le déficit d’exploitation à la charge de la ville.

Cela n’est pas acceptable pour nous. Pascal Lévêque, conseiller municipal PS de Saint-Germain, le soulignait dans le Courrier des Yvelines du 20 octobre :

« Alors que les 13.000 usagers quotidiens attendaient des avancées significatives en terme de qualité de service, c’est une détérioration globale de l’offre (en terme d’efficacité, de fréquence et de confort) qui est constatée. Nous avons eu énormément de remontées négatives. La ville a travaillé à l’envers. Elle est partie du constat du déficit à combler, sans prendre en compte les besoins des usagers. »

Les militants socialistes de Saint-Germain distribuent actuellement dans la ville un tract (téléchargez le tract, pdf732 ko) pour dénoncer ce nouveau réseau de bus, réalisé dans la plus grande précipitation pendant l’été et sans aucune concertation par la municipalité. Nous vous invitons à discuter avec eux et à apporter votre témoignage sur vos nouvelles conditions de transports dans les commentaires sous cet article.

 

Photo : l’arrêt de bus Caraman dans le quartier Saint-Léger à 8h30 le 22 octobre

 

A lire prédemment sur notre blog :

RESALYS, le nouveau réseau de bus de Saint-Germain mécontente tout le monde (10/2010)

 Réorganisation des lignes de bus à Saint-Germain-en-Laye : insuffisant et décevant (04/2010)

RESALYS, le nouveau réseau de bus de Saint-Germain mécontente tout le monde

Il y a quelques mois encore sur ce blog, nous voulions bien accorder à la municipalité et aux élus chargés du dossier le bénéfice du doute quand à l’efficacité du nouveau réseau de bus de Saint-Germain-en-Laye baptisé Résalys. Malheureusement, un mois après la mise en service de Résalys, le constat est accablant. C’est une régression sur toute la ligne, sur toutes les lignes pourrait-on dire, si le sujet n’était pas si grave.

Alors que les quelques 13 000 usagers quotidiens attendaient de cette renégociation avec VEOLIA des avancées significatives en termes de qualité de service, c’est une détérioration globale de l’offre qui est constatée depuis quatre semaines.

Dégradation de l’offre en termes de fréquence : non seulement la mise en service de lignes supplémentaires destinées à désengorger les plus fréquentées (en particulier celles reliant les quartiers Bel-Air / Saint-Léger au centre ville) n’a pas été obtenue, mais une diminution générale du nombre des bus a été observée sur plusieurs lignes du réseau : 30% en moins aux heures de pointe sur les lignes R1 & R2 et jusqu’à 40 % en moins sur la ligne R4 reliant Saint-Germain à Chambourcy. 

- Dégradation de l’offre en termes d’efficacité. Alors que le projet était destiné, nous disait-on, à réduire les temps de parcours entre les quartiers périphériques et le centre ville, la suppression du nombre de bus associée à des temps de chargement plus longs sur des axes très chargés, sans aménagements de voierie préalables, n’a évidemment pas produit l’effet escompté : pire les usagers sont actuellement confrontés à des retards en pagaille et des temps de trajet plus longs. Un quart des arrêts a par ailleurs été supprimé.

Rappelons à cet égard que la modification des tracés a été effectuée de façon unilatérale, sans concertation ou prise en compte des recommandations avancées par les usagers, représentants d’associations de parents d’élèves, de collèges, lycées ou conseils de quartiers.

Dégradation de l’offre également en termes de lisibilité : on retiendra entre autres des libellés de lignes prêtant à confusion (R2 Nord/R2 Sud !), des horaires incomplets ne mentionnant pas l’ensemble des arrêts desservis ou l’absence de système automatisé d’information aux voyageurs.

Enfin, détérioration de l’offre en termes de confort puisqu’ont été choisis, pour des raisons évidentes de rentabilité, des bus… à forte capacité debout (seulement 24 places assises, mais 87 places debout !).

On l’aura compris, la majorité municipale, qui ne cesse d’invoquer l’impérieuse nécessité de réduire les coûts d’un réseau déficitaire, a fait le choix délibéré de ne pas s’engager dans une politique de rééquilibrage en faveur des transports collectifs pour faire des économies. Une posture inacceptable que nous dénonçons fermement compte tenu des répercussions qu’elle a sur notre ville.

