Droits des femmes : non aux provocations des anti-IVG à Saint-Germain-en-Laye !

L’association catholique intégriste SOS Tout Petits organise « une prière de rue » contre l’avortement samedi 4 mars à 10h45 à Saint-Germain-en-Laye.

A l’initiative de la section PS de Saint-Germain-en-Laye, un collectif de partis politiques (PS, EELV, PCF, MJS) et d’associations (Chiennes de garde, Planning familial, Femmes Solidaires) s’associent pour dénoncer cette prière de rue. Ces organisations rappellent que l’accès à la contraception et à l’avortement sont des libertés fondamentales garantissant l’égalité réelle entre les femmes et les hommes et qu’à ce titre toutes tentatives d’intimidations ou d’entraves doivent être fermement combattues et condamnées.Tract samedi 4 mars

Massacre à la tronçonneuse sur l’avenue des Loges à Saint-Germain-en-Laye

photo 4Consternation et colère

Consternation car comme par hasard, ce sont pendant les premiers jours de vacances d’hiver que les tronçonneuses se sont mises activement en action à Saint-Germain pour déboiser et défricher à tour de bras.

photo 5« Tronçonneuse » n’est sans doute pas le bon terme, ce sont de véritables « monstres de puissance» qui sont entrés en action pour débiter et réduire en copeaux les centaines d’arbres de l’avenue des Loges et de l’avenue Kennedy.

Tout ceci dans le cadre du projet de Tram train et de sa virgule pour relier la gare de la grande ceinture jusqu’au RER A. Consternation de voir la disparition de centaines d’arbres (plus de 800 à ce jour) – pour certains centenaires – et qui faisaient la fierté de cette perspective de l’Avenue des Loges dans le prolongement du Château de Saint-Germain-en-Laye. Consternation de les voir débités tous sur place pour dit-on alimenter la chaufferie biomasse de la ville. Consternation de voir en quelques jours détruit notre paysage que nos ancêtres avaient su conserver et entretenir depuis Louis XIV.

photo8Colère sur une procédure, celle d’enquête publique, trop longue pour être maintenant pertinente. Nous n’avons jamais remis en cause le prolongement de la tangentielle Ouest vers Poissy d’une part et Saint-Cyr d’autre part, ligne désormais appelée Tram 13 Express. Nous contestons les 3 kms reliant la gare de la grande ceinture vers le RER A de centre-ville. Un coût exorbitant supplémentaire (estimé à 75 millions € en 2013!) et les traversées de la N184 et de l’Avenue des Loges pour revenir vers la plan-virgulepiscine dans l’axe du Château de Saint-Germain.

Colère car l’interconnexion avec le RER pourrait se faire à Poissy ou Achères avec le prolongement de la phase 2. Colère sur une technologie le tram train présenté en début de projet 2011 et qui sera effectif en 2019, technologie dépassée pour ce prolongement de 3 kms et qui aujourd’hui aurait pu être aisément remplacée par des navettes électriques.

photo 2Colère contre ces élus passifs qui ne voient que leur intérêt partisan, du président du Sénat, Gérard Larcher, qui se satisfait que la replantation rendue nécessaire par l’abattage se fera sur Rambouillet, en passant par le maire de Saint-Germain, Emmanuel Lamy qui en fait un sujet électoraliste et fait payer ses transports locaux par l’Etat et la Région.

Colère contre le journal municipal, de plus en plus appelé « la Pravda local » qui ne donne la parole qu’à certains responsables d’association de défense de l’environnement en taisant et oubliant les autres qui comme par hasard combattent le projet. Colère aussi contre la passivité du ministère de l’Environnement et du Développement durable.

photo 6Pour les arbres, malheureusement le mal est fait. Comme l’a écrit le journaliste et animateur Stéphane Bern, cette semaine : « Les élus qui ont permis cela devront rendre des comptes à la Nation ».

Par contre, il est encore temps d’acter son opposition au projet de la virgule pour alerter nos politiques sur la recherche d’une alternative responsable et cohérente avec notre futur et notre environnement.

Pascal Lévêque

Président du groupe des Elus de gauche

Conseiller municipal PS de Saint-Germain-en Laye

Résultats du 2e tour des primaires citoyennes à Saint-Germain-en-Laye

Voici les résultats complets du second tour des primaires citoyennes à Saint-Germain-en-Laye.

