Deux députés des Yvelines veulent dépénaliser l’homophobie

Deux députés UMP des Yvelines ont signé une proposition de loi ayant pour objet de dépénaliser l’homophobie.
Jacques Myard, député de la 5e circonscription (Maisons-Laffite, Le Mesnil-Le-Roi, Sartrouville, Le Vésinet, Montesson) et Pierre Amouroux, député de la 9e circonscription (Les Mureaux, cantons de Houdan, Guerville, Bonnières et Aubergenville) ont signé la proposition de loi du député UMP Christian Vanneste, député dont nous avons déjà parlé sur ce blog.

Cette proposition de loi prévoit de modifier "certaines dispositions introduites par la loi portant création de la Haute autorité de lutte contre les discriminations et l’homophobie". Concrètement, si cette proposition de loi était adoptée,  les discriminations liées à l’ "orientation sexuelle" ne seraient plus pénalisées.

L’exposé des motifs de la proposition de loi est consternant : selon la vingtaine de députés signataires, il convient de "restaurer la hiérarchie des normes" et "il doit être possible […] que chacun puisse en toute liberté soutenir son propre point de vue. Par exemple, qu’un chrétien, un juif et un musulman puissent faire valoir l’infériorité morale [sic] des comportements homosexuels par rapport à ceux qui fondent le mariage entre un homme et une femme afin de créer une famille au sein de laquelle seront élevés des enfants. Il est, en effet, légitime que ceux qui se réclament de la bible, puissent adhérer au principe énoncé dans le Lévitique : "Tu ne coucheras pas avec un homme comme on couche avec une femme. C’est une abomination" (L.18.22), et tout aussi loisible […] de préférer des comportements qui ne constituent pas une menace pour la survie de l’humanité […]."

Décidément, il y a encore beaucoup de travail pour faire évoluer les mentalités à l’UMP. Rappelons que Christian Vanneste, condamné par la justice le 24 janvier 2006 à 3.000 euros d’amende pour avoir déclaré dans La Voix du Nord que « l’homosexualité est une menace pour la survie de l’humanité », n’a toujours pas été exclu de l’UMP. Sans doute car il n’est pas le seul à l’UMP à partager ces propos…

Pour tout connaître sur les carrières souterraines dans les Yvelines

Pour mieux connaître et comprendre les carrières et cavités souterraines, leurs dangers et leurs localisations, il faut visiter le site fort intéressant de l’Inspection générale des carrières abandonnées. Le périmètre étudié correspond aux départements des Yvelines, de l’Essonne et du Val d’Oise.

La liste des communes par département y est indiquée. 100 communes des Yvelines (sur un total de 262) sont concernées par ce phénomène qui peut entraîner des dégats importants. Parmi celles-ci figurent Saint-Germain-en-Laye, Le Pecq, Le Mesnil-le-Roi ou Maisons-Laffitte, avec des portions de territoire concerné très différentes.

A Saint-Germain-en-Laye, une partie importante du territoire communal est située au dessus d’anciennes carrières de calcaire : sont concernés principalement les quartiers des côteaux du Bel-Air et Alexandre Dumas (où se trouvent le lycée Jeanne d’Albret et le collège Roby), quelques parties de la forêt, ainsi que la Grande Terrasse dont les cavités sont bien connues de certains noctambules.

Risques d’inondation : enquête d’utilité publique dans les Yvelines

57 communes des Yvelines sont situées à proximité immédiate de la Seine ou de l’Oise.

 La révision du Plan de Prévention des Risques d’Inondation (PPRI) est actuellement en débat dans chacune de ces communes. Le PPRI, élaboré par le Préfet, est une approche globale comprenant une évaluation des risques, une limitation des constructions en zone inondable, des mesures d’endiguement et d’entretien des rivières, une politique d’information de la population avec la mise en place d’un dispositif d’annonce des crues et la création de plans communaux d’alerte et de secours dans les communes les plus exposées. La côte de référence retenue est celle de la crue de la Seine de 1910.
 La révision du PPRI est soumise à enquête d’utilité publique du 1er juin au 13 juillet 2006. C’est l’occasion pour les particuliers de donner leur point de vue et de poser des questions au commissaire enquêteur.
 A Saint-Germain, celui-ci sera présent en mairie le vendredi 16 juin de 14h30 à 17h30, le jeudi 29 juin de 9h à 12h et le lundi 3 juillet de 8h30 à 11h30. Le dossier technique est consultable dans chacune des mairies concernées, en Préfecture et aux sous-préfectures de Mantes-la-Jolie et de Saint-Germain-en-Laye. Des registres permettent d’y consigner ses observations.

Sources :
Le Courrier de Mantes du 17 mai 2006
Le Parisien Yvelines du 6 juin 2006