Le conseil municipal de Mareil-Marly vote une motion contre le passage du fret sur la Tangentielle Ouest

Dans le cadre de la concertation sur le projet de Tangentielle ferroviaire Ouest entre Achères et Saint-Cyr (voir le site www.tangentielle.ouest), la commune de Mareil-Marly a adopté lors du conseil municipal du 27 octobre dernier une motion contre le passage du fret « lourd » sur cette ligne.

Voici le texte de cette motion :

« La ville de Mareil-Marly


- se félicite de la relance de ce projet, contribution essentielle à la réalisation d’un réseau de transport « voyageur » s’inscrivant dans le cadre du développement durable de nos territoires et reliant efficacement les principaux pôles d’activités de notre région : Cergy, Achères, Poissy, Saint-Germain-en-Laye, Saint-Quentin-en-Yvelines et Versailles ;
– s’érige contre toute possibilité de trafic de fret «
par train lourd», de jour comme de nuit.
– demande que soit menée une étude sur la rentabilité socioéconomique d’une telle option par rapport aux seules options « voyageurs » initialement retenues par le STIF. Les possibilités de trafic de fret de type « tram-fret » devront être détaillées et notamment dans leurs caractéristiques techniques et sonores, les volumes journaliers de trafic prévus, de rentabilité.
– requiert de pallier aux lacunes esthétiques de la gare actuelle dans le cadre de la création de la ligne TGO, et donc de dégager les ressources de financement nécessaires. La commune préconise l’ouverture d’une concertation pour définir le plan d’intégration de la gare, du sous-terrain et de l’emprise de la ligne.
– demande la création de 50 places de stationnement pour accueillir les véhicules.
 »

L’ensemble du compte-rendu du conseil municipal est téléchargeable en format pdf.

Plus de détails sur ce projet dans notre dossier Tangentielle Ouest.

A lire également nos articles sur Mareil-Marly et Fourqueux.

Le Parisien (6 octobre) : La liaison locale du tram-train contestée

Le Parisien – 6 octobre
Décidément, le projet de tram-train déchaîne les passions à Saint-Germain-en-Laye. Après un groupe de la minorité municipale dirigé par Arnaud Péricard (DVD) et l’association les Amis de la forêt, ce sont maintenant les membres du collectif Pour un réseau routier ouest-francilien intégré dans l’environnement (Profile) qui ont des doutes sur la pertinence de la variante vers le RER du château.

Selon eux, la liaison locale entre la gare de Grande Ceinture, située en bordure de la N 184, et le centre-ville n’est pas « prioritaire ».

Le sujet a été abordé mercredi dernier par le bureau directeur du comité, composé d’une dizaine d’associations de Saint-Germain, Conflans et Saint-Quentin-en-Yvelines, en passant par Cergy (Val-d’Oise) pour un total de plus de 3 000 adhérents. Si les membres sont favorables au prolongement de la ligne SNCF de la Grande Ceinture vers le RER A à Achères et vers le RER C à Saint-Cyr-l’Ecole, ils sont contre le tronçon vers le centre-ville. « Il ne faut pas renouveler l’erreur de la liaison Saint-Germain-Grande Ceinture-Noisy-le-Roy qui a une faible fréquentation, indique Pierre-Emile Renard, le porte-parole de Profile. Avant de lancer une rame de tram-train de 50 millions d’euros vers le centre-ville, il serait bon d’évaluer la fréquentation. » L’homme s’appuie sur un récent comptage. Chaque jour, environ 2 000 passagers empruntent l’actuelle ligne SNCF (lancée en 2004) qui relie Noisy-le-Roi à Saint-Germain.

Le maire se dit surpris

L’association redoute donc la création d’une portion « inutile », d’autant que des bus urbains assurent déjà des rotations entre la gare de la Grande Ceinture et la station RER du château. « Il serait préférable de mettre en place des transports en commun en site propre en centre-ville avec des couloirs dédiés aux bus », suggère Pierre-Emile Renard. Les militants s’interrogent également sur le tracé de la variante retenu par le Syndicat des transports d’Ile-de-France (Stif). « Au lieu de couper au plus court, on va emmener les passagers faire le tour du camp des Loges », s’étonne le porte-parole.

