Les finances du conseil général des Yvelines sont dans le rouge

La droite prétend toujours mieux gérer que la gauche. Pourtant la situation est préoccupante dans le département des Yvelines dirigé par l’UMP.

Nous reproduisons ici le texte du président du groupe PS au conseil général des Yvelines André Sylvestre, publié sur le blog des conseillers généraux PS.


Lors de l’examen de la décision modificative en séance du Conseil général des Yvelines le 20 novembre 2009, le groupe socialiste et apparenté constate, une fois de plus, que la prudence et les principes de bonne gestion n’ont pas été respectés ces dernières années.
Comme nous le prédisions déjà l’année dernière, la crise économique installée a brutalement fait chuter les recettes du Département, et l’incertitude la plus totale prédomine encore quant à la juste compensation de la ressource de la taxe professionnelle bientôt supprimée par le Gouvernement Sarkozy. Pourtant l’Exécutif, nullement inquiet et à grand renfort de communication, a continué à distribuer une manne paraissant inépuisable sur des missions pourtant très subsidiaires et ce, sans aucune évaluation des retombées locales.

 

Ainsi, par le biais de dispositifs aux critères ciblés, on a investi des sommes ahurissantes dans certaines communes au détriment de l’intérêt de toutes. Ces programmes ne sont toujours pas intégralement financés…

Ainsi, de nombreux programmes richement abondés ont financé des missions hors du périmètre d’action du Département.

Ainsi, le financement du projet de Formule 1 devait être achevé en 2010 en dépit d’un coût faramineux de plus de 175 millions d’euros, soit quasiment le dixième du budget départemental d’avant la crise !

Aujourd’hui, on doit se rendre à l’évidence : le Conseil général a les poches vides en raison de la précédente gestion.

Ce manque d’autofinancement se traduit désormais par une sévérité accrue sur les domaines de compétence du Département : les collèges doivent se serrer la ceinture, mais également les associations et les communes.

Ainsi, par exemple, serait supprimée l’aide aux communes pour financer les journées des enfants yvelinois en centres de loisirs et de vacances !

Au delà des communes, c’est encore un service à la population qui risque de disparaître. Si les communes ne peuvent plus financer les centres de vacances et de loisirs, comment les parents pourront ils faire garder leurs enfants à moindre coût ? Ce seront donc les ménages yvelinois qui pâtiront de ce manque de solidarité entre collectivités.

C’est pourquoi, nous dénonçons les errements de la précédente gestion trop dispendieuse qui va longtemps peser sur les finances départementales et ne pourra se résorber que par le recours à l’emprunt ou la hausse prochaine des impôts locaux.

C’est pourquoi, nous demandons à l’Exécutif actuel de préserver prioritairement les crédits nécessaires au bon fonctionnement de ses missions définies réglementairement. Plus que jamais, le Département doit se consacrer au soutien des yvelinois et de l’ensemble des forces vives du territoire dont il a la responsabilité.

André Sylvestre, Président du groupe PS

 

A lire également sur notre blog :
Tous nos articles sur la vie politique dans les Yvelines

Découvrez le nouveau site de l’UDESRY, l’union des élus socialistes yvelinois

L’UDESRY est l’Union des Elus Socialistes et Républicains des Yvelines. Cette association rassemble les parlementaires, conseillers régionaux, conseillers généraux, maires et conseillers municipaux socialistes – majoritaires et minoritaires – des Yvelines. Elle est actuellement présidée par Philippe Esnol, maire de Conflans et conseiller général.
Parmi ses objectifs, l’UDESRY informe et conseille les élus socialistes, met en réseau élus majoritaires et minoritaires et édite des dossiers d’étude et d’information sur les problèmes municipaux.
Les deux conseillers municipaux PS de Saint-Germain Pascal Lévêque et Emmanuel Fruchard participent activement à l’UDESRY. Pascal Levêque en est désormais l’un des vice-présidents.

Découvrez le nouveau site de l’UDESRY : www.udesry.fr

Visitez également le blog des conseillers généraux PS des Yvelines et le blog des conseillers régionaux PS d’Ile-de-France.