Les 3 bureaux de vote regroupent les électeurs de Saint-Germain-en-Laye, Fourqueux, Mareil-Marly, Chambourcy et Aigremont.

Le second tour a été marqué pour une poussée importante de la participation.

Votants : 1923 votants (contre 1584 au 1er tour)

Blancs et Nuls : 25

Exprimés : 1897

Manuel Valls : 965 voix soit 50,87%

Benoit Hamon : 934 voix soit 49,23%

Nous remercions les 1923 électeurs qui sont venus voter aujourd’hui pour investir le candidat de la gauche à l’élection présidentielle.

Primaires-ou-voterDétail du vote dans les 3 bureaux de vote

Ecole des Ecuyers :

Votants : 545

Blancs et Nuls : 8

Exprimés : 538

Valls : 294

Hamon : 243

Ecole Jean Moulin (Quartiers sud, Fourqueux, Chambourcy, Aigremont) :

Votants : 788

Blancs et Nuls : 10

Exprimés : 778

Valls : 360

Hamon : 419

Ecole Schnapper (quartiers sud est, Mareil-Marly):

Votants : 591

Blancs et Nuls : 7

Exprimés : 538

Valls : 311

Hamon : 273

Résultats du premier tour de la primaire citoyenne à Saint-Germain-en-Laye

visuels-candidatsVoici les résultats complets du premier tour des primaires citoyennes à Saint-Germain-en-Laye.

Les 3 bureaux de vote regroupent les électeurs de Saint-Germain-en-Laye, Fourqueux, Mareil-Marly, Chambourcy et Aigremont.

Votants : 1584

Blancs et Nuls : 17

Manuel Valls : 523 soit 33,02%

Benoit Hamon : 516 soit 32,58%

Arnaud Montebourg : 232 soit 14,65%

Vincent Peillon : 144 soit 9,09%

François de Rugy : 114 soit 7,15%

Sylvia Pinel : 25 soit 1,58%

Jean-Luc Benhamias : 12 soit 0,76%

Dans nos 5 communes, Manuel Valls arrive donc légèrement en tête devant Benoit Hamon, l’inverse du résultat national.

Le second tour opposera Benoit Hamon et Manuel Valls dimanche 29 janvier de 9 à 19h.

La lecture du Journal de Saint-Germain nécessite un décodeur

JSGRetrouvez ci-dessous la tribune libre du Journal de Saint-Germain des élus PS saint-germanois parue le 16 décembre 2016


A vos décodeurs

Décidément, il faudrait un décodeur fourni avec le Journal de Saint-Germain pour avoir une version exacte de l’information dans notre ville ! Prenons 2 exemples.

Concernant le jugement du Sidru qui a été condamné à payer 20 millions € suite à des emprunts toxiques approuvés par Emmanuel Lamy, celui-ci déclare : la compétence est désormais à la Communauté d’agglomération Saint-Germain Boucle de Seine et indique que le Sidru est en capacité de payer et le coût ne sera pas répercuté sur les usagers.

Soit, utilisons maintenant notre décodeur. Le 8 décembre dernier, notre communauté d’agglomération a voté son pacte financier. On y lit : « S’agissant des conséquences des décisions de justice, en particulier sur des contentieux engagés avant le 31 décembre 2015 pour le Sidru, elles ne sauraient être supportées par l’ensemble des communes membres de la CASGBS. Il est donc prévu que ces conséquences financières soient cantonnées aux communes membres de ce syndicat ».

Gardons notre décodeur, le syndicat ne dispose en caisse que de 8 millions, il doit donc trouver 12 millions en emprunts pour payer. Il faudra bien rembourser ce prêt et ses intérêts, le résultat c’est une perte de compétitivité et à terme une augmentation de notre taxe !

Autre exemple suite à notre interpellation concernant le Pass Local, la possibilité pour nos seniors de plus de 67 ans de prendre gratuitement le bus : le journal écrit Le Pass local est sauvé ! Décodeur svp ! Le dernier conseil municipal décrète le maintien du Pass Local grâce à notre combat mais uniquement pour les plus de 67 ans sous condition de ressources pour les moins de 2.000 € de revenus brut mensuel.