Emmanuel Lamy (UMP), le maire de Saint-Germain, ardent défenseur du projet, est surpris par l’ampleur de la contestation. « La municipalité a donné un accord de principe et elle est favorable aux orientations du Stif, répond l’édile. Nous en sommes encore au stade de l’enquête préalable et les choix sont encore ouverts. » Le lancement des travaux devrait avoir lieu en 2012 pour une mise en service à l’horizon 2015.

Le Parisien – Yves Fossey


Rappelons que seule la majorité municipale a voté en faveur du tracé par le Camp des Loges. L’opposition de droite s’est abstenue et les élus de gauche du groupe Saint-Germain Solidaire ont voté contre.

A l’évidence, la gauche saint-germanoise n’est pas la seule à s’interroger sur la pertinence de cette liaison purement locale, qui pour nous également, n’est pas la priorité de ce projet. Il nous semble bien plus important de rejoindre Versailles, et dans un second temps Cergy, que de relier les deux gares de Saint-Germain en tram-train. Une desserte accrue par bus répondrait largement aux besoins.

Faute d’avoir réellement consulté les saint-germanois avant de prendre sa décision (le tracé par le Camp des Loges), le maire de Saint-Germain est forcément « surpris par l’ampleur de la contestation« …

A lire sur notre blog nos précédents articles sur ce sujet :

Une motion sur la Tangentielle lors du conseil municipal du 18 septembre

Le compte-rendu de la réunion publique du 17 septembre (1ere partie)

Le compte-rendu de la réunion publique du 17 septembre (2e partie)

Tangentielle Ouest : les grandes manoeuvres ont commencé

Une motion sur la Tangentielle lors du conseil municipal du 18 septembre

Le premier conseil municipal de la rentrée devait avoir lieu le 2 octobre. Le maire a chamboulé à la dernière minute le calendrier et a convoqué un conseil le 18 septembre pour faire adopter en urgence une motion  sur la Tangentielle ouest et le tracé passant par Saint-Germain, et ainsi peser de tout son poids sur la concertation en cours. Rappelons que la réunion publique à Saint-Germain sur ce projet de la Tangentielle s’était tenue la veille et que la concertation se poursuivait jusqu’au 11 octobre. Il n’y avait donc pas d’urgence...
Il y avait plusieurs autres délibérations dans ce conseil mais la principale fut assurément cette motion de la majorité municipale. Pour l’anecdote, le conseil fut interrompu quelques minutes suite à l’incendie d’un des téléviseurs des élus, entrainant une odeur très incommodante.

La délibération soumise au vote par le maire de Saint-Germain était la suivante :
« La ville de Saint Germain en Laye :
- se félicite de la relance de ce projet, contribution essentielle à la réalisation d’un réseau de transport en commun s’inscrivant dans le cadre du développement durable de nos territoires et reliant efficacement les principaux pôles d’activités de notre région : Cergy, Achéres, Poissy, Saint Germain en Laye, Saint Quentin en Yvelines et Versailles ;

- appuie la réalisation du maillage avec la ligne A du RER à Saint Germain en Laye avec pour objectif de réduire le trafic routier en ville et de désenclaver le quartier du Bel Air ;

- se prononce en faveur du tracé du « Camp des Loges », qui préserve au mieux l’intégrité du massif forestier et assure le désenclavement des habitations et des activités localisées le long de l’avenue Kennedy.

Elle demande que soit prise en compte son exigence de protection de la forêt et d’intégration dans l’environnement. »

Très sceptiques sur la pertinence de cette motion en pleine concertation et le choix de ce tracé, les élus de gauche du groupe Saint-Germain Solidaire sont intervenus à plusieurs reprises pour expliquer leur position et ont demandé à voter sur chacun des points soumis au vote, comme le règlement intérieur l’autorise. Ils ont voté pour la première partie de la motion et contre les deux autres, qui ne sont pas la priorité de ce projet, a fortiori sans aucune prévision de trafic, comme nous l’avons déjà expliqué sur notre blog.