Alain Schmitz, nouveau président des Yvelines, sur fond de guerre de succession à droite

Alain Schmitz a été élu aujourd’hui président du conseil général des Yvelines, en remplacement de Pierre Bédier, déchu de son mandat suite à sa condamnation à 6 ans d’inégibilité pour corruption passive. Il a obtenu 28 voix contre 11 voix  pour André Sylvestre, conseiller général PS de Magnanville.
Depuis la condamnation de Pierre Bédier et la notification expresse par la préfète de la perte de son mandat de conseiller général, c’était Christine Boutin qui assurait la présidence par intérim du département. Elle espérait depuis un mois avoir ce poste en échange de son départ du gouvernement. Mais Christine Boutin a perdu sur les deux plans. Elle a été sèchement battue dans la primaire interne des conseillers généraux UMP et a dû renoncer à se présenter à la présidence après s’être attirée l’hostilité de nombreux élus. Elle a par ailleurs été sèchement évincée du gouvernement (un « jetage » selon elle) et semble en avoir gardé beaucoup d’amertume.
Cette présidence par intérim a été assurée pendant plus d’un mois, le temps que le remplaçant de Pierre Bédier au conseil général soit élu le 28 juin dans le canton de Mantes la Jolie.
Alain Schmitz est un fidèle de Pierre Bédier. Il a d’ailleurs rendu un hommage appuyé à son prédecesseur qui se trouvait au premier rang du public.
Alain Schmitz est conseiller général UMP du canton de Versailles-nord depuis 1994, président du groupe UMP au conseil général, ancien adjoint au maire de Versailles et ancien sénateur.

A lire également sur notre blog :
Tous nos articles sur le procès Bédier
Le résultat de la cantonale partielle de Mantes la Jolie
Le résultat de la cantonale partielle de Guerville
Le résultat de la cantonale partielle de Poissy sud

La crise économique touche aussi les Yvelines : Nortel supprime 480 emplois à Châteaufort

La crise économique affectait déjà les entreprises du secteur automobile, très implanté dans les Yvelines, à Flins, Poissy, Viroflay etc…
D’autres entreprises sont désormais fortement touchées.
La justice a ainsi prononcé hier la « mise en liquidation judiciaire avec poursuite d’activité pour une période de trois mois » de Nortel Networks, filiale de l’équipementier en communication Nortel France.
Cette liquidation va déboucher sur la suppression de 480 emplois sur 700 à Châteaufort, au sud de Versailles, où se trouve le siège social. Les offres pour une reprise éventuelle de la filiale française doivent être déposées avant le 19 août.
Les 130 salariés chargés de la communication des technologies sur l’autre site de Nortel ne sont pas concernés par la procédure.
Nortel France est une filiale du groupe canadien Nortel qui s’était placé mi-janvier sous la protection des tribunaux contre ses créanciers au Canada et aux Etats-Unis, dans une ultime tentative de restructuration.
 

 

Sources : AFP, Figaro

Photo : Siège social de Nortel

Pierre Bédier, le député fantôme…

Pierre Bédier a cédé son siège de député il y a quelques jours, à l’issue d’une sombre manoeuvre que nous avons raconté dans cet article. Cette opération de passe-passe est cautionnée par l’UMP, qui veut ainsi échapper à une législative partielle difficile au cas où le pourvoi en Cassation de Pierre Bédier, condamné en appel pour corruption, serait rejeté dans les prochains jours. (Voir notre dossier Procès Bédier).

Les 576 autres députés remarqueront-ils son absence de l’Assemblée Nationale ?
Sans doute non tant le travail du député Bédier fut mince depuis 2007….
Le site lesinfos.com vient de publier une liste des députés classés selon leur activité (ou inactivité !) parlementaire. Et à qui est atttribué le bonnêt d’âne de l’Assemblée ? Au (toujours) président du conseil général et désormais ancien député de la 8e circonscription des Yvelines Pierre Bédier.
Champion toute catégorie de l’inactivité parlementaire, avec aucune activité (zéro question, intervention, rapport ou proposition de loi), l’ancien secrétaire d’Etat termine  premier de ce classement des députés fantômes.
Nul doute que sa suppléante n’aura aucun mal à faire mieux. Mais s’il fallait illustrer les méfaits du cumul des mandats, la preuve est faite… Décidément, notre département mérite mieux.