En tout cas pas besoin de décodeur, pour vous souhaiter à tous de bonnes fêtes de fin d’année.

Retrouvez nos articles sur le blog http://pssaintgermain.fr.

Sur les réseaux sociaux : https://twitter.com/PsSaintGermain ou https://www.facebook.com/pssaintgermain

Les élus de gauche : Pascal Lévêque, Angéline Silly, Pierre Camasses

Le coup de gueule de Pascal Lévêque sur la partialité du Journal de Saint-Germain

JSGLes Saint-Germanois connaissent la partialité du Journal de Saint-Germain, le journal du maire de Saint-Germain présenté comme le journal de tous les Saint-Germanois. Sous des aspects très professionnels est asséné tous les 15 jours la bonne parole de la majorité municipale : tout va toujours très bien dans notre ville et la revue de presse ne relaie que les articles positifs.

Les Saint-Germanois ne sont pas dupes mais l’efficacité de la pravda locale fait quand même des dégâts. Alors, quand l’information se transforme en propagande, en piétinant le minimum d’honnêteté intellectuelle que l’on est en droit d’attendre d’un journal financé avec nos impôts, nous réagissons.

C’est le sens du courriel adressé le 2 décembre dernier par Pascal Lévêque, conseiller municipal PS, au maire de Saint-Germain Emmanuel Lamy que nous reproduisons ci-dessous.

Monsieur le Maire,
Je suis assez irrité par le journal de la ville de Saint-Germain n° 698 (pdf, 15Mo). Je me permets de vous signaler à la lumière de ce numéro trois points.
sidrucmjsg2122106- page 10, l’article synthèse du conseil municipal du 15 Novembre. Il est écrit:… » Contrairement aux allégations de l’opposition, cette gestion (celle du Sidru) a toujours été présentée aux quinze conseils municipaux qui n’ont jamais remis en cause les rapports fournis, pas plus que les autorités compétentes ». Je m’insurge contre cette formulation. La question écrite que nous avons posée lors du conseil municipal concernait votre responsabilité personnelle dans la décision finale d’acter des emprunts de type Swap. Votre formulation lapidaire lasse croire aux lecteurs que nous vous aurions fait le reproche à tort de n’avoir pas porté à la connaissance des autres villes la gestion des emprunts du syndicat! Fait totalement imaginaire et qui détourne ainsi le regard sur l’analyse du jugement et votre propre responsabilité.
sidrujsg2122106- page 2, la revue de presse. Toujours sur le Sidru, le Courrier des Yvelines a consacré dans deux numéros des pleines pages sur la gestion de la dette du Sidru, avec des écrits durs pour votre gestion. Bien sûr on ne  retrouvera rien, comme d’habitude, dans les courts extraits de presse retenus. Non on préférera citer le président actuel du Sidru: « …le Sidru est capable de faire face et de payer. Le coût ne sera pas répercuté sur nous adhérents…. nous resterons à 114 € la tonne jusqu’en 2018 et la cotisation restera à 12 € par habitant ». Fermons le ban, bon peuple, circulez il n’y a rien à voir, dormez tranquille nous gérons. Va t-on encore longtemps prendre les Saint-Germanois et les habitants des communes de ce syndicat pour des andouilles? Voici donc un syndicat condamné à payer 20 millions (même si Cassation cela ne stoppe pas le paiement) qui n’a que 8 millions dans ses caisses et va devoir emprunter à priori 12 millions € pour payer. Sauf s’il s’agit d’un don, fort peu probable d’une banque, ces 12 millions il faudra les rembourser et payer des intérêts. Si les recettes restent inchangées jusqu’en 2018, c’est bien une baisse des résultats du Sidru qui sera attendu. Mettre en avant le maintien de la cotisation est un leurre pour masquer encore une fois la réalité. Et encore nous ne parlons pas du 2ème procès en instance sur le 2ème swap de Natixis!
jsgplu2122016- page 18, rubrique Agenda, il est indiqué: « Mardi 13 décembre réunion du Conseil de quartier « Hôpital ». Présentation des orientations d’aménagement pour ce quartier, rencontres et dialogues avec vos élus et référents.
Rien à priori à redire à cette information, sauf que nous avons reçu en date du 2 décembre de votre cabinet, le mail suivant: « l’ordre du jour de la réunion de lundi prochain (5 décembre) devait aborder la révision générale du PLU et évoquer les perspectives d’aménagement du secteur Hôpital. Il apparaît plus cohérent de ne retenir , à ce stade , que la présentation de la démarche PLU, les approches sectorielles devant être abordées dans le cadre de la concertation à venir… » Je constate à nouveau que le conseil de quartier passera avant le conseil municipal… même si cela ne sera déclaré comme réunion seulement de concertation.
Tout ceci, à la lumière de ce numéro, mais je pourrais prendre d’autres exemples dans d’autres numéros, fait que j’ai beaucoup de mal , Monsieur Le Maire, à dire notre journal de la ville, mais plutôt votre journal.
 PL
Je vous prie de recevoir, Monsieur le Maire l’expression des sentiments républicains.
Pascal Lévêque
Groupe Saint-Germain- Autrement