Le groupe d’opposition de droite a voté pour le premier point et s’est abstenu sur les deux autres. Ce groupe a présenté une motion alternative demandant un « réexamen du projet urbain« , ce projet d’une desserte du centre ville de Saint-Germain mais qui n’a pas été retenu par les décideurs (cf le tracé en rouge sur cette carte). La majorité municipale a voté contre  cette motion alternative et le groupe Saint-Germain Solidaire s’est abstenu.

Seule donc la motion d’Emmanuel Lamy a été adoptée à la majorité, à la grande déception du maire qui recherchait l’unanimité.
De plus en plus de Saint-germanois s’interrogent pourtant sur la pertinence de ce tracé entre les deux gares de notre ville, tant le coût parait important (52 millions d’euros), le trafic très aléatoire et les dégats sur la forêt prévisibles.
Nous aurons l’occasion d’y revenir prochainement.

A lire aussi sur notre blog :
Tangentielle Ouest : les grandes manoeuvres ont commencé
Le compte-rendu de la réunion publique du 17 septembre (1ere partie)
Le compte-rendu de la réunion publique du 17 septembre (2e partie)

Tangentielle ouest : retour sur la réunion publique à Saint-Germain le 17 septembre (2)

Voici la seconde partie du compte-rendu de la réunion publique de présentation du projet de Tangentielle ferroviaire Ouest, qui s’est tenue à Saint-Germain le 17 septembre. Pour lire la première partie du compte-rendu, cliquez sur ce lien.

Un certain nombre de points ne sont pas du tout résolus et ils concernent principalement le trajet Saint Germain Grande Ceinture (GC) – Saint-Germain RER, qui concentre la majorité des interrogations sur sa pertinence.

-> Comment traverser la Nationale 184?
Pour rejoindre le RER, le tram-train devra traverser la Nationale 184, réputée la route la plus dangereuse des Yvelines (nous en parlons régulièrement sur notre blog).
Le projet prévoit, sans que les détails techniques soient finalisés…, un « carrefour à feu« . Autrement dit, le tram-train traversera la D190 (venant de Poissy) puis la Nationale 184 (venant de Conflans) au même  niveau que les voitures et les camions, simplement « protégé » par un feu où il sera prioritaire.
Cette traversée nous semble particulièrement dangereuse et criticable, vu l’importance de la circulation sur cette route. En outre, elle abîmera la forêt puisque la traversée se fera en face de l’avenue Kennedy, en suivant le trait rouge sur cette vue aérienne.
Ce carrefour est d’ailleurs qualifié de « point dur » du dossier ; en terme technique, cela souligne la difficulté technique de l’endroit et un coût important à prévoir.

-> Le terminus du tram-train
Le terminus de l’antenne saint-germanoise se trouverait avenue des Loges à proximité des grilles du Château. Ce point n’a pas convaincu l’assistance car aucune précision technique n’a été apportée. On ne sait pas en particulier comment s’inséreront les voies et les caténaires devant les habitations et restaurants situés avenue des Loges, ni ce que deviendront les arbres de l’avenue des Loges.

-> Les différents tracés entre Saint-Germain Grande Ceinture et Saint-Germain RER
Assurément, une bonne partie de la salle avait été mobilisée par le maire Emmanuel Lamy pour rejeter le tracé dit « en lisière de forêt« , c’est à dire passant par le Parc de la Charmeraie et la route du Pavillon chinois. Ce tracé, il est vrai assez invraisemblable (il ne dessert personne et abîmera la forêt), n’a aucune chance de voir le jour.
Tout comme lors du débat sur l’A104  le tracé noir par la forêt de Saint-Germain n’avait aucune chance de voir le jour, ce genre de tracé « leurre » ne sert qu’à mobiliser la population, et pour le maire de Saint-Germain à s’assurer d’une victoire politique facile. Parions que M. Lamy nous assurera très bientôt dans le Journal de Saint-Germain qu’il a, une nouvelle fois, « sauvé la forêt« …
Plusieurs personnes dans la salle ont réclamé une étude sur un « tracé urbain » qui desservirait le centre de Saint-Germain. Les autorités ont affirmé que celui-ci n’avait pas été étudié. Ce qui est faux, comme nous le prouvons avec cette carte issue de l’étude du cabinet Egis Rail. Ce tracé (en rouge sur la carte) n’a pas été retenu, ce qui n’est pas la même chose…