Le classement des députés selon le site lesinfos.com (pdf, 1 Mo)

A lire aussi sur notre blog :
Nouveau rebondissement dans l’affaire Bédier : Pierre Bédier démissionne de son mandat de député !
La Cour d’Appel confirme l’inégibilité de Pierre Bédier
Tous nos articles sur le procès Bédier
Photo : SIPA

Jean-Louis Borloo enterre le projet de circuit de Formule 1 de Flins

Jean-Louis Borloo, Ministre de l’Ecologie et du Développement durable, était l’invité de Jean-Jacques Bourdin lundi 6 avril sur RMC.
A la fin de l’interview, interrogé sur le projet de circuit de Formule 1 à Flins porté par Pierre Bédier, président UMP du conseil général des Yvelines, le ministre de l’Ecologie a clairement indiqué que ce projet n’aurait pas lieu. Voir l’interview sur Dailymotion.
Jean-Louis Borloo, qui affirme s' »être bien sûr battu contre » mais semble avoir découvert le projet très récemment, a souligné que le projet de circuit se  trouve sur un champ de captage d’eau particulièrement important et des terrains réservés à l’agriculture biologique, comme les opposants ne cessent de le dire depuis des mois. Pour lui, ce projet ne fait plus partie du plan de relance et « le problème est réglé« .
Jean-Louis Borloo n’en étant pas à son premier revirement, nous restons vigilants mais si cela se confirme, c’est un gros coup dur pour Pierre Bédier avant son jugement en Cour de Cassation qui doit intervenir dans les prochaines semaines. Affaire à suivre…


A lire sur notre blog :

Filière automobile et circuit F1 : les propositions de la Fédération des Yvelines

Plus de détails sur ce projet :
Un site qui soutient le circuit à Flins
Un site qui s’oppose au circuit de Flins

Filière automobile et circuit F1 : les propositions de la Fédération des Yvelines du Parti Socialiste

Depuis plusieurs mois un débat autour d’un projet d’implantation d’un circuit automobile à Flins-Les Mureaux secoue notre département. Les socialistes yvelinois regrettent que ce projet élaboré sans concertation ni transparence, et en contradiction avec le SDRIF, soit pour la majorité UMP la seule politique de relance de l’industrie automobile dans notre département.

La Région Ile de France s’oppose à ce projet et à tout projet de circuit de formule 1 dans notre Région. Elle a déposé un référé suspension d’une décision de préemption par l’Etablissement Public Foncier des Yvelines (EPFY), des parcelles, lieu dit « Valence-Ferme de la Haye » à Flins sur Seine.

Les Conseillers généraux socialistes, s’ils se sont exprimés sur le principe d’un plan d’aide à l’industrie automobile, n’acceptent pas un plan ne comportant qu’une seule action visible : le circuit automobile.

La Fédération des Yvelines du Parti Socialiste, conformément à la position nationale du Parti Socialiste et à celles des sénateurs socialistes, rappelle son attachement à la pérennisation et à la modernisation du circuit de Magny-Cours dans la Nièvre. Elle n’est donc pas favorable au projet présenté de circuit automobile.

Un tel débat ne doit pas cacher le véritable enjeu qui se présente à nous, à savoir le maintien de l’industrie automobile et de ses emplois dans le département. L’ensemble des acteurs concernés, Etat, Région, Département et acteurs du monde économique et partenaires sociaux doivent aujourd’hui travailler conjointement pour faire face à la crise qui frappe ce secteur si important pour notre territoire, tant en terme de développement économique que d’emplois.

C’est aujourd’hui et sans attendre qu’il faut lancer, avec le soutien de la puissance publique, les programmes de recherche et développement permettant de faire émerger l’automobile de demain respectueuse de l’environnement. Le Conseil Général des Yvelines, face à l’échec patent de sa politique de développement économique du département, doit cesser de distribuer ses crédits destinés au développement économique dans du saupoudrage, y compris en faveur d’entreprises qui licencient, pour concentrer efficacement ses efforts sur la lutte pour une relance industrielle, centrée sur les PME/PMI.