 

Emprunts toxiques du SIDRU : l’arrêt de la cour d’appel accable Emmanuel Lamy (1)

La cour d’appel de Paris a rendu le 4 novembre 2016 son arrêt sur le procès qui oppose le Sidru (syndicat intercommunal composé de 15 villes qui traite nos ordures ménagères) à la banque allemande Depfa. Cette décision est défavorable au Sidru : les juges rejettent les demandes du syndicat et annulent les faibles dommages et intérêts obtenus au TGI. Le Sidru est condamné à régler les impayés (12,1 M€), les intérêts de retard et la valeur de marché du swap, pour un total de 20 M€, soit presque 100 € par habitant du périmètre du Sidru.

Cet arrêt jette également une lumière crue sur ce que savait l’exécutif du Sidru en 2007, qui est en fort contraste avec la communication du président Emmanuel Lamy (maire LR de Saint-Germain-en-Laye) en conseil municipal et dans le journal de la ville. En termes moins choisis, le président du Sidru a menti à plusieurs reprises en 2007, en 2008 et encore en 2009 lorsqu’il disait que tout allait bien et que le syndicat ne prenait pas de risque. En réalité il savait que le Sidru était en situation critique et qu’il avait cherché avec le swap de Depfa un expédient risqué qui lui a permis de passer sans encombre les élections municipales de 2008. Nous reviendrons sur ce deuxième enseignement de l’arrêt dans un article à suivre. Continuer la lecture de Emprunts toxiques du SIDRU : l’arrêt de la cour d’appel accable Emmanuel Lamy (1)

Non à la fin de la gratuité des transports pour les seniors à Saint-Germain-en-Laye !

logoresalys1En toute discrétion, la municipalité de Saint-Germain-en-Laye vient de supprimer le Pass’Local permettant aux seniors de circuler gratuitement sur le réseau Résalys. Cette suppression, annoncée aux usagers dans le courant du mois d’octobre, brutalement et sans concertation préalable, prendra effet au 1er janvier 2017.

Seuls les actuels détenteurs du titre Améthyste, délivré par le Conseil départemental aux retraité(e)s de plus de 65 ans non imposables, pourront continuer à bénéficier de la gratuité des transports en commun. Pour les autres, en particulier les Saint-Germanois âgés de 62 à 65 ans, également non imposables, actuellement bénéficiaires du Pass’Local, il faudra à l’avenir débourser 4 € pour tout trajet aller-retour sur l’une des 5 lignes de bus du réseau urbain.

Pour l’heure, aucune alternative n’est proposée (comme une offre supplémentaire de navettes gratuites) : il s’agit bel et bien de la fin d’une tarification solidaire qui permettait à près d’un millier d’usagers, aux revenus parfois modestes, de se déplacer en toute autonomie.

La suppression de ce dispositif, décidée par la municipalité pour des raisons de rentabilité, aura un coût social et environnemental important.

Environnemental d’abord. Inutile de rappeler les vertus écologiques des transports collectifs. En les rendant plus chers et moins attractifs, on favorise le report modal vers les véhicules individuels et on favorise l’augmentation de la circulation automobile.