Mais ce n’est pas parce que le tracé « lisière de forêt » doit nécessairement être rejeté, que celui passant par le Camp des Loges doit automatiquement être soutenu. Il faut étudier sa pertinence.
Ce tracé de 2,7 km, dit « Camp des Loges« , réclamé par le maire de Saint-Germain, coûtera 52 millions d’euros ! Or, qui sera intéressé par ce trajet ?
 – pas les habitants de Poissy ou d’Achères qui ont chacun une ligne directe avec La Défense et Paris par le RER A. Il n’est d’ailleurs pas prévu de liaison directe entre ces deux villes et Saint-Germain RER.
 – pas les habitants de Saint-Cyr qui peuvent rejoindre directement Paris par le RER C et La Défense par le train.
 – pas les habitants de Bailly, Noisy-le-Roi et Saint-Nom la Bretèche qui ont une ligne directe vers La Défense et Saint-Lazare au départ de Saint-Nom.
Les seules personnes potentiellement intéressées sont donc les Saint-Germanois.

Il est vrai que les liaisons entre les quartiers sud (Bel-Air et Grande Ceinture) et le RER de Saint-Germain sont très insuffisantes, nous l’avions souligné lors de la campagne des municipales.
Mais doit-on consacrer 52 millions d’euros (un quart du budget global), financés par la Région et le Département, alors qu’il devrait s’agir d’une responsabilité exclusivement saint-germanoise…? Toutes les personnes soucieuses de la bonne gestion des finances publiques devraient se poser la question.

L’amélioration des relations entre le Bel-Air et le RER est indispensable mais elle peut se faire rapidement par deux moyens, beaucoup moins onéreux : une amplitude horaire élargie pour la passerelle du viaduc et surtout une augmentation de la desserte en bus.
Le contrat d’exploitation des bus à Saint-Germain doit être renouvelé en 2009 avec Véolia. C’est au cours de la négociation que la municipalité doit obtenir une meilleure desserte Bel-Air – RER. Car la liaison tram-train GC-RER n’interviendrait, dans tous les cas, au mieux qu’en 2015… Une meilleure desserte par bus est indispensable à court terme. Et la ville de Saint-Germain doit y contribuer sur ces propres moyens…

Conclusion
La réunion fut donc assez frustrante car beaucoup de choses nous semblent cachées au public, à qui on demande pourtant de se prononcer. Lors de cette réunion, il a souvent été répondu : « des études complémentaires sont en cours« .
Nous avons bien compris que les décideurs ne veulent pas laisser passer ce financement inespéré. Mais cela ne doit pas conduire à la précipitation, que nous pourrions tous regretter ensuite.
La priorité est à l’évidence à la liaison entre Saint-Cyr et Achères et il semble sage d’attendre de vraies prévisions de trafic pour, éventuellement, soutenir la liaison Saint-Germain GC-RER. Celle-ci, rappelons-le, détournera une partie du trafic sud-nord vers Saint-Germain, sans garantie de trafic.

Le conseil municipal du 18 septembre traitait, entre autres, de ce sujet. Ce sera l’objet d’un prochain article.

A lire aussi :
La première partie de cet article
Tangentielle Ouest : les grandes manoeuvres ont commencé !
Le site officiel sur la Tangentielle Ouest

Tangentielle ouest : retour sur la réunion publique à Saint-Germain le 17 septembre (1)

Mercredi 17 septembre avait lieu à Saint-Germain une réunion publique d’informations, organisée par le STIF, consacrée au projet de ligne ferroviaire dite Tangentielle Ouest (Achères – Saint-Cyr). Pour une première présentation du projet, voir notre article du 14 septembre.
Force est de constater que cette réunion fut décevante. Pas en terme de participation puisque la salle Jacques Tati était pleine. Mais la présentation et les réponses des organisateurs (STIF, SNCF, RFF) furent nettement insuffisantes et beaucoup de spectateurs sont sortis frustrés par l’absence de réponses précises, et peu convaincus de la pertinence de l’antenne Saint-Germain Grande Ceinture –  Saint-Germain RER.