Les socialistes Yvelinois prendront toute leur part à ces débats et ne manqueront pas de faire toutes les propositions permettant de relancer l’industrie automobile et valoriser notre département. En ce sens le plan de relance présenté par le Parti Socialiste comporte quelques axes forts pour le secteur automobile tel que l’utilisation du «fonds européen d’ajustement à la mondialisation» pour faciliter l’accès au crédit sous condition pour les grands groupes industriels et leurs sous-traitants ainsi qu’un vaste programme de commandes publiques de véhicules propres.

A lire aussi :

Le point de vue de Didier Fischer, conseiller régional PS

Renault supprime 1000 postes au Technocentre de Guyancourt

Quelque 1.000 postes de prestataires de services d’ingénierie du Technocentre Renault de Guyancourt  ne seront pas renouvelés au 1er janvier 2009, selon des sources syndicales.

L’ensemble des contrats des prestataires de services d’ingénierie du Technocentre ne seront pas reconduits, selon la CGT qui chiffre à 1.000 le nombre de postes d’ingénieurs et techniciens concernés, confirmant une information publiée vendredi par Libération.
Dans un communiqué, la CFDT déplore «le renvoi brutal de 1.000 prestataires par Renault sur le seul site de Guyancourt» et estime «que les sociétés de conseil en technologie et en ingénierie doivent, comme les constructeurs et leurs sous-traitants, pouvoir bénéficier des aides de l’Etat».

Contactée par l’AFP, la direction a confirmé une politique «d‘ajustement des effectifs». «Parallèlement au plan de départs volontaires, Renault agit sur ses contrats de prestation», explique la direction qui n’a pas chiffré le nombre de postes concernés.

Les principales sociétés de sous-traitance touchées sont Akka, Alten, Altran, Assystem, Bertrandt, Consort, Polymont, Idestyle, Ligeron, Matra Automobile, MSI, et Segula.

«C’est une décision brutale qui s’ajoute au plan de départs volontaires», a déclaré à l’AFP Pierre Nicolas de la CGT. «Il y a beaucoup de gens qui ont des postes clé, le fonctionnement de l’établissement va s’arrêter», s’est-il inquiété.

La CFDT appelle aussi le syndicat patronal Syntec, qui regroupe les sociétés spécialisées dans l’ingénierie, les services informatiques et le conseil, à «apporter aux entreprises et à leurs salariés les moyens de construire un nécessaire redéploiement des compétences».

Source : Le Parisien.fr

Restructuration des armées : des bouleversements dans les Yvelines et à Saint-Germain aussi

La restructuration des armées, annoncée hier par le Premier Ministre, va profondément bouleverser la carte militaire nationale. De nombreuses communes vont perdre des régiments entiers, mettant en péril l’économie locale, comme l’illustre cette carte parue dans Libération. Pour la voir en grand, cliquez sur l’image.

Des changements importants vont aussi intervenir dans les Yvelines, avec des gagnants et des perdants, et la perte de 1.800 des 8.850 militaires du département dans les cinq ans à venir.

Côté perdants, on trouve les villes de Maisons-Laffite, Toussus le Noble et tout particulièrement Rambouillet et Versailles qui sont très touchées.

- Versailles :
Plusieurs fermetures ou transferts importants sont à noter, entrainant le départ de plus d’un tiers des effectifs.
Le 5e régiment du Génie (Armée de Terre) va disparaître en 2010, soit un effectif de 516 hommes.
La section technique de l’armée de Terre sera transférée après 2011 à Bourges, soit un départ de 433 personnes.
Le détachement d’appui à la numérisation de l’espace de bataille (Armée de Terre) disparaîtra après 2011, soit un effectif de 57 militaires.

- Maisons-Laffitte :
Le Service des moyens généraux / centre automobile de la défense sera fermé en 2010, ce qui entrainera la disparition de 239 personnes.