Social ensuite. La mobilité est un enjeu primordial du bien-vieillir, contribuant à favoriser l’autonomie des seniors et le maintien de leurs liens sociaux. La fin de la gratuité et la difficulté à envisager des modes de déplacement alternatifs pour tous (marche, vélo) provoqueront inévitablement une limitation des déplacements en particulier dans les quartiers périphériques de Saint-Germain (Bel-Air/Rotondes, Saint-Léger, Schnapper), où le sentiment d’isolement est déjà vif.

Proposer une ville inclusive, où l’espace public appartient à tous, jeunes et moins jeunes, une ville accessible, sans fractures territoriales, ce n’est pas supprimer un des derniers dispositifs de solidarité, dans une simple logique de rentabilité, au mépris des risques sociaux et environnementaux encourus

Les transports collectifs urbains, dont la gratuité progresse d’ailleurs partout en France, sont un service public de proximité essentiel, garantissant la cohésion sociale et la préservation environnementale.

Dans l’intérêt de tous, la majorité municipale doit renoncer à cette mesure, socialement injuste et écologiquement dangereuse.

Tram 13 Express : lettre des élus PS saint-germanois à la Ministre de l’Environnement

Objet : Lancement des travaux sur le territoire de Saint-Germain (78100) de la tangentielle Ouest

Madame La Ministre,

Nous souhaitions porter à votre connaissance la réaction de la population de Saint-Germain-en-Laye dans le cadre du lancement prévu des premiers travaux du prolongement de la tangentielle Ouest.

En effet, le 26 Septembre 2016, les habitants sont venus très nombreux à la mairie pour assister à la présentation des débuts de travaux de la tangentielle ouest, désormais appelé ligne « Tram 13 express », entrant dans le cadre de la phase 1 de son déploiement (il s’agit du trajet : Saint Cyr/Saint-Germain-en-Laye), en présence du chef de projet du STIF ainsi que des ingénieurs SNCF et RATP en charge de superviser les travaux.plan-virguleLa quasi-totalité des interventions dans une salle multimédia bondée ne remettait pas en cause le projet de prolongement vers Poissy et Achères d’un côté ou Saint-Cyr de l’autre, mais sur la partie complémentaire sur le territoire de Saint-Germain, reliant la gare de la grande ceinture au RER A de Saint-Germain-en-Laye. Par simplicité, les Saint Germanois appellent « la virgule » ce segment gare Grande ceinture/RER A qui fait l’objet de leur plus grande attention. Le dispositif suivant a été présenté:

Début des travaux : automne 2016. Fin des travaux : 2019. Mise en service en 2020 après période de test du fonctionnement du tram-train.
Le terminus de côté RER A fera l’objet de travaux conséquents pour la construction d’un tunnel souterrain doté d’un trottoir roulant pour la correspondance avec la gare RATP ; comprenant notamment la coupe d’arbres sur une partie d’une allée du parc, qui seront replantés par la suite.
Comme l’exige la loi, les arbres coupés seront replantés en partie seulement dans le périmètre de la forêt de Saint- Germain.
La voie ferrée équipée de caténaires électriques qui traversera la forêt sera entourée d’un grillage de sécurité
L’avenue Kennedy (partie Camp des Loges) sera à sens unique
Le matériel ferroviaire sera un tram-train de type Citadis Dualis (Alstom) identique à ceux qui sont déjà en service à Mulhouse et à Nantes
Lors de cette réunion publique, les intervenants institutionnels par leurs réponses souvent imprécises ont conforté les inquiétudes de nombreux habitants qui les ont interrogés, notamment sur les aspects suivants :

Le coût réel. Il est évoqué seulement un budget total de la phase 1 de 350 M€, basé sur une estimation datant de 2011, correspondant à un « budget d’objectif » avant appel d’offres et finalisation des diverses études d’ingénierie. Lors de la phase de consultation publique le surcoût de « la virgule » était apparue à 75 millions €, curieusement lors de la réunion publique du 26 septembre, il a été indiqué par le chef de projet STIF qu’il n’y avait qu’un coût global. Ce recul d’informations est navrant, dans une époque de maîtrise de l’argent public ne pourrions-nous pas faire l’économie de cette virgule ?
La sécurité routière. La traversée de la RN 184 et de trois routes départementales nous semble constituer des obstacles supplémentaires générateurs de risques et de délai pour les usagers de ces voies. Nous considérons que ces croisements de voie hors agglomération ne peuvent être traités comme le sont les trams en centre-ville. L’ingénieur de la SNCF a précisé que sur le segment « virgule », les conducteurs du Tram-Train changent de procédure pour passer en « conduite à vue » à faible vitesse, et que les feux à l’intersection de la N184 et de l’avenue des Loges seront paramétrés pour garantir toute la sécurité voulue. Nous précisons qu’il s’agit de routes notoirement accidentogènes.