Des répercussions environnementales évidentes : à l’heure où de plus en plus de collectivités s’engagent dans une démarche de développement durable de leur territoire, nous assistons à Saint-Germain à une détérioration de l’offre de transport en commun conduisant les usagers à recourir à des modes de transport individuel bruyants et polluants.

Mais bien entendu ce sous-investissement a également des répercussions sociales importantes : investir dans des transports collectifs de qualité, c’est garantir la mobilité de tous. Détériorer l’offre de service, c’est contribuer à renforcer les fractures territoriales, déjà importantes à Saint-Germain.

Notons en conclusion, que le mécontentement généralisé (à Chambourcy, un comité d’usagers vient d’être mis en place) n’a pas échappé à l’équipe municipale, qui après avoir en toute discrétion reporté la suppression de certains arrêts initialement prévue, organise la semaine prochaine une série de réunions de concertation avec les usagers. Selon nos organisations, une réunion aurait lieu demain mardi à 18h30 à l’AGASEC mais aucune publicité n’en a été faite…

Le bras de fer continue. Des améliorations significatives doivent être obtenues particulièrement du point de vue de la fréquence. Nous y travaillons dans l’intérêt de tous.

N’hésitez pas à nous contacter par mel ps.saintgermain@gmail.com pour exprimer votre avis ou en commentaire sous cet article.

 

Précédemment sur notre blog :

Réorganisation des lignes de bus à Saint-Germain : insuffisant et décevant (04/2010)  

Réorganisation des lignes de bus à Saint-Germain-en-Laye : insuffisant et décevant

La municipalité de Saint-Germain est en train de renégocier le contrat de réseau de bus avec Veolia Transport qui s’achève en août, et de réorganiser les lignes de bus. Ce qui est attendu depuis des années par les Saint-Germanois utilisateurs des bus.

Un certain nombre de changement dans les dessertes sont prévus, avec une simplification des tracés, la création de boucles dans la ville et une liaison directe entre le quartier du Bel-Air et le RER. Quelques nouveaux bus (huit  seulement selon nos informations) vont par ailleurs progressivement être introduits.

Voici la carte des nouveaux tracés (cliquez sur l’image pour l’agrandir).

Mais rien de révolutionnaire hélas dans ce projet.

Pascal Lévêque, conseiller municipal PS de Saint-Germain, a réagi dans le Courrier des Yvelines du 21 avril en soulignant le caractère « insuffisant et décevant«  de cette réorganisation et sur l’absence d’ambition de la municipalité.

Pour l’élu saint-germanois, « les propositions d’aménagements sont cosmétiques. Comme d’habitude, cette municipalité s’enferme dans son cadre budgétaire et refuse d’étudier une mise en place d’une politique volontariste et écologique de transport par bus dans la ville« .

Principal reproche sur le projet de la municipalité, le refus d’augmenter la fréquence des lignes, particulièremnt « celles touchant les quartiers sud de la ville, Saint-Léger et Bel-Air. Alors que les résidences du Ru de Buzot dans quelques mois vont être habitées, on n’en tient aucun compte dans les futurs flux. Pas d’efforts, pourtant réclamés par les habitants, non plus concernant les dessertes du samedi et dimanche en direction du centre ville. Enfin, alors que ce renouvellement contractuel portera sur 5, 7 ou 10 ans, aucun engagement sur le remplacement des bus actuels aux GPL qui d’un point de vue normes écologiques sont les plus mauvais, ni d’étude éventuelle en site propre, ni d’un système électronique d’information sur le trafic pour les voyageurs. »

Pour Pascal Lévêque et la gauche saint-germanoise, « le défi dans notre ville est d’augmenter les 40% de Saint-Germanois utilisant les transports en commun et de faire diminuer ainsi la proportion de ceux n’utilisant que leurs voitures. »

A lire également sur notre blog :

Favoriser les transports collectifs à Saint-Germain-en-Laye (08/2007)