-> Les estimations de trafic
Malgré de nombreuses demandes, les intervenants n’ont pu donner d’estimations de trafic actualisées, pourtant la base de tout projet d’infrastructures. « Les études sont en cours« , parait-il. Pourquoi cette « concertation » alors, où toutes les décisions semblent prises? A plusieurs reprises, le représentant du STIF a affirmé « vouloir être très prudent » au sujet des prévisions de trafic. Sans doute les estimations fantaisistes données lors de la réouverture de la ligne Saint-Germain – Noisy le Roi, soit 10.000 voyageurs par jour (4 ans après, on arrive péniblement à 1.600 voyageurs par jour…), ont refroidi certains experts…

-> La desserte des différentes villes
A la question de savoir quelle desserte il y aurait entre Saint-Cyr et Achères d’une part et Saint-Cyr et Saint-Germain RER d’autre part, il a été répondu que cela n’avait pas encore été étudié. Ce qui est faux ! Lors d’une réunion quelques jours avant entre les élus saint-germanois et le STIF, les documents présentés expliquaient qu’au départ de Saint-Cyr, un train sur 2 irait à Achères et un sur 2 irait à Saint-Germain RER. Soit une desserte Saint-Germain Grande-Ceinture – Achères deux fois moins importante que sur le tracé Saint-Cyr – Saint-Germain Grande Ceinture. Alors que l’essentiel des emplois et de la population est situé au nord de Saint-Germain… Pourquoi ne pas donner tous les éléments à la population?

L’argument principal qui a été donné en faveur du tram-train (ce nouveau matériel qui va remplacer les trains actuels, voir notre article) est qu’il permet d’aller « chercher du trafic » en centre ville (à Saint-Germain RER et Saint-Cyr RER et peut-être à Poissy), cela a été dit plusieurs fois au cours de la réunion. Reste un coût (hors matériel roulant) d’environ 52 millions d’euros pour faire 2.7 km entre les 2 gares de Saint-Germain, sans que l’on connaisse le trafic estimé… Ce coût énorme représente près du quart du coût du projet global !

Quelques précisions et informations importantes ont toutefois été apportées lors de cette réunion.

-> Au sujet du fret sur la ligne
Les représentants de la SNCF et de Réseau Ferré de France (qui gère les infrastructures) ont précisé que l’utilisation d’un tram-train n’empêcherait pas la circulation de trains de fret sur la ligne Achères – Saint-Cyr. La ligne serait considérée comme itinéraire de secours et des trains légers de fret pourraient y circuler. Une de nos inquiétudes – l’impossibilité d’utiliser cette ligne pour le fret – semble donc levée.

-> La desserte de Cergy et Versailles
Dans notre précédent article consacré à la Tangentielle Ouest, nous nous interrogions sur les raisons de ce trajet a minima (Achères – Saint-Cyr) et sur l’importance de rejoindre Cergy au nord et Versailles au sud, deux importants bassins d’emploi et de population.
Les intervenants ont indiqué qu’il n’y a pas d’impossibilité technique à rejoindre ces deux villes, même si le coût vers Versailles Chantiers serait important (150 à 200 millions environ, à comparer toutefois avec le coût de l’antenne saint-germanoise, d’un coût très important également et d’une pertinence sans doute bien moindre).
La raison de l’arrêt de la ligne à Achères a été donnée par Maurice Solignac, conseiller général UMP des Yvelines et adjoint à Saint-Germain, qui représentait le conseil général des Yvelines. En substance, M. Solignac a expliqué que notre département étant un des financeurs (pour rappel, à hauteur de 100 millions d’euros), celui-ci ne va pas financer des trains allant au-delà des Yvelines… Mais, selon lui, « la porte n’est pas fermée au-delà d’Achères et de Versailles« .
Un accord financier avec le conseil général du Val d’Oise pourrait donc permettre une desserte dès l’inauguration vers Cergy, ce qui assurerait le succès et la rentabilité de ce projet. Mais M. Solignac n’a pas évoqué de discussion avec le département du Val d’Oise.