tgo-st-germain
La description des protections grillagées sur le parcours forestier de la voie ferrée a suscité un tollé de la part de ceux qui ont compris que cela créait une barrière certes infranchissable pour les animaux mais aussi pour les habitants. Malheureusement, sur cette question que visiblement les responsables n’avaient pas anticipé, les réponses évasives se voulant rassurantes n’ont convaincu personne. Nous nous interrogeons également sur les conséquences de ce projet pour l’environnement. La surface de forêt qui sera supprimée ainsi que l’impact esthétique sur la perspective du château de Saint-Germain renforcent nos réserves quant à l’utilité de cette « virgule ». Enfin, la correspondance à Saint-Germain se présentera comme un long couloir qui renforcera le handicap de la rupture de charge et aura un impact négatif sur le trafic attendu.
Madame la Ministre, s’agissant de l’impact pour notre ville, pour rappel, nous avons exprimé à de nombreuses reprises notre scepticisme sur la raison d’être de la création du segment dit de la virgule de Saint-Germain, ligne ferroviaire complémentaire traversant la forêt pour relier la gare SNCF de la grande ceinture à la gare RATP du RER A de Saint-Germain en Laye.

Sans revenir sur les alternatives de prise du RER à Poissy ou Achères demain ainsi qu’Eole la ligne Paris Rouen Le Havre et sur une décision qui est désormais entérinée, nous constatons malgré tout que l’énorme surcoût engendré et l’altération définitive de l’environnement forestier que cela entraîne ne sont pas en rapport avec les hypothèses de fréquentations et avec la demande des habitants de notre ville. Cette polémique sur la virgule contraste avec le soutien unanime exprimé pour le reste du prolongement de la ligne TGO, de Saint-Cyr à Achères. Nous aimerions connaître votre point de vue sur cette problématique spécifique à notre ville.

Nous vous prions de recevoir, Madame, la Ministre, l’expression de notre considération distinguée.

Pascal Lévêque Angéline Silly Pierre Camasses

Conseillers municipaux de Saint-Germain-en-Laye

Ciné-débat « Les années Mitterrand » le 18 octobre 2016 à Saint-Germain-en-Laye

cinedebatmitterrand102016La section du Parti Socialiste de Saint-Germain-en-Laye, Fourqueux et Mareil-Marly organise un ciné-débat à l’occasion du centenaire de la naissance de François Mitterrand le mardi 18 octobre à 20h30 au Cinéma C2L – 25, rue du Vieux-Marché à Saint-Germain-en-Laye.

L’entrée est libre.

Au programme de la soirée ciné/débat :
– Film documentaire « Les années Mitterrand »
– Echanges avec la salle en présence de Marie-Noëlle Lienemann et Alain Bergounioux

Marie-Noëlle Lienemann : Sénatrice socialiste de Paris et candidate aux primaires de la gauche. Elle fut notamment Ministre déléguée au Logement et au Cadre de vie auprès de Jean-Louis Bianco, Ministre de l’Équipement, du Logement et des Transports dans le gouvernement de Pierre Bérégovoy, sous la présidence de François Mitterrand de 1992 à 1993.

Alain Bergounioux : Historien et membre du Conseil d’administration de la Fondation Jean-Jaurès. Il a été Conseiller dans plusieurs cabinets ministériels : de 1988 à 1991 auprès de Michel Rocard, Premier ministre, de 1997 à 1998 auprès de Catherine Trautmann, ministre de la Culture et de la Communication ; de 2000 à 2002 auprès de Michel Sapin, ministre de la Fonction publique et de la Réforme de l’Etat.

Avec le soutien des élus communautaires et des élus municipaux adhérents de l’UDESRY (Union des élus socialistes des Yvelines) de la communauté de communes Saint-Germain Seine et Forêts.