- Rambouillet :
La Direction centrale du commissariat de l’armée de terre et organismes rattachés sera transférée après 2011 à Cambrai (Nord), soit le départ de 791 personnes, un chiffre très important pour cette ville.

Toussus-le-Noble :

L’Etablissement de l’aéronautique navale (Marine) disparaîtra après 2011, entrainant la suppression de 83 personnes.

Du côté des gagnants, on retrouve 2 villes : Vélizy-Villacoublay et Saint-Germain-en-Laye.

- Vélizy-Villacoublay :
La Base aérienne 107 sera renforcée à l’échéance de 2014 par l’arrivée de 310 militaires.

Saint-Germain-en-Laye :
Dès 2009, le Commissariat de l’Armée de Terre à Paris sera transféré à Saint-Germain, avec un effectif de 89 militaires.
D’ici 2014, dans le cadre des renforcements opérationnels, 80 hommes de la Direction régionale du service d’infrastructure de défense d’Ile de France (SGA) rejoindront Saint-Germain.

Rappelons que le Camp des Loges à Saint-Germain, créé en 1856, accueille actuellement la Direction régionale du Génie en Ile de France et l’état-major de la Région Terre Ile-de-France, la DIRISI Ile-de-France, le 526e Bataillon du Train et la 3e compagnie du 8e Régiment de Transmission (source wikipédia) soit un effectif d’environ 1500 militaires.

L’ensemble des changements en France est à consulter en cliquant sur ce lien.

Nouvelle campagne de publicité sexiste du conseil général des Yvelines

C’est ce qui s’appelle avoir de la suite dans les idées et le président du conseil général des Yvelines visiblement n’en manque pas.
Après une première campagne de publicité en 2007 (photo ci-contre) jugée sexiste par de nombreux observateurs (y compris sur notre blog), intitulée « I love Techno » et illustrée par le buste d’une jeune femme, le conseil général des Yvelines lance une nouvelle campagne de communication.
Le conseil général des Yvelines, présidé par Pierre Bédier, justifie ainsi cette nouvelle campagne sur son site : afin « de poursuivre et d’amplifier les effets de cette première campagne, le Département des Yvelines publie une série de visuels à partir du mois de mai 2008 dans les annuaires d’anciens élèves« .

Alors regardons en détail cette nouvelle campagne de publicité, hélas toujours centrée sur des jeux de mots ambigüs et illustrée par une jeune femme souvent assez déshabillée. « Une touche toujours féminine et décalée » précise le site du département… En 2007, Pierre Bédier indiquait que la photo « était destinée à tirer l’oeil« …

 Pour vanter la présence de l’industrie aérospatiale dans notre département  (aux Mureaux par exemple), le slogan est  « s’envoyer en l’air » et l’image est celle d’une jeune femme à l’épaule dénudée sans soutien-gorge. On a connu plus subtil et raffiné…

Pour le domaine du batiment et des travaux publics, la photo représente une jeune femme avec un T-shirt sur lequel est inscrit  « Bien bati(e). Il est vrai qu’avec un jeune homme en photo et un tel slogan, cela aurait sans doute été (encore plus) vulgaire…

Le plus choquant est sans doute le visuel pour le domaine électronique. La jeune femme au regard suggestif porte un T-shirt « hacke-moi si tu peux« . Rappelons que hacker signifie « pénétrer par effraction » (un ordinateur ou un système informatique)…

Si l’objet de cette campagne est, une nouvelle fois, de faire parler d’elle, c’est sans doute une réussite ; le site Rue 89 y a même consacré un article.
Mais on est raisonnablement en droit d’attendre d’une collectivité territoriale qu’elle ne consacre pas une partie des impôts des citoyens à contribuer au sexisme de notre société. A fortiori quand elle est prise en flagrant délit de récidive…
Le conseil général des Yvelines fête cette année ces 40 ans. Visiblement, certains conseillers généraux en sont restés aux années 1960…

Pour voir les affiches en taille réelle (au format pdf), cliquez sur les images.
Pour découvrir les autres visuels, rendez-vous sur le site du conseil général.

A lire aussi :
La précédente publicité sexiste du conseil général des Yvelines
L’article de Rue89