Dans un second article, retrouvez la 2e partie du compte-rendu de cette réunion publique, en particulier les points d’interrogation non résolus.

A lire aussi :
Tangentielle Ouest : les grandes manoeuvres ont commencé
Le site de la Tangentielle Ouest

Tangentielle Ouest : les grandes manoeuvres ont commencé !

Le Journal de Saint-Germain a publié dans son numéro du 5 septembre un article sur le projet de prolongement de la ligne Grande Ceinture ouest (GCO) dite Tangentielle Ouest. En effet la région Ile de France et le département des Yvelines avaient conjointement annoncé en début d’année qu’ils mettraient chacun 100 millions d’euros dans cet investissement.

Depuis, il semble que beaucoup d’élus cherchent à tirer le meilleur parti de ce projet pour leur commune. Fort bien, pourvu que ces interventions aillent également dans le sens de l’intérêt général des Yvelinois. Le projet tel qu’il est présenté dans le Journal de Saint-Germain nous laisse des doutes sur ce dernier point. Alors que la concertation commence à peine, le maire de Saint-Germain soumet même au prochain conseil municipal (18 septembre) une motion de soutien à un parcours spécifique pour relier les deux gares de Saint Germain (Grande ceinture et RER A) ! A quoi sert la concertation si le maire a déjà décidé dans le détail du projet qu’il soutiendra ?

Une réunion de commission un brin surréaliste

Mardi 9 septembre a eu lieu une réunion de commission, qui réunissait l’ensemble du conseil municipal de Saint-Germain et un représentant du Stif (Syndicat des Transports d’Ile de France).

En introduction de cette réunion une série de transparents a été présentée aux élus, qui montrait les grandes lignes du projet, avec description des deux variantes de connexion à Saint-Germain entre les gares de grande ceinture et du RER A. L’essentiel de la présentation concernait le détail de ces deux tracés, avec de multiples variantes.

Nous avons posé quelques questions simples :

· Quel trafic voyageur est estimé, notamment sur le tronçon Saint-Germain Grande Ceinture / Saint-Germain RER ?

o Réponse du Stif : Le Stif ne sait pas.

o Notre commentaire : Cette réponse est très étonnante car c’est un point crucial, surtout après l’énorme erreur de prévision de trafic faite sur le premier tronçon de la ligne Grande Ceinture (GC) ! A-t-on peur de découvrir que la connexion avec Saint-Germain RER est inutile, car la ligne Grande Ceinture ouest aura déjà 4 correspondances avec des lignes radiales ?

En effet, très peu de voyageurs de la ligne GCO souhaiteront rejoindre la gare de RER A de Saint-Germain, car ils disposent déjà de liaisons directes vers Paris et La Défense. C’est le cas des habitants d’Achères, de Poissy et de toute la ligne au sud à partir de Saint-Nom-la-Bretêche. Il est tout à fait inhabituel qu’un projet de cette ampleur ne comporte aucune indication de trafic prévisionnel. Dans ces conditions, nous nous interrogeons sur l’utilité du tronçon Saint-Germain Grande Ceinture – Saint-Germain RER A dont le coût est estimé actuellement, hors matériel roulant, à 52 millions d’euros ! Ce coût nous semble exorbitant au regard d’un trafic voyageur inconnu et probablement faible.

· Pourquoi la ligne ne va-t-elle pas jusqu’à Versailles Chantiers ?

o Réponse du Stif : Le coût est excessif, 200 millions d’euros de Saint-Cyr à Versailles – Chantiers, et 333 millions d’euros d’Achères à Versailles.

o Notre commentaire : Cette estimation nous paraît devoir être approfondie. En effet l’atelier de Versailles Matelots est un des sites possible pour l’entretien du matériel roulant. Or ce site se trouve le long du RER C, donc accessible depuis Versailles – Chantiers. D’ailleurs une visite sur Google Earth montre que la ligne ferrée existe toujours entre Saint-Cyr et Versailles – Chantiers, et ne compte aucun riverain. Sans rentrer ici dans des aspects techniques, nous comprenons qu’il puisse y avoir des difficultés d’insertion au trafic sur la ligne C existante (cisaillement), mais nous pensons qu’il faut creuser cette solution plus en détail. D’autant plus qu’il faut se souvenir qu’avant la réouverture de la ligne GC, les maires des communes traversées ne voulaient pas de trafic de fret. Ne voudrait-on pas limiter la réouverture à Saint-Cyr pour empêcher tout trafic fret sur cette ligne ?

· Si la ligne GCO a trois terminus (Saint-Cyr, Saint-Germain RER et Achères-Ville), quels services seraient assurés et avec quelles fréquences?

o Réponse du Stif : Saint-Cyr / Achères et Saint-Cyr / Saint-Germain RER. La fréquence prévue est d’un train toutes les 10 minutes sur chaque ligne, de 6 h à 22 h.

o Notre commentaire : Ainsi la liaison Achères / Saint-Germain RER ne serait pas assurée et les voyageurs qui viendraient du nord pour aller à Saint-Germain RER A devraient changer à Saint-Germain GC ! La fréquence entre Achères et Saint-Germain Grande Ceinture serait donc deux fois moindre que celle de Saint-Cyr à Saint-Germain Grande Ceinture. Que dirions-nous à Saint-Germain si une autre ville du parcours déviait vers son centre ville la moitié des trains ?

Une pseudo concertation manipulatrice

Ce projet nous semble mené en dépit du bon sens. On a décidé d’un matériel – le tram train – avant de savoir quel parcours est le plus pertinent. En effet, pourquoi faudrait-il changer le matériel roulant mis en service en 2004 et donc pratiquement pas amorti ? Nous n’avons rien contre les tram-trains, mais ce n’est pas parce qu’ils sont actuellement à la mode qu’il faut automatiquement s’orienter vers cette solution. Dans le cadre de la concertation qui commence, il nous paraît important de décrire les deux options (train ou tram-train), avec leurs avantages et inconvénients respectifs. D’autant plus que le tracé de GCO n’est pas entièrement urbain, loin de là.

Revenons au parcours. Les deux variantes de tracé vers Saint-Germain RER A présentées constituent un détail à l’échelle de ce projet régional. Au contraire les vraies questions concernent le prolongement jusqu’à Versailles ou jusqu’à Cergy (sans correspondance). Ces questions sont escamotées dans les informations qui seront présentées lors de la concertation.

Enfin, seulement la moitié sud du projet nous sera présentée pour l’instant. La moitié nord sera l’objet d’une concertation début 2009. Or le budget est global, et la population devrait, à nos yeux, être consultée sur l’ensemble du projet. Comment nous exprimer sur la partie sud si on ne sait pas quel projet nous sera proposé pour la partie nord ?

Pour nous, la concertation initiale en début de projet doit être ouverte et est l’occasion d’une réflexion collective, où toutes les alternatives doivent être examinées afin qu’émerge la meilleure solution.

Conclusion

La priorité nous semble d’offrir enfin une alternative viable aux axes routiers saturés en semaine (RN 184, RN 186 et A 12). Dans cette optique, la facilité des jonctions avec Cergy, Versailles et Saint-Quentin est plus importante que les besoins de déplacements à l’intérieur de Saint-Germain, qui sont bien réels mais qui peuvent trouver d’autres solutions beaucoup moins coûteuses.

Nous pensons que les choix proposés dans le cadre de la concertation sont trop restreints.

Vous aussi, n’hésitez pas à exprimer toutes vos interrogations dans le cadre de la concertation qui commence le 15 septembre au centre administratif. A cet égard la réunion publique qui aura lieu le 17 septembre à la salle Jacques Tati paraît importante.

Vos suggestions sont également les bienvenues par mel à ps.saintgermain@gmail.com ou dans les commentaires ci-dessous.

Nous consacrerons prochainement d’autres articles à ce sujet primordial pour les déplacements des Yvelinois.